Charles Rojzman. Le Temps des Imposteurs

L’imposteur est un homme qui essaye d’acquérir un pouvoir sur une fraction plus ou moins étendue de l’humanité en lui imposant un mensonge, ou un système de mensonges. Il en tire divers avantages d’orgueil ou d’intérêt. Cela peut aller de l’exploitation de quelques naïfs, à celle de peuples entiers“, écrivait Jules Romains en 1944.

On voit à quels imposteurs il pensait en cette fin de la deuxième guerre mondiale.

Mais voici revenu le temps des imposteurs. Leur technique est toujours la même : “Cette technique a pour objet de frapper l’imagination de la foule et de la mettre en état de réceptivité mentale.”

Toute l’œuvre des Philosophes des Lumières au XVIIIème siècle a consisté à tenter de démasquer l’imposture. Leur illusion et celle d’un Victor Hugo plus tard a été de croire qu’il suffisait d’instruire les peuples pour qu’ils ouvrent les yeux et restent vigilants face à l’imposture. Hélas, l’histoire du XXème siècle a prouvé le contraire. Ce qui est survenu au sein du peuple le plus instruit de l’Europe -les Allemands- a bien montré que la connaissance à elle seule ne pouvait prémunir du poison de l’imposture.

Aujourd’hui, l’imposture a perfectionné ses moyens. Grâce aux outils modernes de diffusion et de communication, en s’emparant de médias complices et volontaires, au service d’intérêts dissimulés, ou involontaires et aveuglés par le relativisme et l’absence de conscience des enjeux et des pouvoirs, elle se met en ordre de marche, une fois de plus.

© Charles Rojzman

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

8 Comments

    • Rojzman se réfère probablement à l’opinion répandue très longtemps et encore aux années 1930 que les Allemands étaient un peuple de « philosophes et musiciens ».

      Il est vrai que lorsqu’on pense à Bach, Beethoven, Brahms, Haendel (liste très partielle) ; à Nietzsche, Schopenhauer, Kant, Hegel (toujours très partielle) ; force est d’admettre une certaine vérité à la chose.
      Et je vous fais grâce des Autrichiens.

      Hélas Rojzman passe outre le postulat que ce constat corrobore : il n’y a que peu de rapport de causalité entre les caractéristiques d’un ensemble et celles des individus qui le composent pris séparément.
      Le diable peut donc être extrait d’un troupeau d’anges…Et j’irai jusqu’à dire que le diable peut être extrait de N’IMPORTE QUEL troupeau d’anges, il n’existe pas de spécificité allemande en la matière…

      D’ailleurs sa définition du terme « imposteur » est partiale.
      L’imposteur étant « une personne qui abuse de la confiance d’autrui par des mensonges, en usurpant une qualité… ».

      J’abrège sinon on est encore là demain, mais le sujet est passionnant.

      • Ah bon ? J’ignorais que Pascal, Diderot et Voltaire pour la philosophie, Vivaldi, Puccini, Debussy, Tchaïkovski, Ravel pour la musique fussent allemands… La France n’était-elle pas à cette époque un peuple de poètes, de romanciers, de peintres et de sculpteurs si l’on suit la même logique (Paris était jusqu’en 1939 la capitale culturelle du monde) ?
        Quant à la philosophie allemande et sa prétendue grandeur, lire justement ce que Nietzsche écrivait à son sujet (cf “Ecce Homo”) _ le peu d’estime que lui inspiraient la philosophie allemande et l’Allemagne en général rend d’ailleurs d’autant plus ridicules les tentatives de récupération de son oeuvre par les nazis.
        Ce cliche absurde sur l’Allemagne mis à part, le fond de l’article reste très juste.

          • Oui, mais de ce côté-ci du Rhin on peut citer Molière, Pascal, Sade, Baudelaire, Rimbaud, Hugo, Monet, Debussy, Rodin, Proust etc etc…Personne ne nie le génie de Beethoven ou de Gœthe, mais cela n’a rien d’une spécificité germanique. L’Europe des génies litteraires ou artistiques correspond plus souvent à l’Europe du sud, l’Europe méridionale : Grèce-France-Italie-Espagne.

          • Quid de l’Allemagne? La Grande-Bretagne? La Russie?
            Fini, Shakespeare? Thomas Mann? Dostoievsky? Et tant d’autres?
            Non, vraiment… C’est quoi, ces affirmations à l’emporte-pièce ?
            La planète n’est pas hexagonale.

  1. Dommage que ce débat glisse vers le futile.

    Se lancer à la figure des noms célèbres de l’un ou de l’autre côté du Rhin pour prouver qui est plus malin est ridicule, contre-productif et surtout hors sujet.

    Le postulat de Rojzman, qu’il ne développe pas assez à mon goût (je l’ai tenté un peu ci-dessus) ne concerne pas une nation en particulier mais TOUTES.
    Il dit que même les populations le plus instruites peuvent, dans certaines circonstances, commettre l’innommable.
    Sa référence à l’Allemagne est un exemple parmi d’autres.

    Il formule ça par le leurre démontré « qu’il suffisait d’instruire les peuples pour qu’ils ouvrent les yeux et restent vigilants ».
    Ce que je formule ci-dessus par « le diable peut être extrait de N’IMPORTE QUEL troupeau d’anges, il n’existe pas de spécificité allemande en la matière… ».

    • Il est écrit texto “du peuple le plus instruit d’Europe” : c’est cela qui est une affirmation à l’emporte-pièce et tout à fait fausse. Mais ce point mis à part tout le reste de l’article est intéressant et pertinent.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*