La rencontre historique de prière au Vatican avec Abbas et Peres

Shimon Peres et  Mahmoud Abbas ont « invoqué la paix »

pour le Proche-Orient profondément divisé,

au cours d’une rencontre de prière historique,

à l’issue de laquelle ils ont planté symboliquement avec le pape François un olivier dans les jardins du Vatican.

Peres Abbas PAPE
Cette rencontre s’est déroulée dans un climat pacifié comme le souhaitait François, qui voulait cette « pause » spirituelle afin de surmonter les impasses de la politique alors que les pourparlers de paix entre Israéliens et
Palestiniens sont au point mort.

publicitÉ


Devant les délégations et le patriarche orthodoxe Bartholomée, MM. Peres et Abbas se sont parlé et donné l’accolade, semblant heureux de se retrouver.

accolade

Dans un vibrant plaidoyer pour la paix, François a fait valoir qu' »il faut plus de courage pour la paix que pour la guerre ».

Le pape a souligné combien les habitants de la région étaient « épuisés par les conflits et désireux de parvenir à l’aube de la paix », ajoutant qu’ils « nous demandent d’abattre les murs de l’inimitié et d’emprunter la voie du
dialogue et de la paix ».

Il a conclu en demandant qu’au Moyen-Orient « le style de notre vie devienne : shalom, paix, salam » et affirmé que le vrai mot qui compte est « frère ».

Le président israélien, âgé de 90 ans, a pour sa part rappelé qu’il avait connu la Deuxième Guerre mondiale dans sa jeunesse. « C’est en notre pouvoir d’apporter la paix à nos enfants. C’est notre sainte mission de parents », a
souligné le Prix Nobel de la Paix.

Alors que M. Peres s’est prononcé pour « une paix entre égaux », le président palestinien a tenu le discours le plus politique : « Seigneur, apporte une paix globale et juste pour notre pays et notre région. Nous voulons la paix pour
nous et nos voisins ».

M. Abbas a demandé à Dieu d’accorder au peuple palestinien « la liberté dans notre Etat souverain et indépendant ». « Sauve notre sainte cité de Jérusalem », où se trouve « la troisième des mosquées saintes », a-t-il dit.

Auparavant, assis côte à côte, devant leurs délégations sur chaque côté de la pelouse, les trois personnalités avaient suivi les prières psalmodiées en hébreu par des rabbins, accompagnées par un orchestre qui jouait notamment le célèbre air juif invitant à la paix « Shalom Aleichem ». Plus tard, d’autres musiciens dont une harpiste et un flûtiste ont interprété des airs orientaux.

Dans un ordre respectant la chronologie des trois monothéismes, ce fut le tour des chrétiens, en commençant par Bartholomée. Ils ont lu une prière de Saint-François d’Assise et un texte de Jean Paul II sur la repentance « pour
les mots et attitudes causées par la haine, l’orgueil, le désir de dominer les autres ».

Les musulmans ont prié en arabe : « Oh Seigneur, apporte la paix (…) et abolis l’injustice contre les opprimés de cette Terre », affirmait une des prières.

Jean-Louis DE LA VAISSIERE pour AFP

Tagués avec : , , , ,
Publié dans rencontre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter