Un look d’enfer ou de paradis, par Alexander Winogradsky

On est toujours très mode à Jérusalem (oserait-on écrire « Jéru » ?). Tout est dans le paraître. Il est captivant de constater combien une ville aussi centrée sur la finalité de l’être, de l’âme, de l’essence humaine et divine s’égare ou même s’abîme dans l’habillement, le maquillage et l’apparence. Cela permet de trop bien cacher ce que l’on ne saurait voir pour mieux le deviner.

On dirait que tout est mis en oeuvre pour rechercher ce « paraître » et… se tromper gravement, depuis quelques années.

Tout d’abord, il y a les couvre-chefs. Restons sur quelques exemples pratiques. Il est vrai que, vu le climat, il vaut mieux sortir couvert. Il fait trop frais du côté de l’hiver – du moins pour des proche-orientaux – ou bien il vaut mieux ne pas chauffer la tête.

kippot

Soyons simples : les Juifs portent des calottes ou kippot/כיפות ou encore yarmulkes\יארמולקעס (terme turco-yiddish). Une kippa peut être ronde, plus ou moins carrée (version boukhare-ouzbek), petite, grande, avec un pompon comme celle des adeptes du Rebbe Nahman de Breslav !…

Depuis quelques années – c’est récent – , la tendance est aux grandes kippot de grosse laine qui enserrent une grande partie de la tête. Certaines femmes portent aussi ce genre de coiffes ; cette vogue semble exprimer une « égalité hommes-femmes » (ou vice versa; on lit de droite à gauche, et vous ?).

La fabrication des kippot était passée en tête des productions textiles des femmes palestiniennes depuis la fin de la deuxième intifada mais les réseaux chinois s’agitent en sous-main et restent imbattables au niveau des prix.

Il est vrai que la coiffe sino-mandchoue est très proche de la kippa ronde, parfois en forme de « yourte » pour crânes pieux et sièges de la pensée. Les Chinois d’antan aimaient les nattes; nous aussi, surtout comme coiffure naturelle – on parle en ce moment de « néo-nattes » qui assurent à la gente féminine une beauté élégante pareille à celle des ‘halot/חולות entrelacées, les pains du Shabbat…

shtreimel

Il y a les chtreimels/שטריימעל-עך , chapeaux ronds faits de queues de visons. Il faut 7 queues de vison pure fourrure pour faire un vrai chtreimel hassidique. Ce qui est naturellement « pelts un mink- פעלץ און מינק » en yiddish est devenu classique en France en « fourrire et vizonne » façon Rabbi Jacob.

Le chtreimel est originaire d’Europe de l’Est. La noblesse polonaise portait fourrure : les Fils du Très-Haut se devaient de suivre cet exemple, même dans les bourgades déshéritées du Yiddishland et des situations de disette totale. Le chtreimel indique un statut dans la communauté.

Un Stetson

Un Stetson

La modernité s’est attachée à des couvres-chef plus légers comme le Stetson qui donne un look américain harédi et se différencie selon les groupes de piété. Chtreimel et Stetson se portent au-dessus de la kippa. Il est plus pratique que le haut-de-forme européen et a, au fond, meilleure allure que la casquette de baseball du Nouveau Monde très prisée dont l’origine est la coiffe des camarades travailleurs-travailleuses de la sphère soviétique (cf. celle de Nathan Charansky).

Nota Bene : le Stetson est éminemment moderne et ne se trouve pas dans les Ecritures.

Les femmes juives portent des voiles très seyants qui laissent entrevoir le haut de leur chevelure. La tendance semble réactualiser des modèles sortis du haut Moyen-Age européen. Les femmes pieuses chrétiennes orthodoxes (russes, roumaines) s’empressent de tout recouvrir. Juives et chrétiennes aiment les longues jupes noires serrées. Il y a des versions Jean’s très « colorées ». Ces derniers temps, les jeunes musulmanes portent des hidjabs chatoyants, il y a de plus en plus de vraies burkas portées, du côté de Mamilla, par des femmes arabes venues de l’étranger (oui!). On découvre des yeux mais, Orient oblige, le vêtement est suffisamment léger pour laisser transparaître des Jeans et des talons trop top top.

Les religieuses catholiques préfèrent la coupe neutre. Entre Chrétiens, on se repère au chapeau : cylindrique chez les Grecs (proche de celui du grand-prêtre dans le Temple), il devient plutôt losange pour le clergé russe. Il y a deux fentes latérales chez les Roumains. Les Ethiopiens sont en galabiah arabe avec poches qu’ils rehaussent avec un plaid.

Le clergé orthodoxe, grec, slave, syrien ou copte est en soutane. Celle-ci est le plus souvent noire : cela protège du soleil (eh oui!) et affirme la mort du Christ, quoique… le clergé oriental est souvent marié et l’exprime, surtout chez les Slaves, par des soutanes blanches (pureté), rouges (résurrection), bleues, ne fût-ce que pour visualiser la fraîcheur de vivre.

Porter la soutane est normal au Proche-Orient : c’est pratique, il y a des grandes poches. On l’appelle « taleysan » en araméen des Chrétiens du Levant et le mot vient de « tallit/טלית ». Le vêtement indique que l’on a « revêtu le Christ » (Galates 3, 27) et c’est sans doute, comme la tunique, l’un des habits les plus anciens dans la région.

Certains Juif orthodoxes apprécient les redingotes ou « geh-rok/געראק » ou encore le « khalat/כאלאט = manteau léger noir, blanc ou scintillant des hassidim porté sur de longs bas blancs. Khalat est du yiddish bien que le mot soit russe et vienne du turc pour désigner « une robe de chambre ». On vit dans une culture de divan ou diwan : spéculer sur le sens de la vie par des dialogues pilpoul ou des chicaneries séculaires.

D’autres, hommes ou femmes, se promènent en maillots de corps et mini-shorts sur tatouages identitaires et pas cachers, entre Little Tel Aviv+Yarkon, Haifa et les kibboutzim, comme aussi dans les quartiers les plus saints de Jérusalem, parfois avec sans-gêne, ignorance ou en se contemplant soi-même, toutes origines confondues.

Les religieux Latins – ça dépend : il y a surtout les robes de bure (Franciscains) tandis que les vardapets (prêtres arméniens) ont une longue coiffe moirée noire en pointe. Les moines syro-orthodoxes et coptes ont un voile noir orné de 12 croix blanches ou dorées qui représentent les Apôtres; une 13ème derrière la tête représente le Christ.

Le col romain sur chemise claire est très prisé, mais les catholiques préfèrent souvent l’anonymat. Les évêques anglicans portent chemise rose.

Les femmes israéliennes – et quelques hommes – raffolent des cheveux frisés style « brebis et moutons du désert en fleur », ou bien tendance « red » – cheveux rouges ou rage de vivre, voire le crâne rasé.

La mode est de saisir la chevelure, de faire et défaire les chignons, en haut, en bas, sur une épaule puis l’autre pour les tresses longues. Les femmes cacheront accessoirement le tout sous une perruque pour cause de mariage. Encore faut-il avoir de la piété.

Les moines orientaux ont les mêmes tics : cheveux longs à la manière « messie » et ces mêmes chouchous qui permettent de faire et de défaire d’amples chevelures longeant des barbes souvent longues et touffues. Les visages glabres ne sont pas orientaux.

En Occident, on coupe les cheveux en quatre et plus… Ici aussi, mais dans l’autre sens ! Têtes et visages sont des « champs à cultiver ». Les papillottes (peyes\פאיות en yiddish) sont très longues et bouclées. Du coup, on moissonne régulièrement, au gré des fêtes et des saisons.

En hébreu, « beged\בגד = vêtement » est un terme courant et intéressant: le mot hésite entre « parure, vêtement [beged/בגד] » et « rebellion, sans foi ni loi [bogav/בוגב] (Sanhédrin 37a). Bien que la racine ne soit pas confirmée comme étant commune, ce mot est très proche de « begidah\בגידה = duperie, déguisement, trahison ».

Dans une ville comme Jérusalem, que signifie « l’habit ne fait pas le moine » ?

L’habit exprime viscéralement une identité. Cette identité, en Israël, dans les Territoires comme dans tout le Proche-Orient est avant tout une référence claire et normalement précise à la religion, et, secondairement, à la nationalité, sûrement pas la citoyenneté.

Lors des vagues d’attentats (1ère et 2ème intifada), on a trouvé plus d’habits dits « juifs » (y compris des châles de prière) chez les terroristes que des soutanes ou des vêtement arabes.

Curieusement, les repères vestimentaires affirment des signes distinctifs de manière très « fashion ». L’Orient comme le judaïsme aime la mode, les tendances nouvelles et créatives. On « façonne » des looks pour affirmer la joie de vivre qui allie beauté – pas toujours le bon goût, souvent pittoresque – et le changement. D’autres préfèrent se cloîtrer dans une frilosité exclusive, voire « modeste » ou « cheap ».

Le judaïsme affirme: « Sache devant Qui (= Dieu) tu te trouves/דע לפני מי אתה עומד-da lifnei Mi ata omed ». La phrase est habituellement écrite dans les synagogues. C’est là que les problèmes existent pour de vrai : il est très rare que, dans l’approche avec d’autres que « nous-mêmes », nous creusions au-delà de l’apparence. Or, il est important qu’une société se connaisse pour se reconnaître.

Lorsque Jésus est moqué par les gardes, ceux-ci tirent au sort sa tunique (Jean 19,23). Elle ne sera pas déchirée et les croyants y voient un signe d’unité. Dieu ne se laisse pas fragmenter ou dépouiller dans Sa dimension divine.

L’apparence fait perdre le nord en ce moment, masquant de manière grave la véritable morphologie et l’identité de ceux que nous croisons. Nos yeux sont toujours sollicités : le vêtement donne une tonalité, il faut voir sans regarder, non par pudeur mais par prudence.

Les Arabes et le clergé chrétien diront tout de suite l’origine d’une personne. « Le sien reconnaît le sien comme l’étranger reconnaît l’étranger », affirme un proverbe ukrainien. C’est vrai, vital, essentiel à Jérusalem, en Israël ou dans les Territoires palestiniens. Cela peut faire défaut en temps de crise.

Cette faculté à savoir au coup d’oeil qui est qui s’est gravement altérée chez tous provoquant le doute, la suspicion envers autrui et le retranchement sur soi.

Pourtant, il y a dans le pays des générations de familles juives venues depuis deux, trois voire quatre siècles et dont les descendants ont gardé l’art et la manière de vivre et se faire reconnaître au-delà des différences.

Tout le combat consiste alors à se débarrasser de ses oripeaux et donner au paraître la force d’exprimer ce qui est et existe vraiment.

 http://frblogs.timesofisrael.com/un-look-denfer-ou-de-paradis/

 

 

Soutenez Tribunejuive.info

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans mode

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

SOUTENEZ TRIBUNEJUIVE.INFO


Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman