Sarah Halimi. Suite… Sarah Cattan

Dans une poignée de jours 2 ans. Nous finirions par oublier l’horreur. La façon dont fut lynchée, défenestrée vivante, Sarah Halimi, en plein Paris, en live, devant mult voisins que les cris de la victime éveillèrent et face à 28 policiers demeurés en attente d’un ordre d’agir qui jamais n’arriva, la nuit du 4 avril 2017 précisément.

Nous finirions par oublier aussi le silence médiatique glaçant, assourdissant, qui entoura L’Affaire.

publicitÉ


Nous finirions par oublier la colère des avocats. Lesquels ne cessèrent de changer. L’un d’eux s’indignant publiquement de l’absence de respect-même que la Juge Anne Ihuellou avait, dit-il, pour la Robe.

Refus d’une reconstitution !

Dans ce dossier qui parut limpide, la juge d‘instruction  procéda par ordonnances.

Onze longs mois s’écoulèrent avant que ne fût consentie la circonstance aggravante constituée par le caractère antisémite de l’acte de l’assassin.

Les avocats répondirent, lassés qu’ils semblaient tous, par demande d’actes.

Lesquelles furent rejetées systématiquement par Anne Ihuellou et Virginie Van Geyte : elles étaient 2 à présent.

Une Commission de 3 Experts psychiatriques agréés près de la Cour de cassation fut appelée au chevet de Kobili Traoré, remettant en question l’expertise psychiatrique du grand Daniel Zaguri, qui disait qu’il y avait altération et non abolition du discernement.

La tenue d’une reconstitution fut discutée, les 2 juges d’instruction craignant que cette séance fûtdommageable à l’esprit fragile du mis en examen.

La requalification de l’homicide volontaire en assassinat accompagné de barbarie et de séquestration de Sarah Halimi aussi, sans être obtenue.

La Chambre de l’Instruction, juridiction d’appel, donc au-dessus de la Juge d’instruction, se réunit le 30 mai 2018 et rendit le  5 juillet sa décision, suivant la Juge Anne Ihuellou surla non-opportunité d’une reconstitution. Le mis en examen ne sortirait pas de cette UMD ou Unité pour Malades Difficiles.

Décision qui plongea tous les avocats concernés dans une stupeur indicible et une colère noire.

Nous voilà au 10 juillet.

Les conclusions de la deuxième expertise sont notifiées dans le bureau de la juge : le jugement de Traoré était aboli  au moment de l’acte.

Stupeurs et tremblements seront de courte durée, car notre juge a déjà décidé de convoquer un troisième collège d’experts.

Pendant ce temps, certains, comme Fiamma Nirenstein, allèrent jusqu’à interpeller le Parlement italien au sujet de l’Affaire Sarah Halimi. Paul Leslie, Docteur londonien, ne lâcha rien, et le 24 septembre Maître Loïc Henri, Attorney at Law, envoya de New York un courrier au CSM, dans lequel il demanda à son tour des comptes sur le traitement judiciaire du dossier par les Juges Ihuellou et Van Geyte. S’interrogeant lui aussi sur la place du Juif dans la société française, Maître Loïc Henri voulait en effet savoir  ce qu’il en était de la présence de ces 28 policiers qui assistèrent sans réagir au lynchage et à la défenestration de Sarah Halimi qui eurent lieu sous leurs yeux, en live. Il demanda, via le CSM, des comptes aux magistrats en charge du dossier, au Parquet, à la Chambre de l’Instruction, rappelant qu’un magistrat avait obligation de restituer aux faits leur exacte qualification juridique, et donc demandant la tenue de la reconstitution du drame. Pour info, la manifestation de la vérité est l’objectif des magistrats, en principe, et est prévu par l’article 81 du code de procédure pénale.

18 mars. Midi. Le Collège d’experts number 3 vient seulement de rendre des conclusions attendues dès octobre :

Notre Traoré est déclaré en état d’abolition du discernement.

Et là l’affaire touche à une étape cruciale : Si Traoré est jugé par la Commission d’experts pénalement irresponsable, il ne sera pas jugé. Il n’y aura pas Circonstance aggravante en raison de la religion de Sarah Halimi. Il n’y aura pas préméditation. Il n’y aura pas de procès. L’inqualifiable dysfonctionnement de notre police ne sera jamais interrogé. Et dormira tranquille celui qui aura  choisi de ne pas donner aux forces de police ordre d’agir.

Mais il semble que ce 18 mars marque une étape.

Nous n’en avons pas fini.

Nous voilà arrivés à un stade auquel, loin de rendre les armes, il nous faut bien admettre que de la patience, il en faudra encore un peu.

En effet, la Juge, qui nous dit qu’elle va acter cela comme un seul homme.

Qui nous dit si elle ne demandera pas que soit prononcé la nullité du dit rapport, comme l’y autorise l’article  173 du CPP, le juge d’instruction pouvant demander l’annulation d’un acte ou d’une pièce de la procédure après avoir saisi la chambre de l’instruction aux fins d’annulation, et ce pour des motifs affectant la qualité du rapport[1].

Qui dit qu’elle ne conclura pas à un non-lieu. Le ferait-elle, pas un instant il n’est envisageable de croire qu’un Maître Szpiner obtempèrera. Ses confrères non plus.

Demandera-t-elle le renvoi de la chose devant Les Assises ? Alors c’est à Maître Bidnic de passer à l’attaque.

En cause ici, la qualification de la notion de bouffées délirantes. Qui ne sont pas toujours et partout traitées de la même manière et causes d’exonération pénale. Desquelles est-il ici question ? De bouffées exogènes ? De bouffées délirantes nées de la prise de substances ?

Le Parquet devra prendre ses réquisitions.

Affaire éminemment sensible.

A suivre.

De près.

Ensemble.

Sarah Cattan


[1]  Les causes de nullité sont prévues par l’article 171 du CPP : méconnaissance d’une formalité substantielle prévue par une disposition du présent code ou toute autre disposition de procédure pénale a porté atteinte aux intérêts de la partie qu’elle concerne.

Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans justice
8 commentaires pour “Sarah Halimi. Suite… Sarah Cattan
  1. David Dellarosa dit :

    De quoi vous indignez vous?première leçon : le Droit, ce n est pas la justice, mais l Ordre!!la vérité sur l affaire Halimi entrenerait des mises en cause énormes à tous les échelons du fonctionnement de l État Français : insupportable ! !

  2. Nelson Melody dit :

    On peut faire le parallèle entre le quadruple viol d’une femme blanche à Evry en 2014 et le meurtre de Sarah Halimi trois ans plus tard. Dans les deux cas le caractère raciste est prouvé, il n’y a pas l’ombre d’un doute fût-il infime. Dans les deux cas il y a un disfonctionnement de la justice, un silence médiatique (sur le caractère raciste du crime) et un déni politique. Bref, deux horreurs qui symbolisent la France immonde des indigènes de la République, dont l’idéologie a triomphé. Depuis que j’ai appris (simultanément) l’existence de ces deux horreurs, je me pose la question : dois-je ranger ma carte d’électeur dans un tiroir fermé à double tour ou la passer à la moulinette ?

  3. Girardin dit :

    Pourquoi faut-il que dans l’affaire Sarah Halimi Tribune Juive s’obstine, systématiquement et au mépris des faits dont TJ est parfaitement informée, à servir de caisse de résonance à une campagne de dénonciation calomnieuse des institutions de la République (notamment police et justice) et de la presse ?

    Vu qu’il est facile à démontrer (et inutile, vu que TJ le sait bien) que :
    • Les informations citées dans cet article au sujet du comportement de la police, ainsi que d’autres faits, le matin du 4 avril 2017 à Belleville sont certes incomplètes mais surtout FAUSSES.
    • Le « silence médiatique » à ce sujet est une LEGENDE.
    • « la colère des avocats » n’existe pas,

    Les avocats actuels n’ont AUCUNE critique à formuler à l’égard des institutions de la République. Et quand bien même : depuis quand « la colère » est un argument ? Quand avons-nous oublié qu’elle est mauvaise conseillère ?
    • La Justice, dans cette affaire, est bien française : lente, méthodique, attachée à la présomption d’innocence. ET IMPARFAITE comme tout ce qui est humain. Moins imparfaite pourtant que dans d’autres affaires (Gregory, Outreau… et les autres naufrages judiciaires moins médiatisés). Cette affaire est traitée à la manière judiciaire française. Ceux qui voudraient une justice plus expéditive sont priés d’aller voir du côté de la Corée du Nord.
    • Reconstitution pourquoi faire ? Pour assouvir la soif du sensationnel des d’autoproclamés « journalistes » ? Il n’existe aucun doute sur le déroulement des faits et l’accusé ne nie rien. Le débat porte uniquement sur son état mental au moment des faits. Pourquoi gaspiller les deniers publics à reconstituer ?

  4. Nelson Melody dit :

    La colère est mauvaise conseillère, d’accord, mais le déni systémique de notre société est encore plus toxique.

  5. David Dellarosa dit :

    Excellent discours de la compromission de Girardin:l ordre de l État Français, comme substitut et négation de la justice!! Ce n est q une fois par siècle que vous aurez le fils d un émigré italien,Émile Zola,et des Français d exception, Anatole France et Charles Péguy, pour sauver l honneur de la France!!

  6. la vraie question dit :

    il semblerait que la question ce soit surtout pourquoi l’inaction des 28 policiers qui entendaient les cris désespérés de la victime et qui n’ont rien fait malgré le temps qui passait ? POurquoi la police n’a t elle pas pris d’assaut l’appartement pour libérer la victime et arrêter le coupable?

  7. Girardin dit :

    @ « La vraie question » du 20 mars 2019 à 11 h 22 min ET @ tous les autres.

    La réponse est simple : l’histoire des 28 policiers est FAUSSE. L’origine s’en trouve apparemment dans les torrents de boue des réseaux sociaux ; et une certaine presse, hélas souvent juive, le recycle sans arrêt.

    Vous trouverez la vérité ici ; https://www.youtube.com/watch?v=gSq2TkaP-jM&feature=youtu.be

    Même si le député Habib parle (au début) de 26 policiers, la secrétaire d’Etat Jacqueline Gouraud fournit la vraie histoire ; dont il faut se rappeler qu’elle fut double : l’équipée de Traoré a commencé par une « visite » vers 4h du matin chez une famille malienne de sa connaissance, voisins de Sarah Halimi ; famille qu’il a terrorisé et séquestré.

    Résumons donc ce matin du 4 avril 2017 à Belleville :

    -04h22, appel à la police pour cause d’agression d’une famille malienne (RIEN à voir avec Sarah Halimi dont la police ignorait tout avant sa chute du balcon).
    -04h25 (3 minutes !) : 3 policiers arrivent, suivi de 2 autres. Ils étaient donc au maximum cinq. Ignorant ce qui se passait chez Sarah Halimi (n’ayant pas été appelé pour ça) et trouvant personne dehors à cette heure ils cherchent d’où proviennent les cris.
    -04h41 (16 minutes après l’arrivée des premiers policiers !) appel informant les pompiers d’une chute d’une femme du balcon.

    Notons que le député Habib n’a jamais contesté ces faits; et qui ne dit rien consent.
    Idem pour les avocats dont les plus « médiatiques » (Goldnadel en particulier) menaçaient la police d’une plainte pour non-assistance ; mais depuis l’exposé de Jacqueline Gouraud c’est oublié….
    C’est donc VRAI.

    Concernant le « silence médiatique » : une légende.

    La France connait environ 850 homicides annuels (2 à 3 par jour). La presse « nationale » n’en fait jamais état. Les gazettes locales, parfois ; mais par un entrefilet de 3 lignes en 4eme page. Et RIEN lorsque cela arrive à Paris.

    En revanche, dans la semaine après la mort de Sarah Halimi, le crime antisémite s’avérant probable, Slate en parle ; suivi du Figaro, presse nationale s’il en est. Les autres suivirent.
    Cela n’arrive jamais pour un homicide « ordinaire ».

    Bref, calme et sérénité ; utilisez vos neurones et faites une lecture critique et prudente de TOUT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter