Remi Richelet. #mila #jesuismila

Mila

#mila #jesuismila

Voilà! Nous avons nous aussi notre Asia Bibi.
Une ado de 16ans , dont on propose la mort pour une histoire de blasphème. Tout est en place pour notre condamnée, elle coche toutes les cases pour passer à la lapidation publique.

Blanche, femme, libre, française, lesbienne, cheveux aux vents et colorés.

Harcelée par des internautes, par des internautes qui tentaient de la convertir à l’hétérosexualité, elle recadre le troll qui l’insulte, engage des accusations homophobes, de racisme… La vie des homosexuels sur internet quoi! La vie que la loi AVIA ne prend jamais en compte. Un harcèlement permanent , vicieux, insultant, dégradant en forme de jugement et de propositions indécentes. C’est toujours violent et dégueulasse.

Mais à 16 ans, la jeune Mila a du répondant. Elle publie une petite vidéo en mode antitheiste. Elle crie son dégoût des religions et des conséquence des religion sur sa vie de 16 ans. La messe est dite: blasphème.

Bon, c’est purement légal, enfin en France. Parce qu’on est pas un pays dirigé par des arriérés mentaux et que nos lois à nous, sont aux services de hommes et pas à un dieu vengeur homophobe et sexiste qu’un simple examen proctologique mettrait en fureur.

Le blasphème ne regarde que le croyant de SA propre religion. Et pas le reste du monde et encore moins une ado de 16 ans.
Alors on va nous jouer Ramona…. Voir des victimes pleurer, chialer en hurlant qu’elles ont été agressées par une vidéo, des mots, puis nous aurons les menaces, la violence verbale. Ces victimes vont jurer que leur personne est sacrée comme un Mélenchon un jour de perquiz’. Sauf qu’il faut se détendre un peu.

Mila parle de religion. Pas de pratiquants de la religion

Mila parle de religion. Pas de pratiquants de la religion. Tout le monde comprend la nuance, sauf ceux qui pensent que le blasphème regarde tout le monde, tout le temps, et avant toutes choses. Sa démarche sort de l’ordinaire, casse les codes, et une manœuvre en réaction à des propos la visant elle particulièrement…. Et c’est purement légal.
Ce qui n’est pas le cas des insultes homophones.

Comment je sais ça ? Mais parce que nous sommes en France et que la parole de chacun d’entre nous en matière religieuse est protégée par la constitution francaise., pardi!
On appelle ça ” liberté de conscience ” et comme c’est lié à la religion, à une expression liée à la religion et à la croyance, on tombe en plein dans la loi de 1905, dite loi de séparation des églises et de l’État.

Une loi de liberté qui permet de protéger la conscience de chacun d’entre nous en matière religieuse. Une drôle de loi qui met un cadre a l’expression de sa foi, et qui interdit de contraindre quiconque à pratiquer un culte ou à se ranger de force dans un camp ou l’autre qu’on soit croyant ou non, homo ou pas, femme ou non, et à tout âge…16 ans ou 86 ans.

La question est de savoir si le fait de proposer la botte à une gosse de 16 ans pour la convertir à l’hétérosexualité parce que son dieu est homophobe, fait partie des critères qui permettent d’invoquer un coup de force lié au culte? Qu’ injurier une ado en lui mettant des insultes de ” francaise” comme si cela était une dégradation, qu’ accuser de racisme une fille parce qu’elle refuse de se plier à des injonctions sexistes et d’ordres sexuels, passe au travers de la loi AVIA, soit! C’est le lot des internautes de n’être protégé que par eux même.

Demandons à Asia Bibi, à Malala Yousafzai, à Zineb el Rhazoui

Mais…. Faire taire une jeune femme par et pour des motifs religieux, c’est pas la même chanson. Demandons à Asia Bibi, à Malala Yousafzai, à Zineb el Rhazoui,…
C’est comme faire taire, par et pour des motifs religieux des Salman Rushdie, des Charlies…
C’est comme être tutsi au pays des hutus….
Tout ça n’arrive que dans la tête des bigots, le problème, c’est que régulièrement ça en sorte.

Et ça tue!

Le problème ,c est que cette triste histoire arrive pendant la visite du président dans les lieux saints du Livre. Et que la déclinaison au nom de l’islam dans les réactions des haters, doxxeurs de Mila, ça fout la pétoulle.
Mila a ouvert la porte de la haine sourde qui vit à l’ombre de la société. Une haine religieuse, que tout le monde s’emploie a qualifier de culturelle pour en minimiser la peur, pour relativiser l’impact des préceptes de l’islam sur la marche d’une partie de nos concitoyens.

Pour ne pas avoir d’exégèse à faire , nous avons la laïcité. Qui met en premier lieu la liberté de conscience individuelle, pour justement s’exonérer des pensées collectives. Et que pour notre malheur, le président de la République est le garant de cette liberté, lui le concordataire qui s’est mis en charge de retisser les liens avec les cultes en dépit de la séparation.
Voilà la première conséquence de cette politique de rapprochement entre l’état et les cultes: le blasphème. Les accusations de blasphème.

Mila, martyre de la liberté de conscience

Voilà donc Mila, martyre de la liberté de conscience. Elle s’ajoute à la longue liste des vraies victimes, certaines sont mortes un 14 juillet, d’autres au Bataclan, d’autres vivent sous protections policières, alors même que sous d’autres latitudes on en meurt sous les jets de cailloux, ou par un noeud coulant quand on a pas eu la chance d’être exfiltré dans une pays accueillant.
Oui, oui, la victime c’est Mila et c’est pour ça que je suis Mila!

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

3 Comments

  1. Mon épouse et moi même sommes ATHÉES.

    Mais, après avoir travaillé 35 ans chez les Mohamed, en Arabie, UAE,ALGÉRIE,Indonésie,Turkménistan Malaisie etc., je ne supporte plus leur SECTE !!
    QUI ? De part le monde de 2020 à des pratiques barbares dignes des Nazis et des Huns ? Qui s’enorgueillit d’egorger, de violer,de torturer au nom d’un dieu qui n’existe pas?
    Ces dégénéres pédophiles sont les seuls à avoir ces horreurs écrites comme consignes dans leur ” torche culs ” de coran.

Répondre à hollender Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*