Mayer Amschel Rothschild, l’entrepreneur rebelle

Lui-même opprimé, Mayer Rothschild n’aurait certainement pas apprécié que son nom devienne le symbole de l’injustice et de l’antisémitisme.

Ce livre retrace la vie de Mayer Amschel, né à Francfort le 23 février 1744, ou comment le fils d’un petit colporteur juif né dans le ghetto – Judengrasse – dont les portes étaient fermées le soir, est devenu le Baron de Rothschild, fondateur de la première Banque d’Europe.

L’auteur a commencé ce livre bien avant que la candidature d’Emmanuel Macron ne remette le nom « Rothschild » dans l’actualité. Tout part d’une simple discussion avec son éditeur qui trouve que l’histoire est bien injuste avec le fondateur de la dynastie Rothschild.

En effet, Mayer Amschel Rothschild, né Bauer, est né en 1744 dans le Ghetto juif de Frankfort sur le Main, le pire de toute l’Europe. Les grilles du ghetto étaient fermées tous les soirs, les juifs n’avaient pas le statut de citoyen, la ville leur était interdite et ils avaient l’obligation de porter un brassard jaune.

Surdoué, il était destiné à devenir rabbin par son père, simple colporteur, qui lui fait suivre les meilleures écoles rabbiniques. Soutenu par sa mère Schöenche appelée « la Rebelle », il affronte son père, car il considère que les rabbins sont beaucoup trop conservateurs et qu’ils sont incapables de sortir les juifs de leur condition injuste.

Il pense que la seule manière d’y arriver est de devenir « riche parmi les riches » et la suite lui donnera raison puisqu’il finira par acheter — très chère — la citoyenneté pour les juifs du Ghetto.

Dans son entreprise, il a été soutenu par sa femme Gutle, elle aussi appelée « la Rebelle » dans le Ghetto, puis par ses 5 fils qu’il envoya dans toute l’Europe pour créer la première banque du continent. Même devenus très riches, Mayer et Gutle restèrent toute leur vie dans leur maison du Ghetto et ne changèrent pas leur mode de vie. Il fut d’ailleurs élevé au titre de Baron à titre posthume.

Le paradoxe de cet homme est qu’il a fait fortune grâce à son honnêteté. Le paradoxe historique est qu’il est pour beaucoup dans la création de la puissance industrielle de l’Allemagne, à tel point qu’il fut anobli à titre posthume.

Toute sa vie il a combattu l’injustice dont il était victime aussi il serait certainement déçu de ce que symbolise son nom aujourd’hui. C’est d’autant plus injuste que cette réputation prend ses racines dans l’antisémitisme très répandu en Europe au XIXe siècle.

À partir d’un important travail de recherche, le talent de Jacques Le Carpentier est d’avoir réussi à incarner les personnages et le résultat est un roman passionnant qu’il est difficile de lâcher.

Si son visage vous est familier, c’est normal, car Jacques Le Carpentier a une longue carrière de comédien et il a tourné dans de nombreuses pièces de théâtre, films, téléfilms et séries TV. C’est à 70 ans qu’il décide de devenir écrivain. Il a publié son premier livre aux Éditions du Net, Les chants de Thanatos.

Jacques Le Carpentier – Mayer Amschel Rotschild – Le Rebelle – LEN Editions – 9782411000381 – 14,90 €

Source actualitte

Soutenez Tribunejuive.info

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans livres
6 commentaires pour “Mayer Amschel Rothschild, l’entrepreneur rebelle
  1. luc dit :

    sa mère Schöenche était appelée « la Rebelle », il a été soutenu par sa femme Gutle, elle aussi appelée « la Rebelle », et tout cela n’a rien que de très normal puisque Mayer Amschel Rothschild était, lui aussi : un rebelle ! On renonce à imaginer l’éclat de rire et/ou l’indignation, si c’était l’extrême-droite qui se livrait à de pareilles pitreries révisionnistes…

    • André dit :

      En quoi est-ce « révisionniste » ? Vous êtes un historien spécialiste de l’histoire politique, sociale et économique de l’Allemagne et des juifs allemands du 18è siècle pour dire ça ? Non, vous êtes juste un ignorant gavé de préjugés et qui ne peut s’empêcher de la ramener dès qu’il s’agit des juifs.

  2. luc dit :

    (le petit-merdeux qui signe André se fourre le doigt dans l’oeil, à moins qu’il ne se trompe de personne : l’expression « les juifs » ne fait pas partie de mon vocabulaire)

    PS. j’adresse copie de son commentaire à deux journaux afin que soit ici encore établie la façon dont les juifs-de-droite, ces vils maquereaux-de-la-judéité, conçoivent la « discussion »…

  3. luc dit :

    encore un effort et André finira bien par se poser en… victime et en finissant par y croire

    • André dit :

      Nul besoin ici de votre bêtise et ignorance crasse alors selon la célèbre expression je vous dis « casse toi pov’con » et allez déblatérer sur Rotschild ailleurs, ce n’est pas ça qui manque sur le Web…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WPNewsman

SOUTENEZ TRIBUNEJUIVE.INFO


Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.