« C’est la faute aux juifs », chronique de Sarah Cattan

Depuis 3 jours on entend partout que la France est raciste. Ce sont ses fils qui le disent. Parce que Karim Benzema et Hatem Ben Arfa n’ont pas été sélectionnés par Didier Deschamps pour l’Euro 2016.

Pour Eric Cantonna, Jamel Debbouze, le frondeur Benoît Hamon, si ces deux-là n’ont pas été sélectionnés pour l’Euro, c’est à cause de leurs noms : ils paieraient la situation sociale de la France aujourd’hui, et voilà à présent qu’Acquitator lui-même, Maître Dupond-Moretti, monte à son tour au créneau pour dire sur RMC qu’on reproche en réalité un peu la banlieue à son client.

publicitÉ


euro-2016-a-630x0-2-452x300

Alors ça débat. De toutes parts. Parce que n’ont pas été sélectionnés pour l’Euro 2016 des footballeurs à l’état d’esprit discutable, de sales gosses se prétendant demain victimes d’islamophobie soudaine alors que leur ont été principalement reprochés l’absence d’esprit de cohésion et sans doute les quelques petits écarts qui firent la Une de la Presse People cette année. Bien sûr présomption d’innocence concernant Benzema mais quand même… De là à le sélectionner ! Quant à Ben Arfa, le dit sélectionneur affirmait dimanche soir sur Canal Football-club que si le premier critère de sélection était sportif, la capacité à exister plusieurs semaines dans le Vivre ensemble comptait pour beaucoup, et donc, concernant Ben Arfa, il aurait eu des doutes. Qui l’eut dit ? Bref un sale gosse, mis en réserve, mais un sale gosse quand même, et certainement pas un exemple pour les jeunes fan du ballon rond.

Bizarrement on n’a pas encore entendu que s’ils ne furent pas sélectionnés, c’était la faute aux juifs. Patience : ça peut venir. Selon une logique imparable. Si Didier Deschamps avait été juif, imaginez.

 » JE SUIS JUIF, JE M’EN EXCUSE « 

Comme on les entend fort, ces plaideurs qui se trompent de procès. Et quel silence assourdissant, même pas gêné, l’avez-vous remarqué, si l’un de nous en vient à parler d’antisémitisme : ils sont alors peu nombreux, les non-juifs, à se ranger aux côtés du plaignant. Pour exemple, Yvan Attal fit preuve chez Laurent Ruquier d’une patience pédagogique exemplaire face à une Léa Salamé perverse, affirmant que Ils sont partout relevait de la concurrence victimaire, traitait d’un sujet qu’elle qualifia de touchy, ultra touchy, contraignant le réalisateur à lui expliquer que son film n’était en rien une parodie des juifs, mais une dénonciation des clichés antisémites, le poussant, lorsque l’animatrice nuança le rapport entre antisionisme et antisémitisme, à lui rétorquer in fine, à court d’arguments: Je suis juif, je m’en excuse.

Pour autre exemple, rappelez-vous comment, il y a peu, une interlocutrice présentée faussement comme française lambda exigea d’Alain Finkelkrault qu’il se tût, pour le bien de la France. Ou encore : à une amie franco-marocaine qui émit hier l’idée d’ arrêter d’égorger veaux, vaches, moutons, chèvres « à la barbare », Yamina, une de ses interlocutrices, demanda pourquoi elle ne s’adressait pas aussi aux juifs. ( A quoi mon amie énervée répondit : parce que ce ne sont pas les juifs qui nous cassent les bonbons avec des revendications chelous, parce ce n’est pas le juif qui nous les casse pendant le ramadan en réglant le temps comme si c’était l’hégire.) Je pourrais encore citer l’islamo-gauchiste Besancenot qui hier nous éclairait de ses grandes lumières en nous apprenant que les grèves en France étaient liées aux colonies israéliennes, ironisant sur Twitter à propos de la visite du Premier Ministre Français: Valls depuis Israël : « D’autres sites seront libérés ». On « libère » des colonies. Pour des raffineries en lutte, on dit casser une grève! » – nous rappelant au passage que l’écrivain Michel Houellebecq avait donc bien eu raison d’accuser le facteur antisioniste porte-parole du NPA d’encourager les Musulmans de France à focaliser sur la Palestine[1].-

Encore ? C’était presque hier que l’équipe marocaine de tennis handisport boycotta un match de Coupe du Monde qu’elle devait disputer contre des joueurs israéliens, le Jerusalem Post affirmant que la Fédération Royale Marocaine des Sports pour Personnes Handicapées avait ordonné le boycott de ce match, faisant ainsi la joie des mouvements pro-palestiniens.

Très récemment encore, alors que l’Europe était sous la menace terroriste, Federica Mogherini préparait le marquage des produits de Judée-Samarie, voués au bannissement et alors que la France attendait le prochain attentat, elle ne trouvait rien de plus urgent qu’ajouter une provocation à la violence actuelle avec la reconnaissance d’un Etat de Palestine et la préparation d’une Résolution du Conseil de Sécurité qui condamnerait Israël et justifierait donc encore plus la violence contre les Juifs en Europe-même.

Pendant ce même temps, après le vote de la résolution honteuse du 14 avril qui accusait Israël de planter de fausses tombes juives à Jérusalem, ce 25 mai encore, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et d’autres Etats de l’UE votèrent pour une résolution présentée à l’ONU par le groupe des Etats arabes et la délégation palestinienne, désignant Israël à l’assemblée annuelle de l’Organisation Mondiale de la Santé comme le seul pays contrevenant à la santé mentale, physique et environnementale, donc aux droits de la santé dans le monde, l’assemblée de l’ONU ayant étrangement oublié de pointer du doigt les hôpitaux syriens bombardés ou les millions de Yéménites démunis en raison des bombardements et du blocus saoudiens. Non : ce jour-là, sur les 24 points inscrits à l’ordre du jour de la réunion, un seul, l’article n ° 19 contre Israël, visait explicitement un pays spécifique : Israël[2], faisant dire à Hillel Neuer, directeur d’UN Watch, que l’ONU avait atteint de nouveaux sommets d’absurdité en adoptant une résolution qui accuse Israël de violer les droits de santé des Syriens dans le Golan, alors que les hôpitaux israéliens continuent de soigner les Syriens fuyant les attaques barbares du régime Assad, alors qu’en réalité, tous ceux qui sont déjà entrés dans un hôpital israélien ou une clinique savent qu’ils fournissent des soins de santé de classe mondiale à des milliers d’Arabes palestiniens, ainsi que des Syriens fuyant Assad, ajouta-t-il. Pendant ce temps enfin, l’UE écouta dire les Syriens qui portèrent des allégations purement antisémites selon lesquelles Israël expérimenterait sur les prisonniers syriens et arabes des médicaments et injecterait des virus pathogènes, atteignant dans l’ignominie des sommets insoupçonnés, puisqu’en soutenant cette résolution, les Etats de l’Union Européenne se joignirent au ciblage politique contre Israël, rejoignant le camp de l’obscurantisme et du mensonge, collaborant à l’éternelle diabolisation de l’Etat Juif, trahissant enfin les principes-mêmes sur lesquels ils furent fondés. Car vous en conviendrez : depuis des années, sous couvert d’un progressisme utopique, et après avoir favorisé les Frères musulmans sur la scène internationale puis sur son sol, sous couvert de multiculturalisme et de célébration du caractère démocratique de l’islam, le pouvoir et les médias de l’Union Européenne ont laissé se développer un antisémitisme et un islamisme virulents au nom desquels des actes de guerre se multiplièrent de toutes parts. Cette même Union Européenne qui trop longtemps toléra que l’antisionisme fasse office d’exutoire au ressentiment de l’islamisme et de justification indirecte de l’antisémitisme quotidien : Israël n’était-il pas le premier coupable après tout ?

LES TRICOTEUSES D’ALBERT COHEN

Comment ne pas penser au dialogue des tricoteuses d’Albert Cohen, ce dialogue ponctué d’obsédants C’est la faute aux Juifs ? Dans Belle du Seigneur, la conversation des tricoteuses[3] se présente comme un bloc typographique de sept pages rapportant, sans aucun démarcateur typographique, les dialogues à deux locuteurs entremêlés de dix bourgeoises réactionnaires. Explosent dans ce célèbre texte la pérennité et l’actualité des stéréotypes les plus dangereux véhiculés par la parole antisémite, et l’indicible enjeu de sa prolifération.

Pour mieux comprendre le procédé utilisé par Albert Cohen, il convient de rappeler qu’il s’agit d’une conversation de dix dames, dans le hall de l’Hôtel, à Agay, qui parvient aux oreilles des deux amants, Ariane et Solal. Cohen introduit ainsi ce passage : Dix dames de bourgeoisie, harnachées et souveraines, tricotaient avec voracité tout en conversant activement, deux par deux. Penchés sur les revues, parfois dévisagés par les tricoteuses, les deux amants se tenaient par la main, feignant de lire, écoutaient les duos emmêlés, brouillés par la musique proche et qui leur parvenaient par bouffées et fragments disparates, puissantes litanies.

Alors qu’il apparaît, à l’analyse, qu’il s’agit là de sujets de conversation variés allant de la France à la guerre en passant par les rhumatismes, la constipation , le tricot, les amis communs et arrivant enfin à tout ce qui va mal, ce dernier sujet englobant la finance les communistes et bien sûr les juifs, dans le texte cohénien cela donne à la lecture :

Voilà mon rhumatisme qui s’est réveillé

C’est la faute aux juifs

Je vous dirais que je suis très constipée

C’est la faute aux juifs

Le temps est devenu fou ma parole

C’est la faute aux juifs

Il n’y a plus de saisons

C’est la faute aux juifs

Ce qui est affreux c’est que les paysans abandonnent la campagne

C’est la faute aux juifs

Elle n’a même pas voulu allaiter le bébé

C’est la faute aux juifs

C’est donc la faute aux juifs ! Et s’il est bon de rappeler que, stricto sensu, les clichés météorologiques enveloppant sont l’archétype de ces énoncés figés qui ne disent rien et n’engagent à rien, si on entend bien que ce n’est pas tant le froid c’est le fond de l’air qui est cru […] en tout cas on est mieux dedans que dehors […] le temps est devenu fou ma parole Il n’y a plus de saisons, il n’en reste pas moins qu’ici, tous les interlocuteurs sont du même monde et échangent des paroles partagées par tous, usant de ce que la linguiste Ruth Amossy appela le prêt-à-porter de l’esprit. Et dans ce prêt-à-porter de l’esprit, vous remarquerez que le thème figé le plus développé est celui de l’antisémitisme. Ainsi, quand le terme youpin apparaît en position d’épithète, le substantif qu’il détermine est éminemment prévisible, à l’image de la malice youpine dans Mangeclous[4]. Le stéréotype antisémite s’exprime encore parfaitement grâce à l’épithète composée qui présuppose à perfection le complot juif: la maffia judéo-maçonnique[5].

Alors que Plenel, Morin, et leurs amis ont traité de racistes et de mythomanes les Juifs qui osèrent dénoncer la montée de l’antisémitisme que personne ne voulait voir, aujourd’hui, Boris Cyrulnik dans Paris Match cite des extraits de Bagatelles pour un massacre de Céline, véritable appel au génocide des Juifs : Piller, voler, pervertir, abrutir, polluer, saigner tout ce qu’il rencontre, pudeur, musique, rythme, valeur, c’est le don du Juif, son antique raison d’être. Égypte, Rome, Monarchies, Russie, demain nous autres, tout y passe, ou encore des extraits de L’école des cadavres : Les Juifs sont des monstres, des hybrides, des loupés tiraillés qui doivent disparaître, rappelant utilement que l’écrivain s’y emploiera pendant la guerre en dénonçant deux médecins juifs[6].

Est-ce ainsi que les hommes vivent. Quand un footballeur n’est pas sélectionné parce qu’il s’est mal conduit, on crie à l’islamophobie. Quand l’antisémitisme sévit sans laisser de cadavres, on se tait. Quand il tuera à nouveau, on entendra : plus jamais ça.

Sarah Cattan

[1] Entretien accordé par Houellebeck au Point, 2015.

[2] Sandra Wildenstein pour Europe Israël News – JSSNews, 2 juin 2016.

[3] Belle du Seigneur, La Pléiade, pp 766-773.

[4] Mangeclous, Albert Cohen, La Pléiade, p. 654.

[5] Belle du Seigneur, p. 50.

[6] Ivres paradis, bonheurs héroïques, Boris Cyrulnik, Odile Jacob, mai 2016, Paris.

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans société
9 commentaires pour “« C’est la faute aux juifs », chronique de Sarah Cattan
  1. COUVREUR dit :

    J’avoue ne rien avoir compris au papier de Sarah Cattan.
    Au final, le fait que Benzema et Ben Arfa se couvrent de ridicule – et nous sommes bien d’accord là-dessus – en se prétendant victimes d’islamophobie, prouverait que les Français sont antisémites ?
    Un peu d’aspirine, s’il vous plaît !
    Et quand au fait de conjecturer sur la réaction de la rue si Didier Deschamps avait été juif, c’est selon moi un procès d’intention plus que discutable.

    • Sarahc dit :

      Pour Didier Deschamps, ce n’était que de l’humour. Discutable certes.
      Non le discours des footballeurs et de leurs défenseurs n’a rien à voir avec l’antisemitisme. J’ai voulu raconter comment je ressens cette drôle d’époque. Évidemment je suis partisane. Oui à mon sens l’antisémitisme est bien là. Ce qui ne veut pas dire que « les français soient antisémites » . J’ai listé des faits. J’aurais aimé qu’un non-juif fasse cette liste.

  2. Zaradzki dit :

    l y a beaucoup de vrai dans tout ça, et je n’ignore pas que l’antisémitisme est un poison qui vient de très loin et n’en finit pas de tuer.
    Mais: comment se comportent la droite et l’extrême-droite israëliennes envers le petit peuple palestinien, humilié quotidiennement aux check points, privé de tout? Les Israëliens doivent prendre conscience que rien de bon ne sortira de tels comportements.

    • André Mamou dit :

      Privé de quoi ? Quand ils arrêteront d’être, pour certains d’entre eux, des terroristes, il n’y aura ni Check point ni contrôle ! Les israéliens veulent rester chez eux dans les territoires qui sont les leurs depuis toujours et ils acceptent de les partager avec les palestiniens mais pas de les évacuer pour que Hamas, Hezbollah, Al Qaïda, Djihad Islamique, Daech s’y entretuent après les avoir expulsés ou tués .

    • NO COMMENT dit :

      Je pense quand même, Zaradzki, que  » le petit peuple palestinien » porte une part de responsabilité dans cette situation. Ou alors, il faut admettre qu’il est mené à la baguette par ses dirigeants, qui ne mettent pas leurs intérêts au 1er plan. Il y a donc quelque chose qui cloche chez eux, dont vous vous accommodez. Étrange!!
      Quand des kamikazes ou terroristes passent des territoires palestiniens ( pour rappel, conquis par une guerre non déclarée par Israël!) vers Israël, il faut bien créer des filtres, que vous appelez des Check points. Ou alors, il faut vouloir se laisser tuer!!!!!
      Quand pensez-vous?

      • Zaradzki dit :

        Qui n’est pas mené à la baguette? le jour où les Israêliens prendront conscience de l’impasse dans laquelle ils se trouvent, alors de grands changements seront possibles; un mur ne sert à rien d’autre qu’à être franchi. Et puis, n’en déplaise aux religions (toutes les religions), la terre n’appartient à personne, ou à tout le monde, et les Palestiniens ont le droit de vivre libres comme tout le monde; le terrorisme, qu’il soit islamiste, antisémite ou pas, fait son lit des injustices subies par les peuples; le nazisme a pu gangréner l’Allemagne parce qu’elle était exsangue, personne ne « naît » antisémite. Vous allez me dire que je suis un doux rêveur? peut-être, mais de toute façon il n’y a pas d’autre solution.

    • Lapalice dit :

      Les musulmans des pays musulmans sont mieux lotis que les palestiniens?
      Les Palestiniens ne veulent pas partir d’Israel, ils sont les plus gros musulmans du monde, ce sont les musulmans les plus paresseux du monde, ils ont une santé meilleur que tous les musulmans du monde.
      Et j’en passe.

  3. josaphat dit :

    Bonsoir Sarah, visiblement votre problématique n’est pas accessible par tous, une fois de plus et avec bienveillance vous faites un exposé qui suscite conviction et débat. Notre pays n’a que certitudes et non débats… les commentaires sont attristants et me conduisent à vous complimenter mais à la fois à vous mettre en garde contre un épuisement intellectuel qui sera source de fatigue. Moi-même, professeur d’histoire, je me résigne pour me protéger et trouver l’armure qui me sera donnée ou non, je vous félicite pour ce que vous voulez démontrer, préservez-vous des commentaires qui ne comprennent pas vos démonstrations intelligentes.

  4. Sobol Régine dit :

    comme l’avait proclamé Caligula(empereur romain),  » peu m’importe d’être haï, pourvu que je sois sois craint ». Caligula était un fou sanguinaire, mais par moment…Pendant des millénaires on nous a massacré, pauvre peuple juif sans défense !! Mais aujourd’hui nous avons Israël, et peu importe les critiques du monde entier contre nous. Où étaient ils ceux qui aujourd’hui critiquent Israël, quand les juifs se faisaient assassinés par millions dans un silence assourdissant ?? Et pourquoi parler autant d’Israël ( et pas seulement en mal d’ailleurs), à mon humble avis c’est parce qu’Israël est devenu une grande puissance mondiale, capable de se défendre contre la barbarie qui est devenue générale dans ce monde. Exemple les articles précédents sur les faits criminels exécutés en plein Paris (ville de lumière), et qui vont rester impunis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Montgeron
KLARSFELD
Auvergne
Les Lilas
Kavod
Montrouge
Opej
Enghien-les-Bains
MJLF