Les petits cailloux de la promenade Marceline Loridan-Ivens à Paris

Discours d’inauguration de la promenade Marceline Loridan-Ivens à Paris, par le Rabbin Delphine Horvilleur
10 mai 2019

publicitÉ


Chers amis,

Depuis plusieurs mois, j’imagine très souvent qu’un même message apparaît sur mon téléphone. Un SMS qui dit :  « RDV ce soir à partir de 20h chez Marceline. Y’aura des gyozas, et du champagne, et des rires et des chants ».

Ce message, comme beaucoup de gens présents ici ce matin, je l’ai souvent reçu jusqu’à l’automne dernier. Et, depuis que Marceline est partie, comme beaucoup d’entre vous, je ne peux plus passer dans la rue des Saints-Pères, sans m’imaginer monter ses escaliers, et la trouver là, l’entendre me dire dans un éclat de rire: « Ah mais c’est mon rabbin »… et puis lever un verre en disant LeHaïm, à la vie ! et m’étonner encore et encore de ce sentiment  que personne mieux qu’elle ne sait incarner ce LeHaïm, ce choix de la vie qu’elle a fait résonner en tant de moments de son existence.

Et ce matin, à quelques centaines de mètres de là, à quelques centaines de jours de là, nous sommes réunis pour inscrire son nom sur ces murs, pour accrocher sa mémoire à ce morceau de Paris, à ce quai qui portera sa trace… exactement comme, dans la tradition juive, on inscrit un nom sur un monument du souvenir;  une mémoire dans une pierre qui rappelle combien la personne qui nous a quitté nous a édifiés et construits.

Les Juifs ont d’ailleurs une tradition bizarre : quand ils visitent un lieu de mémoire, ils ont l’étrange habitude d’y poser des petits cailloux, d’y placer de petites pierres à chaque passage. Un caillou qui raconte, de leur point de vue, mieux que des gerbes de fleur, le souvenir inaltérable, la mémoire qui ne fane pas mais qui dure et témoigne au-delà du simple temps d’une vie.

Et puis le caillou en hébreu se dit Even, et c’est un mot très étrange, qui s’écrit comme deux mots agrégés l’un à l’autre, comme une fusion de deux termes en un seul. Even est  la conjonction de Av et Ben, littéralement « le parent » Av et « l’enfant » Ben qui se tiennent la main dans le mot.

Quand on pose un caillou sur un monument du souvenir, on place littéralement un PARENT- ENFANT et l’on affirme ainsi que l’on est héritiers de la personne disparue, inscrits d’une manière très particulière dans son sillon.

Alors, je pense à ce que Marceline répétait si souvent : qu’elle ne voulait pas d’enfant, qu’elle refusait de laisser en héritage un monde brisé et cruel dont elle avait connu la plus sombre des nuits. Elle refusait de faire venir au monde une génération qui risquerait de brûler, comme avaient brûlé les enfants de Birkenau sous ses yeux.

Marceline disait : je n’aurai pas d’enfant.

Et ce matin, alors qu’à notre manière, sur ce quai parisien, nous posons un caillou sur le monument de sa vie, je voudrais dire à Marceline : « Et bien, tu t’es bien trompée ! Des enfants, tu en as fait plein…beaucoup plus qu’aucune femme ne pourrait jamais porter, beaucoup plus qu’aucun être ne pourrait imaginer engendrer… et, au bout de la rue des Saints-Pères, se recueillent un peu de ce monde auquel tu as donné naissance… des générations prêtes à poser les cailloux de ta mémoire infinie, à chaque fois qu’ils passeront sur ce quai de Seine ».

Au bord de ce fleuve, Marceline aimait se promener et interroger les passants qu’elle croisait, (et peut-être un peu draguer aussi). Ce lieu porte la trace de son rire, mais aussi – et je ne voudrais pas l’oublier – la trace de ses désespoirs et de ses angoisses.

Car si Marceline savait être drôle et légère, c’est aussi parce qu’elle connaissait les profondeurs d’une angoisse indicible. Et je pense qu’il faut aussi l’évoquer ici et ne pas éclipser la douleur, oser la raconter.

En réfléchissant aux mots que je voulais prononcer ce matin en son honneur, je suis tombée sur quelques lignes écrite dans un de ses livres, un extrait que j’aimerais maintenant vous lire.

« Un jour de 1947, écrit Marceline,  j’ai escaladé le parapet des quais pour me jeter à l’eau. J’ai été rattrapée par un inconnu en fin d’après-midi, entre chien et loup. Je voulais mourir. Je ne savais pas nager. Je n’ai jamais su nager »

En 1947, peut-être ici même, qui sait, au bord de ce quai, la Marceline qui voulait mourir fut sauvée encore, sauvée d’une douleur insurmontable et indicible qui fut celle de tant de survivants, de tous ceux qui comme elle se sont demandés : « À quoi bon ? » À quoi bon avoir survécu si le monde ne veut pas ou ne peut pas entendre ? si personne ne peut comprendre ? si tant d’entre nous ne sont pas revenus ?…

Je pense à cet inconnu qui en 1947 a pris Marceline dans ses bras pour la garder en vie. Je me dis que ce quai porte aussi un peu son nom.

Et je me demande comment nous pourrons, comment nous devrons être à l’avenir à son image, nous tenir sur ce quai et la rattraper, et lui promettre que nous saurons tendre encore la main pour honorer son choix de vie.

Et encore et encore raconter l’histoire des filles de Birkenau, et de l’une d’entre elles qui avait des cheveux rouges et un rire d’adolescente, qui adorait le cinéma, la vodka et l’amour, et qui ne savait pas nager…mais qui, pourtant, nous a appris à traverser les océans de la bêtise et de l’indifférence, sans nous noyer, à garder la tête haute et ne jamais laisser le désespoir nous submerger.

Voilà à quoi s’engagent les enfants de la rue des Saints-Pères, qui feront de ce quai, je l’espère,  à partir d’aujourd’hui un point de rendez-vous, un lieu où l’on dit LeHaïm en posant des cailloux, où l’on fait le choix de la vie, et le pari de se souvenir d’elle dans ce Paris qu’elle a tant aimé.

Que sa mémoire soit une bénédiction pour nous tous.

Source : tenoua.org

 

Soutenez Tribune Juive

Tribune Juive a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer d’exister. Un don minime, même de 5€, nous montrera votre adhésion et entraînera notre reconnaissance.

Tagués avec : , , , ,
Publié dans memoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter

SOUTENEZ TRIBUNE JUIVE

FAITES UN DON et DÉDUISEZ 66% DE VOS IMPOTS

Pour 100 Euros versés à Tribune Juive, vous recevrez une attestation CERFA qui vous permettra de déduire 66 Euros du montant de votre impôt. Ainsi votre don ne vous aura coûté que 34 Euros.