La Vie, quoi. Michèle Chabelski

Bon
Lundi

Difficile de se débarrasser des miasmes algiques qui flottent sur ma mémoire à la date de ces commémorations de la libération des camps.

publicitÉ


Certains mots cisaillent la langue comme des lames de rasoir.

Deportés. Camps. Convois. Trains.Gazés. Kapos

Ces mots jetaient des cendres sur la table dominicale où trônaient la théière et l’assiette de leckher.

Des noms traversaient la pièce accompagnés de sanglots secs.

Yankel? Haïm? Rivke? Schloymé?

Puis un prénom d’enfant brisait la digue, les larmes labouraient les joues , mais pourquoi les grandes personnes pleuraient elles comme ça le dimanche?

Papa sanglotait, Maman lui mettait une main sur l’épaule, je le regardais, décontenancée et en même temps un peu en colère de m’imposer cette image qui m’émiettait le cœur.

Je préférais les dimanches de printemps et leurs virées aux Tuileries où on s’offrait des balades indolentes sur le dos d’ânes cacochymes.

Ces commémorations ont fait tanguer sur l’écume de ma mémoire les images et les mots qui ont bercé ces années de prime enfance …

Et puis ce matin , l’odeur du café et la liste des to do a doucement effacé ces crispations douloureuses..

L’école, les yaourts à la fraise, les gnocchis Machin Chose, prendre rendez vous chez le coiffeur,ah c’est fermé aujourd’hui,alors demain..

Appeler les copines, raconter qu’on a rencontré Zenobie qui s’est fait couper les cheveux, assez moche en fait, non je ne veux rien dire, j’aime pas critiquer, tu me connais,tu parles, j’ai envie d’un pull rose, je vais faire une blanquette…

La vie, quoi…

Que cette journée vous offre ces petits projets qui font parfois de grands bonheurs..

Je vous embrasse

Michèle Chabelski

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter