Bashing israel : Ces journaux que j ai aimés et que je ne peux plus voir, par Sarah Cattan

Deux mots sur les réseaux sociaux : Un jour j’ai décidé de ne plus lire Le Monde. Et puis Libé aussi. 

Faut dire qu’il y avait eu, ce vendredi-là, la marche du retour à Gaza. La marche du retour Opus one. Car l’affaire, un peu comme les grèves à la SNCF, «était annoncée comme devant se jouer en plusieurs actes.

Faut dire que des milliers de Palestiniens y prirent part, demandant le retour des réfugiés sur les terres desquelles ils auraient été chassés ou qu’ils durent fuir en 1948, lors de la création de l’Etat hébreu, réclamant également la fin du blocus de Gaza par Israël.

publicitÉ


Faut dire que le gouvernement Netanyahou accusa sans ambages le Hamas d’être derrière ce mouvement de protestation. Dénonça que Tout Gaza était connecté au Hamas. Rétribué par le Hamas.

Faut dire que l’Etat hébreu, cette fois-là, s’unit pour dénoncer cette … imposture.

Faut dire que, comme il se doit, illico prestissimo, toutes les Organisations de Défense des Droits de l’homme, y compris israéliennes of course, condamnèrent Israël pour son utilisation de balles réelles contre les si pacifiques manifestants. Que l’Union européenne et l’ONU demandèrent l’ouverture d’une enquête indépendante concernant l’usage proportionné ou non de la violence par Israël face à ces manifestations. Que Reporters Sans Frontières condamna dans la foulée les tirs délibérés de l’armée israélienne contre… des journalistes.

Faut bien dire qu’un photo-reporter palestinien fut touché ce vendredi.

Faut dire alors que Le Monde[1] titra sur l’Autopsie d’une répression meurtrière à Gaza. Que juste avant, Mediapart venait de nous servir son indigne Tribune La Shoah des Palestiniens.

Serait-ce pour tout ça donc que je vous glissai, comme ça, en passant, mode ni vu ni connu, alors même que évidemment vous vous en fichez, que donc je vous glissai que moi, eh ben, je n’achetais plus ni Le Monde Ni Libé.

Depuis si longtemps.

Mais y avait aussi L’Obs. Et puis aussi Télérama.

Et puis je boycottais Les Inrocks.

Avant, y en avait plein la maison. Partout.

Avant, ces hebdos, ces quotidiens, moi j’en étais addict. Il y avait des rendez-vous. Comme dans une histoire d’amour. Des horaires. Le Monde ? Paris, 16 h. Libé ? Le matin, aux aurores. Télérama ? Dans ta boite aux lettres le mercredi. Jeudi ? C’était le jour de L’Obs. Ah l’heureux temps de la chronique de Jacques Julliard.

Avant, lorsque j’arrivais sur un lieu de vacances, elle était là, ma quête : où donc était La Presse. Dans quel bistro les lirais-je, les titres, devant ce petit noir, avant de reprendre mon vélo chargé de viennoiseries et des media les plus divers : Cuisine. Déco. Politique. Les magazines pour les petits. Et même, nobody’s perfect, j’avais une commande pour Gala. Oui. Moi. Et donc j’achetais aussi Gala. Même que je l’ai lu, Gala. Sans me cacher hein. (En vrai c’est oufissime tellement c’est … Gala, quoi)

Tout ça, c’était quand j’allais à la Presse. Quand je lisais tout. Le Figaro. Marianne. Je lisais tout. Mais ça, c’était avant. C’est fini. Telle une histoire d’amour. Un bel amour. Quand l’autre te trahit. Que toi, tu décides de tourner la page. A jamais.

Mon amie Aline, qui m’interpella au sujet des 16 morts de Gaza, et que je confondis, je l’avoue, avec ces media que j’avais fini par trouver indignes, répondit à ce post sur la presse. Ce post que j’avais cru … anodin.

Moi, m’écrivit-elle, j’attends toujours le Nouvel Obs le jeudi et je lis même certains articles de Médiapart en m’énervant, Le Monde et Marianne certains jours et selon l’actu. Mais plus Libé et ne regarde plus les infos à la télé sur 28 minutes sur Arte et je te lis aussi …

Peut-on encore se parler ? Ou ne suis-je plus fréquentable parce qu’intoxiquée par les médias anti israéliens ? 🙂 En fait je ne plaisante qu’à moitié, crut-elle bon d’ajouter.

A mon amie Aline, avec laquelle nous menâmes jadis tant de belles batailles communes, à Elle et à tous ceux qui pensent comme Elle, mais aussi à tous ceux-là qui oseraient ne pas penser comme moi, je réponds, stupéfaite, que bien sûr nous nous parlerons toujours. Que ça n’est pas moi qui jamais porterai au Tribunal les divergences d’opinion, les travestissant en criminels délits.

A vous tous, je réponds que nous ferions mieux de nous alarmer de l’insupportable procès fait à Georges Bensoussan. De ce verdict capital auquel nous sommes trop peu nombreux à être suspendus. Alors qu’il marquera un jour décisif : sera-t-il demain permis de proférer dans un débat une critique qui touchât, de près ou de loin, à l’Islam. Cela sans être taxé du sceau de l’infamie, de l’injure suprême : islamophobie. Sans être amené à en rendre compte au sein-même du Palais de Justice.

Il n’est que là, Aline, mon seul ennemi. La désinformation systématique que subit israel.

Je les ai tant aimés. Mes journaux chéris cesseront-ils un jour de focaliser sur Israël. La soigneront-ils, leur fixette, leur obsession ? En finiront-ils, de demander à un seul pays, toujours le même, un pays  qui certes n’est pas le meilleur mais en tout cas pas le pire du monde, l’excellence. La perfection. Alors même qu’ils se courbent et font mine de les avoir zappés, le gaz sarin  contre les syriens, les bombardements des kurdes par les Turcs, obsédés qu’ils sont à dénoncer ce bordel de l’insolent Tsahal. Tsahal qui prétendrait interdire une invasion du territoire d’Israël.

Sarah Cattan

[1] 3 avril 2016.

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans médias
8 commentaires pour “Bashing israel : Ces journaux que j ai aimés et que je ne peux plus voir, par Sarah Cattan
  1. scemama-lesselbaum viviane dit :

    Mon mari Claude, polyglotte, fils de Yé’hil Lesselbaum et de Génia Bornstein, tous deux rescapés de la Shoah, découvrit dans les années cinquante la langue russe et leurs grands écrivains et se mit assidûment à lecture du journal « La Pravda ».
    Malgré son pseudo athéisme , cela ne le dérangea pas, il y a 57 ans, d’épouser sous la »houpa »une juive tunisienne.D.ieu nous le garde.
    La « Pravda a accompagné nos premières années de mariage jusqu’à la « guerre des six jours ». Il découvrit les caricatures antisémites,renouvelées à chaque numéro.
    Il alla chercher ses journaux poussiéreux, en fit un paquet et les jeta à la poubelle.
    L’amour des langues, le poussa à découvrir une nouvelle calligraphie: -tiens,pourquoi pas le japonais? La page suivante s’offrit à lui: l’hébreu. Point d’hésitation: il choisira l’hébreu.
    Malgré ses flirts avec « L’humanité dimanche », m’a t’il confié, cela ne l’a jamais empêché, célibataire, de fréquenter les surboums organisées par la communauté juive des grands boulevards, où j’ai rencontré mon petit « stalinien »…
    Jeune marié, il s’inscrivit à la faculté de Lyon , section langues.
    Qu’avais-je à faire avec le japonais? Après tout, je suis Juif.
    Rencontre avec des éminents spécialistes de notre langue: Professeurs Veil, Paul Fenton, Joseph Cohen et l’assiduité aux cours de quodesh le Shabbat à la « Shoule ».
    Impatient et du style répétitif:-c’est quand qu’on fait notre alya? Martèle notre Claude.
    Le 11 septembre 2002 nous débarquions à Natanya.Le 23 janvier 2018:Beer Cheva, auprès de notre aînée.

    Viviane Scemama Lesselbaum

  2. Jg dit :

    Vos journeaux , vos televisions , veaux francouillons , continuez a les cotoyer , tous ces collabos !

  3. Jean-Victor dit :

    Ah… le Monde à 16h… l’Obs encore Nouvel Observateur… L’époque où une part non négligeable (toute ?) de l’intelligentsia prêtait à une classe ouvrière encore dynamique un double rôle de Messie fantasmatique de l’histoire, et de victime sacrificielle d’une modernité qui n’avait pas encore déçu…
    Vint ensuite son remplacement par L’immigration, d’abord auprès des DRH, puis auprès de la même intelligentsia et de sa si délicieuse mauvaise conscience post-coloniale… Il fallut ensuite peu de temps à un Yasser Arafat, très efficacement secondé par le redoutable entregent de Leïla Shahid, ambassadrice de l’OLP à Paris, pour promouvoir la geste héroïque du feddayin dans ce double rôle de moteur de l’histoire et de victime sacrificielle. Hélas, encore moins de temps pour voir l’engouement gaucho-mondain passer de « la cause palestinienne » à l’Islam ; voire, pour les plus radicaux, à l’islamisme… et assister au réveil d’un antisémitisme désormais lavé, grâce à cette geste même, du péché post-Nurenberg.
    Voilà (à mon sens) le terrifiant, quoique pitoyable, échec de la raison et de la probité que reflète aujourd’hui cette presse…

  4. Maurice Hulak dit :

    Ces journaux qui en réalité n’en sont plus, il y a vingt ans que j’ai arrêté de les lire. Il est vrai, que certains sont plus long è comprendre.

  5. Rayet Christian dit :

    Je suis d’accord. Je lis chaque jour la presse en ligne dans le monde, mais depuis quelques mois, j’ai écarté « Le Monde.fr », « Libé » … et les Belges principalement « La RTBFinfo », « LaLibre.be », La DH.be… Puis les Canadiens… Je ne suis pas juif, mais les comptes-rendus journalistiques ne sont plus de l’info, mais du parti-pris. Je n’en ai nul besoin. Et je salue Israël pour ce qu’il est: il est critiquable, comme toute autre peuple, mais pas plus. Il est respectable, sans cela il n’existerai plus. C’est ce que ses ennemis savent et utilisent pour tenter de le détruire. Le Judaïsme a servi au développement éthique de l’humanité, particulièrement de nos sociétés occidentales. Nous sommes la moisson de ses semailles anciennes et quoiqu’on cherche à lui imputer, le déni, le salissement, les accusations sans nombre, des appels aux actes antisémites de toutes natures… que ce soit juste ou injuste, les juifs sont les garants de cette moisson.

  6. Chère Sarah Cattan,
    Quand en 2oo3 j’ai publié, à mes frais, la première édition de Mes Lettres au Monde, personne ne s’y intéressait, sauf le Président de l’Association France-Israël, Michel Darmon, et pas le CRIF qui à l’époque était, comme vous peut-être, très penché à gauche de l’échiquier politique. Mais lors des séances de Vente Annuelle organisée par ladite Association et à laquelle j’étais invité pour proposer le livre, l’intérêt manifesté par les visiteurs était minime. C’est dire que la Communauté se sentait encore en parfaite harmonie avec son environnement, et ce malgré des signes patents de dégradation de l’image d’Israël dans les médias en general, y compris dans le journal Le Monde, journal préféré « des gens bien ».
    Aujourd’hui, nous sommes tous déconcertés par la situation qui prévaut, mais nous nous devons de réagir le mieux que nous pouvons.

  7. Sobol dit :

    Suivi strictement le même parcours après avoir écrit à Colombani
    Plesnel et à d’autres Drs du Monde ,en stigmatisant leur virulent antisionisme voire parfois un antisemitisme sournois

  8. André dit :

    Je préfère encore lire Maurras, c’est moins hypocrite…

Répondre à André Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter
Tribune Juive, L’histoire continue…