Zemmour, Cohn-Bendit, les juifs et la République – Yves Mamou

Lundi 13 mai, LCI, a ouvert la campagne des élections européennes par un débat (immigration, frontières, gilets jaunes…) entre Eric Zemmour et Daniel Cohn Bendit. Personne n’a voulu remarquer que tous deux étaient juifs.

publicitÉ


Qu’est-ce que le judaïsme de l’un ou de l’autre a à voir avec les problèmes politiques de tout le monde protesteront certains ? La réponse est que le judaïsme français a eu à souffrir plus que tout le monde des problèmes politiques de tout le monde. Si la France a changé sous les coups de boutoir de la mondialisation, de l’immigration musulmane de masse, du terrorisme islamiste et de l’intégration dans l’Union européenne, la condition juive en France en est sortie disloquée. Les synagogues et les écoles juives vivent désormais sous protection militaire, les écoles de la République sont quasiment interdites aux enfants juifs dans les quartiers sensibles et le climat « antisioniste » entretenu par nombre de médias incite un nombre important de juifs à quitter la France pour Israël.

Quand la République change de nature, quand le rapport entre l’Etat et la Nation se distend en raison d’un transfert de souveraineté accru à l’Union européenne et d’une immigration musulmane de masse, les juifs sont ceux qui expriment le mieux la révolution en cours. Faut-il défendre la nation en danger avec Zemmour ? Ou accélérer la dispersion de la nation au sein d’un universel humain plus ou moins bien défini avec Cohn-Bendit ?

Quelques exemples du conflit Zemmour-Cohn-Bendit :

  • French way of life. Eric Zemmour n’a jamais caché son hostilité à la « diversité » qui relève d’une logique américaine et son attachement au mode de vie français : « Nous pensons que nous (les Français) avons le meilleur mode de vie au monde, la meilleure culture et qu’il faut faire un effort pour acquérir cette culture[1]».  Daniel Cohn Bendit estime lui, que la France et les Français n’existent pas. « Il n’y a pas un peuple français, mais des citoyens français. Il y a des Français, qui constituent un ensemble, avec des différences sociales, religieuses, culturelles, sexuelles. Cette somme de différences ne fait pas une mémoire collective. » Des propos qu’Emmanuel Macron – « Il n’y a pas de culture française. Il y a une culture en France. Elle est diverse » avait-il déclaré en 2017 – ne renierait pas.

A travers cette question du « French way of life », c’est bien sur la question de l’immigration qui est posée. Si les Français ne sont pas un peuple, rien n’interdit de le mélanger à d’autres. Mais si la France est une culture, laquelle mériterait d’être défendue, alors elle doit retrouver des frontières.

  • Le sacré. Sur la quatrième de couverture de « Destin Français », Éric Zemmour dote la nation française de racines historiques, culturelles et territoriales qui relèvent de l’intangible et du vénérable. « Je savais où je voulais vivre, avec qui je voulais vivre, et comment je voulais vivre. À mes yeux médusés d’enfant, le mot France brillait de tous les feux : histoire, littérature, politique, guerre, amour, tout était rassemblé et transfiguré par une même lumière sacrée, un même art de vivre mais aussi de mourir, une même grandeur, une même allure, même dans les pires turpitudes. La France coulait dans mes veines… ».

Cohn-Bendit lui, ne sacralise que le mouvement. L’anarchiste qui, en 1968, voulait entrer et sortir comme bon lui semblait de la résidence des filles de la cité universitaire de Nanterre, prône la disparition des frontières et la liberté de circulation d’un continent à l’autre, d’un pays à l’autre. Vive le mélange des populations, vive l’élargissement du marché par l’immigration, vive le musulman pauvre comme moteur de la transformation sociale.

  •  La France périphérique. Le divorce idéologique entre Zemmour et Cohn-Bendit se remarque également à leur positionnement par rapport aux gilets jaunes. Le premier dénonce le fait que “les gilets jaunes ont été chassés des banlieues islamisées par les racailles et les caïds”. Le second voit dans l’occupation en jaune des ronds-points un « mouvement totalitaire ».
  • L’Islam. C’est évidemment sur l’islam et l’islamisme que la contradiction entre Zemmour et Cohn-Bendit éclate. Pour Eric Zemmour, « islam veut dire paix, mais veut également dire soumission. On ne vit dans la paix que lorsque l’on se soumet à l’Islam. En Islam, il n’y a pas de musulmans modérés. Il y a simplement des gens qui appliquent la religion à la lettre… »

Cohn-Bendit pense lui que tout est négociable, y compris l’islam. En 2013, Taoufik Ben Brik, écrivain et journaliste tunisien, a beau lui dire : « Dany, les islamistes sont pires que les fascistes. Ils […] veulent nous renvoyer à l’âge de pierre de la politique : plus de relais dans la société, plus de partis, plus de syndicat et bien sûr plus de presse. » Mais, condescendant, l’ex-anarchiste lui a répondu : « C’est plus compliqué que ça. Tu te goures mon grand Toto. Pourquoi vous n’essayez pas de collaborer, de négocier ou chercher un compromis ? »

Pour Cohn-Bendit, la République Française aussi, doit « collaborer, négocier » avec l’islamisme. Il a ainsi recommandé « la construction de prisons trois étoiles pour essayer de déradicaliser » les djihadistes ; il a protesté publiquement contre la nomination d’un non-musulman, Jean-Pierre Chevènement, à la tête de la Fondation pour l’islam de France – une « « erreur éthique et politique » qui relevait du fait « colonial » a-t-il dit – estimant que le choix aurait dû être un membre de l’UOIF, proche des Frères Musulmans ; il a comparé les migrants économiques qui se pressent aux portes de l’Europe, aux juifs allemands menacés de mort par les nazis, sans voir que les vrais réfugiés du Moyen-Orient étaient d’abord les chrétiens et les Yazidis menacés d’extermination par les islamistes ; – estimé que le « burkini, ce n’est pas le problème », refusant de voir qu’il pose précisément un énorme problème d’égalité entre les hommes et les femmes ; – et enfin, Cohn-Bendit n’a jamais émis la moindre critique sur le voile imposé aux femmes musulmanes, l’égalité homme-femme étant absente de sa réflexion.

Ces désaccords auraient-ils pu être incarnée par d’autres débatteurs ? Sans doute, mais différemment et pas en cumulé. C’est parce qu’ils sont juifs que Zemmour-Cohn-Bendit posent le plus crûment la question de la nation et de l’insertion de l’Autre dans la nation. L’un fait de la nation – et de l’adhésion à la nation – le creuset d’une identité collective qui prime sur les identités tribales, l’autre suggère une dissolution de la nation pour un meilleur accueil des identités multiples.

Pour la première fois dans l’histoire de France, un juif sorti de nulle part, Eric Zemmour, joue les Jeanne d’Arc à une période de l’histoire où l’ensemble des élites françaises (politiques, intellectuelles, culturelles, institutionnelles…) désertent le sujet. Ce n’est pas un hasard si Cohn-Bendit est proche d’Emmanuel Macron, et ce n’est pas un hasard non plus si les livres de Zemmour sur la France rencontrent un immense écho auprès de la majorité silencieuse.

Cette identification d’un Français juif, Eric Zemmour, à la nation française et à la France républicaine illustre ce que Danny Trom, chercheur au CNRS, nomme le rôle d’« opérateur que les juifs ont eu dans la processus d’autodéfinition de la France républicaine depuis la Révolution française[2] ». En renonçant à être une tribu ghettoïsée, les Français juifs ont joué le jeu de l’assimilation citoyenne. La liberté de culte leur étant garantie, ils ont accepté de cantonner leur identité juive à la sphère privée, geste fondateur de la laïcité. Cette alliance juifs-République est d’ailleurs rappelée tous les samedis matin par les rabbins de toutes les synagogues de France et de Navarre : en échange de la liberté de culte concédée aux juifs, ces derniers renouvellent chaque semaine leur allégeance à la République et à ses lois.

L’adhésion des juifs à la République a ainsi représenté un moment clé de l’identité républicaine post-Révolution Française. Elle a apporté la preuve que la nation française pouvait se construire avec des tribus différentes pour peu que chaque membre de chaque tribu française (corse, bretonne ou juive…) joue le jeu de la citoyenneté. C’est pourquoi ajoute Danny Trom, « toute tentative de désolidariser la France de la République a également pris la forme d’une hostilité à l’égard des juifs, comme en témoignent l’affaire Dreyfus, puis le régime de Vichy. Les juifs sont un opérateur de l’entremêlement de la France et de la République ».

L’hostilité qui monte aujourd’hui en France contre les juifs est le symptôme d’une nouvelle dissociation de la nation et de la République. En tolérant que l’islam le plus rétrograde déroge au contrat de citoyenneté, contrat que les juifs et toutes les autres composantes de la nation ont signé ; en laissant les musulmans faire communauté dans une République de citoyens, la République (c’est-à-dire la classe dirigeante) tente une redéfinition de la nation. N’est plus français celui qui adhère au pacte républicain, mais celui qui a daigné choisir la France pour poser son baluchon. À Marseille, le 1er avril 2017, Emmanuel Macron a ainsi clamé sa fierté de voir « les Algériens, les Marocains, les Tunisiens, les Italiens, les Maliens » se rassembler sous le béret du « Tous Français[3] ».

Cette promotion de l’immigration (principalement musulmane), cette volonté de reconstruire l’empire colonial français sur le seul territoire de la métropole est générateur d’hostilité envers les juifs. Une hostilité qui ne vient pas seulement des couches les plus radicalisées de l’islam, mais aussi de l’Etat. Certes, l’Etat ne se retourne pas aujourd’hui directement contre les Français juifs comme le font certains islamistes. Mais à sa manière « progressiste », par son apologie du « vivre ensemble » l’Etat prend ses distances avec la nation française en adoptant une position hostile à l’Etat d’Israël. Une hostilité qui se manifeste dans toutes les arènes internationales. Ayant renoncé elle-même à être un Etat-nation, la France fait bloc avec le monde arabe à l’ONU, à l’Unesco, à l’Organisation mondiale de la santé… contre l’Etat-Nation des juifs. En dissociant la France de la République pour reprendre les termes de Danny Trom, l’Etat ne prône pas la haine des juifs sur le territoire national. Le rappel de Vichy serait difficilement dissimulable. Mais l’hostilité qu’il affiche envers l’Etat d’Israël dans l’arène internationale est un exact équivalent.

Ce n’est donc pas un hasard si c’est au nom de l’’Etat-nation français qu’Eric Zemmour défend l’Etat d’Israël. « Je pense qu’Israël a une pratique de la souveraineté qui est exactement celle qu’avait la France pendant des siècles, c’est ça qui m’intéresse, c’est-à-dire une défense farouche de sa souveraineté, comme la France jusqu’au général de Gaulle…[4] » Cohn-Bendit, et c’est bien logique, se positionne exactement à l’opposé. « Je suis un Juif de la diaspora. Donc une citoyenneté universelle, sans frontière[5] ».

Pierre Manent, philosophe, souligne, lui aussi, que la question essentielle qui est posée aux Français et aux Européens est celle de l’Etat-nation. Et ce n’est pas un hasard si sa réflexions sur l’Europe fait un détour par Israël. La démocratie européenne « qui ne sait plus voir de vertu que dans ce qui est « général » ou « universel[6] » se trouve mise au défi par l’Etat nation que les juifs ont édifié entre un mur et la mer au Moyen Orient explique-t-il. « L’existence pleinement nationale du petit Israël » a beau interpeller l’« énorme Europe ainsi que chacune des nations qui la composent (…) à ne pas se cacher derrière l’Humanité », rien n’y fait. « Vaine et creuse est l’Europe qui voudrait se confondre avec le corps en croissance de l’humanité en général » conclut Pierre Manent.

Une analyse que le philosophe conservateur britannique Roger Scruton reprend à sa manière : « Face au mécontentement populaire croissant, face aux migrations de masse, face aux difficultés de la monnaie unique et l’effondrement des économies de sa périphérie, les élites répondent par un cri unique : plus d’Europe. En d’autres termes, non pas un retour en arrière vers le connu, mais un saut en avant dans le vide » écrit le philosophe britannique Roger Scruton (De l’urgence d’être conservateur).

Les Européens – et les Français en particulier – se retrouvent aujourd’hui face à un choix juif : se fondre et disparaître dans un universel humain abstrait. Ou bien persévérer au sein d’un Etat fort à l’abri de frontières protégées.

Yves Mamou

[1] New York Times, le 11 février 2011

[2] La France sans les juifs, Danny Trom, PUF, 2019

[3] 6. « Macron au FN : les Français d’origine étrangère “fiers d’être Français” », leparisien.fr, 1er avril 2017

[4] Radio Courtoisie, le 27 novembre 2011

[5] le 14 novembre 2018 au quotidien belge Le Soir

[6] La Raison des Nations, Réflexions sur la démocratie en Europe, Gallimard, 2006

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans société
22 commentaires pour “Zemmour, Cohn-Bendit, les juifs et la République – Yves Mamou
  1. NO COMMENT dit :

    Si personne n’a dit qu’ils etaient juifs les deux, il semble que ce soit decidement les juifs qui se font du souci pour l’avenir de la France!
    Et diable, qui nous demande d’être, nous les juifs de France, plus royalistes que le roi?

    • Pourquoi cher Monsieur , ceux qui ont islamisé la France ne sont pas les juifs eux mêmes?? Les Debré , Fabius , Borloo ,Jack Lang ,NKM , DSK ,Dassault etc et les journalistes de télévision comme Drucker , el Krief , Chazal à toujours  » taper  » sur les patriotes et jamais sur les fauteurs de troubles ???Quand aux Juifs qui retournent en Israël , ce sont ceux de condition modeste , pas les journalistes ou les politiques grassement payé par l’ argent du contribuable !! Drahi préfère une France islamisée avec Macron qu’une France libre avec Le Pen !!

      • André Mamou dit :

        C’est toujours la faute des juifs ? Soit ils sont communistes soit d’affreux capitalistes? Vous tenez un compte précis des hommes politiques et des journalistes juifs!,
        Borloo, NKM, Chazal : pas juifs ! Mais vous en voyez partout ! ILS SONt PARTOUT !
        Et tout est de leur faute !
        Vous êtes chez vous au RN !

      • Cohen Pierre dit :

        Il existe des juifs nés de parents juifs et qui n’ont pas repris le flambeau , et d’autres extrêmement liés a leur peuple .a vous de faire le tri .si vous en êtes capable .

    • isub dit :

      ok juifs les deux, sauf que l’un d’eux est comment dire « adepte » des jeunes !!!… Qui = Con….

    • isub dit :

      ah que non ; les juifs n’ont aucun souci pour la France ; ….

  2. Nadia Lamm dit :

    Il me semble, malheureusement, que le débat Cohn Bendit – Zemmour est marqué au coin de la mauvaise foi. Malgré son ode au Maréchal Pétain, Zemmour n’a rien qui le prédispose à s’épanouir sous un régime type Vichy – qui, du reste, visait à construire une Europe nazie donc placée sous la direction de l’Allemagne : où est le patriotisme français là dedans? Les nazis étaient soutenus par la grande industrie allemande et aujourd’hui ils seraient accros à la spéculation financière comme les tenants de l’UE. Cohn Bendit est sur la ligne neo-liberale, lui aussi car aucune alternative, sauf des corrections à la marge par le protectionnisme modèle Trump n’a vu le jour pour le moment. L’insistance de Zemmour sur la culture nationale républicaine serait plus convaincante s’il était capable de l’assortir d’un modèle économique innovant en contexte de globalisation économique et financière, ce qu’il ne fait pas. La mauvaise foi de Cohn Bendit en ce qui concerne l’islam est patente, mais finalement pas plus que celle des membres de l’UE qui imaginent pouvoir changer l’Europe de l’interieur et qui, s’ils venaient aux commandes, liquideraient la culture de l’Europe pour un plat de lentilles comme les autres.

    • Cher Monsieur , chaque fois que la France a viré au fascisme , c’ est la gauche qui était au pouvoir , Pétain était ministre SFIO et franc maçon , Déat député SFIO réélu SFIO en 39 et le créateur de la LVF Doriot venait du parti communiste !! Quand à M. Zemmour , il a fait sienne la culture et le roman historique Français ce qui est tout à son honneur quand à M. Cohn Bendit il n’ est qu’un arriviste qui profite de la crédulité de certain pour s’ en mettre plein les poches , d’ ailleurs il criait en 68  » élection piège à cons  » ce qui ne la pas empêché de se faire élire et de vivre grassement aux crochets des  » cons  » !!!!

      • Nadia Lamm dit :

        @Duchene : la théorie du complot judeo-maconnique n’a rien d’original et encore moins d’intelligent. La vie en Israël est chère : le moindre appartement vaut 200 000 euros. Voilà de quoi vous laisser de la marge pour donner libre-cours à votre lâchete vis à vis de vos compatriotes juifs et pauvres. Quant à ce qui est à l’honneur de Zemmour ce n’est certainement pas son adhésion au roman national français qui a apporté de l’eau au désir de revanche des multiculturalistes. Sa culture historique oui, mais pas le roman national français qui n’est pas une idole statufiée devant laquelle on doive s’incliner, pas plus que devant le roman familial des adolescents.

      • isub dit :

        France totalitaire depuis l’arrivée de Macron au pouvoir et sa bande neu neu élue de L REM

    • Nick-y dit :

      Convaincante votre démonstration

  3. Sergio26 dit :

    Daniel Cohn-Bendit est passé de l’anarchie flirtant avec le marxisme un à néolibéralisme flirtant ouvertement avec le capitalisme sauvage. C’est cheveux blanchissants n’explique t pas cela. Comment comprendre sa mutation? Tout simplement parce que le l’objectif du libéralisme est de faire disparaître toute différence ethnique ou culturelle au seul profit de l’économie – c’est-à-dire gérer un citoyen consommateur
    anonyme et muet. Aussi l’assimilation du Juif apatride dans l’anonymat d’une internationale des consommateurs c’est-ce que l’anarchie a produit le mieux en 60 ans!
    Tous les peuples de l’Europe on pu s’assimiler à la France parce que leur fondement culturel, leur ethos était chrétien. Daniel Cohn-Bendit n’est pas religieux mais athée donc son identité et sa multiplicité est non-spirituelle et non-religieuse. Et Zemmour son modèle est presque identique mais « non apatride ». Son identité est seulement figée linguistique et culturelle. Nous constatons que le surmoi des deux interlocuteurs est étranger à la question du religieux et du spirituel. Les Juifs ont pu s’intégrer en France franco-catho-anarcho-coco en devenant des citoyens laïques de la République et religieux du bout des lèvres. Jusqu’en 1939 le judaïsme français était essentiellement ashkénaze – heureux de pouvoir échapper à l’antisémitisme et la misère du reste de l’Europe. Cette judéité à la Chagall pensait pouvoir s’intégrer économiquement dans une France antisémite du bout des lèvres mais qui avait besoin d’intégrer un prolétariat venant de toute la galaxie européenne. Après après la terrible hécatombe du judaïsme ashkénaze de l’Europ, les indépendances post-coloniales ont permis aux juifs séfarades de venir intégrer en France pour échapper à leur assimilation au nationalisme poste colonial qui choisit la solidarité arabe et islamiste (bien sûr avec des exceptions)
    C’est ce judaïsme sépharade parlant parfaitement français mais ayant gardé encore une pratique ou souvenance d’une différence religieuse, totalement étrangère à Daniel Cohn-Bendit. Donc Zemmour et Cohn-Bendit se parlent dans le miroir d’une identité juive anonyme.
    Ce sont les Juifs sépharades qui sont diabolisés aujourd’hui et deviennent l’image impossible de la réussite. Ils sont la cible des arabes et musulmans qui les ont dominé sur leurs propres territoires et qui n’acceptent pas de les voir « libre et rayonnant » sur le territoire français : ces Juifs ils ont tout et nous n’avons rien!! Voilà le dilemme de la jalousie et d’un antisémitisme fondé sur le désir de supplanter ceux qui autre fois était contrôlé et soumis à la dhimmitude des populations arabes. Quoi! Vous étiez soumis chez nous et vous prétendez être prospère et libre en France!!!!
    La France postcoloniales émancipe nos Juifs soumis ! Et nous alors qu’est-ce qu’on est? Voilà le vrai dilemme qui n’est abordé et pour cause ni par Zemmour ni par Cohn-Bendit!!!
    Je trouve absolument inimaginable que deux hommes intelligents aient réussi à contourner le débat de la place de l’économie dans la fabrication de la nation française. quant à la question du religieux et du spirituel juif ça leur passe par-dessus la tête. C’est normal puisqu’ils n’ont sont pas concernés
    Ce qui signifie que le capitalisme libéral a gagné et que la pensée libérale peut croire encore pouvoir assimiler tous les êtres au seul fait d’être des consommateurs silencieux.
    Ce que l’islam récuse!
    En conclusion les Juifs a l’antisémitisme bleu, rouge et vert n’a que trois solutions : 1- se convertir à l’islam 2-disparaître dans la république 3- quitter la république.

    • Nelson Melody dit :

      J’approuve en partie votre raisonnement, à ceci près : 1) je ne pense pas que quelqu’un vivant dans un total déni de réalité comme Daniel Cohn-Bendit puisse être qualifié d’intelligent. Il ne possède aucune culture solide, et c’est de là que vient son incapacité à comprendre le monde qui l’entoure. Cela vaut aussi pour l’actuel locataire de l’Elysée et ses souiens 2) Zemmour a tellement multiplié les dérapages (y compris racistes parfois) ces dernières années que même lorsqu’il dit des choses justes il est contre-productif : je crois que c’est même dans cette optique-là que les chaînes de TV l’invitent. Il sert d’idiot utile à ses ennemis 3) il ne s’agit pas de disparaître dans la République ou de la quitter, puisque c’est précisément la République qui est en train de disparaître ou a déjà disparu. Les Juifs sont diabolisés parce que la République et ses valeurs sont elle-mêmes diabolisées et attaquées. Qui s’attaque aux Juifs s’attaque à la République et réciproquement.

  4. Jeronimo dit :

    Yves Mamou pose la question rhétorique « Qu’est-ce que le judaïsme de l’un ou de l’autre a à voir avec les problèmes politiques de tout le monde ? » ; et il propose des réponses.

    Ses réponses détaillent les positions des deux mais n’en n’expliquent nullement les causes. En voici les miennes :

    Éric Zemmour et Daniel Cohn-Bendit sont, à leur corps défendant, très semblables et TRES Juifs. Frères siamois qui, par le hasard de leur naissance, regardent dans des directions opposées.

    Les deux sont nés Juifs MAIS ni croyants ni pratiquants avec peu de lien communautaire.

    Les deux ont une vision du monde indépendante de leur (formelle…) judéité. Judéité dont ils s’efforcent visiblement, à toutes fins utiles et quoi qu’ils en disent, de s’affranchir pour prendre le large en s’assimilant à une identité, croient-ils, plus « confortable » ….

    C’est là où se trouve leur différence. Zemmour s’efforce à s’assimiler à une certaine idée qu’il se fait de la France ; Cohn-Bendit à celle qu’il se fait de l’Europe voire du monde.

    Pourrait-on en chercher la cause dans leurs origines « tribales » ? Sachant que Zemmour est d’origine sépharade (« Français berbère », se dit-il) et DCB ashkénaze (« Juif allemand », disait-on de lui en mai 68).

    CAR.

    Zemmour descend des Juifs de Crémieux ; « indigènes Juifs » d’Algérie devenus en 1870 Français par décret, au nez et à la barbe de leurs voisins : certes les autres « indigènes » arabo-berbères Musulmans mais aussi les européens, français ou non.

    Cette francité « administrative », « artificielle », récente et de pure forme, a lourdement pesé dans la complexe attitude de ces Juifs à l’égard de la France.
    « À mes yeux médusés d’enfant, le mot France brillait de tous les feux », raconte Zemmour sa foi de converti.
    Amoureux transi, le syndrome de Stockholm (de Vichy, quoi) en prime ; c’est de ce bois que se chauffent les Torquemada.

    Je maintiens que son nationalisme franchouillard en exprime les séquelles à chaque petite phrase, chaque provocation.
    J’abrège, on a compris.

    Daniel Cohn-Bendit, lui, a hérité de la Shoah.
    Allergique donc (contrairement à Zemmour) au nationalisme il cherche le salut dans le supranationalisme.

    Attitude qui rappelle celle de certains Juifs, pionniers du marxisme au début du 20eme siècle, dont l’ardeur communiste (« L’Internationale sera le genre humain »…) était infinie vu son ambition déclarée d’abolition des frontières « nationales ».

    Mais DCB, héritier aussi des goulags ayant vécu, jeune, dans l’ombre de l’Allemagne de l’Est, se doit de tourner le dos au supranationalisme gauchisant.
    Il lui reste donc l’Europe. Et le monde.

    Ces deux pourraient bien être élèves talmudistes qui débattent dans la Yeshiva. Ils en sont manifestement les descendants spirituels.

    On entendrait presque rire l’Histoire : à force de ne plus vouloir être Juifs, ils le sont comme personne.

  5. Les commentateurs qui précèdent, savent-ils que DCB a, ou avait, un frère qui est, ou était, un trotskiste de choc avec lequel il s’entendait bien ?
    Un diplômé (?) de Sociologie de la Faculté de Nanterre, allié à un frère qui cherche à universaliser touti-quanti, cela donne fatalement un monde qui ne convient nullement à l’amoureux de la France Gaullienne qu’est Eric Zemmour.

  6. Christian Allard dit :

    J’ai vraiment plaisir à lire tous ces commentaires pertinents ou pas mais toujours très instructifs.

  7. William Weiss dit :

    Yves Mamou excellent comme d’habitude, avec des profonds commentaires qui tournent autour du sujet en latitude et altitude. Dans ce forum on ne peut pas échapper à la réflexion, merci.

  8. COHEN Muriel dit :

    Commentaires enrichissants qui approfondissent la réflexion.

  9. Olivier Comte dit :

    Cher Monsieur,

    Après Pétain qui serait arrivé au pouvoir légalement,, nous apprenons, par la grâce de Mabatim, que Herr Hitler est arrivé au pouvoir par la voie des urnes, tout cela par une fanatique européenne qui nous sort le nouveau catéchisme contre les anti-européens, extrémistes qui amèneront une dictature comme les extrémistes SPD/KPD ont installé le nazisme.
    Voir un homme intelligent comme M Wauquiez faire des conneries, m’ennuie. Voir des juifs justifier le nazisme en parlant de légalité est insupportable, tout cela de la part d’une femme magistrat retraitée, non une gamine idiote, me met en fureur.

    Vous avez suffisamment d’adversaires, par le principe de la vanité vertueuse qui s’acquiert aisément en diffamant Israël et tous ses partisans; vous subissez le poids des putains des media qui chantent le refrain du merveilleux libéralisme économique, favorisé par le dirigisme de l’UE. Malheureusement, ce n’est pas un complot, d’une part ou de l’autre, mais ces merveilleux révolutionnaires et nouveaux philosophes qui ont découvert la vérité avec l’argent et la notoriété sont juifs, du moins en apparence;le plus répugnant Cohn-Bendit, en a fait commerce sans en pratiquer ni la religion ni la culture de la réflexion. Leur qualité de juif est bien commode et assure leur pérennité, puisque attaquer leurs personne et leurs couplets/mode serait fatalement de l’antisémitisme.
    Nous avons maintenant un nouveau responsable de la liste socialiste aux européennes, individu qui a mangé à d’autres râteliers, fils d’une autre canaille, apparemment juif.
    Le pire est le camarade Zemmour qui soutient une idéologie anti-juive traditionnelle en prétendant que Vichy a sauvé des juifs français, un peu au détriment des jifs étrangers, vieille propagande antisémite.

    Vous ne manquez pas d’intellectuels, j’en lis sur TJ, articles et commentaires,et beaucoup d’autres, mais ils n’ont pas accès à la parole publique cathodique.

    Demandez au CRIF de les inciter à la parole publique. Tous les voyous qui triomphent toujours nuisent gravement aux Juifs, donc à la République et à la République, donc aux Juifs.

    bien à vous,

    Olivier Comte

  10. Levy dit :

    Tant qu’un juif ne pas avoir d’opinions ,fussent t’elles
    Capitaliste,liberale,anarchiste nationaliste communiste
    Comme tout un chacun
    sans qi’on lui rappelle sans cesse son statut
    Aucun autre non juif ne sera vraiment libre

    Le peuple juif n’a pas à endosser le choix d’un des siens
    Et n’est pas comptable
    de l’opinion d’un des siens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter