Faut-il avoir peur de Bat Ye’or ? par Nadia Lamm

Bat Ye’or ou בַּת יֵאור est une essayiste britannique née égyptienne au Caire en 1933 dans une famille juive. Gisèle Littman-Orebi a un deuxième nom de plume, arabe cette fois, Yahudiya Masriya ou Juive égyptienne.

Initiatrice du néologisme controversé de dhimmitude, ses travaux sur le sujet sont vite considérés par le monde académique comme partisans, manquant de rigueur scientifique et incarnant de manière extrême le mythe d’une oppression systématique des dhimmis en terre d’Islam.

Bat Ye’or, vous le voyez, divise. Les milieux de droite et d’extrême droite, dont néo-conservateurs ou pro-israéliens l’encensent, et ses pourfendeurs n’hésitent pas à la qualifier d’alarmiste, conspirationniste et raciste.

C’est pourquoi il apparaît essentiel d’offrir Tribune à la philosophe Nadia Lamm pour qu’elle donne un autre point de vue sur Bat Ye’or, en réponse à  Jean Birnbaum qui propose, lui, d’exclure Bat Ye’or de toute réflexion pertinente sur le devenir de l’Europe.

Un autre point de vue sur Bat Ye’or : du fratricide à la possibilité de la fraternisation

Faut-il avoir peur de Bat Ye’or ? Je pose cette question après avoir lu l’article de Jean Birnbaum dans le Monde des livres du 16 février 2018, « Bat Ye’or, l’égérie des nouveaux croisés » dans lequel, ayant rappelé l’article de l’historien Ivan Jablonka   » La peur de l’Islam. Bat Ye’Or et le spectre de l’Eurabie »,  il énonce les motifs qu’il y a selon lui, d’exclure Bat Ye’or de toute réflexion pertinente sur le devenir de l’Europe.

Je résume son argumentaire puis je viendrai sur le fond du problème pour exposer mon propre point de vue sur l’œuvre de Bat Ye’or, le point de vue d’un professeur de Philosophie en charge des aspects philosophiques et pédagogiques de la formation des Maîtres en ESPE (Ecole supérieure du professorat et de l’éducation).

Bat Ye’or, écrit Jean Birnbaum, a été adoubée par des auteurs néo-conservateurs français (l’organe de presse Valeurs actuelles),  anglo-saxons (Daniel Pipes, Niall Fergusson) : elle ne peut donc par définition être que réactionnaire, voire carrément néo-nazie si on se souvient qu’elle fut citée « plusieurs dizaines de fois » par Anders Breivik, le tueur norvégien auteur des attentats d’Oslo et d’Utoya en 2011 « dans l’épais « manifeste » où il explicite ses motivations. » Accessoirement, nous apprenons aussi qu’elle est retenue comme un auteur pertinent par le romancier Michel Houellebecq (de gauche? De droite? En tous cas cité à côté de Valeurs actuelles  donc implicitement classé comme néo-conservateur, lui aussi). Tout y passe : le néo-pétainiste avéré (c’est moi qui l’ajoute) Zemmour, Oriana Fallaci, Ivan Rioufol, Maurras et autres Philippe de Villiers pour enfoncer le clou : car ce que veut sans doute démontrer ainsi Jean Birnbaum, c’est qu’il n’est pas possible d’être saluée par tant de coquins sans en être une à son tour.

Les autres arguments sont pitoyables : Bat Ye’or (allias Gisèle Littman) est ainsi dite car elle est juive; son nom signifie « fille du Nil » en hébreu (?) J’ai vérifié, « or » רוא signifie en hébreu : lumière, ce qui tend à montrer qu’elle a choisi son nom en référence à la vérité qu’elle recherche et non au Nil, contrairement à ce qu’écrit, après tant d’autres, Birnbaum); elle serait tenaillée par « des obsessions pugnaces » et des « angoisses virulentes » (dixit Birnbaum) liées à son passé en Egypte avec toute sa famille, notamment durant la Seconde Guerre mondiale et les persécutions antisémites auxquelles se livrèrent, sous l’égide de Rommel et des Frères Musulmans, les foules égyptiennes – mais Birnbaum prend soin de citer tous les évènements antisémites d’après –guerre en Egypte, comme pour charger la mule et accréditer la thèse d’une femme devenue folle sous la pression des malheurs subis alors que son Autobiographie politique montre une jeune femme résiliente – elle n’emploie pas ce mot elle-même mais je crois qu’il s’applique parfaitement – qui, arrivée en catastrophe à Londres, rendra amoureux fou une jeune historien juif, David G. Littman (1933 – 2012) auteur, avec  un autre historien de renom, Paul B. Fenton, de l’ouvrage de référence sur la vie des Juifs en terre d’Islam : L’Exil au Maghreb. La condition juive sous l’Islam, 1148 – 1912 (éd. PUPS, Paris-Sorbonne, 2010),  auquel elle se mariera, avec lequel elle retrouvera une vie familiale équilibrée et prospère (ils auront trois enfants et ils vivront ensemble une vie amoureuse et intellectuelle passionnée et passionnante jusqu’à la fin de la vie de David qui, au passage, fut aussi un ardent défenseur des droits de l’homme à la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies à Genève, et un lecteur assidu des articles et des livres de sa femme qu’il encouragea sur le plan intellectuel tout au long de sa vie. Retenir la biographie – une biographie tronquée – comme argument contre les écrits – des écrits qu’on ne prend même pas la peine de relever et de discuter – est un procédé qui relève de la chasse aux sorcières, on en conviendra, ce qui ne laisse pas d’inquiéter dans le contexte de retour des droites-extrêmes un peu partout en Europe.

Malheureusement la démonstration de Birnbaum  possède un angle mort de taille qui la fait capoter : Jean Birnbaum « oublie » que les travaux de Bat Ye’or ont été salués par des auteurs comme Robert Wistrich (1945 – 2015), historien israélien mondialement reconnu de l’antisémitisme, Jacques Ellul, sociologue du travail, théologien protestant et philosophe des religions plutôt classé à gauche (Birnbaum le reconnaît avec la mention d’ « intellectuel libertaire ») et qui a laissé derrière lui une réflexion certes intransigeante mais qu’on peut aussi trouver salutaire sur l’islam, qui, croyons-le, en a tout autant besoin que les autres religions, dans la mesure où le penchant naturel de toute religion – puisqu’elle possède ou du moins croit posséder – « la » Vérité absolue révélée (de loin supérieure à toutes les vérités relatives que nos pauvres cervelles humaines sont capables de dégager en sciences ou en philosophie) est de vouloir contraindre la terre entière à l’adopter. Et rappelons ici que ce n’est qu’au décours du Concile de Vatican II (1961- 1965) que le catholicisme romain en rabattit de sa prétention à vouloir convertir les masses urbi et orbi, et de ses stéréotypes antijuifs théologiquement argumentés : « le peuple déicide », la perfidie juive » qui, d’après les travaux de Jules Isaac ne furent pas les derniers à encourager le judéocide nazi perpétré avec la complicité d’une majorité en  Europe.  Aux côtés de l’historienne nous trouvons aussi, aujourd’hui, un humaniste qui s’est engagé dernièrement de manière exemplaire contre l’antisémitisme dont il rappelle que la gauche marxiste et socialiste ne fit pas la fine bouche pour l’adopter comme adjuvant de la lutte des classes (cf la « stratégie de la trouée »), Alexis Lacroix, auteur de Le socialisme des imbéciles. Quand l’antisémitisme redevient de gauche, éd. De la Table Ronde, 2005, et dernièrement, de J’accuse… ! 1898 – 2018. Permanences de l’antisémitisme, (éd. De l’Observatoire, 2018).  

Jean Birnbaum choisit un angle d’attaque qui, on en conviendra pour l’auteur d’ Un silence religieux, la gauche face au djihadisme (Le Seuil, 2016), ne manque pas de sel : voilà un auteur (Bat Ye’or), qui dérogeant  à la loi du silence qui prévaut – selon Birnbaum lui-même ! – à gauche, a placé au centre de sa réflexion… le djihadisme islamiste, précisément, et que Birnbaum, sans faire ni une ni deux, mais en obéissant au réflexe conditionné que lui-même dénonce chez les journalistes et les écrivains dits de gauche, tente de dissuader de penser et d’écrire en la renvoyant, selon les codes en vigueur que lui-même a longuement décryptés et dénoncés dans son livre,  à … l’islamophobie ! Ne pourrait-on pas dire qu’il illustre lui-même à merveille le processus de dhimmisation des esprits que Bat Ye’or précisément diagnostique à travers ses livres, et que c’est précisément là où le bât le blesse? Et faut-il rappeler encore et encore l’opuscule de Charb : Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes (Librio, 2015) ? : Charb néo-nazi ? Boualem Sansal néo-nazi ? Kamel Daoud néo-nazi ? Ghaleb Bencheikh qui dans son émission du dimanche matin 4 mars 2018 intitulée Lire et comprendre le Coran convoque deux  érudits en islamologie (l’islamologue Michaël Privot et le coranologue Karim Ifrak) pour souligner l’état d’arriération doctrinaire (littéralisme et fermeture dogmatique) de la théologie islamique prédominant actuellement à travers toutes les aires de l’islam, chiite et sunnite et les quatre courants dominants du sunnisme : hanbalisme, malikisme, chafiisme et hanafisme, tous trois néo-nazis? Chahdortt Djavann qui aida la commission Stasi en 2003- 2004 à adopter la loi du 15 mars 2004 contre le port de signes religieux ostensibles à l’école, néo-nazie?  Et toutes celles et tous ceux qui, à travers les pays où s’applique la Charia, militent à leurs risques et périls pour la liberté de conscience, de conviction et de culte,  l’égalité hommes-femmes, les droits de l’enfant, mais aussi ceux qui ici-même en France font de courageuses mises en lumières régulières du clientélisme islamiste des partis politiques : Malika Sorel, Lydia Guirous, Jeannette Bougrab, Zineb El Rhazoui et alii : néo-nazi(e)s ? Vous délirez Monsieur Birnbaum !   La reductio ad hitlerum a quand même des limites!

La question qui nous est posée actuellement est celle-ci : pourquoi un écrivain et un poète reconnu comme Michel Houellebecq se confie-t-il à une revue d’extrême-droite nationaliste et xénophobe comme Valeurs actuelles ? Pourquoi un ex-professeur de Philosophie et auteur menacé d’une fatwa comme Robert Redeker écrit-il dans une revue néo-païenne d’extrême-droite comme Eléments? C’est qu’ils ont un public qui attend leurs analyses, Monsieur Birnbaum, et qu’ils ne trouvent audience que là, car Le Monde et vous les avez estampillés islamophobes et néo-cons, par facilité, par lâcheté aussi. Voilà qui est dit.

Permettez-moi aussi de vous dire ce qu’il en est des réalités pédagogiques et en quoi les recherches documentées de Madame Bat Ye’or ont été, dès la parution d’Eurabia, et restent pour moi une incitation à penser par moi-même et à encourager les étudiants à faire de même.

Le métier de professeur-formateur est un poste d’observation privilégié pour ce qui est de l’évolution des mentalités et de la détermination plus ou moins avérée chez les jeunes professeurs à vouloir défendre le patrimoine, aujourd’hui en danger, pour cause de communautarisme islamiste, des valeurs de la République.

Une certaine libération de la parole antisémite, signalant une misère intellectuelle certaine sur ce sujet et sur celui des religions, se fait jour chez ces jeunes, à la faveur du climat délétère qui s’est installé en France au début des années 2000 (je n’ai pas pu vérifier par moi-même ce qu’il en est de la jeunesse des autres pays d’Europe mais la montée des néo-populismes d’extrême-droite partout en Europe est assez parlante pour tout observateur sérieux de la vie politique).

Dans un colloque co-organisé par l’ESPE de l’Académie de Rouen et l’IRTS en février 2015 (les Actes de ce colloque sont parus aux éditions de l’Harmattan en 2017 sous le titre : La Laïcité à l’épreuve des identités. Enjeux professionnels et pédagogiques dans le champ éducatif et social sous la direction de Manuel Boucher) je décrivais ce qu’était à ce niveau mon expérience professionnelle : dès lors que fut mis en place l’enseignement des faits religieux dans l’école laïque, c’est-à-dire au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, avec ses formations initiales et continues, je fus à même de juger de l’état d’ignorance et de prévention dont les signifiants « juif » et « judaïsme » étaient affectés  dans les publics de professeurs et conseillers pédagogiques – et je vais ici citer mon propre article :  « Lors du premier stage de Formation continue sur cette thématique, j’avais pris en charge l’exposé sur le judaïsme, d’autres collègues traitant qui du christianisme, qui de l’islam ou encore du bouddhisme et de l’hindouisme. Or à peine avais-je ouvert la bouche pour faire mon exposé qu’un stagiaire m’interpella ainsi : « Madame est-ce que tout ce qu’on dit sur les Juifs est vrai ou pas? » (sic) Comme la question n’était pas agressive et que tout le groupe visiblement intéressé attendait ma réponse, je pris un temps d’arrêt et je dis : « vous voulez sans doute parler des stéréotypes antisémites qui ont toujours cours, je n’ai pas prévu d’exposé là-dessus mais je vais vous rédiger  un polycopié que vous pourrez lire chez vous. Le polycopié déconstruisant les stéréotypes antisémites fut distribué dès le lendemain. Une autre fois, une CPE (Conseillère pédagogique d’éducation) me demanda : « Mais alors, Madame, le complot juif n’existe pas? » Question qui ne sembla saugrenue à personne dans son groupe. Et il faut immédiatement ici relever non seulement le contenu de ces questions mais le fait qu’elles aient pu m’être posées: ainsi la charge négative communément admise du signifiant « juif » permet encore, au XXIème siècle, en France, un clivage de conscience tel que les deux qualités de professeur et de Juif (-ve) s’excluent mutuellement, ce qui aboutit à faire comme si la question n’avait rien d’offensant, « les Juifs » étant une sorte de réalité abstraite, imaginaire, dont le professeur en chair et en os ainsi interpellé ne pouvait en quelque sorte écoper.  »

Ces faits démontrent à l’envi, ce qui était prévisible : nul enseignement sur la Shoah ne pouvait venir à bout des stéréotypes antisémites car cet enseignement de type historique ne remonte pas à la racine de la vindicte antijuive des deux monothéismes dérivés, racine qu’il est difficiles de comprendre car elle met en jeu, comme toute discrimination, à la fois des pratiques socio-économiques et politiques et des représentations accompagnés d’un langage dit performatif ; pour l’antijudaïsme chrétien suivi  par les versions islamiques de cette haine, qui inclut du reste les Chrétiens, mais aussi par des versions séculières (notamment philosophiques – cf. Francis Kaplan, La Passion antisémite habillée par ses idéologues, éd. Le Félin, 2011 – et non exclusivement racialistes), le travail anthropologique et donc transdisciplinaire restant à faire est celui de l’étude de la rivalité mimétique intra-monothéiste et de ses esquisses de résolution, dès les textes fondateurs,  via le désir universel de fraternisation (je prends ici le risque d’une anthropodicée audacieuse) qui s’exprime, me semble-t-il aussi à travers la montée aux extrêmes provoquée par l’islamisme, qui est la vision fermée et obsidionale de l’islam en proie à ses démons mais aussi, je le souhaite et je l’espère, de l’islam en proie aux douleurs de l’enfantement d’un visage pacifié de l’islam, un visage compatible avec la sortie du littéralisme et du dogmatisme fanatique. Et c’est là où Bat Ye’or fait œuvre utile en investissant le rôle de lanceur d’alerte qui étudie un mal qu’il nous appartient de reconnaître avec elle pour lui opposer toute notre résistance fraternelle l’aidant ainsi à se délivrer de ce que le regretté Abdelwahab Meddeb appelait dans le titre de l’un de ses livres La Maladie de l’islam (Le Seuil, 2002).   

Il m’arrive souvent de rappeler que la critique de certains aspects des religions n’équivaut pas à la critique des croyants de ces religions qui ont, à leur niveau, le rapport qui est le leur à ces religions, rapport qui leur appartient et qui n’a pas à être discuté ou critiqué tant qu’il ne trouble pas l’ordre public. Il y a dans la critique des religions, même féroce ou jugée blasphématoire par les intégristes, de quoi amender ces religions, de quoi les faire réfléchir à leurs dérives et en ce sens, on peut dire que la critique des religions par les Lumières  n’a pas abouti à leur abaissement ou à leur annulation pure et simple mais à leur purification de tout ce qu’elles pouvaient contenir de dommageable pour elles et pour leurs fidèles, à commencer par leur propension à se laisser instrumentaliser par et à vouloir réciproquement instrumentaliser la politique. Je fais remarquer à mes étudiants combien les messages des papes catholiques ont gagné en crédibilité depuis que ceux-ci ont cessé de vouloir pourfendre la laïcité : ils deviennent des repères moraux en quelque sorte universels et des mieux autorisés parce qu’ils ne dépassent pas leurs prérogatives, prenant ainsi leur place au mieux, toute leur place, mais rien que leur place – et elle est déjà immense si tant est qu’ils plaident comme les anciens prophètes d’Israël contre le mercantilisme à outrance et contre l’oubli de la fraternité dans tous les domaines.

De même, critiquer les actes d’un élève ce n’est pas le réduire à ceux-ci, c’est au contraire l’aider à y réfléchir afin de faire de meilleurs choix à l’avenir. Personne ne doit être identifié à « la » violence  parce qu’il s’est rendu coupable d’une ou de plusieurs violences. Nous appelons cela le « postulat d’éducabilité. » Quand je cite le Concile de Vatican II en rappelant qu’il a réussi à surmonter 1965 ans d’antijudaïsme théologique, je n’oublie pas les Justes chrétiens qui aidèrent les Juifs durant l’Occupation et ne sont pas à amalgamer à cet antijudaïsme théologique – mais il est vrai que je critique le catholicisme officiel d’avant 1965 avec la thèse du « peuple déicide » (Jésus pourtant y appartenait, à ce peuple, cherchez l’erreur!) et la génuflexion au moment de la prière du Vendredi saint pour les « Juifs perfides » (on dirait aujourd’hui : mécréants!) . Le monothéisme a apporté avec lui l’idée philosophique que l’humanité n’est qu’une seule et même grande famille; mais cette fraternité sous l’égide d’un Dieu Un a aussitôt provoqué une angoisse identitaire : qui est alors le fils préféré, le peuple élu? La descendance d’Isaac ou celle d’Ismaël, celle de Jacob ou celle d’Esaü ? Les jumeaux se défient, se battent et veulent s’entretuer ce qui est bien normal et arrive dans toutes les familles… avant que la sagesse ne vienne rappeler que la jalousie n’est qu’une admiration qui ne s’assume pas … mais pourrait s’assumer en sortant des ruminations tristes et en se disant que puisqu’il y a admiration, il y a égalité selon le beau diction « admirer c’est égaler ». Le plus fort n’est pas celui qui tue par jalousie mais celui qui inhibe la pulsion de meurtre et réussit à la sublimer en réalisations symboliques : œuvres d’art, de théologie, de philosophie, d’architecture, de sciences… se mettant lui-même au défi de dépasser les autres en s’auto-dépassant, comme dans l’olympisme. Bien sûr que nous n’en sommes pas là aujourd’hui mais Vatican II a donné l’exemple, mais l’universel de rayonnement (Levinas) d’Israël et des Justes des nations, reconnus aussi dans le Coran, par-delà le devoir de prosélytisme que notre laïcité a la responsabilité de combattre comme elle l’a combattu pour les velléités catholiques, mais le refus des sacrifices humains – le Coran prétend que c’est Ismaël et non Isaac qu’Abraham fit monter au lieu du sacrifice avant de prendre conscience de son erreur – tout cela et c’est encore fort peu, mais je ne suis pas islamologue – permet d’augurer de meilleurs lendemains. Est-ce que cela pourra se réaliser avant de nouvelles guerres fratricides ? Je ne suis pas devin. Je ne peux comme tout un chacun que l’espérer: étant tous frères nous sommes par-là même assignés au devoir d’inventer des issues constructives à la rivalité mimétique, voulons-nous ou pas relever ce défi?

Est-il fasciste de reprendre un enfant musulman  parce qu’il a tenu un propos antisémite?

Cette réalité misérable d’enfants eux-mêmes parfois victimes du racisme et qui croient se venger en se proclamant antisémites existe et a été abondamment illustrée par les deux éditions des Territoires perdus de la République, (éd. Mille et Une nuits, 2002, 2004) mais aussi par le témoignage poignant de Bernard Ravet, Principal de collège ou imam de la République ?  éd. Kero, 2017 sans parler des Rapports annuels de la CNCDH (Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme) ou encore du Rapport sur les Signes et les manifestations d’appartenance religieuse dans les établissements scolaires de Jean-Pierre Obin en 2004, pour ne rien dire des chiffres de l’émigration des Juifs de France à l’étranger.

Sartre montre tout ce qu’il y a de raciste-paternaliste dans le fait de l’autocensure en matière de critique, dès qu’il s’agit des peuples du Sud :

« Quand on considère le racisme il ne faut pas considérer l’antiracisme comme un état de lutte avec l’extérieur, il faut aussi le considérer comme un état de lutte contre soi. Je ne crois pas qu’on ne m’ait jamais traité de raciste, c’est pourquoi je puis dire que je suis certainement entaché de racisme par mon enfance, et qu’on ne s’en débarrasse que par une lutte constante. Il y a eu, chez moi, à un certain moment une façon d’être trop gentil avec des gens qui venaient du tiers-monde, c’était alors les colonies, et qui m’apportaient un manuscrit qui était mauvais. A un Français, à un Blanc, j’aurais dit: il est mauvais. A eux, je prenais pour le dire, des circonvolutions que je prenais pour de la courtoisie, et qui en réalité traduisaient un certain racisme dont d’ailleurs je me suis débarrassé depuis. Mais il y a certainement d’autres niveaux de racisme que j’ai encore et dont je peux me débarrasser. »

Je relève, pour ma part,  que lorsqu’ un élève d’origine française se livre à des agressions antisémites, il est toujours repris et sanctionné. L’élève « issu de l’immigration » qui se laisse entraîner aux insultes et aux violences antisémites sans jamais être sanctionné, c’est qu’il fait peur, parce qu’il chasse en meute; mais il est aussi par là même abandonné à ses préjugés, à son impulsivité, à son conformisme communautariste: n’y aurait-il pas là-dedans un bien suspect fatalisme – pour ne pas dire tout crûment du racisme? Quand je dis cela en formation, ce sont les étudiants d’origine maghrébine et africaine qui m’approuvent et je les comprends. Or il suffirait, en début d’année, que l’encadrement – Inspecteurs d’Académie, Directeurs et Directrices d’école, équipes enseignantes, Conseillers pédagogiques, représentants des Parents d’élèves se rendent en délégation dans chaque école, dans chaque collège et dans chaque lycée pour donner le « la » et faire entendre les lignes rouges à ne pas transgresser : le racisme, le sexisme, l’antisémitisme, la laïcité – sans noyer le tout dans l’expression ambigüe de « harcèlement scolaire ». Pour la laïcité, je préconise que la première séance de l’année soit consacrée sur tout le territoire, à une explication de ce qui différencie et oppose la tolérance (sous les Edits successifs de tolérance la France connut huit guerres de religion au XVIème siècle, et dans les Etats islamiques actuels la tolérance chasse et pogromise régulièrement les tenants des religions minoritaires mais aussi les athées, les homosexuels, les agnostiques et les dits « apostats » qui ont eu le tort de penser que la religion était d’abord une affaire entre eux et Dieu et non un sujet politique)-  et la laïcité, égalité sous une loi commune de tous les cultes et de toutes les options philosophiques dès lors que les uns et les autres ne troublent pas l’ordre public – après quoi tous les parents seraient amenés à signer le règlement intérieur de l’école ou de l’établissement scolaire, celui-ci contenant le rappel de la Loi de 1905, de la loi du 15 mars 2004 et de celle du 11 octobre 2010,  à côté des autres articles consacrés à l’obligation d’assiduité, aux retards, aux absences, etc…Ce rituel d’intronisation à la laïcité notre seul garant de paix sociale et ces temps de réveil des aspirations religieuses, sans doute du fait de l’échec de l’espérance marxiste qui prévalait dans ma jeunesse, pourrait constituer un rite de passage bien utile pour tous, et je me permets ici de le recommander à M. Jean-Michel Blanquer, mon ministre de tutelle, juste après la chorale de la rentrée qu’il préconise.

Qui, du diagnostic étayé de Mme Bat Ye’Or quand elle dénonce documents officiels à l’appui, une realpolitik européenne appelée dans ces mêmes documents, cités et photogaphiés et non par Bat Ye’or elle-même, Eurabia,  ou de la réalité ipsa est en question? Fait-on à Madame Bat Ye’or le même procès superstitieux qu’à Cassandre? Celle qui voit et dit nos errements en serait-elle la coupable-responsable pour délit de discernement? Faut-il ou ne faut-il pas voir ce que l’on voit? La réponse pour certains éminents hommes de gauche aujourd’hui semble se résumer à la statue des trois singes : ne rien voir ne rien entendre et ne rien dire. Mais la réalité insiste et signe et les marque à la culotte. La position épistémologique et morale de Mme Bat Ye’or est la seule tenable à mes yeux : on ne peut guérir une maladie en l’ignorant (pensée magique des enfants) mais seulement en la diagnostiquant sérieusement (cf. Albert Camus : « L’idée peut sembler risible mais la seule façon de combattre la peste est l’honnêteté. »)

Attention, messieurs les censeurs ! Nos compatriotes musulmans ne sont pas des crétins à amadouer avec de la moraline anti-islamophobe à trois francs six sous. Ils sentent bien la lâcheté et la démission qui percent sous les soi-disant propos anti-racistes; ils savent que ce sont les islamistes qui remportent dès lors la mise, car ils ont vu cette dérive dans les pays dont ils sont partis,  précisément pour pouvoir être libres. J’aimerais qu’on leur fasse, à eux et à leurs enfants un accueil plus digne.

Nadia Lamm

Soutenez Tribunejuive.info

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , , , , , , , ,
Publié dans opinions
18 commentaires pour “Faut-il avoir peur de Bat Ye’or ? par Nadia Lamm
  1. MAMOU ANDRÊ dit :

    Félicitations Madame Lamm! J’ai lu de bout en bout votre article écrit dans une langue limpide ! Il apporte des éléments de réflexion qui s’imposeront .Je suis admiratif devant votre talent mis au service d’une pensée féconde . Recevez mes hommages et croyez en mon respect.
    André Mamou Rédacteur en chef.

    • Nadia Lamm dit :

      Merci beaucoup Monsieur Mamou, votre appréciation, en tant que Rédacteur en Chef de Tribune juive m’honore profondément. Il y a longtemps que je lis les analyses de Tribune juive et que je m’en trouve enrichie.Votre travail est une œuvre d’intérêt général que j’admire et respecte.

  2. OLIVIER COMTE dit :

    Dans ma jeunesse,les années 50, j’ai connu l’enseignement du peuple déicide. C’était celui, incertain des Evangiles, non du catéchisme. L’idée de déicide étant stupide par principe –Dieu est immortel– l’incarnation humaine de Dieu fut mise à mort et ressuscita. Il n’y avait, parmi nous, aucune hostilité contre le judaïsme, religion vaincue, ou contre nos camarades lycéens Juifs, l’hostilité persistait contre la religion prétendue réformée. Vatican II fut le résultat d’une évolution, non une rupture. La rupture n’existe pas pour le catholicisme, seulement l’insoumission hérétique. Fénelon, qui passe pour libéral, comme hérétique mou, dénonça « l’abomination » de la circoncision de Jésus, le reconnaissant comme Juif. Le drame de l’antisémitisme catholique est le drame du soutien réciproque entre le pouvoir politique et l’Eglise et le soutien à la monarchie, puis l’opposition à la République.

    Cette erreur dramatique du mélange des genres est toujours la source d’un antisémitisme moderne, se présentant ou étant présenté comme de gauche ou d’extrême gauche. Tous ces publicistes sinistres qui s’engloutissent dans une action, par nature, antirépublicaine sont des GAUCHISTES, vieille incarnation de la stupidité et de l’orgueil politique, puis des mêmes travers idéologiques multicartes. La stupidité Proudhonienne se poursuivait par le crétinisme « révolutionnaire » de mai 68, un bavardage vaniteux, sans perspective révolutionnaire, sans analyse de classes, sans projet politique sinon une utopie destructrice, ou se voulant destructrice des toutes les formes historiques du combat politique, annonçant l’anarchie Macronienne.
    Les bavards, comme M. Birnbaum, ne peuvent être rattachés à une pensée de gauche qui porte principalement sur le rôle de l’Etat.
    Cette réflexion disparaît progressivement au profit de la bien pensance, laissant quelques îlots royalistes ou gaullistes et des bouchons républicains sans attache. Il n’existe plus qu’un seul mouvement révolutionnaire, que je n’ approuve pas: Lutte Ouvrière qui soutient correctement pour des trotskystes que « l’islamophobie » est une connerie idéologique et que toutes les religions et les églises sont, par nature, les ennemies des travailleurs. Le nouveau parti anticapitaliste, ou toute autre appellation fantaisiste d’organisation mondaine, sont des bouffons sans base sociale.

    Les intellectuels gauchistes ont abandonné toute prétention révolutionnaire et tout but politique; leurs écrits et paroles n’engagent pas la gauche historique. J’aimerais que cela soit dit.
    La qualité, induite, du livre de Bat Y’eor et la qualité du texte de Nadai Lamm me poussent, à nouveau, à remplir Tribune Juive de mes plaintes. Je sais aussi pratiquer la condamnation et les divagations de ces gauchistes hors politique, qui manient plus le tampon de l’anathème que la réflexion, sont condamnables et dangereuses.

  3. Nicolas Krebs dit :

    Du coup, êtes vous convaincue par la démonstration, êtes vous d’accord avec Bat Ye’or que aujourd’hui l’Europe est « une extension culturelle et politique du monde arabo-musulman »,
    que l’Europe est « fondamentalement antichrétienne, antioccidentale, antiaméricaine et antisémite », que l’Union européenne et les pays européens « sont parmi les plus grands pourvoyeurs d’antisémitisme au niveau mondial », que les Européens sont arabophones et antisémites ?

  4. André dit :

    « le Coran prétend que c’est Ismaël et non Isaac qu’Abraham fit monter au lieu du sacrifice avant de prendre conscience de son erreur  »

    Quelle sourate ? Car à ma connaissance le Coran ne parlerait justement que du sacrifice d’Isaac…

    cf. David Belhassen connaissant parfaitement l’arabe coranique et ses nombreux emprunts à l’hébreu… : https://davidbelhassen.blogspot.fr/2017/05/sacrifice-disaac-ou-dismael-qui-est.html

    • Nadia Lamm dit :

      @ André : voyez le site suivant :

      http://www.al-ihsaan.com/2010/11/14/le-sacrifie-ibrahim-abraham-isma3il-ismael-ou-ishaq-isaac-par-imam-ibn-taymiyyah/

      ou le site IslamHouse.com en tapant : Le sacrifice d’Abraham: Ismaël ou Isaac ?

      Un autre site : http://www.maison-islam.com en tapant : Qui est le fils de Abraham qui faillit être sacrifié: Isaac ou Ismaël ? se réfère à la sourate 37, 99-111 et présente diverses interprétations, les unes favorables à Isaac, les autres, plus nombreuses penchant en faveur d’Ismaël, au vu de la mention « fils unique » – Ismaël étant né avant Isaac. Cette polémique ayant pour cause le fait que la sourate ne nomme pas explicitement Ismaël.

      En règle générale le Coran affirme être le rétablissement de la « bonne » version du message divin, les Ecritures saintes ayant été falsifiées par les Juifs et les Chrétiens; tous les personnages de la Bible sont dits musulmans, soumis à Allah, l’Islam étant le seul vrai monothéisme. Cela est connu et un arabisant comme le psychanalyste Daniel Sibony en a traité dans plusieurs de ses livres.

      • André dit :

        Justement, dans le texte de cette sourate seul le nom d’Isaac est écrit alors que pour Ismaël il est mentionné soit en commentaire soit carément rajouté dans le texte entre parenthèse pour les traductions. Et les exégètes musulmans le savent bien…

  5. Nadia Lamm dit :

    @ André : voyez le site suivant :

    http://www.al-ihsaan.com/2010/11/14/le-sacrifie-ibrahim-abraham-isma3il-ismael-ou-ishaq-isaac-par-imam-ibn-taymiyyah/

    ou le site IslamHouse.com en tapant : Le sacrifice d’Abraham: Ismaël ou Isaac ?

    Un autre site : http://www.maison-islam.com en tapant : Qui est le fils de Abraham qui faillit être sacrifié: Isaac ou Ismaël ? se réfère à la sourate 37, 99-111 et présente diverses interprétations, les unes favorables à Isaac, les autres, plus nombreuses penchant en faveur d’Ismaël, au vu de la mention « fils unique » – Ismaël étant né avant Isaac. Cette polémique ayant pour cause le fait que la sourate ne nomme pas explicitement Ismaël.

    En règle générale le Coran affirme être le rétablissement de la « bonne » version du message divin, les Ecritures saintes ayant été falsifiées par les Juifs et les Chrétiens; tous les personnages de la Bible sont dits musulmans, soumis à Allah, l’Islam étant le seul vrai monothéisme. Cela est connu et un arabisant comme le psychanalyste Daniel Sibony en a traité dans plusieurs de ses livres.

  6. Amouyal dit :

    Birnbaum est plus proche d un commissaire politique chargé de remplir un goulag que d un quelconque titre intellectuel , il vehicule une doxa commune a l extreme gauche et aux grands patrons français tenants ( a travers le quai d orsay et leurs relais ) d une politique favorable aux ventes de toute quincaillerie aux dictatures arabes

  7. Ingrid Israël Anderhuber dit :

    Nadia Lamm, Vous parlez de « vindicte antijuive des deux monothéismes dérivés » et d’« antijudaïsme chrétien ».

    Pour ce qui concerne ces « deux monothéismes dérivés », je dois comprendre que l’un deux est le Messianisme, plus connu sous l’appellation « Christianisme » [traduction du terme « oint », selon l’utilisation de l’hébreu ou du grec], n’est-ce pas ?

    Il faut alors savoir que le Messianisme (ou Christianisme) BIBLIQUE n’est absolument pas un « monothéisme dérivé » mais la Nouvelle Alliance divine scellée par le SANG du Messie, Jésus (cf Bonne Nouvelle – ou Evangile – de Levi-Matthieu chapitre 26, versets 26 à 28). C’est la seule alliance divine officiellement en vigueur et praticable depuis la destruction du Temple de Jérusalem en 70, alliance qui repose sur le sacerdoce messianique de Jésus, « Dieu l’ayant proclamé souverain sacrificateur éternel selon l’ordre de Melchisédek » (Lettre biblique de Saul-Paul aux Hébreux, chap. 5, v. 5 à 10). Dieu n’a pas plusieurs contrats d’alliance selon que l’on est Juif ou non-Juif mais un seul ouvrant désormais l’accès à son trône à toute personne, Juive et/ou non-Juive, faisant une démarche vers lui uniquement par le biais du souverain sacrificateur Messie, Jésus (Hébreux chap. 4, v. 14 et suivants). En effet, le « Judaïsme » BIBLIQUE dont Moïse avait été le médiateur, qui en fait n’a jamais été une religion mais une alliance avec Dieu (Exode 24, un contrat, si vous voulez), et qui reposait, quant à elle, sur le sacerdoce lévitique lié au Temple de Jérusalem, a disparu officiellement avec ce dernier.

    Par conséquent, lorsque l’on parle de Messianisme, il ne peut absolument pas être question de « dérivé », puisqu’il n’existe pas d’autre « Judaïsme » que le Messianisme de Jésus, pas plus d’ailleurs qu’il ne peut être question d’« antijudaïsme chrétien », puisqu’il n’y a pas d’antijudaïsme dans le Messianisme BIBLIQUE qui est d’essence non pas étrangère mais bien JUIVE, Jésus ayant été JUIF en Israël. Si donc l’on veut qualifier précisément cet antijudaïsme, disons le clairement « catholique ». Car l’antijudaïsme existe uniquement en relation avec les religions DERIVEES du Messianisme BIBLIQUE – et là ce terme « dérivé » est parfaitement approprié. Ces religions dérivées sont en fait les bricolages des enseignements messianiques qui se trouvent dans la BIBLE. Et ce sont ces atteintes aux textes originaux qui ont entraîné beaucoup de confusion dans les esprits et les stéréotypes antijuifs que nous connaissons ! Mais on peut dire la même chose du « Judaïsme » RABBINIQUE, reformulé sans le Temple et pratiqué depuis sa disparition, qui est un bricolage de l’enseignement fondamental BIBLIQUE de l’Ancienne Alliance divine disparue avec le Temple…

    Vous parlez également de « la RACINE de la vindicte antijuive ».

    Or n’oublions pas que l’ANTISEMITISME et la vindicte antijuive ont toujours existé (par exemple, génocide des enfants mâles hébreux en Egypte ; volonté de destruction de la nation juive à l’époque de Mardochaï et d’Esther). En fait, l’ANTISEMITISME est d’ordre SPIRITUEL car animé par un ESPRIT mauvais, le SERPENT ANCIEN, qui apparaît dès Genèse 3, et dont on retrouve l’esprit éternel en Exode 17, v. 16. Donc tant que ce SERPENT ANCIEN, ou Adversaire (égal diable) sera en liberté, son venin qu’est l’ANTISEMITISME continuera d’empoisonner le monde. Le diable est la RACINE de l’antisémitisme et de la vindicte antijuive. C’est pourquoi il n’y a qu’une façon de s’en débarrasser : la Bible nous fait savoir que le SERPENT ANCIEN ne sera neutralisé et lié que par le Messie, Jésus, lors de son retour en gloire (Apocalypse 20).

    En conséquence, en attendant, pour lutter contre la RACINE qu’est ce SERPENT ANCIEN, la seule chose possible à faire est de le combattre SELON SA NATURE, d’après les directives de Saul-Paul, dans sa Lettre aux Ephésiens, chap. 6, v. 10 à 18 : « Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur et par sa force souveraine. Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu afin de pouvoir tenir ferme contre les manœuvres du DIABLE. Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, MAIS contre les principautés, contre les pouvoirs, contre les dominateurs des ténèbres d’ici-bas, contre les ESPRITS DU MAL dans les lieux célestes. C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu afin de pouvoir résister dans le mauvais jour et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice ; mettez pour chaussures à vos pieds les bonnes dispositions que donne l’Evangile de paix ; prenez en toutes circonstances le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ; prenez aussi le casque du salut et l’épée de l’Esprit qui est la Parole de Dieu… ».
    C’est ici l’enseignement BIBLIQUE dont on n’a pas à avoir peur non plus…

  8. Nadia Lamm dit :

    @ Ingrid Israël Anderhuber: mon exégèse n’est pas théologique ou religieuse comme la vôtre qui semble ressortir du judaïsme messianique et qui possède tout son intérêt. Néanmoins je pense que croyants comme incroyants devraient s’interroger sur les problématiques psychologiques qui affectent les religions pour aider celles-ci à dépasser leurs conflits meurtriers. Pour cela il faut sortir des dogmes religieux et s’intéresser à la manière dont les êtres humains saisissent leurs différences et leurs conflits religieux. Des auteurs comme René Girard ou Eugen Drewerman peuvent nous y aider.

    Concernant la foi, je respecte mon devoir de réserve car je veux préserver notre toit commun protecteur, la laïcité, et en outre que je n’aime pas le prosélytisme.

    • Ingrid Israël Anderhuber dit :

      Nadia Lamm, merci d’avoir répondu. Pour clore définitivement le sujet, je dirai que je considère que « notre toit commun protecteur » n’est pas la laïcité mais la VERITE, et que c’est grâce au « prosélytisme » d’Abraham qu’Israël, et vous et moi, sommes là ». Mais ça reste mon opinion seule… Cordialement.

      • Nadia Lamm dit :

        Je comprends Ingrid Israël Anderhuber, et la laïcité, à mes yeux , n’interdit pas la reconnaissance tout à fait explicite de l’apport éthique et politique du monothéisme juif et judeo-chretien. Mais avouez que l’on a déjà beaucoup trop assassiné au nom de la Vérité, au mépris même de la Parole Tu n’assassineras pas. Je considère que le judaïsme porte un universel de rayonnement (Levinas) qui est mieux servi par le caractère éthique de nos actions que par des prêches. Aussi il me semble que la laïcité, en refroidissant quelque peu notre amour de ce que nous croyons être « la » Vérité, nous rend aussi parfois plus à même de rester justes à l’égard de nos semblables. Mais ce n’est la que mon avis personnel. Bien à vous. Nadia Lamm

  9. OLIVIER COMTE dit :

    Je ne comprends pas la formule facétieuse d’Ingrid Israël Anderhuber: « la seule alliance divine officiellement en vigueur et praticable ». Je connais plus la patristique que la théologie moderne, le marcionisme ne semble plus pratiqué et nous nous soumettons à l’enseignement clair de l’Eglise catholique
    La Nouvelle Alliance est l’accomplissement de l’Ancienne Alliance, l’Alliance de Dieu avec Israël ne peut être révoquée et le peuple Juif est toujours le peuple élu de Dieu. L’enseignement de saint Paul n’est plus retenu de façon partielle et stérile. L’Eglise utilise des mots plus simples que les mots de Nadia Lamm et les catholiques accueillent le débat religieux comme plus riche que les exercices pédagogiques et les attaques sans raison.

    L’excellent texte, sur le fond, de Nadia Lamm ne justifie pas les attaques habituelles contre la gauche, les marxistes survivants et les socialistes qui ne peuvent être cloués sur ces tabourets d’infamie que pour des actions politiques, non pour des divagations gauchistes, anarchistes et bien pensantes qui ne sont que des bavardages irresponsables. L’action politique la plus stupide ou la plus scandaleuse porte la responsabilité du groupe idéologique qui l’encadre. L’intellectuel ne représente que lui-même.Jean Birnbaum n’est pas plus de gauche que BHL.
    IIA rappelle heureusement que le Diable (en hébreu) est l’adversaire mais l’adversaire n’est pas toujours le Diable. Laissons cela aux gauchistes de tout poil.

  10. Nadia Lamm dit :

    Je suis d’accord avec les précisions théologico-historiques et les nuances politiques apportées par Olivier Comte. Mon texte laisse de côté les polémiques politiciennes pour tenter de réveiller les valeurs de la République qui me semblent trop oubliées en ce moment alors que nous en avons plus que jamais besoin :les libertés de pensée et d’expression sont mises à mal quand on diabolise le contradicteur- sans qu’on doive pour autant se rallier à lui si on est en désaccord après l’exposé de ses arguments! Les libertés de conscience, de culte et de conviction n’ont été conquises de haute lutte qu’après la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation de l’Etat et des églises et sont ultra-précieuses pour permettre à chaque individu de réaliser en toute sérénité sa recherche spirituelle, religieuse, philosophique, et politique à l’abri de toutes les pressions. A Dieu ne plaise que nous soyons jamais privés de ces libertés dont si peu d’êtres humains ont la chance de jouir aujourd’hui sur la planète. A sa façon, Bat Ye’or les incarne magistralement, c’est pourquoi j’ai jugé utile de rédiger mon texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WPNewsman

SOUTENEZ TRIBUNEJUIVE.INFO