En direct de Jérusalem : la majorité a-t-elle toujours raison, par Katy Bisraor-Ayache

La très belle parasha, de cette semaine, Beshalach, Shabbat Shira, commence par décrire le périple du peuple d’Israël :

וַיַּסֵּב ה‘ אֶת-הָעָם דֶּרֶךְ הַמִּדְבָּר, יַם-סוּף; וַחֲמֻשִׁים עָלוּ בְנֵי-יִשְׂרָאֵל, מֵאֶרֶץ מִצְרָיִם.שמות יג, יח

publicitÉ

Hachem fit dévier le peuple du côté du désert, vers la mer des Joncs et les enfants d’Israël ” hamoushim”, partirent du pays d’Égypte. Chemot, 13, 18
untitled
A première vue, le terme de hamoushim, montre que les enfants d’Israël quittèrent la terre d’Egypte, “armés”. C’est la traduction littérale de “hamoushim”. Etant donné que Hachem leur a fait traverser un désert, Il les a fait voyager en armes. Pour traverser un désert, on a besoin de s’équiper, de s’organiser.

Mais après cette explication très logique, Rachi, une nouvelle fois, nous donne un éclairage tout autre, créatif et contemporain.

Hamoushim, nous dit Rachi, vient de la racine hamech, cinq. Hamouchim, c’est donc que seulement un cinquième des enfants d’Israël est sorti d’Egypte. Un sur cinq. Les quatre cinquième, donc 80 % sont restés en Egypte. Morts pendant les trois jours de ténèbres parce qu’ils n’avaient pas cru dans l’appel de Moshé ou qu’ils désiraient rester dans le pays qui les avait abrités pendant plus de deux siècles.

Quoi qu’il en soit, la majorité écrasante des descendants de Yaacov  a choisi de rester en Egypte. Et une petite minorité, un cinquième seulement, a décidé de suivre Moshé. La suite de l’histoire montre que c’est la minorité qui a eu raison. Les quart cinquième du peuple d’Israël sont tombés dans l’oubli de l’histoire et les héritiers du “cinquième du peuple d’Israël”, de la petite minorité, qui a suivi Moshé, forment aujourd’hui le peuple juif en Israël et dans le monde.

Dans l’époque de globalisation dans laquelle nous vivons, où les géants multinationaux décident des loisirs, du quotidien du citoyen du monde, où les réseaux sociaux imposent le mainstream, où la légitimité s’obtient en nombre de “like”, qui dit que cette culture dominante soit le bon chemin. Qui dit qu’un courant religieux, politique ou un autre, aujourd’hui majoritaire, détienne la vérité.

Qui dit que la majorité a toujours raison. Certes, la démocratie, est de nos jours, le système de gouvernance le plus efficace, le plus juste. Mais le choix du peuple d’Israël, au moment de la sortie d’Egypte, montre que c’est une minorité qui a eu raison, c’est le pari, le courage, l’intuition, la vision d’un cinquième seulement du peuple d’Israël et de leur leader qui nous a permis d’exister aujourd’hui.

Katy Bisraor – Ayache

K BISRAOR

 

 

 

 

 

http://endirectdejerusalem.com/wordpress/?p=4308&utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+endirectdejerusalem%2Ffmzl+%28En+direct+de+Jerusalem%

Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , ,
Publié dans société
Un commentaire pour “En direct de Jérusalem : la majorité a-t-elle toujours raison, par Katy Bisraor-Ayache
  1. julius dit :

    Non, la majorité n’a pas toujours raison et c’est là que se situent les limites de la démocratie. L’étape suivante c’est la liberté individuelle et le libre arbitre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WPNewsman