Je me souviens. Alain Herbeth

Merci monsieur Guy Mollet, merci pour cette lune de miel

Avec la victoire de Guy Mollet, le 2 janvier 1956, une nouvelle ère s’ouvre pour les relations franco-israéliennes. Elle se prolongera, sans interruption, pendant plus de dix ans.

Durant l’année 1955, pendant le mandat gouvernemental exercé par Edgar Faure, Shimon Peres a su nouer d’irremplaçables contacts avec le personnel politique français. Trois ministres, Diomède Catroux et les généraux Koenig et Billotte, répondront toujours aux appels d’Israël, notamment quand Peres leur dira que « la fourniture d’armes russes à l’Egypte modifie notre situation de manière radicale. » Israël, ne l’oublions pas, pourtant reconnue par les Nations-Unies, voit son droit à se défendre empêché par l’embargo que font peser les anglo-américains.

Le coup de poker d’Edgar Faure

Fin 1955, Edgar Faure mis en difficulté à l’assemblée nationale, croit habile de dissoudre celle-ci. Une nouvelle campagne électorale s’ouvre, une campagne à haut risque qui pourrait amener Israël à perdre tous ses appuis au sein d’une équipe sortante.

Shimon Peres le sait, c’est pourquoi il s’engage à sa manière dans cette campagne, c’est à dire discrètement mais pleinement.

Le 2 janvier 1956, le verdict du peuple français tombe. Edgar Faure est battu. Le front républicain, mené par le parti socialiste SFIO dirigé par Guy Mollet, bénéficie d’une courte majorité. Contrairement à tous les pronostics des observateurs avisés qui annonçaient, ou espéraient, le retour de Pierre Mendes France allié à Guy Mollet le temps d’une campagne, c’est bien sur le nom de ce dernier que se portent les suffrages des députés.

Shimon Peres est abattu. Lui, le travailliste, qui aurait du, en d’autres circonstances, se réjouir de cette victoire semble, au contraire, accablé. « Nous avons perdu les élections en France, confie-t-il à l’état-major de Tsahal.

Guy Mollet, lami fidèle et inattendu 

Shimon Peres se trompe, cet échec apparent va, au contraire, se transformer en un revirement historique des relations entre la France et Israël. C’est une nouvelle ère qui s’ouvre et qui se prolongera, sans interruption, pendant plus de dix ans, permettant ainsi à Israël de surmonter la plupart de ses problèmes de sécurité. C’est une amitié sans précédent dans les annales des relations internationales, une amitié absolument dépourvue de tout caractère officiel, qui ne fit l’objet d’aucun traité, d’aucune alliance… une histoire d’amour qui doit tout à Guy Mollet.

En 1957, des travaux commencent à Diomona. Des centaines d’ingénieurs et de techniciens français sont mobilisés pour faire sortir de terre ce qui est censé devenir une grande usine textile. En 1964, Dimona entre en service mais ne livre pas des rouleaux de tissu. Ce sont cinq à sept kilos de plutonium qui vont sortir du site. Des missiles, susceptibles de transporter des têtes nucléaires, sont livrés, clandestinement par le groupe Dassault.

Finalement, la lune de miel entre la France et Israël ne durera que dix ans, mais le coup de foudre de Mollet a été décisif. Le divorce, autre figure de l’amour, interviendra en 1967, durant la guerre des six jours, à l’initiative du général de Gaulle.

La porte était ainsi ouverte au retournement que l’on voit aujourd’hui prospérer : les victimes devenant des bourreaux, la culpabilité pouvait s’en aller

Alain Herbeth

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans memoire
2 commentaires pour “Je me souviens. Alain Herbeth
  1. Julius dit :

    Merci de rappeler cette époque que beaucoup ont oubliée ou n’ont pas connue. L’époque actuelle, depuis 1967, n’est qu’une longue, trop longue transition vers des jours meilleurs, car les Français commencent à ouvrir les yeux malgré la pression médiatique incessante et finiront par comprendre les enjeux d’un réveil nécessaire. Les amis d’Israël sont encore nombreux et puissants dans ce pays, même s’ils sont obligés de s’adapter aux circonstances.

  2. Mimoun dit :

    Ces socialistes si chèrs a nos coeurs à cette époque ont depuis perdu toute crédibilité en se gauchissant et en cherchant un électorat antisémite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter