Vincent Lambert, ou le bal du diable. Rémi Richelet

C’est l’affaire emblématique sur la fin de vie qui pollue jusqu’à la politique. En 2008, un accident de voiture plonge Vincent dans un coma végétatif. Une demie-mort qui va conduire à une bataille idéologique et à une hallucinante série de décision qui va rendre fou le système juridique, défoncer les lignes de la loi Léonetti, et mettre en péril les condition de fin de vie de l’ensemble des citoyens français.

François Hollande avait dans son projet présidentiel promis de statuer par la loi sur la fin de vie, mais la famille Lambert en a décidé autrement. Multipliant les actions d’empêchement du protocole, qui codifiait l’arrêt des soins, une partie de la famille sur la base d’une conception religieuse, a poussé le système républicain et juridique dans des retranchements incroyables.

publicitÉ


Depuis dix années, une guerre sainte menée « crucifix battant », enlève la dignité à un homme, que la Vie a quittée depuis 2008. Rattaché à l’au-delà par le code civil! Sous le joug, d’une mère en pietà, attachée au pied du lit du supplicié, en prière, protégée par la culture judéo-chrétienne. Imaginons un peu, une témointe de Jéhovah, ou une musulmane en niqab dans cette situation médiatico-judiciaire…

La justice dans le viseur d’une secte, sous contrainte de dieu, rend des avis successifs validant l’arrêt des soins de cette tête sans vie, sur un corps nourrit de force. Tribunaux, conseil d’État, conseil de l’Europe, et voilà que l’ONU s’en mêle. Le « machin » rend un avis de contrainte contre l’État français, qui est sommé sous 6 mois de répondre sur le fond de l’arrêt des soins. A l’heure où le Yémen est vitrifié, où la Syrie est javelisé, où on esclavagise en Lybie, où le Venezuela sombre dans une crise humanitaire, l’ONU demande qu’on statut sur l’arrêt des soins d’un homme mort en 2008.

Le diable est dans les détails. Et Vincent est au centre d’un bal diabolique qui n’en finit pas de tourner. Une spirale qui aspire les consciences de tous au profit de dieu, du roi et de l’enfant. C’est la Fraternité Pie X qui dirige une partie de ce bal morbide, où l’éthique est mise à mal par des préceptes rigoristes dignes des salafistes.

Le dieu de la rigueur est le même partout, et le but identique: la mort est affaire religieuse, en dépit de la science! Ne rien laisser aux hommes !

Tout ce cirque a un but. Celui de ne pas discuter de la mort, de la fin de vie, de la dignité dans la mort. Sa mère nous rejoue le Christ en souffrance, pour la rénovation d’un dogme. C’est tous contre la volonté même d’un seul. La masse morale et moralisatrice du livre, contre les consciences libres. Chacun de nous a une conception de ce que devra être sa mort. Du choix au moment de passer l’arme a gauche, de quand on voudrait en finir et dans quelles conditions. Mais ces décisions successives tordent l’espoir de ne pas mourir en souffrance, ou sous les néons éternels de salle d’attente de mouroirs médicalisés.

C’est le choix ultime qui est l’enjeu de cette guerre sainte. C’est un bal du diable et la bigoterie idéologique vend des billets limités. C’est notre choix possible et à venir qui est jeté dans les flammes du bûcher de la croyance radicale. En empêchant chacun d’aller au bout de nos propres réflexions, en laissant la justice régler froidement la question de la mort, en empêchant une approche philosophique et raisonnable, nous allons devenir les condamnés à mourir contre notre choix. Une mort administrative et « moralisée » par des juges.

Nous ne faisons pas le choix de naître, mais nous pouvons choisir de mourir. La question de la dignité que nous soupesons au fil de notre vie, de notre propre morale acquise au fil des évènements, de la dignité de refuser la décrépitude des corps et de l’âme comme un dernier choix est soumis ici à la volonté d’une poignée, dirigée par dieu et contre les consciences. Ce choix volontaire écarté de la notion de suicide, en plein conscience a été a notre portée, mais nous avons refusé de rejeter le tabou de la mort , dans les mains séculaires des fous de Dieu. Cette faute de la société pétrifiée par la culture dogmatique de la souffrance dans la mort, nous enlève petit à petit le dernier sursaut d’humanité , la dernière flamme de notre exigence avant de disparaitre.

La mort doit devenir un choix, être préparée hors des limites du Livre, et en fonction de chacun. Un choix souverain qui ne devrait pas regarder la société, mais chacun d’entre nous, individuellement et en conscience.

Rémi Richelet

Soutenez Tribune Juive

Tribune Juive a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer d’exister. Un don minime, même de 5€, nous montrera votre adhésion et entraînera notre reconnaissance.

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans société
8 commentaires pour “Vincent Lambert, ou le bal du diable. Rémi Richelet
  1. Disraeli dit :

    Judéo-chrétien? Notion inexistante et, dans ce cas, le Judaïsme n’est pas pour l’acharnement…

  2. Fpjg dit :

    Que dire de la religion juive qui est absente dans ce commentaire raciste.
    Que dire de la religion juive qui est contre la cremation.
    Que dire de la religion juive avec ses conflits bigots lors de la recuperation des depouilles de victimes ( voir encore le religieux lors du dernier accident d avion )
    Alors commencez par balayer devant votre porte

  3. David dellarosa dit :

    La fin de vie ,c est encore la vie!!vous ne lui avez pas donnée, vous Navez pas le droit de la lui enlevée ! ! Base morale universelle, rien de religieux!n oubliez pas ,la politique génocidaire Nazi,n a pas commencé avec le peuple Juif;mais avec « de bons Ariens »!c était l opération T4,élimination systématique de tous les Allemands atteints de maladies incurables,handicapés mentaux en tout genre!!voyez comment cela s est terminé !!!

  4. David Or dit :

    En tant que professionnel de la santé je trouve ce genre de discours complètement débile. Tout le monde sait que le pays le plus libéral dans le domaine de l’euthanasie c’est la Belgique. Si vous voulez euthanasier un proche allez en Belgique sans soucis en un quart d’heure. En plus il y a environ 2000 personnes euthanasiées en France chaque année… C’est une question d’hypocrisie..

  5. Paillot dit :

    Cet article est fondé sur une méconnaissance complète de la situation médicale de V. Lambert.
    Il est par ailleurs l’expression d’une volonté politique voire idéologique (développement de l’euthanasie en France), au point de caricaturer tout ce qui n’rait pas dans le sens voulu par l’auteur.
    C’est dommage, car le débat d’idées n’a pas besoin de caricaturer. Sinon, il s’autoridiculise.

  6. VincentL dit :

    Ce que dit David Or ci-dessus est parfaitement exact. L’euthanasie se pratique en France tous les jours dans les hôpitaux. Heureusement.

    En réalité presque TOUS les morts sur un lit d’hôpital auraient pu être gardés en « vie » artificielle indéfiniment, branchés sur des machines.
    A l’hôpital il n’existe presque pas de mort « naturelle ».

    L’acte de décès signé à l’hôpital n’est souvent rien d’autre qu’un… acte. Médical donc ; une décision consciente du médecin de débrancher avec l’accord, tacite ou non, de la famille.

    Et tout revient aux gros sous. Si le coût (considérable) du maintien de Vincent Lambert en « vie » (???…) était facturé à ses parents, on n’en aurait plus entendu parler depuis longtemps.

    • Jean Paillot dit :

      La coût de la prise en charge de Vincent Lambert est en réalité faible car ses seuls soins sont des soins de nursing. Par ailleurs, ses parents ont proposé de le rendre chez eux… Mais l’hôpital refuse !

  7. Christine Charnay dit :

    Vincent Lambert est handicapé, comme 137 000 autres personnes en France, mais il n’ est pas en fin de vie. Au CHU de Reims, il est alimenté et hydraté, mais ne il reçoit pas de soins (ex kinésithérapie) qui lui permettraient de progresser et de retrouver certaines facultés. Sa famille a demandé, toujours en vain, son transfert dans un établissement, plus adapté et équipé, mais cela a toujours été refusé, sans explication.
    Pourquoi ? De nombreux textes français, européens et internationaux protègent pourtant le droit à la vie, qui est le premier des droits de l’homme, celui sans lequel les autres ne peuvent pas s’exercer.
    Et pourquoi juger sa vie d’homme vulnérable indigne d’etre vécue ?? La dignité d’un homme ne réside-t-elle que dans sa capacité à produire et à consommer ?? Et qui sera juge ? Selon quels critères ?? Et après les handicapés, qui d’autre? Les personnes âgées ??
    Les dérives sont trop grandes. Le passé a été suffisamment éclairant sur ce point. Il faut voir là plutôt une invitation à trouver de nouveaux protocoles de soins et méthodes de rétablissement. Et aussi une place nouvelle pour les plus fragiles dans nos sociétés. Demain, ce peut être nos proches et nos amis ou nous mêmes. Est-ce que mourir de faim et de soif, puisque c’est ce qui est prévu pour V. Lambert, nous interpellerai alors davantage ??

    PS : La situation de V. Lambert, en qualité de handicapé, a été dûment constatée par de nombreux médecins experts mandatés par la justice. Ils ont constaté qu’il ne méritait pas la mort, mais des soins conformes à son état de santé. Ce faisant, ils ont respecté pleinement leur serment d’Hippocrate.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter

SOUTENEZ TRIBUNE JUIVE

FAITES UN DON et DÉDUISEZ 66% DE VOS IMPOTS

Pour 100 Euros versés à Tribune Juive, vous recevrez une attestation CERFA qui vous permettra de déduire 66 Euros du montant de votre impôt. Ainsi votre don ne vous aura coûté que 34 Euros.