Catherine Champrenault : Les affaires de proxénétisme dans les cités se multiplient

Dans une tribune au Parisien-Aujourd’hui en France, Catherine Champrenault, procureur générale de la cour d’appel de Paris, veut aider les victimes à retrouver une image positive d’elles-mêmes et punir sévèrement ceux qui les exploitent.

Catherine Champrenault

« Le 6 avril 2018, le tribunal correctionnel de Créteil a condamné plusieurs hommes à des peines allant de deux à six ans d’emprisonnement pour avoir prostitué des jeunes filles rencontrées dans leur quartier. Ce dossier n’est pas isolé. Depuis quelques années, aux côtés des réseaux criminels étrangers de traite d’êtres humains, les affaires portant sur des faits de proxénétisme des cités se multiplient. L’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH) a noté de très fortes augmentations de la prostitution des mineurs depuis 2014. Elle procède à la fois d’une avidité pour l’argent et d’une banalisation à l’extrême de l’acte sexuel exacerbée par l’explosion de la pornographie.

L’activité, considérée comme lucrative et peu complexe, attire des jeunes qui entretiennent des situations d’ambiguïtés amoureuses laissant aux jeunes filles l’illusion de croire qu’elles ne sont pas des prostitués et aux garçons, qu’ils ne sont pas leurs proxénètes. Ils se décrivent comme des lover-boys et des escort-girls, grisés par ces revenus importants.

publicitÉ


Les cadences se font plus pressantes et l’entreprise, initialement consensuelle, se transforme en un rapport d’asservissement pervers. Pour la personne prostituée, au départ consentante, mais choisie parmi les plus vulnérables, le piège se referme. Déscolarisée, souvent droguée, objet d’un chantage affectif et financier, elle va peu à peu s’isoler, perdre son estime de soi et être prise dans un engrenage. Une descente aux enfers.

Les personnes qui se livrent à ces commerces illicites n’ont pas toujours conscience de la dangerosité de la situation, certaines pouvant même revendiquer leur liberté. A l’instar du législateur qui, dans la loi du 13 avril 2016, a réprimé le recours à la prostitution et non l’acte lui-même, il faut considérer ces jeunes femmes, parfois mineures, comme des victimes. Le rôle du ministère public, gardien de l’intérêt général, prend tout son sens lorsqu’il s’agit de poursuivre des exploitants sexuels, alors même que les bancs des parties civiles sont clairsemés.

Comme pour les victimes de violences conjugales, le parquet endosse la responsabilité de poursuivre les délinquants sans que la plainte de la victime ne soit indispensable, même si elle est préférable.

La loi du 13 avril 2016 a donné au procureur de la République la possibilité d’assurer un accompagnement renforcé dès la survenance des faits aux victimes les plus affectées. Pour leur permettre de s’identifier comme telles et leur garantir de réelles chances de s’en sortir, les partenaires compétents travaillent en étroite collaboration. Les actions, qu’elles soient de sensibilisation par les associations, d’accompagnement par les avocats ou de protection par les services de l’aide sociale à l’enfance et la protection judiciaire de la jeunesse, doivent être menées conjointement aux actions répressives des services d’enquête et de la justice.

Au parquet de Créteil, sous l’œil attentif de la procureur de la République, un important travail est actuellement mené avec le mouvement du Nid et certains avocats du barreau du Val-de-Marne engagés dans la protection des mineurs. Au parquet général de Paris, nous savons que le phénomène s’amplifie et mérite une forte mobilisation. J’ai ainsi adressé aux procureurs de la République de mon ressort, qui peuvent, au-delà de la poursuite des proxénètes, assurer un accompagnement personnalisé des victimes, des instructions à cette fin.

Les magistrats spécialisés affectés à la lutte contre la cybercriminalité travaillent également sur ce sujet : à Paris, où plusieurs dossiers de proxénétisme de cité ont déjà prospéré, une information judiciaire vient d’être ouverte contre un site de petites annonces. Déconstruire auprès des jeunes filles l’image d’une prostitution anodine, punir sévèrement les auteurs de ces exploitations, aider les victimes à retrouver une image positive d’elles-mêmes et à avoir un autre avenir, les défis sont nombreux. Avec l’ensemble de nos partenaires institutionnels, nous tentons de les relever, mais la vigilance de tous, et notamment des parents, reste essentielle. »

Catherine Champrenault, procureur générale de la cour d’appel de Paris

Source leparisien

Soutenez Tribunejuive.info

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , , , , , , , , ,
Publié dans société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by WPNewsman

SOUTENEZ TRIBUNEJUIVE.INFO