Néo-négationnisme : la revue L’Histoire doute de l’existence du Peuple juif ! Frédéric Sroussi

Emil Cioran: Un peuple de solitaires…

Que se passe-t-il au sein de la célèbre revue L’Histoire ? Dans son numéro 464 d’octobre 2019, le magazine L’Histoire a planté des graines judéophobes dans plusieurs de ses rubriques : tout comme les violettes dont parlait Nietzsche qui poussent dans l’ombre, L’Histoire tente de convertir sournoisement son lectorat à une idéologie plus que malsaine. 

Tout commence dès la page 4 dans la rubrique du courrier des lecteurs (intitulée en l’occurrence Forum) dans une réponse faite par la rédaction de la revue (il est important de le noter !) à un professeur d’histoire qui se demande benoîtement pourquoi dans le numéro 83 des Collections de l’Histoire, justement consacré à l’antisémitisme, les « Juifs » sont écrits avec une majuscule alors que les « chrétiens » et les « musulmans » n’en possèdent pas.

La réponse de la rédaction du magazine L’Histoire est donc la suivante : « Notre charte typographique accorde une majuscule aux termes désignant un peuple, et une minuscule pour les membres d’une religion. Puisqu’on peut être Juif sans en embrasser la religion, nous continuerons à L’Histoire, à écrire « Juif » avec une majuscule. Mais derrière cette question de syntaxe se cache une autre interrogation : le peuple juif existe-t-il ? C’est d’ailleurs le titre d’un article d’Esther Benbassa et de Jean-Christophe Attias dans L’Histoire n 447 qui revient sur le concept d’ethnogenèse (l’idée que ce n’est pas l’ascendance commune qui fait un peuple, mais l’identité qu’il se donne) pour réfléchir à cette controverse très politique, puisque motif de la création d’Israël. » (Sic)

Nous restons abasourdis devant de telles vésanies ! Ce peuple juif, vieux de 4000 ans, ce peuple qui a su garder, même exilé pendant des siècles à travers le monde entier – malgré les pires persécutions – ses coutumes, ses espoirs communs, son identité et sa religion, n’existerait peut-être pas (il coche pourtant toutes les cases, et même plus, des diverses définitions du mot « peuple ») !

Mieux ! Ce serait, selon la rédaction de L’Histoire et la sénatrice française islamo-écolo-gauchiste Esther Benbassa (qui a écrit un article sur le sujet), une « création identitaire » (mais de qui ?) en vue de la « création » (ils auraient dû dire : la refondation) d’Israël en 1948 ! Un complot donc ! Mais dans quel but ?

Bien évidemment, nous retrouvons ici l’influence des théories insanes du polémiste d’extrême gauche Shlomo Sand que les graves névroses identitaires ont conduit à prétendre, seul contre tous, que le peuple juif aurait été inventé au XIXème par des historiens juifs en vue de la domination de la Terre d’Israël (un petit ‘’Protocoles des Sages de Sion’’ en quelque sorte).

Je rappelle à toutes fins utiles que ce grand psychotique qui pense que l’étude de l’histoire juive a commencé avec lui est aussi l’auteur d’un livre intitulé Comment j’ai cessé d’ être juif…

Une ascendance commune aux Juifs prouvée de façon absolue par l’histoire.

Tout ceci est tellement aberrant que je ressens quelque honte à devoir écrire maintenant que bien évidemment Il existe une ascendance commune aux Juifs (hormis les convertis) prouvée de façon absolue par l’ histoire (sans parler de la Bible !) comme nous en donne la preuve – par exemple – ce papyrus datant du XIIIème siècle avant l’ère moderne qui décrit les villes et les principales routes cananéennes, ainsi que «le chef de la tribu d’ Asher» – , expression qui indique l’existence de tribus israélites en Canaan dès avant (sic) la fin du XIIIème siècle avant J.C ( source : Histoire universelle des Juifs ; Atlas Hachette , 1992).

Nous aurions aussi pu parler de la fameuse Stèle de Méremptah ou Stèle d’Israël, datant de 1200 av. J.C, et qui mentionne un groupe de population nommé Israël qui habitait déjà Canaan…

L’ironie est que, si la revue L’Histoire doute de l’existence du peuple juif, elle ne doute en aucun cas de l’existence du peuple français (et elle a raison sur ce point !) : à la page 76 du même numéro, le célèbre historien Michel Winock (conseiller de la rédaction de L’Histoire) écrit au sujet d’un livre portant sur Les cahiers de doléances de 1789 : « […] le monarque, aux prises avec les représentants intransigeants des ordres privilégiés, en appellent au peuple […] »

Tiens ? Le peuple existe donc quand il s’agit des Français qui pourtant ont des origines bien plus diverses que celles des Juifs. En effet, la pratique des mariages endogamiques a tout de même préservé une vraie homogénéité originaire au sein du peuple juif.

S’ils doutent de l’existence du peuple juif alors pourquoi ne pas douter de l’existence des peuples en général ? Nous sommes donc bien en face de propos antisémites !

Mais un peuple (ou une nation) doit s’entendre aussi au sens hégélien du terme, comme identité spirituelle qui lui est propre et que le penseur allemand nomme dans sa Philosophie du droit « esprit des peuples » (Volksgeister).  

Il existe d’ailleurs bien dans ce concept hégélien, comme l’explique le philosophe Stéphane Mosès, une « Connotation théologique » indéniable (L’Éros et la Loi).

Évidemment, tout ceci dépasse le domaine de compétence de la rédaction de L’Histoire…

Pour finir, je parlerai de la critique d’un livre parue dans le même numéro : l’ouvrage s’intitule La Fabrique d’un paria et traite de l’histoire vraie d’un certain Simon Deutz que l’auteur du livre définit comme « un Judas romantique ». Deutz était honni pour avoir, en novembre 1832, livré la duchesse de Berry au ministre de l’Intérieur Adolphe Thiers moyennant 500 000 francs. Le critique du livre écrit au sujet de Simon Deutz :« Entre Judas et Alfred Dreyfus, il fait figure du parangon du traître. » Pardon ? Ai-je bien lu ? Dreyfus était donc bien un traître ? Si l’auteur de la critique avait écrit « entre Judas et Alfred Dreyfus, il fait figure du parangon du traître pour les antisémites », nous aurions alors compris mais ici point de précision : Dreyfus est donc un traître pour tout le monde. Sérieusement ? On en est là au magazine L’Histoire ?!

La critique du livre continue et on y lit estomaqué : « Son nom même, trahissant le Juif allemand, le désignait pour faire le mal. » C’est du Barrès de la première heure ou je n’y connais rien ! J’ai beau réfléchir, chercher au moins des guillemets (que j’ai mis pour respecter la ponctuation) ou un second degré qui m’échapperait, rien n’y fait : ce sont bien des propos foncièrement antisémites !

Le critique continue à faire couler « son flot boueux, dans un débordement d’égout » (Émile Zola) en écrivant que cette affaire a fourni « à l’antijudaïsme des arguments contre la fourberie politique, la corruption matérielle, le cosmopolitisme destructeur. Car aux yeux des antisémites un Juif converti reste un Juif, apostat de surcroît surtout si, comme Deutz, il retourne à sa croyance d’origine ». C’est du vécu comme on dit trivialement ! C’est bien l’auteur (ou l’auteure) de cette critique qui s’assimile à l’antisémite en revendiquant sa filiation idéologique. 

Le magazine L’Histoire est donc devenu un journal militant qui met en doute l’existence du peuple juif comme d’autres mettent en doute l’existence des chambres à gaz…Cette revue reprend même à son compte les poncifs antisémites d’un Toussenel, d’un Drumont ou d’un Maurras. 

L’histoire (au sens de la science historique) est malheureusement de plus en plus détournée à des fins idéologiques détestables, surtout quand elle concerne le PEUPLE JUIF.

Frédéric Sroussi
Publié dans antisémitisme
5 commentaires pour “Néo-négationnisme : la revue L’Histoire doute de l’existence du Peuple juif ! Frédéric Sroussi
  1. alain nessim ifrah dit :

    qui est l’auteur de cet article sensé être une réponse à une publication ?
    écrire est en soi une gage donné au Futur, un témoignage qui se doit d’être vraiet circonstancié.mais pour cela, encore faut-il savoir éviter de fabriquer une ratatouille là oùdes idées simples sont exprimées avec simplicité.Mélanger « peuple juif » et « chambre à gaz dans le meme article est un manque de respect pour tous ceux et celles qui se sentent concernés.Ah, la culture, toujours en retard d’un train pour ceux et celles qui s’en préoccupent.Etre Juif, étre juif, c’est d’abord et avant tout avoir suffisamment de respect de soi meme pour étre toujours prét à respecter l’autre. Etre Juif, juif c’est avant tout un devoir, pas un droit.Ce n’est pas une leçon, c’est un simple rappel.

  2. OLIVIER COMTE dit :

    Je reste persuadé qu’Israêl n’est pas affaibli par le rituel intellectuel obligatoire des hystériques anti-Israëliens et n’est pas renforcé par les zélotes qui semblent passer leur temps à dénoncer les mensonges et sophismes de l’autre camp. L’activisme n’est pas l’activité et l’activité qui importe est de défendre la vérité, en luttant contre l’Israëlophobie, non de croire lutter pour un pays qui n’est pas en danger d’illégitimité.
    Israël est l’Etat-Nation du peuple juif: très bien, mais il ne doit pas masquer l’importance du peuple juif qui existait avant lui et qui semble s’estomper dans cette obsession Israëlienne.
    Israël n’a pas l’imperium sur le peuple juif, présent et passé.

    Un Etat Palestinien est une impossibilité, cela est une réalité simple. Jérusalem est la capitale du peuple juif, à ce titre Jérusalem fait partie du territoire Israëlien. Principalement, elle est la capitale éternelle du peuple juif est c’est sur ce fondement historique que les pays souverains doivent reconnaître la souveraineté Israëlienne: Israël n’est que le moyen pour le peuple juif de faire reconnaître sa capitale, il n’est plus le but de cette reconnaissance. Dans cette idée, la France a l’obligation de cette action, que lui dicte son génie républicain et la participation du peuple juif à notre histoire. Il ne s’agit pas d’imiter un pays soumis au fanatisme d’une hérésie pseudo réformée, ainsi désarmé pour lutter contre l’hérésie islamiste.
    L’exemple de la résistance du peuple juif aux persécutions séculaires pourrait servir d’exemple aux musulmans français qui se sentent abandonnés face à la violence islamiste et l’inconscience des politiques et media qui choisissent curieusement ses « musulmans », plus politiques que religieux.

    Je m’étonne que TJ n’ait pas crié plus fort contre cette carte saoudienne qui élimine Israël de façon si maladroite. L’Institut du Monde Arabe n’est pas un jouet de la Ligue Arabe. Le financement partiel d’origine a laissé la place à un financement français de son fonctionnement; la culture sert l’amitié entre les peuples, non les querelles partisanes. Surtout, ce n’est pas un territoire diplomatique qui échapperait à la souveraineté de la France. Ce faux-pas scandaleux entendait négliger la position politique de la France et n’outrageait pas seulement Israël. Cette insulte contre notre souveraineté demande des excuses publiques diplomatiques et la publicité des sanctions contre le responsable.

  3. Erell dit :

    Magnifique article, clair , argumenté , très bien écrit et malheureusement…. Edifiant concernant le journal Histoire ! TRISTE
    PS : loin de la « ratatouille » du commentaire qualifiant l’article de «ratatouille », meler «  peuple juif «  et «chambre à gaz » dans le même article est classique, et n’a rien de déplacé pour personne

  4. André Mamou dit :

    Seuls les ashkénazes ne seraient pas d’origines ethniques différentes ! Les séfarades seraient des bédouins ou des berbères convertis ?
    Ridicule !

  5. Au rédacteur de la revue L’Histoire, il convient de préciser les étapes essentielles de l’Histoire des Juifs :
    (1)-Le judaïsme est né sous l’impulsion d’Abraham, d’Isaac et de Jacob établis en Canaan.
    (2)-Pour cause de famine, des groupes d’Hébreux partent en Egypte.
    (3)-Le Pharaon met ces groupes en esclavage.
    (4)-Sous la Direction de Moïse, ses congénères font l’exode vers le Sinaï.
    (5)-Sous la conduite de Josué, les Hébreux pénètrent en Canaan.
    (6)-En Canaan, les Hébreux, désormais Juifs, se répartissent en 12 tribus.
    (7)-Les 12 tribus s’unissent, désignent David leur Roi et forment un Etat nommé Israël avec Jérusalem
    comme Capitale.
    (8)-En l’an moins 95O, (-95O), le Roi Salomon, fils de David, fait construire Le Temple de Jérusalem.
    (9)-En l’an moins 933, l’Etat d’Israël se divise en deux :
    – Royaume d’Israël avec sa capitale Samarie, et
    – Royaume de Juda avec sa capitale Jérusalem.
    (1O)-En l’an moins 722, la Samarie est prise par les Assyriens, et les habitants sont déportés en
    Babylonie.
    (11)-En l’an moins 587, l’Assyrien Nabuchodnosor prend Jérusalem, détruit Le Temple, et fait déporter
    à son tour les habitants en Babylonie.
    (12)-En l’an moins 538, le Roi de Perse, Cyrus, prend Baylone et émet un édit permettant aux Juifs de
    retourner s’installer en leur pays.
    (13)-Le Temple de Jérusalem est reconstruit.
    (14)-En l’an 6, les Romains s’emparent de la Judée, et,
    en l’an 7O, à l’issue d’une longue révolte, Titus détruit Jérusalem et son Temple reconstruit.
    (15)-Après une nouvelle révolte entre l’an 132 et l’an 137 menée par Simon Bar-Kochebas, les Romains
    poussent les Juifs à se disperser hors de leur Etat, constituant ainsi une DIASPORA.
    (16)-En diaspora, les Juifs ont fait l’objet de pogromes,- mouvements antisémites marqués par des
    pillages et des massacres -, souvent organisés par les autorités.
    L’apogée des persécutions se déroula en Allemagne nazie, puis dans toute l’Europe, de 1933 à
    1942, et s’acheva par l’élimination physique, d’abord par balles, puis par gazage, après
    déportations massives dans des camps d’extermination.
    Six millions (6 OOO OOO) furent ainsi systématiquement éliminés : un holocauste que le
    journaliste et écrivain Claude Lanzman désigna par le mot spécifique Shoah.
    (17)-Choquées et abasourdies par les crimes nazis à l’encontre des Juifs, les Nations Unies se sont
    vues contraintes de résoudre le grave problème de l’antisémitisme. Dans cet esprit, l’Assemblée
    Générale de l’Organisation mondiale a émis, le 29 novembre 1947, une résolution visant la
    partition de la Palestine mandataire, administrée par les Britanniques, en deux Zones, l’une
    juive et l’autre arabe.
    (18)-Le 15 mai 1948, la partie juive fut renommée Israël.

Répondre à Shlomo Khalifa Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Droits d’auteur des photographies
Nous respectons les droits d’auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d’auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d’utiliser cette photo. Écrivez nous ici
Montgeron
KLARSFELD
Auvergne
Les Lilas
Kavod
Montrouge
Opej
Enghien-les-Bains
MJLF