Le code d’Esther, par Remy Boccara

Avant d’exposer les éléments qui constituent ce code d’Esther, je veux préciser que j’y puise les informations exposées dans le livre écrit par Bernard BENYAMIN et Yohan PÉREZ,  » LE CODE D’ESTHER « , qui ont mené une enquête passionnante.

le-code-d-esther-3097372-250-400

publicitÉ


Dans la Méguila d’Esther, les dix noms des fils d’Aman son écrits en colonne.

וארגו היהודים…חמש מאות             traduction:           et les juif tuèrent cinq cents
איש     ואת                                                                      hommes                    et
פרשניתא     ואת    (Ici, le ת est écrit en plus petit)     Parachandata.         et
דלפון      ואת                                                                      Dalfon.                    et
אספתא      ואת                                                                 Aspata                        et
פורתא      ואת                                                                    Porata                      et
אדליא    ואת                                                                     Adalya.                      et
ארידתא   ואת.                                                                   Aridata.                     et
פרמשתא   ואת   (Ici, le ש est écrit en plus petit)    Parmachta.                   et
אריסי    ואת.                                                                      Arisaï.                       et
ארידי   וא.                                                                          Aridaï.                      et
ויזתא    עשרת     (Ici, le ז est écrit en plus petit)        Vaïzata.             le dixième   (Ici, le ו est écrit en plus grand)

Cette présentation de la liste des dix fils d’Aman, ces trois lettres écrites en plus petit, ainsi que ce vav écrit en plus grand ont intrigué nombre de gens qui ont étudié la Méguila.

Cependant il faut savoir qu’un peu comme chez les romains, les hébreux utilisent les lettres hébraïques pour compter. On appelle cette pratique la Guematria. Ainsi, le א=1, le ב=2,…le ו (vav)=6, le ז=7 (zaïn), le ש=300 (chin), le ת(têt)=400

Donc, en transposant les valeurs numériques aux lettres, on a cette correspondance.

En additionnant les 3 lettres écrites plus petites, on obtient ז+ש+ת = 400+300+7 ; donc 707.

Restait l’énigme du vav, plus grand. A force de chercher une explication, le Pr Neugroschel explique qu’en étudiant le Zohaz, ouvrage majeur de la Kabbale, il y découvre que la lettre ו (vav) représente le symbole du 6ème millénaire. C’est à dire les années allant de 5000 à 6000.

Rapprochant cette conclusion aux 707 trouvés au moyen des petits caractères, on obtient
5000+707 = 5707. Or, il reste à voir, dans le calendrier hébraïque, à quoi correspond cette année dans le calendrier grégorien.

Et on trouve…. 1946 !!!!! C’est tout simplement l’année de l’exécution des condamnés de Nuremberg! Exécutés le 16 octobre 1946, jour qui correspond au 21 Tichri 5707,  le jour de la fête de Hoshanna Rabba, le 7ème jour de Souccoth, jour redoutable où le Jugement, rendu à Roch Hachana et consigné à Yom Kippour, entre en vigueur.

meguilat-esther-pourim

Continuons la comparaison entre ce procès de 5707 (1946) et celui des enfants d’Aman.

Pour Aman, 10 de ses fils furent pendus. À Nuremberg, il y eut 11 condamnations à mort. Dix ont cependant été pendus le 16 octobre. Göring, le 11ème, se suicide la veille avec une ampoule de cyanure qu’on lui a fait passer dans sa cellule, camouflée dans un stylo.

Or, Aman avait aussi une fille. Voyant, de chez elle, arriver le cavalier royalement vêtu, tiré par un homme, et sachant que la potence dressée chez elle, était prévue pour Mardoché, elle conclut que c’était Mardoché qui tirait le cheval. Pour humilier un peu plus le condamné, elle lui jeta des détritus sur la tête. Plus tard, quand elle s’aperçut de la méprise d’avoir levé la main sur son père, elle se suicida.

Autre fait troublant qui apparaît dans la Méguila, c’est qu’Esther, au lendemain de la pendaison des 10 fils d’Aman, au roi Assuérus qui lui demande : » A Suse, la capitale, les juifs ont tué 500 hommes et les dix fils d’Aman. Quelle est ta demande ? Elle sera accordée. As-tu une requête ? Elle sera exaucée. », elle lui répond :  » Si le roi en est satisfait, que les juifs de Suse soient autorisés à faire demain ce qui était légal aujourd’hui et que les 10 fils d’Aman soient pendus sur une potence. » Or, pendus déjà la veille, sa demande tombe sous le sens.

pourim

En fait, c’est une prophétie. Esther nous dit qu’il y aura un 2ème projet de solution finale et que ses responsables devront être pendus, comme les enfants D’Aman.

Or l’utilisation de la potence pour exécuter les condamnés de Nuremberg n’est pas évidente. En effet, des officiers sont généralement fusillés. Selon les pratiques allemandes, il y a décapitation à la hache. Pour les francais, c’eût été la guillotine. En fait, c’est la procédure anglo-saxonne qui prévalait à Nuremberg, donc la potence. Autre similitude. Esther dit : יתלו על העץ, qui est traduit par  » pendus sur une potence « , mais en traduisant mot à mot  » ils montent sur le bois « . Or les potences de Nuremberg sont en bois….et le bourreau, un sergent américain s’appelait John Woods.

Il paraît que le patron de l’imprimerie où on imprima  » Mein Kemp  » s’appelait Amann.

Il paraît aussi que si on parle de 6.000.000 de juifs qui ont perdu la vie pendant la seconde guerre mondiale, c’est un chiffre arrondi, et que plus précisément on en aurait dénombré 5.707.000.

Trop de similitudes dérangent. On peut évoquer le hasard pour se rassurer.
Quand on voit comment la nature est organisée, les saisons, la pluie, le soleil sont orchestrés selon une symphonie parfaite. La complexité et la diversité des êtres qui peuplent la terre….

Si je vous parle d’une étoile jaune, le cœur se serre au souvenir de ceux qui l’ont porté sur leur poitrine.

Au nom d’Israël emmergée de cette barbarie, je vous dédie cette étoile jaune, fleurie ce Pourim dans mon jardin, pour que, comme avec l’Atikva dans nos bouches, l’espoir soit dans nos cœurs.

fleur

En souvenir de mon frère Itshak, qui aimait raconter des histoires de famille à ses petits-enfants, je dédie celle-là à Avy, le petit dernier.

Rémy Boccara

Tagués avec : , , ,
Publié dans histoire
6 commentaires pour “Le code d’Esther, par Remy Boccara
  1. Hyperbole dit :

    Espérons que les lecteurs de TJ soient suffisamment avertis pour ne pas prendre ces enfantillages pour autre chose qu’un Da Vinci Code pour les nuls. N’est pas Dan Brown qui veut.

    Voyons la Méguilah, ce n’est pas trop tôt, comme elle est. Il s’agit d’un récit amoral (sinon immoral). A bien y regarder, l’intrigue est classique et on en trouve de semblables dans l’histoire de tous les royaumes, dont la France.

    C’est un règlement de compte entre deux courtisans rivaux, Haman et Mardoché, dans l’entourage du roi de Perse, bataillant pour les bonnes grâces du roi et donc pour le pouvoir ; quitte à s’éliminer physiquement, eux et leurs ethnies respectives.

    Et c’est Mardoché, qui se trouve être Juif (sans que cela ait une importance majeure dans le récit), qui finit par gagner moyennant un stratagème tant de fois employé auprès des monarques : mettre sa belle nièce Esther dans le lit du roi. La judéité d’Esther, alors que le roi, évidemment, est Goy, ne semble poser aucun problème à Mardoché ; c’est dire la nature profane du récit…

    Notons quand même (puisque souvent on l’occulte…) que selon la méguilah la victoire de Mardoché fut « couronnée » par la mort en province (sans compter ceux qui sont morts dans la capitale) de 75000 (oui, soixante-quinze mille) personnes de la tribu de Haman.

    Faut-il s’en enorgueillir ? Célébrer par une fête annuelle ? Chacun répondra à sa guise…

    Le massacre de la Saint Barthélémy, évènement fondateur de l’histoire de France, comporte, à bien y regarder, des éléments semblables à la Méguilah. Mais la France n’en est pas bien fière et personne n’a jamais songé à en faire une fête…

    • Rémy BOCCARA dit :

      Votre réponse est comme vous l’a dit NO COMMENT, du 3ème degré.
      Vous relatez l’histoire de la Méguila en ne respectant pas la chronologie, pour mieux en dénigrer l’histoire.
      D’abord, Esther a été remarquée par les officiers royaux, ce n’est pas Mardoché qui l’a mise entre les mains du roi. Ensuite, Mardoché ne faisait pas partie de la cour du roi. De plus, c’est Aman qui a ouvert les hostilités, Mardoché et Esther ont paré à l’agression. Et vous concluez à immoralité, voire l’amoralité de l’histoire! Lamentable erreur de calcul, Hyperbole!
      Ce qui vous échappe complètement, c’est qu’un arrêt de mort était lancé sur les 127 province pour faire passer de vie à trépas, c’était le dessein de Aman, la population juive, 11 mois plus tard….certains réfutent déjà des faits vieux de 70 ans…
      L’histoire du code de Da Vinci s’inspire de l’histoire du code d’Esther, et pas le contraire. Il était question du Graal, pas de vies. Il fallait bien que l’Eglise eut la sienne!
      Vous comparez cette histoire aux événements de la St Barthélémy. On y a compté des morts, la fête n’est plus permise. En France, cela a marqué les générations suivantes, pas vous?
      Mais il y a plus près, Plomb Durci. Le monde a souligné les morts gazaouis, mais pas l’agression du Hamas! C’est facile d’estimer les conséquences en occultant les responsabilités. On verrait comment vous réagiriez si on vous envoyait un pavé sur la vitre de votre fenêtre.
      Il y a des peuples forts pour casser, détruire et d’autres pour construire, innover. D’un côté, les ruines d’Alep et de Pamyre. De l’autre un petit pays qu’on critique mais innovant et indestructible!
      Je l’ai bien dit dans ma conclusion, car j’ai pensé aux délateurs: on peut ne pas y croire, parce que cela dérange. Car pour un juif, avoir la foi impose des contraintes. Et c’est d’ailleurs par rapport à ces contraintes que Mardoché ne s’est pas incliné devant Aman, descendant de Amalec, qui a attaqué Israël dès sa sortie d’Égypte.
      Mais votre haine affichée est un mur qui vous isole de mes arguments.
      Salutations,
      Rémy BOCCARA.

  2. josaphat dit :

    Bien à vous Hyperbole,
    chacun voit dans une légende, un fait passé, un texte sacré, une correspondance avec le possible et l’impossible.
    Ce n’est pas imposé mais supposé.
    Chacun ne peut lui- même nier l’importance d’un récit surtout quand il donne, par son contenu biblique, lieu et raison à une fête.
    Enjamber nous-mêmes, ce qui est la conscience de nos ancêtres, est sans doute un signe de prétention instantanée à un moment donné.

  3. Frydman Charles dit :

    J’aimerais connaître le plus ancien manuscrit de la meguilla d’Esther avec ces lettres de taille différente.
    J’ai cherché sur internet des informations sur le codex de Leningrad, puisque c’est le plus ancien manuscrit avec le livre d’Esther qui nous soit parvenu. Le livre d’Esther dans le codex d’Alep ayant été détruit en 1947

    Le plus ancien manuscrit avec le livre d’Esther est le codex de Leningrad, y voit on ces lettres minuscules ?
    J’ai téléchargé le manuscrit du codex de Léningrad sur le lien suivant : http://www.exegesis.fr/index.php?option … mid=100009 mes vagues notions de l’hébreu ne me permettent pas d’y trouver le livre d’Esther chapitre 9 verset 7 à 9. Si vous pouviez mettre en ligne cet extrait cela me permettrait de savoir si on y constate l’irrégularité des lettres ou si cet irrégularité est le fait d’une copie de scribe . Un sommaire succinct situé les ketouvim page 659 .
    L’allusion à la fête de Pourim par les nazis débute dès 1938 après la nuit de cristal, selon la page pourim de wikipédia.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pourim
    L’histoire et le thème de Pourim étaient bien connus du régime nazi : au lendemain de la Nuit de Cristal, Julius Streicher présente ce pogrom comme un acte d’autodéfense car les Juifs auraient massacré le peuple allemand aussi sûrement qu’ils avaient « charcuté 75 000 Persans »106. De même, dans le cadre des aktions menées les jours des fêtes juives afin d’en faire des jours de deuil et d’en nier jusqu’aux fondements, dix Juifs sont pendus à Pourim en 1942 à Zduńska Wola pour « venger les dix fils de Haman »107.
    Joyeux Pourim à Dresde (Allemagne)
    Conscient d’être considéré comme l’« archi-Haman108 » voire le « nouvel Amalek109 », Hitler déclare le 30 janvier 1944 que si l’Allemagne est vaincue, les Juifs pourront célébrer un « second Pourim » ; de même, quelques secondes avant d’être pendu, Julius Streicher s’exclame « Purim Fest 1946 ! »110.

  4. Frydman Charles dit :

    J’ai enfin trouvé la page du codex de Léningrad avec les 10 fils d’Aman pendus. Il s’agit de la page 878, visible en cliquant sur le lien suivant :

    https://zupimages.net/up/18/52/thi1.jpg

    On ne constate aucune irrégularité dans la taille des lettres, et ces irrégularités sont donc le fait d une copie de scribe ultérieure à 1008.

  5. Florence dit :

    Inévitables ces commentaires limite haineux et obtus contre le peuple élu de Dieu qui survit et s’agrandit obstinément , contre toute attente et toute logique.
    Merci pour ces précisions , confirmées par les rabbins d’Israël sur cette Meguila extraordinnaire. Meme Hitler a échoué, jusqu’à perdre la guerre tellement il a voulu exterminer tous les Juifs de l’Est( car orthodoxes) pour éradiquer toute regénération spirituelle et durable du judaisme mondial.
    Et cette fleur étonnante quelle est -elle?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter