Edgar Morin : les divagations antijuives d’un grand vieillard

Edgar Morin, de son vrai nom Edgar Nahum, est né à Paris en 1921. Sa famille était originaire de l’illustre communauté juive de Salonique, en Grèce.

Sociologue et philosophe, c’est un intellectuel apprécié et écouté. Mais lorsqu’il évoque son identité ou sa vision d’Israël, toute réflexion est bannie. Il n’obéit plus qu’à ses pulsions haineuses.

publicitÉ


Edgar Morin

Edgar Morin

Ses positions ressemblent à celles des propagandistes du nouveau fascisme français : l’« humoriste » Dieudonné et son inspirateur, l’essayiste « rouge-brun » Alain Soral.

Edgar Morin a d’ailleurs eu, lui aussi, des déboires judiciaires pour incitation à l’antisémitisme et au terrorisme.

Ennemi juré du sionisme, il prétend que l’existence d’Israël découle purement et simplement de la culpabilité de l’Occident après la Shoah.

Une injuste « compensation » à ses yeux. Plus encore : en occupant la Terre Sainte, les Juifs se rendraient coupables d’« ingratitude » à l’égard des musulmans qui les auraient « toujours protégés ». Deux contre-vérités historiques qui n’embarrassent nullement ce grand érudit.

Depuis une quinzaine d’années, il ne cesse de signer ou cosigner des publications anti-israéliennes, en compagnie d’écrivains appartenant à la sphère islamo-gauchiste, comme Sami Naïr, Tariq Ramadan ou Danièle Sallenave, soutiens du Hamas et du Hezbollah.

En vieillissant, il semble atteint du même syndrome que Jean Daniel ou feu Stéphane Hessel : sa haine grandit, son obsession croît au point d’occuper son esprit en permanence.

Il alimente notamment les colonnes du sinistre Monde Diplomatique, mensuel antijuif survivant d’un tiers-mondisme radical qui a quasiment disparu ailleurs en Europe, mais qui trouve encore des adeptes dans l’extrême gauche française.

En vérité, Edgar Morin a une idée bien précise de son identité, même si son inculture abyssale en matière de judaïsme est flagrante : « Je romps avec le peuple élu, a-t-il écrit, mais je demeure dans le peuple maudit ». En effet, le philosophe se vit comme un « post-marrane », incarnation contemporaine de ces Juifs de la péninsule ibérique naguère convertis au christianisme, contraints d’oublier peu à peu leurs traditions ancestrales.

La problématique soulevée par Edgar Morin est double. D’une part, contrairement aux marranes, personne ne l’a forcé à renier ou ignorer la foi et les principes de vie de ses aïeux. En second lieu, il fait de cette ignorance non pas un sujet de honte – ce qui serait normal pour un intellectuel, par définition curieux -, mais au contraire un étendard ! Il souhaiterait que tous les Juifs soient comme lui, des « Juifs non-juifs », selon l’expression de son ami Jean Daniel qu’il a souvent reprise à son compte.

Pour résumer : selon Edgar Morin, un Juif s’assumant comme tel et attaché à l’histoire de son peuple serait un… mauvais Juif. Le « bon Juif », dans son esprit, est l’israélite assimilé (version 19ème siècle), invisible et hostile à toute revendication nationale ou cheminement spirituel rappelant, de près ou de loin, cette judéité honnie.

En d’autres termes, le philosophe s’inscrit dans la droite ligne de l’antijudaïsme chrétien qui a donné naissance à l’antisémitisme moderne : les Juifs ne sont tolérables qu’à condition de se renier eux-mêmes. Cachés, persécutés, « maudits », ils sont sympathiques. En s’organisant en communautés ou en Etat-nation, à l’instar des Israéliens, ils sont affublés de tous les défauts du monde. Ainsi, Edgar Morin n’hésite pas à écrire, à propos du « cancer israélien » : « Les Juifs de ce pays, descendants des victimes d’un apartheid nommé ghetto, ghettoïsent les Palestiniens ». Un raccourci saisissant qui est aussi l’« argument », ou plutôt le prétexte favori des mollahs iraniens et de ceux qui souhaitent, à travers la planète, la disparition d’Israël.

Norbert Cohen, écrivain et journaliste

http://www1.alliancefr.com/actualites/edgar-morin-les-divagations-antijuives-dun-grand-vieillard-6025067

Tagués avec : , , , , , , , , , ,
Publié dans antisémitisme
2 commentaires pour “Edgar Morin : les divagations antijuives d’un grand vieillard
  1. Rosa SAHSAN dit :

    Sa grande amie Danielle Salenave n’est-elle pas cette académicienne qui ne voulait pas de Finkelkraut à l’Académie en disant qu’avec cette élection c’est le Front National qui y entrait?
    ROSA

  2. Jon snow dit :

    Un juif cretin qui aime que soit même . C.est malheureux mais ce genre de fumiers existe partout même en Israël .. des collabos !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Montgeron"