Doit-on dire ce qu’on pense quand on ne pense rien? René Seror


J’ai reçu quantité de messages me demandant pourquoi je ne m’exprimais pas.
Et la journée s’est écoulée, triste, morbide.
J’ai tout de même suivi les derniers rebondissements, qui, il faut le reconnaître, ne volaient pas haut.


Personne ne peut échapper aux critiques.
Commençons par le camp de droite.
Malgré le talent de Shaked et la sympathie qu’inspire ses membres, va-t-on nous faire croire que personne n’a alerté les membres de Yamina?
Personne n’a vu que ce jeune parti puisait ses voix au LIKOUD?
Et seulement au Likoud?
Personne ne s’est aperçu que ce parti ne générait rien de neuf?
Bien sûr! Chacun ne pense qu’à son ambition personnelle.
Et cette constatation nous permet de bifurquer vers Liebermann.

publicitÉ


Voilà un homme qui a gâché la fête d’il y a 5 mois.
Certains commentaires ont rapporté que le peuple l’a suivi pour ses  convictions anti religieuse.
Il me semble que l’analyse devrait être plus fine.
A mon avis, le public russe s’était peu exprimé au premier tour.
Cette fois, ils sont venus au secours de leur favori.
Et le voilà, faiseur de rois.

Autre exemple d’ambition démesurée:
Olivier Rafovicz, officier de réserve, issu d’un milieu orthodoxe, tendance Likoud, qui séduit le public francophone depuis des années, s’assure une position confortable au sein d’Israel Beteinou, et tant pis pour  l’avenir du caractère juif du pays.
A gauche, on assiste à un combat de coqs.
Quand on entend Amir Peretz prétendre « nous ne siégerons pas avec Netanyahou » on est tenté de lui opposer 2 questions:
-Qu’as-tu réalisé en tant que ministre?
– Que crois-tu représenter?

J’ignore si Gantz sera ( s’il est désigné) très différent de Bibi.
Mais ce dont je sui sur, c’est que, s’il y a rotation avec Lapid, nous rappellerons l’inutilité de cet homme quand il fut ministre.

Enfin, imaginer, un seul instant, une coalition avec le parti arabe, serait inimaginable.
Face aux cris d’orfraies dont ne manqueront pas de me parer certains, prêts à m’accuser de raciste, j’anticipe les réponses:
-En 2000 ans de présence en terre d’Islam, les juifs ont-ils été autorisés à prendre part à la vie politique?
-Avant de m’accuser, examinez les déclarations des membres de ce parti arabe.
Leur leitmotiv est la destruction d’Israël et leur satisfaction à l’assassinat d’un juif n’encourage pas à la confiance.
Décidément, il vaut mieux ne pas dire ce qu’on pense, quand on ne pense rien.

Publié dans election israelienne
2 commentaires pour “Doit-on dire ce qu’on pense quand on ne pense rien? René Seror
  1. Serge BENAMOU dit :

    Ce que j’en pense ? La désunion : ça suffit. Des solutions, sans les partis arabe qui détestent Israël, existent. Certes, nous sommes tous différents mais nous sommes un seul peuple. ✡️ HAM ISRAËL HAI.✡️ GAM ZOU LETOVA ✡️

  2. Disraeli dit :

    Pourquoi ne pas dire plutôt qu’au nom de l’efficacité, le Likoud a voulu siphonner les voix de l’ancien Mafdal -ex Mizrahi? Et faire taire ceux qui en avaient aswez des promesses jamais tenues de Bibi?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Montgeron"