Féminicides. Elles nous manquent. Par David Douïeb

David Douïeb

Dans leurs mains, des feuilles noircies de lettres, une brosse et un seau de colle à papier peint. Astrid Tenon et Elise Vld arpentent les rues de Montrouge malgré le froid piquant de ce dimanche soir.  Comme nombre de militantes depuis fin août, elles vont coller des messages dénonçant les meurtres de femmes, tuées en raison de leur condition féminine.     En trempant la plume dans la plaie, les deux colleuses veulent faire évoluer les mentalités: «Il est temps que le terme ‘féminicide’ entre dans le langage courant. Qu’on reconnaisse que quelqu’un peut mourir pour le seul motif d’être une femme», souligne Astrid, professeur de théâtre de 25 ans au sourire contagieux. Caisse de résonance pour les associations de victimes, le collage sauvage est un moyen de dénoncer la banalisation policière des faits de violences conjugales. Et pour cause, les plaintes n’étant pas toujours prises au sérieux dans les commissariats. «Il faut aussi que l’Etat alloue plus de budget à la lutte contre les violences faites aux femmes, pointe Elise. Notamment pour ouvrir des refuges».  

«130 féminicides : elles nous manquent»


L’action démarre dans une petiteruelle déjà affublée d’un collage. Mais ce dernier doit être édité. Le 130e féminicide de l’année vient en effet tout juste de survenir à Levallois-Perret. Il faut donc mettre à jour ce «décompte macabre», selon les mots d’Astrid. Rapidement, les deux jeunes femmes grattent le «29» pour coller un «30».  
«Aimer ≠ tuer» Elles prennent ensuite le chemin d’un autre collage. Comme souvent, des petits plaisantins se sont amusés à le détourner en ne laissant que le mot «aimer». Ce qui agace les deux activistes, trop habituées à ce genre de farces douteuses. «Ils n’ont rien de mieux à faire», peste Elise, étudiante en photographie de 21 ans au regard perçant. Et de préciser que les messages sont régulièrement arrachés par les services municipaux. D’où la fréquence élevée des actions de collage nocturne.  

«Féminicides : pas une de plus»

Une fois cette correction faite, les deux activistes se dirigent vers une artère marchande de la commune des Hauts-de-Seine. Pendant que l’une tapit le mur de colle, l’autre pose les lettres, classées dans l’ordre en amont pour gagner du temps. L’opération dure trois minutes et attire les regards des badauds. Un homme casqué applaudit même l’initiative : «Bon courage ! Vive les femmes !». De quoi faire sourire les deux colleuses, souvent chahutées par des riverains aigris. «Certains ne veulent pas voir de collages près de chez eux, précise Astrid. La logique de l’autruche en somme : ‘Si je ne le vois pas, ça n’existe pas’.»  
«Féminicides: Etat coupable, justice complice» Cap à présent sur le XIVe arrondissement de la capitale. Les deux femmes choisissent de coller près d’un stade où transitent de nombreux jeunes. Très connectés, ces derniers n’hésitent pas à «partager des photos des collages sur les réseaux», observe Elise.

Du tout bon pour leur combat.     A quelques encablures de là, Astrid et Elise posent un nouveau message près des Maréchaux. Mais des gyrophares surgissent au loin. Par mesure de précaution, les deux colleuses gagnent alors une rue adjacente. Selon elles, les rondes de la police ont augmenté avec la médiatisation croissante des actions. «J’ai déjà été contrôlée par trois policiers, raconte Astrid. Ils n’ont pas pris mon identité mais m’ont simplement rappelé que l’affichage sauvage était illégal. Ils ont aussi posé des questions sur les féminicides». Après une pause cigarette, les deux militantes retournent finalement achever leur collage.    

A quelques encablures de là, Astrid et Elise posent un nouveau message près des Maréchaux. Mais des gyrophares surgissent au loin. Par mesure de précaution, les deux colleuses gagnent alors une rue adjacente. Selon elles, les rondes de la police ont augmenté avec la médiatisation croissante des actions. «J’ai déjà été contrôlée par trois policiers, raconte Astrid. Ils n’ont pas pris mon identité mais m’ont simplement rappelé que l’affichage sauvage était illégal. Ils ont aussi posé des questions sur les féminicides». Après une pause cigarette, les deux militantes retournent finalement achever leur collage.    

«Violences conjugales: nous voulons que la peur change de camp» Le froid s’intensifie. Il reste toutefois encore un message à poser sur une artère nichée près du périphérique. Et alors qu’elles s’attellent à la tâche, un jeune cycliste s’arrête pour prendre une photographie. Les yeux brillants, il explique que c’est la première fois qu’il voit des colleuses à l’œuvre. «Le travail que vous faites, c’est fou : on vous voit partout», applaudit-il. Il promet de les recontacter pour participer à l’avenir aux actions.  
Il est presque 23 heures. Astrid et Elise lèvent le camp. Avant d’arpenter à nouveau les rues dans une semaine, déterminées à coller leurs messages percutants sur les murs : «On va continuer jusqu’à ce que les choses changent».

Source: L’Important. #L’Info par les réseaux sociaux

Droits d’auteur des photographies

Nous respectons les droits d’auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d’auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d’utiliser cette photo.
Voici l’adresse e-mail: am@tribunejuive.info

Publié dans France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Droits d’auteur des photographies
Nous respectons les droits d’auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d’auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d’utiliser cette photo. Écrivez nous ici
Montgeron
KLARSFELD
Auvergne
Les Lilas
Kavod
Montrouge
Opej
Enghien-les-Bains
MJLF