Télévision : Les évadés de Rawa Ruska, témoins de la Shoah

Ce documentaire retrace l’histoire du camp de Rawa Ruska en Galicie, dans l’actuelle Ukraine. Environ 24000 prisonniers de guerre français et belges y furent internés pour avoir tenté de s’évader, refusé de travailler ou avoir été reconnus coupables de sabotage.

Situé à quelques kilomètres de Belzec, le camp de Rawa Ruska jouxte le ghetto de la ville. Dans cette région d’Ukraine, ils sont bientôt confrontés à l’extermination de la population juive par la Waffen SS et les milices ukrainiennes.

Huit vétérans, quasi centenaires au moment du tournage, racontent les conditions d’existence à mille lieues des critères établis par la Convention de Genève, les stratagèmes mis en oeuvre pour s’évader… et, surtout, ce qu’ils ont vu — les camarades tirés comme des lapins alors qu’ils tentaient de s’enfuir, les familles juives fusillées au bord de fosses communes déjà creusées, les routes pavées de fragments de sépultures profanées…


Diffusion sur France3 vendredi 16 février à 01h10 (dans la nuit de jeudi à vendredi)
Et n’oubliez pas que les émissions de France3 sont toujours accessibles en replay.

Soutenez Tribunejuive.info

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , , , , , , , , ,
Publié dans télévision
Un commentaire pour “Télévision : Les évadés de Rawa Ruska, témoins de la Shoah
  1. zebulon dit :

    J’ai vu ce film il y a environ un an.
    A ne pas manquer.
    Tous les témoignages proviennent de français de souche.
    A titre personnel j’ajoute que mon père était dans ce train de « réfractaires » et qu’il a réussi à s’en évader, ce qui lui a sans doute sauvé la vie car en tant que juif il avait peu de chances de survivre à ce camp disciplinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WPNewsman

SOUTENEZ TRIBUNEJUIVE.INFO