Zemmour/ Drumont Pas d’amalgame! Par Georges Bensoussan

Edouard Drumont

Pour l’historien Gérard Noiriel, Éric Zemmour est un descendant d’Édouard Drumont. Associer le pamphlétaire  antisémite de La France juive et l’auteur assimilationniste du Destin français est parfaitement absurde. Mais permet d’occulter l’échec de l’intégration.

Il ne s’agit pas ici de cautionner ou de condamner l’œuvre d’Éric Zemmour avec lequel j’avais noté personnellement nombre de désaccords, en particulier sur sa vision globale de l’histoire de France, sur ses considérations relatives aux femmes en politique, à Victor Hugo ou au maréchal Pétain promu quasi-protecteur des juifs en France. Ce qui m’intéresse ici, c’est la méthode employée par Gérard Noiriel contre le journaliste, parce que derrière l’apparence anodine d’une « leçon de méthode » à l’attention des profanes, c’est bien de faire taire un homme dont il s’agit. Les divergences sont si considérables entre les époques qui séparent Drumont de Zemmour (1886/2019) qu’on est frappé de l’acharnement mis par Gérard Noiriel à plaquer une biographie sur l’autre. Quand il écrit que Drumont s’acharne sur « le Juif » et, à travers lui, sur la classe dominante, il a sans doute raison. Mais qui peut dire que Zemmour « s’acharnerait » sur « les musulmans » (sic) parce qu’il les verrait comme la classe dominante en France ?

publicitÉ


Le Juif dangereux, c’est le Juif vague, écrit Drumont

L’obsession assimilationniste chez Zemmour n’a pas son pareil chez Drumont. Si ce dernier, ainsi que le rapporte Noiriel, s’offusque de ce que les juifs donnent des prénoms hébraïques et non français à leurs enfants, l’argument relève chez le polémiste professionnel qu’est Drumont de la rhétorique. En effet, comment ne pas souligner l’angoisse viscérale que suscite chez l’auteur de La France juive l’Alliance israélite universelle partisane de l’intégration  ? « Tout Juif qu’on voit, écrit-il, tout Juif avéré est relativement peu dangereux […]. Le Juif dangereux, c’est le Juif vague[1]. » C’est dire combien les ressorts de la paranoïa antijuive diffèrent du discours sur « l’islamisation de la France », quoi qu’on pense par ailleurs de celle-ci.

De la reductio ad hitlerum à la reductio ad drumontum selon Noisiel

De quelle réalité démographique parle Noiriel  ? Il n’en est jamais question, alors que ces données auraient dû sous-tendre tout raisonnement sur les similitudes de discours : on comptait environ 80 000 juifs dans la France de l’affaire Dreyfus. Sa pratique constante de l’amalgame est de nature idéologique. Intellectuellement, elle est puérile. Quand il trace un signe d’égalité entre antisémitisme et « islamophobie », sans même interroger cette dernière notion issue des milieux coloniaux français du début du xxe siècle, et récupérée ensuite par les milieux islamistes pour interdire toute critique de l’islam, alors que l’antisémitisme est la haine d’un groupe humain. Quand il fait des musulmans d’aujourd’hui les juifs d’hier, qu’il amalgame Finkielkraut et Zemmour (p. 155) et fait de Bernanos (p. 223) « le chaînon manquant Drumont/Zemmour » en citant dix lignes, hors contexte, de l’auteur des Grands Cimetières sous la lune, comme s’il cherchait à jeter l’anathème sur une œuvre considérable. Le présent est, par définition, ce qui n’a pas été vécu. De là notre surprise de voir un historien plaquer la fin du XIXe siècle sur le début du XXIe. Comme si, à rebours de toute réflexion sur la durée qui défait et reconfigure (Héraclite : « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve »), il nous assurait qu’il n’y a « rien de nouveau sous le soleil » et que, de Drumont à Zemmour, les mêmes mécanismes se répètent. Car, hélas, l’ossature du livre de Gérard Noiriel est la reprise d’un lieu commun de la doxa : dans notre pays, aujourd’hui, les musulmans vivraient peu ou prou la condition difficile des juifs de France au cours des années 1930. Ce faisant, Noiriel prolonge le sophisme dénoncé jadis par Leo Strauss : la reductio ad hitlerum. Avec lui, la reductio ad drumontum diabolise pour exclure et faire taire. Il s’agit de rabattre Drumont sur Zemmour pour démontrer que le discours du journaliste est gros des catastrophes générées hier par le discours de Drumont. Noiriel évoque l’islam puisque c’est, assure-t-il, l’obsession du journaliste du Figaro. Mais dans les 240 pages de son livre, on ne trouvera pas une once de réflexion sur la géopolitique de l’islam, sur la réalité de l’immigration des quarante dernières années, sur le séparatisme qui affecte certains quartiers gagnés par les salafistes comme, a contrario, sur la furieuse volonté d’intégration des juifs de France à la fin du xixe siècle, des Dreyfus aux Camondo pour ne citer qu’eux. On ne trouvera pas un mot sur la forte minorité de Français musulmans pour lesquels la charia est supérieure aux lois de la République[2], pas un mot sur les refus, ici et là, de la mixité, sur les difficultés liées au sport scolaire comme sur la contestation de certains enseignements. Tout est oublié. Les attentats de 2015-2016 ne sont même pas mentionnés.

La peur d’un enracinement de l’islam intégriste en France relève donc du fantasme d’un journaliste héritier de Drumont, transposant la paranoïa de l’ancêtre dans la France d’aujourd’hui. Tout comme sa « vision catastrophiste des banlieues », Noiriel semblant tout ignorer de la réalité de son pays et paraissant même n’avoir jamais lu ni Christophe Guilluy, ni Jean-Pierre Le Goff, ni Louis Chauvel, ni Pierre Vermeren, ni Gilles Kepel ni Jérôme Fourquet et son Archipel français. Le 16 septembre 2019, c’est le président Emmanuel Macron qui déclare : « Aujourd’hui, nous ne pouvons être aveugles, nos compatriotes le voient et le ressentent. Le problème, ce ne sont pas les religions, c’est le communautarisme. Et le communautarisme le plus visible est celui lié à l’islam. » Dira-t-on de Macron qu’il fait une fixation sur l’islam, nourrissant au passage une « islamophobie » latente dans la société française, liée à un passif colonial jamais entièrement apuré ? Le souci militant amène Noiriel sur un terrain qu’il ignore apparemment, celui de la justice en actes. Le journaliste « polémiste » rechercherait le procès explique-t-il, car « chaque épisode entretient la réputation du pamphlétaire » (p. 183). L’auteur ignore probablement la violence psychique et émotionnelle que représente un procès dans la vie d’un individu même relaxé à plusieurs reprises. Ici, l’historien aurait dû faire montre d’un peu plus de retenue.

Enfin, extraire une phrase de son contexte dans un récit plus large, revient de facto à essentialiser son locuteur en « raciste », comme lorsque au cours de mon audience d’appel (mars 2018), à partir de mots sortis de leur contexte, un avocat adverse me prêta une pensée « pré-génocidaire » (sic). Que cherchaient ceux qui ont voulu faire un émule de Drumont (ce fut aussi mon sort en première instance), quand ce n’est pas un disciple masqué d’Himmler, d’un homme ayant dirigé vingt-cinq ans durant la Revue d’histoire de la Shoah et consacré, entre autres, deux numéros au génocide des Arméniens, un numéro au génocide des Tutsis du Rwanda, un autre également aux violences coloniales avant la Shoah ?

Des professeurs de morale

Sur quelle vertu se fondent ces professeurs de morale, drapés dans les oripeaux de la « vigilance antifasciste », pour infliger à un universitaire ou à un journaliste une humiliation publique érigée en devoir civique ? On a donné un pouvoir immense à des gens qui pensent porter la voix des victimes des crimes commis au nom d’une idéologie raciste ou en lien avec elle  : esclavage, génocide juif, colonisation. Nourris de cette conviction, leurs adversaires ont du mal à récuser les arguties qui font de vous un « infréquentable », dont la place n’est plus parmi la « communauté des gens corrects ». Un historien dévoie la fonction de l’intellectuel lorsqu’il parle de « délinquance de la pensée[3] », des mots qui sonnent comme un appel à l’excommunication de la vie civique – et repris en titre d’un entretien avec Noiriel dans Le Monde.

Dans la France de Noiriel, qui exerce la police de la pensée juste ? Car si pensée délinquante il y a, il doit nécessairement y avoir police de la pensée destinée à épurer du champ social un certain nombre de mots ou de paroles jugés contraires à la doxa du moment. Derrière cette notion de « pensée délinquante », c’est toute une vision du monde qui s’exprime, pétrie d’un tropisme religieux qui vise à la séparation sans cesse renouvelée du « pur » et de l’« impur ». La « pensée délinquante » fait étrangement écho à la « mauvaise pensée », cette formule jadis utilisée par les prêtres dans l’intimité du confessionnal. Il ne s’agit pas de défendre Éric Zemmour. Mais faire de lui un nouveau Drumont et définir ses écrits comme une « pensée délinquante », c’est un appel implicite non plus à démonter ses thèses dans le cadre d’un débat, mais à l’évincer du champ social : qu’il ne passe plus à la télévision, que ses livres cessent d’être édités par une « grande maison », etc. Bref qu’il disparaisse du paysage. Dès l’instant où l’on use de la comparaison avec Drumont – dont l’Institut d’études des questions juives alla fleurir la tombe au Père-Lachaise en 1944 pour le centenaire de la naissance du polémiste –, le lien se fait aisément avec le génocide juif. Si on pense qu’un nouveau Drumont officie sur les plateaux de télévision et les radios, qui prépare les esprits à un futur génocide, non pas des juifs mais des musulmans, alors la responsabilité morale de ceux qui lui donnent la parole est écrasante.

Mais est-ce à l’État, par le biais de l’institution judiciaire, de décréter ce qu’est une pensée « correcte » ? Noiriel use régulièrement des formules « ma communauté professionnelle », « nous autres les universitaires », etc. D’aucuns ne manqueront pas d’y voir un réflexe corporatiste. Pour autant, était-il nécessaire à celui qui excipe sans fin de sa qualité d’historien de multiplier les bassesses ? Pourquoi mentionner dès la troisième ligne de la première page qu’au moment où il écrivait son premier ouvrage, « Éric Zemmour était en train d’échouer au concours de l’ENA » ? Pourquoi multiplier les formules sur son supposé « venin distillé » (ou « craché »), pourquoi le désigner (p. 63) comme « l’écrivain raté qu’il avait été jusque-là » ? Enfin, fallait-il assimiler un antisémite, élu député d’Alger en 1898 sur la base d’un programme antijuif, à un juif d’Algérie descendant de ceux qui en avaient été les premières victimes  ? Zemmour, nouveau Drumont, peut avoir valeur de symbole : un pur produit du décret Crémieux (dont il se revendique qui plus est), bête noire de Drumont et de son disciple algérois Max Régis (un temps maire d’Alger), endosserait les habits de celui-là même qui s’opposa à l’entrée dans la nation française de ses ancêtres. Il y aurait là matière à réflexion sur ce que le journaliste Olivier Geay appelait récemment la « question séfarade[4]».

Pour comprendre Éric Zemmour, il manque à Gérard Noiriel la capacité d’entendre la complexité de la condition juive. Or, en dépit de la « désidentification » qu’il prône à raison, l’historien ne parvient pas à sortir de lui-même. S’il avait su entendre la dimension aliénée de la condition diasporique, peut-être eût-il pu saisir avec plus de profondeur, tout en la réprouvant, la démarche du journaliste.

Causeur, Octobre 2019.


[1] Souligné par moi.

[2] Rapport d’Hakim El Karoui, Institut Montaigne, 2016.

[3] « Éric Zemmour légitime une forme de délinquance de la pensée », p. 219.

[4] In Autopsie d’un déni d’antisémitisme, L’Artilleur, 2017, p. 115-140.

Publié dans société
7 commentaires pour “Zemmour/ Drumont Pas d’amalgame! Par Georges Bensoussan
  1. Zack dit :

    Bensoussan défend donc Zemmour (même s’il prend la précaution d’évoquer leurs menues divergences).

    Chemin faisant il met indirectement l’accent sur leurs convergences. Pourquoi pas. On a le droit d’être d’accord. Ou pas.

    Tout ça démontre l’inanité de ce qui est prétendu par une plume fréquente ailleurs dans ces colonnes, à savoir une forte contradiction entre Zemmour et Bensoussan qui permettrait d’idolâtrer Bensoussan et de vouer Zemmour aux gémonies.

    Au risque de me répéter, sans être jumeaux ils sont frères (d’armes ?…). Compatibles, complémentaires et complices.

  2. Grynbaum Stephane dit :

    « Saisir avec plus de profondeur, tout en la réprouvant, la pensée du journaliste »
    Merci de cette excellente mise au point, et merci pour vos travaux historiques en effet remarquables et droits.

  3. Nadia Lamm dit :

    Il faut arrêter avec Zemmour et même avec les Le Pen qui, même s’ils le voulaient, ne réussiraient pas à soulever les Français pour aller tuer leurs voisins musulmans; il faut regarder d’ou vient effectivement le danger, à savoir de la banalisation dans toute l’Europe des traits culturels les plus régressifs d’un islam totalitaire qui a bel et bien un projet de conquête planétaire et qui sait adroitement se servir des idiots utiles qui sévissent en Occident et, parmi eux, les intellectuels comme François Burgat, Gérard Noiriel et bien d’autres – fut-ce par espoir de retour sur investissement, fut-ce par amour du totalitarisme (cf Christian Ingrao, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS) ne sont pas les derniers à s’engager aux côtés des tyrans. Le projet de conquête des 56 pays de l’OCI plus l’Autorite palestinienne est écrit noir sur blanc dans la Stratégie culturelle islamique à l’exterieur du monde islamique qui en 100 pages, donne tous les détails d’une conquête qui doit d’abord être CULTURELLE avant de pouvoir devenir POLITIQUE. Nos élites ne font rien de plus que gérer une fuite en avant dont nos libertés paient déjà le prix fort . Il faut lire et relire la Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes de Charb, un homme courageux, o combien! – Georges Bensoussan a les meilleures raisons du monde d’ecrire ce qu’il écrit et, par ailleurs, dans son texte, Charb rappelle les poursuites judiciaires des islamistes contre Charlie des 2006. Ce sont ces islamistes et leur subversion culturelle antisémite et anti-musulmans non islamistes auxquels vous donnez aujourd’hui un blanc seing en refusant d’entendre Zemmour qui, quoiqu’on pense de ses positions sur toutes sortes de sujets, est pertinent sur celui-ci et qui, ayant compris que la gauche avait définitivement fermé la porte à ce sujet, – ne le voit-on pas avec l’affiche désastreuse de la FCPE ces derniers temps – espère rallier toutes les droites pour finalement ouvrir les yeux et se mobiliser contre l’islam politique ennemi de toutes nos lois et de toutes nos valeurs.

  4. Nadia Lamm dit :

    Je poursuis en citant Charb car la dimension POLITIQUE est ici essentielle : p. 33 de sa Lettre sus-citée :
    « Les poursuites judiciaires clownesques.

    D’abord il y a M. Zaoui Saada. Ce n’est sans doute pas le plus médiatisé de nos détracteurs mais c’est le plus pugnace. Il est à la tête (a la fois président et secrétaire général) de l’Organisation arabe unie, qui elle-même est une « branche organe » du Rassemblement démocratique algérien pour la paix et le progrès. Oui, tout ça.
    Il s’est fait connaître en 2006 en poursuivant Charlie Hebdo en justice pour « délit de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’egard d’un groupe de personnes en raison de leur origine, de leur appartenance à une nation, à une religion déterminée, de provocation aux crimes et délits. » Reprenez votre souffle, ce n’est pas tout. Il nous poursuivait également pour « injure à la mémoire du prophète Mahomet, injure directe à la communauté musulmane. » Ces poursuites faisaient évidemment suite à la publication des caricatures danoises de Mahomet. »
    On connaît la suite.

    La Stratégie culturelle sus-citee est à lire sur internet; elle émane de l’ISESCO, une sorte d’UNESCO arabe musulmane ; elle fait à tous les Musulmans pieux de la oumma un devoir de retourner les libertés et les lois des démocraties occidentales contre l’Occident démocratique et c’est exactement ce que font les tenants de l’islam politique avec la bénédiction des associations antiracistes stupides comme la Licra et le Mrap ou la CNCDH. Quand aux particuliers musulmans lire l’enquête de Jerome Fourquet dans le Point de la semaine dernière – ce ne sont que des statistiques et les individus restent à considérer en tant que tels, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas un ralliement croissant aux thèses islamistes devant la faiblesse de la résistance des démocraties. Contre laquelle nous devrions savoir nous mobiliser de manière lucide et impartiale.

  5. july dit :

    Bravo Nadia Lamm, vous avez fort bien résumé ce qui nous est arrivé et va nous arriver. et merci

  6. Meir dit :

    N oublions pas une réalité historique du comportement de la France à l’égard des juifs.
    La France fut le premier d’Europe à avoir expulsé les juifs à l’époque de Philippe Le Bel.
    La France a encore raté une occasion de les accepter vraiment en 1945. En effet, beaucoup de juifs rescapés des camps avaient transité par la France. 90% d’entre eux n’ont pas pu bénéficier d’un droit d’asile ou de la nationalité française. La plupart sont allés soit en Amérique ou en Israel.
    A la différence des musulmans qui ont été accueillis les bras ouverts et ils doivent être aujourd’hui 5 ou 6 millions.
    La France est somme toute cohérente dans le traitement des uns par rapport aux autres.

  7. Je retiens avec un total acquiescement le commentaire de Nadia Lamm, ci-dessus, appelant toutes les personnes attachées à la Droite ou à la Gauche libérales « d’ouvrir les yeux et se mobiliser contre l’islam politique ennemi de toutes nos lois et de toutes nos valeurs ».
    Peu importe que ces personnes soient oui ou non à cent pour cent d’accord avec les propos d’Eric Zemmour traitant le même sujet.
    L’important est d’empêcher l’islam politique de progresser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Montgeron"