Israël Innovation : Trois bonnes raisons d’aimer la grenade

D’un supplément protégeant contre la neuro-dégénérescence à une étude indiquant que le jus peut réduire les dommages cérébraux chez les embryons, la recherche sur la grenade atteint un sommet en Israël.

publicitÉ


Les grenades sont appréciées dans le monde entier, quelle que soit la saison de l’année, car de plus en plus de données attestent de leurs propriétés cicatrisantes et protectrices de la santé.

« Le jus des graines est très riche en antioxydants, en vitamines et en minéraux », déclare Esther Frumkin, herboriste en médecine traditionnelle chinoise, conseillère en nutrition et enseignante en cuisine macrobiotique en Israël.

La détresse gastro-intestinale, les bouffées de chaleur, les hémorroïdes, la conjonctivite, l’arthrose, l’hypertension et un taux de cholestérol élevé sont quelques-uns des maux que les graines de grenade peuvent soulager. Ils protègent contre les maladies – même le cancer et les maladies cardiaques – en renforçant l’immunité et en réduisant l’inflammation chronique. Esther Frumkin affirme que le thé à la peau de grenade peut traiter la diarrhée, la dysenterie, les plaies buccales et les irritations de la gorge, tandis que le thé à l’écorce de grenade élimine les parasites intestinaux.

1. Un complément alimentaire inspiré d’une crème pour le visage

La neurologue expérimentale Ruth Gabizon du centre médical de l’Université Hadassah à Jérusalem avait acheté une crème pour le visage à l’huile de pépins de grenade du fabricant de cosmétiques israélien Lavido. Trouvant extraordinaires ses effets sur la peau, elle découvrit que l’ingrédient actif de l’huile était l’acide punicique, un antioxydant exceptionnellement puissant.

Elle se demanda comment cet acide gras polyinsaturé (également appelé Omega 5) pouvait aider ses souris de laboratoire, conçues pour être prédisposées au développement de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), une maladie neurodégénérative fatale.

Dans l’espoir d’empêcher l’oxydation qui cause des dommages neuronaux permanents déclenchant de telles maladies, Gabizon recherchait un antioxydant sûr et bon marché à base de lipides pour protéger les cellules du cerveau. L’acide punicique semblait être un bon candidat.

« Je suis arrivée dans mon laboratoire un matin et j’ai dit à mes étudiants: ‘Nous allons en donner à nos souris transgéniques’ ‘ », a déclaré Gabizon.

Son idée est à la base d’une collaboration avec Shlomo Magdassi, expert en nanotechnologie du Centre de chimie appliquée Casali de l’Université hébraïque, basé sur une formulation révolutionnaire de l’acide punicique qui pourrait franchir la barrière hémato-encéphalique.

Leur société, Granalix, commercialise la nouvelle formulation en tant que complément alimentaire appelé GranaGard avec des ingrédients approuvés par la FDA. Depuis la fin de 2016, GranaGard est vendu dans le monde entier via le site Web Granalix et dans certaines pharmacies israéliennes. Il est distribué au Mexique et bientôt en Grèce.

Fabriqué par la société israélienne SupHerb sous forme de capsule en gel souple, GranaGard contient principalement de l’huile de pépins de grenade provenant d’Israël, qui contient un pourcentage particulièrement élevé d’acide punicique.

« Il s’agit d’un composé naturel amélioré, testé scientifiquement, considéré comme médicament mais utilisé également en tant que complément alimentaire », a déclaré Gabizon.

Les deux chercheurs en consomment personnellement pour leur bien-être général et pensent que cela peut aider à prévenir les maladies neurodégénératives, sans effets secondaires. Elle souligne que de telles maladies ne peuvent être guéries, seulement prévenues ou ralenties.

Des observations cliniques étudient les effets de GranaGard chez les personnes atteintes de sclérose en plaques précoce et de problèmes de mémoire. Un groupe de porteurs de la MCJ (maladie de Creutzfeldt-Jakob) est traité au GranaGard depuis deux ans. « Même à court terme, il est encourageant de constater qu’ils n’ont pas encore développé la maladie », a déclaré Gabizon.

2. Le jus de grenade peut protéger le cerveau du fœtus

Boire du jus de grenade semble réduire le risque de lésions cérébrales chez les embryons, selon une nouvelle étude conjointe menée par des chercheurs du campus Rambam Health Care de Haïfa et de l’Institut de technologie Technion-Israel, récemment publiée dans l’American Journal of Obstetrics & Gynecology.

Une proportion importante des naissances prématurées est due à une infection et / ou une inflammation de l’utérus, qui, selon des études antérieures, constituaient un facteur de risque lié aux lésions cérébrales et au développement de déficits neurologiques peu après la naissance ou plus tard dans la vie de l’enfant. Par conséquent, les scientifiques ont essayé de trouver des moyens inoffensifs de réduire ces risques pendant la grossesse.

« Des études ont montré que les grenades sont riches en polyphénols, un type de composé neutralisant les radicaux libres connu pour ses effets antioxydants et anti-inflammatoires puissants», a expliqué le Dr Ron Beloosesky, directeur de l’unité d’échographie prénatale de Rambam, en se référant au Dr Michael Aviram, ancien directeur de l’Institut de recherche clinique de Rambam, a effectué une recherche novatrice.

« Parce que nous savons que certaines causes de lésions cérébrales chez les fœtus sont liées à des processus inflammatoires, nous avons voulu vérifier si le fait de boire du jus de grenade pouvait aider à prévenir l’infection et l’inflammation chez la mère et réduire ainsi le risque de porter atteinte au fœtus. »

L’équipe de recherche sur le jus de grenade Rambam (L-R): rangée du haut, Dr. Khatib, Prof. Wiener, Dr. Ginsburg; rangée du bas, le Dr Saadi et le professeur Beloosesky. Photo de Pioter Fliter

L’étude a été menée sur des rates gestantes dans le laboratoire de recherche prénatale de Beloosesky au Technion. Les rates ayant reçu du jus de grenade dans leur eau de boisson pendant plusieurs jours, avant un processus inflammatoire induit, ont présenté une diminution de l’inflammation et une réduction significative des signes d’inflammation et des lésions du cerveau de leur bébé par rapport à celles qui n’en buvaient pas.

« Il semble qu’un jus accessible et peu coûteux que l’on puisse trouver dans n’importe quel supermarché ait un effet positif sur un problème grave qui nuit aux mères et à leurs embryons », a déclaré le Professeur Beloosesky, ajoutant qu’il s’agissait d’une étude préliminaire et que l’équipe de recherche est en train de faire une étude sur les humains, qui devrait être achevée dans les deux prochaines années.

« Il s’agit de la première étude du genre visant à comprendre comment utiliser la grenade, qui présente des avantages sur le plan de la santé, pour prévenir un problème qui, dans certaines conditions, passe de la mère à l’enfant », a déclaré le co-auteur, Zeev Wiener. « Nous sommes curieux de voir ce que nous allons apprendre à l’avenir. »

3. Cultiver de meilleures grenades

Des agronomes de nombreux pays se tournent vers des experts israéliens pour obtenir des conseils sur la grenade, explique Doron Holland, responsable des sciences des arbres fruitiers au Centre de recherche Neve Ya’ar du Centre de recherche agricole de Volcani.

« Nos cultivars sont produits partout dans le monde. Ils sont très appréciés en Europe et suscitent un intérêt croissant en Amérique du Nord », a déclaré Doron Holland.

Le cultivar de grenade Emek. Photo du centre de recherche Neve Ya’ar

Qu’est-ce qui rend les cultivars israéliens si spéciaux?

« Les métabolites de la grenade sont anti-inflammatoires, antimicrobiens et antioxydants, et sont extrêmement bénéfiques pour l’homme. Ces métabolites sont principalement produits dans la peau plutôt que dans les arilles. Nous cherchons des moyens de produire davantage de ces métabolites dans les arilles », explique Holland.

« Nous identifions également les cultivars enrichis avec ces métabolites. Nous sommes très avancés en ce qui concerne l’utilisation de l’analyse génétique pour la reproduction des grenades. ”
Parce que les métabolites sont responsables de la couleur rouge foncé du fruit, leur amélioration rend le produit plus commercialisable et plus sain.

Les cultivars israéliens de grenade sont également excellents dans la production de fruits avec des tanins solubles, une substance bénéfique unique à la grenade, a déclaré Holland. Une grande partie de cette substance, comme les autres métabolites, se trouve dans la peau. Le Centre Volcani a trouvé un moyen d’utiliser ces peaux denses en nutriments mais non comestibles – normalement jetées – pour l’alimentation des animaux.

Doron Holland dit que les fermes israéliennes du nord au sud produisent environ 40 000 tonnes de grenades fraîches chaque année, dont au moins la moitié est exportée, principalement en Europe. Grâce aux cultivars développés par son équipe la première exportation de fruits frais débute à la mi-juillet.

Source : ISRAEL21C

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans Recherche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter