Les ballerines noires de Rockaya, par Arnaud Lacheret

Voici un tweet de Rockaya Diallo qui se réjouit du fait qu’il existe des chaussures de danse noires pour les ballerines noires.

publicitÉ


Je parle de temps en temps de cette dame parce qu’elle raconte parfois de grosses âneries. Comme ici d’ailleurs.

Donc oui, les ballerines de couleur noire existent. C’est bête, mais elles existent et visiblement depuis bien longtemps, ce qui rend son tweet complètement bidon.

Mais ça, à la limite, on s’en fiche.

Car en creux, cette magnifique tirade sur la volonté de création de produits réservés aux noirs, dont Mme Diallo se fait une spécialité depuis bien longtemps, est en fait une ode au libéralisme et plus précisément à la loi de l’offre et de la demande.

Car oui, chère Madame Diallo, si quelqu’un se met à fabriquer des pansements, des ballerines, des objets réservés aux noirs, ce n’est pas par souci d’égalité, mais pour faire du pognon, car il y a un marché.

Votre amie Hapsatou Sy, quand elle s’est lancée dans les cosmétiques communautaires pour peaux bronzées, ce n’était pas par pur humanisme, mais pour faire de l’argent.

Je ne dis pas que ce n’est pas bien hein, je dis juste que votre démarche militante est en fait une démarche en faveur du libéralisme et de la loi de l’offre et de la demande.

Prenons le même raisonnement sur la viande halal, vous pensez vraiment que les acteurs de ce marché en Europe sont vraiment des piliers de mosquée? Ce sont d’abord des gens qui veulent faire de l’argent.

Vous pensez que dans les magasins du pays où je vis, le Royaume de Bahreïn, s’il y a un « non muslim corner » qui propose du porc, c’est par respect des droits des non-musulmans? Non, c’est tout simplement parce que les propriétaires arabes de ces magasins ont pensé que des gens comme moi pouvaient leur rapporter de l’argent en achetant du jambon.

Contrairement à beaucoup de militants et de commentateurs, je n’ai pas grand chose contre la liberté d’entreprendre et le système capitaliste libéral. je trouve ça plutôt bien car parfois, la loi de l’argent et l’appât du gain font plus pour la diversité que vous prônez que toutes vos invocations sur Twitter.

Mais Madame Diallo… arrêtez de vous réclamer de la gauche anti libérale tout en vantant les réussites de l’entrepreneuriat rendues possibles par le capitalisme et la loi de l’offre et de la demande à longueur de tweets.

Arnaud Lacheret

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans opinions
2 commentaires pour “Les ballerines noires de Rockaya, par Arnaud Lacheret
  1. André dit :

    C’est une danse de blanc ça, la danse en ballerine. C’est même une appropriation culturelle inadmissible…

  2. Jean-Victor dit :

    Très juste analyse ; Bravo !
    (Et, pour le plaisir de l’anecdote : je me souviens d’un très vieux dessin animé du grand Tex Avery dans lequel une maman noire soigne son bébé en mettant sur ses fesses, au lieu de talc, de la suie. Passé à la TV dans les 70′, il avait déclenché une levée de bouclier des antiracistes !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter
Tribune Juive, L’histoire continue…