Les lauréats juifs du prix Nobel

Richard Lynn, professeur émérite de psychologie à l’Université d’Ulster et l’auteur d’une douzaine de livres, a publié, il ya deux ans, un ouvrage original intitulé “ Le Peuple Elu, Etude de l’Intelligence et des Capacités des Juifs ”.

Leo Michel Abrami

Leo Michel Abrami

Pour ce faire, Lynn examina d’abord les résultats des tests de QI des Juifs dans plusieurs pays y inclus les Etats-Unis. Il consulta ensuite les listes des lauréats du prix Nobel, depuis leur création, il y a un plus d’un siècle.

Il en arriva à la conclusion que 22% de tous les lauréats étaient ou bien complètement ou partiellement d’origine juive. Etant donné le fait que les Juifs ne comptent que 14 millions, ou 0,2 % de la population mondiale (7 milliards), il remarque alors que la proportion des lauréats juifs est tout à fait extraordinaire.

En effet, 194 prix Nobel, sur un total de 871, ont été attribués à des lauréats d’origine juive. La liste suivante nous donne les chiffres pour chacune des catégories :

  • Physiologie et Médecine : 55 sur 204, soit 26,5 % des lauréats sont juifs.
  • Science Economique : 29 sur 69 , soit 41% des prix attribués.
  • Physique : 52 sur 193, soit 26% des prix attribués dans cette catégorie.
  • Chimie : 36 sur 160 soit 22% des prix de cette catégorie (dont trois en 2013)
  • Littérature : 12 sur 108, soit 11% du total.
  • Paix : 9 sur 101, soit 9% des lauréats de cette catégorie.

Aux Etats-Unis (si nous laissons de côté les prix de la Paix – qui ne sont pas scientifiques) : 67 lauréats sont juifs, soit 32% de tous les lauréats américains.

Comme les Juifs ne représentaient qu’environ 2,5% de la population des États- Unis durant le siècle passé, ce chiffre correspondrait à un Quotient d’Excellence de plus de 10, pour les lauréats juifs du prix Nobel !

Comment expliquer ces résultats extraordinaires ? se demande alors le professeur Lynn. Deux facteurs, nous dit-il, ont joué un rôle important dans ce processus : en premier lieu, les Juifs d’origine ashkénaze ont un QI moyen de 110, alors que la moyenne des quotients des Américains et Britanniques d’origine Caucasienne est de 100, soit une différence d’environ dix points.

Cela placerait la médiane des Juifs ashkénazes au niveau du 75ème percentile des personnes de race blanche. En second lieu, nous dit le professeur, il nous faut reconnaitre le fait que la plupart des Juifs sont doués d’une grande motivation à poursuivre leur tâche jusqu’à ce qu’ils aient réussi les projets qu’ils ont entrepris, une capacité qui leur fut impartie durant leur éducation.

Ayant établi l’importance cruciale de ces deux facteurs, Lynn en vient à se poser la question fondamentale : d’où provient ce fait que les Juifs sont dotés d’ un QI plus élevé que la majorité des personnes de race blanche ? La première réponse que nous donneraient les généticistes consisterait à assumer que ce fait est le résultat de certaines mutations génétiques qui auraient eu lieu à différents moments de l’histoire du peuple juif. Or, il nous faut admettre qu’il est encore difficile, à ce stade, d’interprêter ces mutations et encore bien davantage de déterminer les facteurs qui auraient pu causer ces transformations du code génétique de la majorité des Juifs.

Toujours à la recherche d’une explication possible, Lynn en vient à considérer une théorie qui est encore bien problématique. Il suggère l’hypothèse que les vicissitudes de l’histoire juive, accompagnées de persécutions et expulsions d’un pays à un autre, auraient possiblement favorisé les plus doués parmi eux, car ils auraient eu une meilleure chance de se sauver des massacres, tandis que les autres auraient péri. Pour tous ceux qui ont quelque connaissance de l’histoire juive, cette hypothèse fallacieuse ne saurait avoir la moindre validité.

Prix Nobel 2013

Prix Nobel 2013

En effet, ni les Croisés, les Agents de l’Inquisition ou les Nazis n’ont jamais fait aucune distinction entre les Juifs qui avaient un QI supérieur ou inférieur. Il serait donc impensable d’imaginer que les Juifs les plus intelligents auraient pu échapper aux persécutions qui décimèrent le peuple juif.

Lynn propose encore une autre théorie qui avait déjà été mentionnée par Bertrand Russell en son temps. Pendant plus de dix-sept siècles et jusqu’à ce que le principe de l’éducation publique pour tous ne soit introduit par la Révolution, seuls les enfants des membres de la nobilité recevaient une éducation formelle dans des écoles privées qui étaient placées sous l’égide de l’Eglise catholique. Un petit nombre d’enfants super-doués de familles appartenant au Tiers Etat recevaient la permission d’étudier dans ces écoles.

Ces derniers étaient inévitablement encouragés à poursuivre leurs études dans un séminaire et la plupart de ceux-ci finissaient par être ordonnés prêtres. En conséquence, ils n’avaient plus la possibilité de transmettre leur bagage génétique à leurs enfants et celui-ci était ainsi éliminé à jamais du patrimoine génétique de l’humanité.

Quand un enfant juif, en revanche, manifestait des signes d’intelligence, il recevait la meilleure éducation possible et finissait par épouser la fille d’un savant. Ainsi, leurs enfants héritaient des bagages génétiques de leurs parents et pouvaient les transmettre à leurs enfants et aux enfants de leurs enfants.

En d’autres termes, nous pourrions dire que les Juifs ‘cultivaient’ l’intelligence alors que dans les milieux chrétiens, sans qu’ils ne s’en rendent compte, ils faisaient le contraire, en ne permettant pas aux hommes les plus doués de se marier et de transmettre leurs gènes à leurs enfants. Après que ce processus se soit répété quelques soixante fois pendant une période de dix-sept siècles, il n’est pas étonnant qu’il ait pu créer un écart important entre les Juifs et les Chrétiens sur le plan intellectuel. Cet argument, cependant, n’est peut-être pas valable non plus, car il ne tient pas compte du fait que le bagage génétique est aussi transmis par les femmes.

En conclusion, nous sommes grés au professeur Richard Lynn d’avoir apporté une précieuse contribution à notre compréhension du phénomène de l’intelligence juive dans le monde, bien qu’il n’ait pas réussi à déterminer d’une manière satisfaisante la raison pour laquelle les Juifs sont doués d’une intelligence particulière.

Prof Richard Lynn

Prof Richard Lynn

C’est probablement la raison pour laquelle tant de gens sont perplexes et qu’ils n’arrivent pas à comprendre la destinée paradoxale du peuple juif. Après que les Juifs aient été accusés du crime de déicide et qu’ils aient été ‘rejetés’ par Dieu, selon les enseignements des Pères de l’Église, bien des Chrétiens ne peuvent comprendre pourquoi ils soient si favorisés par la Providence. Il en est de même pour les adeptes de l’Islam qui se demandent pourquoi ceux qui ont refusé d’accepter la révélation suprême de leur prophète, sont aujourd’hui mieux éduqués et vivent une meilleure vie que ceux qui suivent fidèlement les enseignements de leur religion.

Nous sommes confrontés par des faits tout à fait paradoxaux qui ne peuvent être expliqués d’aucune manière rationnelle et conforme aux données scientifiques de notre temps. En effet, alors que les détracteurs du peuple juif, comme Richard Wagner et Adolf Hitler, considéraient les Juifs comme un peuple inférieur et des parias de l’humanité, ils assument aujourd’hui une place d’honneur parmi les scientifiques et les humanistes de notre temps.

Une fois de plus, le mystère d’Israël semble échapper aux lois de l’histoire. Nous ne sommes pas loin des prédictions des prophètes bibliques qui avaient annoncé que le peuple de l’Alliance réaliserait un jour la plénitude de sa vocation spirituelle.

Certains Israélites, cependant, sont troublés par ces accomplissements, parce qu’ils ont peur des conséquences qu’ils pourraient amener. Ils craignent que les grandes réalisations des scientifiques et humanistes juifs ne puissent irriter les Gentils et déclencher une nouvelle vague d’antisémitisme. En effet, durant les deux siècles qui viennent de s’écouler, les Juifs ont approché les autorités de leur pays respectif pour leur demander de leur accorder l’égalité civique et sociale et certains sont maintenant perplexes en raison du succès considérable de certains de leurs représentants dans le domaine de la science et du savoir.

Avec le temps, Juifs et Gentils finiront bien par accepter un jour l’idée qu’ils se sont peut-être trompés concernant la nature de la vocation juive dans le monde. Tôt ou tard, ils en viendront à reconnaître que les voies de la Providence sont différentes de celles que prédisent les savants, les philosophes et même les théologiens.

Leo Michel Abrami

Rabbin et psychanalyste semi-retraité, il réside à Phoenix, Arizona. On peut le contacter à leoabrami@gmail.com

 

Tagués avec : , , , ,
Publié dans société
9 commentaires pour “Les lauréats juifs du prix Nobel
  1. B dit :

    Qu’est-ce que c’est que cet article plein de préjugés ? Comment Tribune Juive peut-il publier une telle idiotie ? Si on peut dire que les Juifs ont une intelligence supérieure, et si ce n’est pas raciste, alors il n’est pas raciste non plus de dire qu’ils sont biologiquement inférieurs. C’est exactement la même chose. D’ailleurs, dire que les Juifs sont supérieurs en intelligence aux autres, cela signifie que les autres leur sont inférieurs… Et cela par essence, simplement en raison de l’origine de chacun! C’est le principe-même du racisme. Par ailleurs en se basant sur les résultats utilisés par ce soi-disant « savant », on peut établir une hiérarchie ethinque de l’intelligence dans le monde entier… Ca ne vous rappelle rien ? Après tout les Noirs ont moins de Prix Nobel que les Blancs, donc les Blancs seraient-ils supérieurs aux Noirs en intelligence? Autre chose: on s’est énormément trompés dans le passé sur les liens entre l’intelligence et la biologie ou l’ethnie, on a même cru trouver un lien entre les traits du visage et l’intelligence vers la fin du 19e siècle. On s’est aperçu ensuite que c’était n’importe quoi. Donc on ferait bien d’être un peu prudent avec ces histoires d’ « essence » de l’intelligence. Je rappelle que jamais rien n’a été prouvé scientifiquement sur une quelconque supériorité d’une ethnie sur une autre. Je rappelle que le poids de la culture est énorme. Sociologiquement les Juifs appartiennent davantage aux couches éduquées de la population – c’est la 2ème communauté la plus éduquée aux Etats-Unis (voir le livre d’André Kaspi sur les Juifs Américains), et les enfants des milieux éduqués ont un QI un peu plus élevés que les autres, ne serait-ce que parce qu’ils font plus d’études. Eh oui, les étudiants ont aussi un QI un peu plus élevé, non parce qu’ils sont de telle ou telle origine, mais parce qu’ils sont habitués à un certain type de réflexion. Pour finir, je peux vous dire une chose, je suis juif et j’ai rencontré plein de Juifs débiles, bêtes comme la crasse, ON EST EXACTEMENT COMME LES AUTRES. Il n’y a que les cultures qui sont différentes. Malheureusement la bêtise est la chose du monde la pieux partagée. La preuve en est cet article…

    • Benoit Gogé dit :

      monsieur ? ou madame:

      je prends la défense du commentateur de la rubrique ci-dessus:

      certainement je suis raciste : en effet né Breton dans le Finistère… et pire , catholique !!! je ne peux être que raciste , n’est-ce-pas !
      donc étude universitaires (en Bretagne évidemment LOL)
      *** à suivre
      je vous offre la copie des résultats statistiques d’une administration « républicaine française » ??? des scolarités de France depuis des années
      ——-
      En Bretagne, très peu de jeunes sans diplômes.
      Le niveau de diplôme des parents peut lui aussi avoir des répercussions sur le parcours des élèves. À Mayotte par exemple, 78% des parents de référence sont « sans diplôme », c’est-à-dire ayant tout au plus le brevet des collèges. Si c’est beaucoup le cas dans les DOM-TOM (63 % en Guyane et 44 % à La Réunion), la Seine-Saint-Denis, avec 40%, devance la Guadeloupe (35 %) et la Martinique (31 %).

      La Bretagne, quant à elle, affiche d’excellents résultats avec seulement 13% des parents de référence sans diplôme.

      Hasard, reproduction sociale ou efficacité du système éducatif, la région compte parmi les plus faibles taux de jeunes âgés de 16 à 25 ans ayant quitté l’école sans décrocher le moindre diplôme : seulement 6,9 %, juste derrière Paris et ses 4,5%. « Cependant, la population bretonne est plus homogène qu’ailleurs et connaît moins de difficultés socio-économiques qu’ailleurs », note Fabienne Rosenwald, à la tête de la Direction de l’évaluation de la prospective et performance (Depp), le département statistiques du ministère de l’Éducation, à l’origine du rapport.
      —————–
      *** suite
      et plus grave avec une famille très nombreuse de Père décédé très précocément:
      une autre option pour la réussite des familles juives =

      1- ils sont majoritairement Fidèles sinon à leurs engagements conjugaux , au moins à leur engagement familial clanique ( ceci se nomme du Patriotisme en d’autres lieux)et donc leurs enfants sont structurés et jamais abandonnés

      2- ils ont le plus souvent été interdits de citoyenneté dans une majorité des pays européen, pendant ces 2000années passées

      3- par voie de conséquences , ils ne n’ont pas été paysans ou propriétaires terriens depuis 2000ans et donc ils ne pouvaient s’enrichir que dans d’autres exercices: Droit et Commerces et Finances ou instruction de nos « princes »

      ces diverses situations plus les particularités politiques des temps ont construit leurs solidarités claniques (religieuse) et donc imposé la seule chose qui leur était possible dans leurs enfermements = l’éducation familiale et l’instruction
      ——————
      comme la Dictature <> anti-catholique française a imposé de facto aux Bretons de se regrouper auprès de ceux qui aux 19eme et 20eme siecle les ont le mieux respectés = les curés …

      donc utilité pour la france en guerre en 14-18 d’envoyer les Bretons se faire massacrer en 1ere ligne = 1/5 des morts de cette guerre étaient bretons

      allez voir colonisation anglaise sur l’Irlande = la plus violente de TOUTES les colonisations depuis 1000ans, y compris celle de mme Taubira … HUUMMM)

      ——————————-

      P.S. je ne suis pratiquant d’aucune religion et dans mes périgrinations , je fréquente même et souvent des musulmans … et je vous confirme par le négatif de cette religion (l’islam) tout ce qui est dit précédemment

  2. roberto dit :

    L’article ne mentionne pas un fait essentiel.Depuis Ezra l’etude est obligatoire pour les Juifs.
    Ce qui signifie que pour les Juifs l’ecole est obligatoire depuis 2500 ans,alors que dans les autres societes l’ecole obligatoire est quelque chose d’assez recent.
    L’etude,qu’elle soit religieuse ou des matieres profanes est,entre autres choses,une gymnastique de l’esprit.

  3. Di meo dit :

    « les Juifs ont approché les autorités de leur pays respectif pour leur demander de leur accorder l’égalité civique et sociale  » c’est très bien comme démarche il est injuste qu’ils ne soient pas considérés comme un citoyens entier du pays! Chose que des nos jours ne pose plus de problème !
    Maintenant plus qu’à l’état juif de faire aussi un effort avec les non juifs pour qu’eux aussi ne soit plus traités de seconde classe sous un statu de guer tshovah!
    Chacun doit mettre de l’eau dans son pot de vin, non ?

    • Jankel dit :

      ça ne pose plus de problèmes!!!!!!!!!!!!??????????
      Vous en avez de bonnes!

      Si vous êtes juif, retenez une place en Israël quand même (cuisine salle d’eau couchette ) ça vous paraîtra peut-être, alors, le comble du confort.

    • yvets dit :

      ce nest pas vrai, il n’y a pas de personne de seconde zone comme vous le dites en Israél allez y et vous verrez
      les université par exemple forment des citoyens de tout origine, religion etc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter