Rachel Samoul. Haïfa et Acco vues de la mer par Gérard de Nerval

Le poète Gérard de Nerval (  figure majeure du romantisme français, longe la côte de Haïfa à Saint Jean d’Acre pour se se rendre au Liban. Voici un extrait de son livre « Voyage en orient », publié en 1851.

IX — CÔTES DE PALESTINE

J’ai salué avec enivrement l’apparition tant souhaitée de la côte d’Asie. Il y avait si longtemps que je n’avais vu des montagnes ! La fraîcheur brumeuse du paysage, l’éclat si vif des maisons peintes et des kiosques turcs se mirant dans l’eau bleue, les zones diverses des plateaux qui s’étagent si hardiment entre la mer et le ciel, le pic écrasé du Carmel, l’enceinte carrée et la haute coupole de son couvent célèbre illuminées au loin de cette radieuse teinte cerise, qui rappelle toujours la fraîche Aurore des chants d’Homère ; au pied de ces monts, Kaïffa, déjà dépassée, faisant face à Saint-Jean-d’Acre, située à l’autre extrémité de la baie, et devant laquelle notre navire s’était arrêté : c’était un spectacle à la fois plein de grandeur et de grâce. La mer, à peine onduleuse, s’étalant comme l’huile vers la grève où moussait la mince frange de la vague, et luttant de teinte azurée avec l’éther qui vibrait déjà des feux du soleil encore invisible…, voilà ce que l’Égypte n’offre jamais avec ses côtes basses et ses horizons souillés de poussière. Le soleil parut enfin ; il découpa nettement devant nous la ville d’Acre s’avançant dans la mer sur son promontoire de sable, avec ses blanches coupoles, ses murs, ses maisons à terrasse, et la tour carrée aux créneaux festonnés, qui fut naguère la demeure du terrible Djezzar-Pacha, contre lequel lutta Napoléon.

Nous avions jeté l’ancre à peu de distance du rivage. Il fallait attendre la visite de la Santé avant que les barques pussent venir nous approvisionner d’eau fraîche et de fruits. Quant à débarquer, cela nous était interdit, à moins de vouloir nous arrêter dans la ville et y faire quarantaine.

Aussitôt que le bateau de la Santé fut venu constater que nous étions malades, comme arrivant de la côte d’Égypte, il fut permis aux barquettes du port de nous apporter les rafraîchissements attendus, et de recevoir notre argent avec les précautions usitées. Aussi, contre les tonnes d’eau, les melons, les pastèques et les grenades qu’on nous faisait passer, il fallait verser nos ghazis, nos piastres et nos paras dans des bassins d’eau vinaigrée qu’on plaçait à notre portée.

Ainsi ravitaillés, nous avions oublié nos querelles intérieures. Ne pouvant débarquer pour quelques heures, et renonçant à m’arrêter dans la ville, je ne jugeai pas à propos d’envoyer au pacha ma lettre, qui, du reste, pouvait encore m’être une recommandation sur tout autre point de l’antique côte de Phénicie soumise au pachalick d’Acre. Cette ville, que les anciens appelaient Ako, ou l’étroite, que les Arabes nomment Akka, s’est appelée Ptolémaïs jusqu’à l’époque des croisades.

Nous remettons à la voile, et désormais notre voyage est une fête ; nous rasons à un quart de lieue de distance les côtes de la Célé syrie, et la mer, toujours claire et bleue, réfléchit comme un lac la gracieuse chaîne de montagnes qui va du Carmel au Liban. Six lieues plus haut que Saint-Jean-d’Acre apparaît Sour, autrefois Tyr, avec la jetée d’Alexandre, unissant à la rive l’îlot où fut bâtie la ville antique qu’il lui fallut assiéger si longtemps.

Source :  Voyage en Orient. Calmann Lévy, 1884 (Œuvres complètes de Gérard de Nerval, II. Voyage en Orient, I, p. 247-249).

 © Rachel Semoul

http://kefisrael.com/2021/12/07/haifa-et-acco-vues-de-la-mer-par-gerard-de-nerval/?fbclid=IwAR0DQogkNNZ4Oc7qkLX3PrAdOKgyY67-z4peBUc_-gNDxbyfwaKFSczmjz8

Kef Israël, le Blog de Rachel Semoul

“J’ai créé le blog Kef Israël le 3 décembre 2008, après mon retour en Israël en août 2008. J’ai voulu faire partager mon amour de ce pays. Je parle de ma vie quotidienne, de ce que je mange, de ce que je lis, de ce que je vois.”

Lire 10 ans de Kef Israël

Kef Israël en chiffres : (décembre 2008- mai 2020)

Nombre d’articles publiés en 11 ans : 1561

Nombre de visiteurs uniques depuis la création du blog : 1 million 67 mille 313

Nombre de pages vues : 2 millions 557 mille  671

Nombre d’abonnés sur la page Facebook : 14 277

Nombre d’abonnés sur Instagram : 2436

Nombre d’abonnés sur Twitter : 2867

Des  billets :

  • sur les start-up israéliennes parce que c’est le domaine de mon fils Dan Peguine.
  • sur l’art contemporain israélien parce que ma fille Sarah anime une page Facebook et un blog incontournable.
  • sur le surf en Israël parce que c’est la passion de ma fille Anaël.
  • sur  Tel Aviv parce que je l’arpente dans tous les sens!
  • sur la rue Dizengoff parce que c’est là qu’avec Charles Peguine, j’ai ouvert Palais des Thés Israël.
  • sur la littérature parce que c’est ce que j’aime!
  • sur la culture israélienne
  • et d’autres sujets insolites et intéressants juste pour le kef !

Et beaucoup de photos !

Rachel Samoul est née à Aix-en-Provence, originaire d’une famille d’Aïn-Temouchent (Algérie). Elle a vécu de 1998  à 2008 à Bruxelles où elle était responsable de la promotion de la culture israélienne à l’Ambassade d’Israël en Belgique et au Luxembourg. Depuis août 2008, elle est de retour à Tel Aviv. Elle a écrit pour l’Arche. Elle a fait partie du comité de rédaction de Continuum, la revue des écrivains israéliens de langue française.
Bouquet de coriandre“, paru en 2007 aux Editions Complexe est son premier livre publié.

Vous pouvez la rencontrer au Palais des thés Israël, 131 rue Dizengoff, Tel Aviv ou la contacter par mail rachel.samoul@gmail.com

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

1 Trackback / Pingback

  1. Rachel Samoul. Haïfa et Acco vues de la mer par Gérard de Nerval - Citron IL

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*