Paris 19e : le gérant d’un Franprix déclare son magasin  » interdit aux racistes « 

Après des insultes le visant lui et ses employés, le responsable de cette supérette du 19e arrondissement de Paris a décidé d’afficher la couleur sur la devanture de son magasin.

Sur la devanture d’une supérette Franprix du 19e arrondissement de Paris, le 7 mai 2018. (FRANCEINFO)

Racistes de tout poil, passez votre chemin. C’est ce que demande un Franprix du 19e arrondissement de Paris. Scotchée à la porte de la supérette, l’affichette dénonce de  » trop nombreux problèmes, que d’aucuns trouvent normal et qui tournent toujours autour de la couleur des employés !  »  Une seconde feuille de papier rappelle qu’ici  » travaillent des Arabes, des Noirs, des Asiatiques, des juifs, des Blancs et autres «  et demande à la clientèle de  » respecter les femmes « . L’affichette a suscité de nombreux commentaires sur Twitter, où elle a été partagée, samedi 5 mai.

publicitÉ


 » Magasin interdit aux racistes  » – avertissement sur la devanture d’un Franprix dans le 19e à Paris pic.twitter.com/FHWMuhuauS

— Florent Latrive (@latrive) 5 mai 2018

 » Les insultes viennent de tous les côtés « 

 » Les insultes racistes viennent vraiment de tous les côtés, explique à franceinfo Jean-Jacques, responsable du magasin et auteur de l’écriteau. C’est quotidien et ça ne s’arrête jamais. » Le gérant assure qu’aucun incident en particulier n’a motivé son geste : il dit avoir agi par colère et par lassitude et ne souhaite pas s’étendre longuement sur le sujet. Il a bien déposé plainte à deux reprises après des incidents, il y a quelques années, mais en vain :  » Ça ne servait à rien. » Alors il a décidé de tenter quelque chose de nouveau.  » Après je ne sais même pas si ça, ça va servir à quelque chose « , confie-t-il.

Moi je suis juif, ma compagne est italienne. Une de mes employées est chinoise. On a tous reçu beaucoup d’insultes, c’est insupportable. Jean-Jacques, gérant du magasin à franceinfo

Une clientèle très diverse fréquente cette supérette : des étudiants, qui viennent y faire leurs achats avant de pique-niquer au bord du bassin de la Villette ; des personnes âgées du quartier, qui connaissent tous les employés et leur serrent la main en demandant des nouvelles ; des enfants, skate et liste de courses à la main. Tous les clients interrogés par franceinfo saluent l’initiative du gérant.

 » Une affichette, ça ne va pas éduquer grand monde « 

Généralement, les clients aperçoivent le fameux message en attendant leur tour pour passer à la caisse.  » C’est quoi cette histoire de racisme. C’est vrai ? « , s’étonne Jean-Pierre, un quadragénaire, en vidant son cabas sur le tapis roulant.  » Moi ça ne m’est jamais arrivé, mais mes collègues oui, régulièrement « , lui avoue Ahmed, le caissier. Même s’il trouve que l’idée est bonne, Jean-Pierre juge  » choquant d’avoir à mettre ce genre d’avertissement à l’entrée d’une supérette en 2018, surtout dans un quartier aussi mélangé que celui-ci : ça prouve bien que la France n’est pas aussi ouverte qu’elle le pense. « 

Cette initiative permet au moins aux employés de se sentir épaulés par leur direction et leurs clients. Jean-Pierre, client du magasin à franceinfo

Les employés de Jean-Jacques, en revanche, étaient plus frileux.  » Je reconnais qu’on a eu des réactions positives, mais ça ne servira à rien, estime Diane, employée depuis six ans dans le magasin. Une affichette, ça ne va pas éduquer grand monde. » A l’arrière de la camionnette qu’il doit décharger, Samir glisse qu’au départ, il n’était pas d’accord avec l’idée de son patron.  » J’avais peur que les gens fassent encore plus d’histoires « , dit-il. Entre deux palettes, il reconnaît finalement que  » tout s’est bien passé « .

Francetvinfo

Tagués avec : , , , , , , , , ,
Publié dans société
Un commentaire pour “Paris 19e : le gérant d’un Franprix déclare son magasin  » interdit aux racistes « 
  1. André dit :

    « C’est quoi cette histoire de racisme. C’est vrai ?… Moi ça ne m’est jamais arrivé, mais mes collègues oui, régulièrement » lui avoue Ahmed, le caissier.

    Peut-être une piste sur l’identité des racistes en plus du rappel au « respect aux femmes »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter
Tribune Juive, L’histoire continue…