La comprenette germanopratine ( blog Michel Onfray )

« Libération publie un immodeste « L’appel des artistes ». La chose pouvait être en effet plus modestement annoncée comme « un appel d’artistes », ça suffisait bien: l’universel n’est pas de rigueur quand un abrégé s’exprime. Ce mélange de gauche caviar et de gauche mondaine, de gauche urbaine et de gauche pétitionnaire, de gauche maastrichtienne et de gauche des beaux quartiers, de gauche Libé et de gauche France-Inter, de gauche dite intellectuelle et de gauche opportuniste, découvre six mois plus tard l’existence du mouvement des gilets-jaunes! Mazette, quelle vitesse de la comprenette chez ces « créateur.trice.s » (sic) avec pour navire amiral Emmanuelle Béart, experte en gilets.jaunes, elle a bien connu Galinette qui était l’un d’entre eux chez Pagnol!

Ces précurseurs du passé pourront se réclamer de l’adage voulant qu’il n’est « jamais trop tard pour bien faire »! Pour ma part, je ne souscris pas à cette sentence, car, oui, il peut être parfois trop tard pour bien faire: je songe, par exemple, aux communistes qui (hormis deux ou trois électrons libres en leur temps, et qui furent désavoués par le Parti…) ont bien résisté, mais seulement après le Pacte germano-soviétique qui les a fait collaborer pendant presque deux ans avant qu’Hitler ne prenne l’initiative de rompre seul ledit pacte ayant sévi du 23 août 1939 au 22 juin 1941. Je songe aux résistants de la vingt-cinquième heure qui ont attendu la victoire de Stalingrad, début 1943, puis les bruits de préparation d’un débarquement allié, avant de choisir leur camp, Mitterrand ou Marguerite Duras par exemple, quand ça n’est pas pour certains la vingt-sixième heure d’après le 6 juin 1944… Je songe également à Sartre & Beauvoir et à un certain nombre de leurs copains « créateur.trice.s, auteur.trice.s, artiste.tiste.s » de Saint-Germain-des-Prés qui s’engageront, certes, mais après le dernier coup de fusil tiré lors de la libération de Paris et rarement jamais au-delà d’une cave de jazz…

Toujours modeste, cette engeance propose tout de go de s’emparer du mouvement: « Les gilets-jaunes, c’est nous » écrivent-ils comme l’ont fait avant eux, après avoir tergiversé eux-aussi, au moins trois semaines durant, ce fut plus court, les partis politiques et les centrales syndicales de gauche.

De la même manière que Zola fut l’auteur du fameux « J’accuse », les signataires de la pétition sont les auteurs d’un fumeux: « Nous ne sommes pas dupes » qui ne trompe personne. Que la chose paraisse dans Libération six mois après que l’un de ses piliers emblématiques, comme il y a des piliers de bistrot, j’ai nommé Jean Quatremer, ait vomi tripes et boyaux contre les gilets-jaunes, renseigne sur l’art de monter dans le train en marche après qu’il eut déjà effectué plusieurs centaines de kilomètres et brûlé bien du charbon…

Le collectif s’insurge contre la répression et récupère les victimes – dans le sabir de l’écriture inclusive, ce qui, entre parenthèse, signe le forfait, cela donne ceci : « 1 décès, 248 blessé.e.s à la tête, 23 éborgné.e.s, 5 mains arrachées chez les manifestant.e.s. » Chacun l’aura remarqué, c’est en effet à l’aide de ce volapuk mondain qu’on s’exprime sur les ronds points de la France périphérique depuis six mois!

Sur ce thème de la variation du parler-bébé, ils continuent: « Ce qu’ils demandent, ils le demandent pour tou.te.s. Les Gilets Jaunes, c’est nous. Nous artistes, technicien.ne.s, auteur.rice.s, de tous ces métiers de la culture, précaires ou non, sommes absolument concerné.e.s par cette mobilisation historique. » Comme ça? Soudainement? D’un seul coup d’un seul? Subitement? Vingt-cinq semaines plus tard? Mais que s’est-il passé dans ces cerveaux qu’ils aient eu besoin de la moitié d’une année pour fonctionner sur un tout petit problème intellectuel et que ça percute enfin ? Faut-il que l’intelligence soit lente et longue, patiente et paresseuse à Saint-Germain-des-Prés pour accoucher aussi difficilement du constat que le réel a bien eu lieu!

Ces belles âmes autoproclamées « les (sic) Gilets Jaunes » disent: « Nous ne sommes pas dupes. » Puis ceci: « La violence la plus menaçante est économique et sociale. C’est celle de ce gouvernement qui défend les intérêts de quelques-uns aux détriments de tous et toutes. C’est la violence qui marque les corps et les esprits de celles et ceux qui s’abîment au travail pour survivre. »

Bien, très bien. Pas dupes en effet, mais tout dépend de quoi. Car, se souviennent-ils que, pour la plupart, tous ces tardifs du bulbe ont voté pour ce régime sous prétexte qu’en face ce serait le nazisme? Qu’ils ont la plupart du temps, depuis des décennies, voté pour une Europe libérale qui a généré et continue de générer la misère et la souffrance des gilets-jaunes avec laquelle ils se trouvent aujourd’hui miraculeusement en phase? Qu’ils ont fait semblant d’être de gauche en croyant que Mitterrand l’était après 1983? Qu’ils ont continué à simuler l’appartenance à la gauche en votant pour François Hollande ensuite qui était encore moins de gauche que Mitterrand qui, lui, roi du bonneteau, était repassé à droite? Qu’ils ont persisté dans la tartuferie en votant il y a deux ans pour un ministre de Hollande nommé Emmanuel Macron? Et ce toujours en croyant qu’ils étaient des antifascistes de gauche assimilables à Jean Moulin, puisque eux et leurs médias, tellement contents d’eux-mêmes et de leurs coups tordus, avaient transformé Marine Le Pen en Klaus Barbie? Qu’on se souvienne de cet alexandrin célèbre du Cid de Corneille: « A vaincre sans péril on triomphe sans gloire. » Depuis des décennies, ces héros de carton pâte triomphent sans gloire, mais non sans suffisance, de faux monstres en vrai papier.

Quiconque a voté « oui » à Maastricht en 1992 – dont Jean-Luc Mélenchon – et souscrit à toutes les oukases de l’Europe maastrichtienne depuis cette date; quiconque a traité de nationaux et de socialistes ceux qui avaient voté contre ce projet – de July ou Joffrin de Libé à Philippe Val de Charlie-Hebdo, en passant par les habituels supports médiatiques de l’Empire maastrichtien; quiconque a roulé des mécaniques, joué le costaud et le tatoué au premier tour de toutes les élections présidentielles depuis, avant de finir par aller voter pour le candidat maastrichtien du second tour en laissant croire que voter blanc, nul ou ne pas aller voter, c’était donner une voix aux Le Pen – de la CGT aux Républicains, du PCF au Parti socialiste, de l’épiscopat à la franc-maçonnerie, des véganes aux mangeurs de viande crue, des écologistes à Nicolas Hulot; quiconque a mis à la poubelle le référendum de 2005 qui refusait massivement la politique de Bruxelles et joué le vote du Congrès contre le vote du peuple en 2008 à Lisbonne – quiconque a contribué à ces exactions populicides n’est pas habilité, sauf autocritique conséquente, à confisquer la souffrance des gilets-jaunes générée par la violence libérale dont l’Europe maastrichtienne est le bras armé.

Lisons encore la prose des petits soldats de la révolte: « Nous écrivain.ne.s, musicien.ne.s, réalisateur.rice.s, éditeur.rice.s, sculpteur.rice.s, photographes, technicien.ne.s du son et de l’image, scénaristes, chorégraphes, dessinateur.rice.s, peintres, circassien.ne.s, comédien.ne.s, producteur.rice.s, danseur.se.s, créateur.rice.s en tous genres, sommes révoltées par la répression, la manipulation et l’irresponsabilité de ce gouvernement à un moment si charnière de notre histoire. » Bien, bien. Une solution?

Oui, demandez le programme: « Utilisons notre pouvoir, celui des mots, de la parole, de la musique, de l’image, de la pensée, de l’art, pour inventer un nouveau récit et soutenir celles et ceux qui luttent dans la rue et sur les ronds-points depuis des mois » – autrement dit: des chansons, des poèmes, des films, un tweet de philosophe, des installations, le tout largement subventionné… Conclusion des révolté.e.s: « Rien n’est écrit. » Tudieu, quelle sagacité! Post-scriptum probablement rédigé après relecture du Petit Prince: « Dessinons un monde meilleur. » Suit une citation, en anglais, bien sûr, de John Lennon, le grand poète des Châtiments, non? – à moins que je ne me trompe…

Gageons que bientôt dans les organes de presse bien-pensants, dont le faussement dit Libération, une pétition des mêmes appellera à ne pas oublier de bien voter Macron aux prochaines élections européennes afin d’éviter le retour d’Adolf Hitler au pouvoir.

Michel Onfray »

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans société
2 commentaires pour “La comprenette germanopratine ( blog Michel Onfray )
  1. Kakou dit :

    Les Gilets de la Haine ….
    Qui se prétendent être « le Peupe « ….soit
    20 000 émeutiers désordonnés hétéroclites et violents sur toute la France
    = 0.0008pct de la population française.
    1700 émeutiers a Paris =0.00025pct de la population française.
    Et des médias à leurs bottes.
    Au fou !!!

  2. Christian Rayet dit :

    Je viens de lire « Civilisation » de Régis Debray. Bon, le livre m’a été offert, je n’étais pas attiré par l’auteur qui m’a semblé partisan dans de précédentes lectures. Mais ici j’ai été surpris. Je vous laisse un aperçu dans la lignée de cet article:
    … L’UE est une machine antipolitique, dont certains rêvent qu’elle devienne un acteur politique et attendent même qu’elle se constitue, un jour, en puissance, quand sa raison d’être est de fuir toute idée de puissance.
    Résumons l’intrigue. Sociaux-démocrates et démo-chrétiens, les deux premiers acteurs de la pièce, avaient eu, au lendemain de la guerre, pour prévenir tout retour de flamme, l’excellent projet de faire prévaloir l’intérêt commun sur le particulier. Contre le péché national, la rédemption fédérale. Soit. Pourquoi pas? Après quoi l’on vit les socialistes du cru démanteler les protections sociales, déconstruire l’Etat, le seul et dernier bien de ceux qui n’en ont pas, démonter les services publics et introniser en loi suprême celle du profit, tandis que les maîtres d’oeuvre spiritualistes mettaient sur pied une entité sans âme ni coeur, la plus grossièrement matérialiste des agrégations humaines…
    Ce que l’on appelle abusivement l’ »Europe »… a accéléré le mouvement dit de mondialisation au point de le faire aboutir. Comment? En travaillant à l’économie, dans la conviction qu’une fédération politique suivrait, sans solution de continuité, la production de charbon et d’acier. Et qu’une expression géographique deviendrait une source d’énergie historique rien qu’en assurant la circulation des hommes, des marchandises et des capitaux dans le cadre d’une « concurrence libre et non faussée ». Sans passer, donc, par les vicissitudes que connaissent tous les joueurs stratégiques dans l’arène des puissances. Le raccourci s’est avéré impasse…
    Quant au Parlement européen, qui ne représente pas un peuple et n’a pas l’initiative des lois, c’est une parodie… Que de bons esprits puissent disserter sur ces comédies indécentes avec gravité, aligner de loin en loin plan de sauvetage et programmes réparateurs , offre un nouveau témoignage de l’emprise qu’ont et gardent sur nous tous les illusions réconfortantes…
    On aurait pu souhaiter plus de panache de la part des protagonistes. Vouloir goûter aux « dividendes de la paix » sans consentir le moindre effort de guerre (économique, culturelle, juridique, militaire) et implorer son tuteur de bien vouloir maintenir son protectorat, c’est manquer quelque peu de dignité. Il n’est pas anormal que le parrain de Washington rechigne à éponger les frais de cette démission collective. Certains espèrent — l’espoir fait vivre — que les réticences du patron poussent le client à se conduire enfin en adulte, et à prendre son destin en main. Pour l’heure, que la porte-tambour bruxelloise où l’on voit s’engouffrer tel président du Conseil européen pour ressortir en employé de Lehman Brothers, telle autre commissaire en administratrice de société aux Bahamas ou celui-là en expert patenté de l’optimisation fiscale constitue un spectacle dont il n’y a pas trop lieu de s’étonner: la fusion ouverte du monde des affaires et du monde politique, des lobbies et des commissions, fait partie du modèle. Il n’a certes rien pour inspirer le respect et « il y a des temps, comme dit Chateaubriand, où il faut être économe de son mépris étant donné le grand nombre de nécessiteux ». N’écoutons pas le vicomte. Un stoïcien ne méprise rien ni personne.
    On n’écarte pas l’idée, cela dit, qu’un jour l’ »Union européenne » apparaisse à nos successeurs comme la deuxième phase d’autodestruction de l’Europe, après la guerre 1939-1945. La première s’est attaquée au corps, la seconde à l’esprit (les deux opérations se voulant de sauvegarde par une cruelle ironie). Valéry, oeil d’aigle, a respecté l’ordre chronologique. La démence d’abord, le ramollissement ensuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Droits d’auteur des photographies
Nous respectons les droits d’auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d’auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d’utiliser cette photo. Écrivez nous ici
Montgeron
KLARSFELD
Auvergne
Les Lilas
Kavod
Montrouge
Opej
Enghien-les-Bains
MJLF