Mélenchon perquisitionné, par Pierre Saba

Deux enquêtes liminaires sont ouvertes par le parquet de Paris relatives au mouvement politique La France Insoumise (LFI) dirigée par le députée Mélenchon. L’une concerne l’emploi d’assistants parlementaires européens de LFI, l’autre concerne les comptes de la candidature de Mélenchon à la présidence de la république. C’est dans ce cadre qu’une perquisition a eu lieu au domicile de l’intéressé.

publicitÉ


Mélenchon a filmé, commenté et diffusé la perquisition en direct, accusé le gouvernement d’instrumentaliser la Police à des fins politiques et indiqué que la procédure n’a pas été respectée.

Le parquet de Paris a réagi en ouvrant contre Mélenchon une procédure pour violence sur personnes dépositaires de l’Autorité publique. Le syndicat de police Alternative a regretté le caractère «antirépublicain» de la réaction de Mélenchon. Le premier ministre Philippe, interpellé par Melenchon à l’Assemblée nationale, a rappelé qu’au titre de l’indépendance de la magistrature, le chef du gouvernement ne saurait recevoir telle interpellation.

En dehors des faits de Mélenchon et des réactions de la police et de la justice, l’altercation entre le député Mélenchon et le premier ministre Philippe est irréaliste au regard de la constitution et de la Loi.

S’agissant de Mélenchon , il adopte dans ce dossier comme dans d’autres une position en deux temps. Le premier consiste à exercer des virulences vocales, le second à les regretter et à les justifier par des circonstances atténuantes qu’il s’accorde à lui-même. Il a ainsi expliqué que c’est parce qu’il est un méditerranéen qu’il a réagit de la sorte. Mélenchon a tort d’interpeller le premier ministre au terme de «police politique» puisqu’il dispose de tous les éléments de Droit pour sa défense. Il a raison de l’interpeller sur le plan institutionnel pour les raisons qui suivent.

Le chef du gouvernement connait la constitution qui intitule un «pouvoir exécutif», un «pouvoir législatif», et une «autorité judiciaire». Cette dernière relève d’un degré inférieur de prérogatives que les deux premières. Ainsi, par exemple, les magistrats des parquets sont-ils nommés et révoqués par le garde des sceaux, ministre de la justice. Il existe bien un lien organique entre le ministère de tutelle et les magistrats du ministère public. L’indépendance du parquet est théorique. Elle est circonscrite aux dispositions constitutionnelles et législatives relatives aux liens de subordination du parquet envers le pouvoir exécutif. Le premier ministre n’est donc fondé que théoriquement et de façon restreinte à invoquer en l’espèce l’indépendance de la magistrature debout.

Cette nouvelle initiative de Mélenchon pose la problématique du respect des procédures constitutionnelles, législatives et judiciaires par un député élu de la Nation. La mise en accusation des procédures, de la police et de la justice par un député n’est pas conforme à son statut. Elle contrevient manifestement à l’exercice démocratique et contrôlé de police et de justice sur le fond comme sur la forme des deux enquêtes diligentées contre le mouvement politique que dirige Mélenchon. Il conviendra d’examiner attentivement les décisions judiciaires relatives aux enquêtes sur son mouvement et à son comportement lors de la perquisition.

Pierre Saba

Tagués avec : , , , , , , , ,
Publié dans politique
2 commentaires pour “Mélenchon perquisitionné, par Pierre Saba
  1. josaphat dit :

    Mélenchon socialiste-révolutionnaire, pseudo-victime d’une Tchéka qu’il aurait sans doute créée et révolutionnaire permanent sauf dans son esprit, condamné à faire de l’agitprop médiatique pour mieux affirmer son trotskysme enfoui, trop drôle!!!
    On a vu l’intégrisme avec beaucoup de violence de la France Insoumise et on comprend mieux son penchant pour l’islamophilie.
    Bien à vous tous.

  2. Nemo3 dit :

    Cette fine analyse juridique démontre en effet l’inanité des arguties mélenchoniennes.
    Mais à quoi sert de disséquer juridiquement vu qu’à bien connaitre Mélenchon, ses penchants autocratiques et sa dérive populiste sont de notoriété publique depuis toujours.

    Ne nous laissons pas dire que ses origines politiques sont au PS mitterrandien.
    Non : il débute dans l’OCI (Organisation communiste internationaliste), groupuscule trotskiste militant foncièrement hostile à toute démocratie.

    Hispanisant, rien d’étonnant donc si sa figure de proue idéologique reste Fidel Castro ; secondé de près par Hugo Chavez.
    Immenses démocrates comme chacun sait.

    Le masque est tombé. C’est pas trop tôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter
Tribune Juive, L’histoire continue…