Islamistes et Burkini, suite : Ils osent tout, parce que nos dirigeants sont couards. Sarah Cattan

Zakia Meziani, musulmane qui se dit féministe et antiraciste, ancienne candidate Europe écologie – Les Verts aux élections cantonales en 2015, Présidente de l’Association Identité Plurielle à Tourcoing, se prit à fustiger un sondage du Figaro interrogeant sur la nécessité ou non d’instaurer une loi interdisant le burkini dans les piscines municipales.

Pour ce faire, la donzelle établit sciemment, sur sa page Facebook, un parallèle avec l’extermination des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale :

publicitÉ


Sinon, pour en finir et arrêter de tourner autour du pot :

1) Faut-il une loi pour réouvrir le camp de concentration de Dachau et y interner les femmes musulmanes voilées de France ?

2) Faut-il une loi pour exterminer les femmes musulmanes voilées de France ? Solution finale.

En préalable, une adresse à toutes celles, nombreuses, qui nous prièrent d’indiquer islamistes au lieu de musulmanes, répondons que bien évidemment nul n’est dupe de leur perversité à vouloir embastiller toutes les femmes musulmanes dans leurs funestes et pathétiques professions de foi.

Ils osent tout, parce que nos dirigeants sont couards. D’une couardise qui, après avoir flirté avec une douteuse complaisance, frise aujourd’hui à la complicité, et demain, s’ils ne se ressaisissent, à une forme de collaboration.

Quoi ? Pourquoi diantre s’offusquer aujourd’hui que des militants islamistes comparent l’interdiction du burkini à l’holocauste.

Pourquoi prendre ce soir ces airs sidérés.

Pourquoi faire comme si on découvrait la chose. Leur imposture. Leur inculture. Leur perversité. Leur indécence. Leurs haines mauvaises pour tout ce que nous sommes. Leur rejet de cette France qui les discriminerait mais dans laquelle pourtant ils persistent, un brin masochiste, à vouloir vivre. Une fois qu’ils l’auront, croient-ils, modelée à leur gré.

Pourquoi leur demander s’ils n’ont pas honte, alors même que nous, tous, de concert, nous avons assisté à leur projet et à sa lente et déterminée implantation.

Ne serait-ce pas à nous d’avoir honte d’en être arrivés là, et au lieu que de leur demander timidement des comptes.

Les responsables

N’est-ce pas à ceux qui les ont aidés, épaulés, guidés, que nous devons en vouloir, les Edwy Plenel, Pascal Boniface, Vincent Geisser, François Burgat et Compagnie, mais encore ces media bienveillants lorsqu’ils ne furent pas silencieux, puis enfin à nos dirigeants desquels on se demande quoi, de la pleutrerie ou du déni, aura participé le mieux à l’accomplissement de cette forfaiture.

Boualem Sansal. Kamel Daoud. Waleed Al Husseini. Zineb el Rhazoui. C’est à eux, ces musulmans qui n’eurent de cesse de nous prévenir, que nous devrions rendre compte de nos erreurs collectives. Nous les avons lus. Sceptiques. Parfois inquiets. Mais tout de même. Incrédules face à ces oiseaux de mauvais augure. Quoi, s’exclamait Léa Salamé devant Boualem Sansal. On n’en est pas là ! C’est, à les entendre, qu’il fantasmait et agitait là des drapeaux imaginaires. Qu’il racontait une réalité lointaine. Exotique.

Et puis les nôtres. Ces fachos que nous regardions, perplexes. Qui nous montraient la danse macabre qui pas à pas entrait. Entrisme. De Houellebecq à Zemmour et Finkielkraut.

Et enfin Nous. Notre hantise d’être taxés … d’islamophobie.

Tous responsables vous dis-je.

Car tous prévenus.

Rien ne se fit à notre insu.

Déjà, en 2011…

Quand déjà en 2011 Le Conseil central islamique suisse usurpa l’étoile jaune, émettant des autocollants associant islamophobie et Holocauste. Qu’avons-nous dit.

Face à cette étoile jaune à huit branches portant l’inscription Muslim, symbole choisi par le CCIS et son président, Nicolas Blancho, pour annoncer la tenue de leur Rassemblement contre l’islamophobie et le racisme sur la place Fédérale de Berne, avons-nous seulement protesté.

Quand l’image, reproduite sur des milliers d’autocollants, fit son apparition dans les rues de Lausanne, placardée jusque sur l’arrière des bus, assimilant implicitement le sort des musulmans de Suisse avec les souffrances endurées par les Juifs sous le IIIe Reich, avons-nous seulement levé la tête.

Quand le porte-parole du Conseil central islamique Qaasim Illi expliqua que ça n’était pas là l’étoile de David à six branches, mais une étoile islamique à huit branches, avons-nous riposté.

Quand le même ourdit comme argument que les musulmans de Suisse subissaient des discriminations comparables à celles endurées par les Juifs avant la Shoah, ne trouvant pas d’emplois ni d’appartements, interdits de hijab à l’école, privés de minarets qu’ils étaient, avons-nous répondu ?

Nos dirigeants politiques

Quand, hier encore, les mêmes s’assimilèrent à une Rosa Parks, que pouvions-nous répondre, nous qui avions toléré ce qu’ils osèrent à Berne en 2011.

Ainsi, quand aujourd’hui une Zakia Meziani rejoue la scène, pourquoi donc nos protestations de vierges offensées.

Nous protesterions après les avoir laissés jouer à volonté d’une stratégie parfaitement huilée, qu’il s’agît de la désormais banale rhétorique d’inversion ou de leurs plaintes à notre encontre, islamophobes que nous étions ? Nous les avions tous vus et entendus se saisir de l’injure suprême brandie à la moindre de nos protestations.

Quel homme politique a eu un discours où ne s’abrita pas prudemment une complaisance pleutre. De feu le PS à EELV en passant par le NPA ou LFI, l’UNEF, le MRAP, l’ONU et j’en passe, sans oublier le Parti présidentiel et son Islam de France, honteuse compromission avec l’AMIF, ils ont mis à terre toute résistance républicaine et nous livrent à des partenaires organisés, structurés, et dont la puissance n’est plus à démontrer : les voilà impunément depuis des années et sans faillir puisque jamais arrêtés en train d’entrer, avec une violence récente, d’entrer pour finir de contester les mœurs et règles constitutifs de notre démocratie, et chercher à imposer leurs signes identitaires, religieux de préférence, sous les yeux ébaubis de dirigeants faibles et quasi à terre à force que d’avoir craint d’être taxés d’intolérance, et pis encore, d’islamophobie, eux qui choisirent lâchement de protéger ceux qu’il ne fallait surtout pas fâcher.

Aucun n’eut le courage d’en découdre : c’est qu’ils étaient, eux, des Humanistes.

Comme il est tard…

Ce matin, vous les taxez d’ignorance. D’indécence. Vous les pensez encore, Ô naïfs que vous êtes, manipulés. Vous criez que la loi devrait s’appliquer : quelle loi ?

A ceux qui veulent se persuader que, par leur manque d’intelligence ils/elles finiront par s’auto-saboter, et qu’une majorité de personnes censées vont un jour ou l’autre prendre conscience de leurs dangereuses inepties.

A ceux qui exhortent ce peuple français libre et rebelle

A ceux qui s’étouffèrent devant les tweets discutables à tout le moins d’une Nathalie Loiseau lorsqu’elle n’hésita pas à mobiliser le souvenir des camps de la mort et de l’extermination des Juifs pour mettre en accusation ceux qui osaient remettre en cause le modèle actuel de l’UE, un regard marri face à vos indignations sélectives lorsqu’elles ne sont pas aveugles.

Boualem Sansal et les autres, qui savaient…

Je me souviens que Boualem Sansal m’exhortant à lire Küntzel lorsqu’il évoque les liaisons très dangereuses entre nazisme et islamisme.

Je me dis que Boualem Sansal a forcément  eu vent de l’affaire. Lui qui, parlant de la Shoah, l’appelle la Catastrophe. Lui qui dit qu’à Auschwitz, le mal a atteint son zénith absolu, comme il doit être sombre ce matin.

Je me souviens encore qu’en 2016, à la fondation Varenne, il expliqua combien les Algériens s’inquiétaient devant cette France incapable de se déterminer par rapport à l’islamisme : était-ce du lard, du mouton, de la religion, de l’hérésie : pendant que la France se perdait en conjectures, le boa constrictor islamiste avait largement eu le temps de bien s’entortiller, il allait tout bientôt l’étouffer pour de bon, qu’il disait.

Cet entretien avec lui où il ne cessa de s’étonner de notre aveuglement coupable envers des dérives et des dangers que lui connaissait trop bien : le gouvernement français participe au plan de conquête de la planète par la soumission de ses habitants à l’islam, écrivit-il dans Nouvel Antisémitisme en France. L’Europe a peur de l’islamisme. Elle est prête à tout lui céder. Ils ont un projet, un agenda. Le rapport de l’Institut Montaigne sur la fabrique de l’islamisme dévoile tout ça en détail, poursuivait-il.

Que le temps du projet était passé. Que l’islam politique en était à la mise en œuvre de son programme de conquête. Que sa victoire était assurée. Que l’Occident déjà, cherchait à négocier pour retarder la fin. Que l’Europe était prête à changer de vocabulaire. Que chaque jour, l’islam dans ses différentes versions radicales, wahhabites, djihadistes, salafistes, s’enhardissait, et telle une meute harcelant sa proie, lui arrachait un morceau de chair.

Il disait qu’il ne jouait pas les Cassandre. Mais nous prévenait que nous étions en passe d’être vaincus. Que nos dirigeants se dérobaient. Que la France était sommée de renoncer à sa spécificité. Qu’elle l’était par ceux des siens qui se reconnaissaient maintenant une autre identité que française et qu’elle l’était par les institutions internationales, comme la Cour européenne de justice, la Cour internationale de justice, par la Commission des droits de l’homme de l’ONU. Par la ligue islamique mondiale. Par des Etats prescripteurs tout-puissants : l’Arabie saoudite, le Qatar, l’Iran, et puis d’autres encore.

Il avait pointé du doigt la responsabilité des politiques qui reçurent des Kadhafi à l’Elysée en échange de contrats mirobolants et expliquaient, à peine gênés, qu’ils ne pouvaient se fâcher avec les pays arabes, ce grand marché.

Parlait de terrorisme intellectuel. Si on n’était pas avec eux, on était taxé de discrimination.

Ben oui, Marc Knobel, comme demanda votre père[1] : Alors, ça recommence ? Ça n’en finira donc jamais ?

Ça recommence. Pour tout le monde cette fois. Mais zen : les Juifs en premier.


[1] La Revue Civique. 19 février 2019.

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans société
16 commentaires pour “Islamistes et Burkini, suite : Ils osent tout, parce que nos dirigeants sont couards. Sarah Cattan
  1. Nelson Melody dit :

    Qui est l’auteur de cette excellente, de cette remarquable tribune ?

  2. Georges dit :

    Alors ?
    Que fait on ?

    • Nelson Melody dit :

      Rien. Tout est foutu. Il faut se faire une raison. S’expatrier si l’on en a l’opportunité. Sinon, perdre toute espérance en la société humaine est le début de la sagesse.

    • Cattan Sarah dit :

      Je n’ai ici dressé une fois de plus qu’un tableau.
      Je pensais naïvement que nos dirigeants politiques avaient une éminente fonction: Prévoir. Prévenir. Agir.

      • André Mamou dit :

        Et si nos dirigeants avaient tout prévu, avaient tout fait pour ne pas agir ? 15 ou 20 % de musulmans injectés dans le grand corps malade qu’est devenue la France , ça dynamiserait le pays, ça permettrait de prélever des ressources sur leurs fiches de paie pour faire face à la catastrophe de la retraite à 60 ou même à 62 ans , ça permettrait de recruter des chauffeurs Uber et des livreurs de Deliveroo, des agents de nettoyage ou des chauffeurs de bus et des agents de sécurité du type Benalla, des partenaires pour les hétérosexuels et les homos, demain de former des élites qui remplaceront celles qui seront trop fatiguées …oui, pourquoi croire que nos dirigeants sont nuls ou lâches ?

      • Nelson Melody dit :

        Ils ne savent ni prévoir car ils n’en ont pas la capacité intellectuelle et n’écoutent pas les intellectuels qui savent penser le monde (Boualem Sansal, Céline Pina, Georges Bensoussan…) ni prévenir et agir, car pour cela il faut un minimum de courage, or le moteur de la politique moderne c’est au contraire le clientélisme, la com et la novlangue. Et c’est vrai pour tous les autres sujets également. Bien à vous.

      • Catherine Stora dit :

        Décevoir. Prélever.
        Profiter et faire taire ses scrupules d’élu (e) …quand on en a.

  3. Gilberte dit :

    Finalement c’est le commentaire d’André Mamou qui pose la bonne question : « pourquoi croire que nos dirigeants sont nuls ou lâches ? ».
    Car il est facile de pointer un doigt accusateur sur la poitrine d’autrui ; sur un vague groupe de personnes indéfinies et le titre donne déjà le ton : « nos dirigeants sont couards ».

    Ensuite, que ce qu’ils ne prennent pas (et toujours non nommés) : douteuse complaisance, complicité, collaboration, pleutrerie, déni, complaisance pleutre (bis…), compromission, faibles et quasi à terre, lâchement, dangereuses inepties…. Abrégeons.

    Sauf que cela dure depuis de décennies et quelque soit le parti ou la personne au pouvoir. Et pas qu’en France.
    Or, nous sommes en démocratie ; les « dirigeants » reflètent in fine une volonté populaire. Il doit donc y avoir de bonnes raisons à la situation actuelle si personne n’a jamais fait autrement.
    Pareil dans d’autres pays, l’Allemagne étant le premier exemple.

    La raison est simple : économie et prévisions démographiques. Voyez Angela Merkel en Allemagne : La natalité y est descendue au-dessous de 1.5 enfants par femme (Merkel la première, qui n’a jamais eu d’enfants). Pour ne soit-ce que maintenir la démographie le chiffre est 2.2 enfants par femme. L’Allemagne vieillit et se suicide lentement ; l’effondrement économique sans immigration serait imminent.
    D’où la velléité merkelienne d’absorber de nombreux migrants.

    Et la France ? Pas bien mieux, avec 1.8 enfants par femme et ça descend.

    Les « dirigeants » ont bon dos. Ils savent ce qu’ils font, même s’ils s’interdisent de dire la vérité.
    On peut donc pester contre les « dirigeants », l’Islam et l’immigration d’ici la Saint Glinglin ; ça ne mange pas de pain mais ne sert à rien.
    Combien d’enfants avez-vous mis au monde, Madame ?

    Et puis, c’est pas mal de dire : »…ce peuple français libre et rebelle… ».
    Une petite léchouille dans le sens du poil, ça ne mange pas non plus de pain mais ne sert toujours à rien.
    Car tant qu’il ne met pas assez d’enfants au monde, in fine il ne sera ni libre ni rebelle.

    • Cattan sarah dit :

      Ce qui est en italiques n’est pas de moi vous devriez le savoir.
      Par ailleurs je ne vois pas ici ce que vient faire le nombre d’enfants que j’aurais mis au monde.
      Oh que oui les dirigeants savent ce qu’ils font et aussi ce qu ils n’ont pas fait
      Et alors?
      Je n’ai pas saisi la subtilité de votre raisonnement car si l’hypothèse émise par André Mamou est recevable, en quoi exonère-t-elle quiconque de sa responsabilité ?

  4. vesna dit :

    Bravo ma chère et courageuse Sarah. Avec ton talent immanquable tu prignes un tableu tellement réaliste. Claire/obscure, donnant froid dans le dos.
    En même temps ta clairvoyance et le ton juste m’encoragent. Tant que nos idées circulent, nos mots persistent, non ce n’est pas perdu.

  5. Ingrid Israël Anderhuber dit :

    Vous dites ici : « En préalable, une adresse à toutes celles, nombreuses, qui nous prièrent d’indiquer islamistes au lieu de musulmanes, répondons que bien évidemment nul n’est dupe de leur perversité à vouloir embastiller toutes les femmes musulmanes dans leurs funestes et pathétiques professions de foi. ».
    Or, une chose que je ne comprends pas : Si la majorité des femmes musulmanes ne sont pas d’accord avec la minorité des femmes qualifiées par elles d' »islamistes », alors pourquoi entendons-nous, dans cette affaire de burkini, que cette minorité de femmes musulmanes dites « islamistes » et non pas la majorité des femmes musulmanes qui se devraient de protester PUBLIQUEMENT, HAUT et FORT, sous le feu des médias pour faire savoir qu’en France il n’est pas question pour elles de burkini ?
    Ces femmes, « nombreuses » dites-vous, ont su s’adresser à vous pour vous demander de faire ici la différence entre elles, musulmanes, et les autres, islamistes, et cependant, elles n’auraient pas su faire la démarche de protester PUBLIQUEMENT, avec bruit, contre ce mouvement d’islamistes qui mettent à mal… l’islam ?! Ou alors j’aurai zappé cette info : « affaire burkini : femmes musulmanes contre femmes islamistes » ?!

    • Cattan sarah dit :

      Ma chère Ingrid… On les entend de plus en plus. Mais pas assez fort il est vrai. Nous sommes menacés en abordant ces sujets. Elles encore plus que nous.
      Mais nous les attendons. Il est temps. Il est tard. Il est urgent.

  6. Rosa SAHSAN dit :

    Comment as-t-on pu en arriver là?
    Ces gens sont à vomir. Ils n’ont honte de rien
    ROSA

  7. Devant ce canevas remarquable exposé par Sarah Cattan mettant en évidence les divers facteurs ayant abouti à l’inquiétante situation actuelle, on remarque trois tendances parmi les commentateurs.
    (1)-Stupéfaction et paralysie : « Comment as-t-on pu en arriver là ? » « Que fait-on ? »
    (2)-C’est foutu, c’est trop tard pour y remédier, « il faut se faire une raison », « s’expatrier ? »
    (3)-C’est La DEMOCRATIE qui nous a menés là où nous en sommes aujourd’hui. « Quinze à vingt pour cent de musulmans injectés dans le grand corps malade qu’est devenue la France, ça dynamiserait le pays … »
    Attendons donc voir, tout en résistant activement, avec notre cher Boualem Sansal, et bien d’autres, aux méfaits des islamistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Droits d’auteur des photographies
Nous respectons les droits d’auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d’auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d’utiliser cette photo. Écrivez nous ici
Montgeron
KLARSFELD
Auvergne
Les Lilas
Kavod
Montrouge
Opej
Enghien-les-Bains
MJLF