Tel Aviv : les Tunes sont comme à la maison

Tel  Aviv –  « Comme à la maison », « Paris market », « Boucherie française », « Du pain et des amis » : ce sont  les nouvelles enseignes françaises dans la rue Bograshov qui part de King  George et arrive à la mer.
Bograshov beteinou ! ( notre  maison)

« Comme à la maison »,  le même texte est  écrit en français et également en hébreu. C’est un beau local et on y vend même un méga sandwich tunisien qui nécessite un très gros appétit. Il y a des plats du jour et surtout Il y a pour le Shabbat tous les plats traditionnels des « Tunes » : couscous, bkaïla et autres plats- minceur! Il faut commander et venir prendre. C’est 60 shekels (15 euros) le plat. Concernant ce vendredi, la responsable prévient  que le défilé de la Gay Pride risque de rendre difficile l’accès du quartier .
« Paris Market » : une épicerie traditionnelle « Tune ». Il y a tout : boukha, feuilles de brick, toutes les marques de thon à l’huile, les charcuteries que j’ai bien connues,  des fromages, biscuits, confitures, des produits français « bien de chez nous » etc. En fait, il y a  tous les produits que les Tunes fourrent dans leurs  valises pour les offrir à leur  famille ou leurs amis, nouveaux émigrants. On se croirait chez K Market ou chez Cash Cacher qui présenteraient leur « best of ». J’exagère ? Pas tant que ça !
La « Boucherie française » ,  magnifique, moderne, viande fraîche Cacher évidemment, des bouchers de métier dont l’un venu de la rue Jouffroy à  Paris. Les prix, pas donnés, sont ceux pratiqués par la concurrence : 150 shekels ( 38 euros) le kg de viande à ragoût ou à rôtir. Une seule question : combien de personnes continuent de cuisiner chez eux?  Il y a une telle offre de nourriture appétissante  à tous les prix tous les 50 mètres de chaque rue !
« Du pain et des amis » a ouvert il y a un an. Pain, brioches, croissants, pâtisseries, la patronne est venue de Paris après avoir décroché des certificats  d’aptitude professionnelle de boulangerie et pâtisserie. Ça se voit et ça se sent.

La rue Bograshov que j’ai connue Il y a plus de 20 ans était une artère sans grand intérêt avec des petits commerces cherchant à se créer une  petite clientèle et vivotant. Seul, un vieux café , « Café Léon » commençait grâce à son jeune directeur Zoar (olé hadach Moscovite) à attirer une nouvelle clientèle, celle des clubbers et des « gays », parce qu’ouvert 24h/24, argument de taille pour eux.

D’autres jeunes ont acheté l’autre café  qui végétait et l’ont rebaptisé Le X-ray. Il sera revendu quelques années après, finit par perdre sa clientèle in et il est aujourd’hui transformé en restaurant italien cacher, La Cucina .

Le prince de la rue, ce fut Marco qui, avec Céline, créa Moon le premier sushi-bar tournant d’Israël et de Tel-Aviv : véritable institution, excellent, toujours plein, il aimanta la rue. Le jeune Zoar passa rapidement du Café Léon au Moon et y transporta sa clientèle. Peu après, à la place du vieux café s’installa une pizzeria magique « Ha Pizza » , file d’attente à chaque service et qualité constante pour des pizzas  vendues à prix raisonnable.

Ce sont les jeunes Tunes qui ont fait de Bograshov le rendez vous des français. Après les bains de mer, quand le soleil disparaît, ils quittent la plage et descendent vers le centre en empruntant cette rue et ils prennent d’assaut cafés, gargotes, boutiques à shawarma, à falafels. L’offre s’est adaptée à leurs demandes, à leurs exigences ,à leur goût.

La rue Bograshov est devenue une rue chaude de la bouffe tune. Mais dans la Ville, Il y a des cafés qui changent d’enseigne. Rue Lillenblum ou juste à côté, est ouvert « Le Rendez vous » avec kemia et spécialités tunisiennes.

L’inégalable est à Natanya, ville arrachée de haute lutte aux ashkénazes par une marée de consommateurs Tunes. Sur la place principal , un café Le Scoop reçoit surtout le vendredi midi tous ceux qui viennent en véritable pèlerinage gustatif : salades, petites pizzas, fricassés, « minina »,  bricks aux pommes de terre, bricks à l’œuf, rougets frits, thon à l’huile, « testira »…  les petites assiettes couvrent toute la table et même se superposent! Il y a tout mais personne n’est arrivé au bout : avec une boisson 80 shekels par personne ( 20 euros) .

La cuisine des Tunes ressemble à celle des autres séfarades mais elle apparaît très proche de celle des Tunisiens musulmans. Deux  produits « déstructurés et revisités »  commencent une nouvelle carrière  : bricks et fricassés ont été adaptés puis adoptés par les israéliens . Ils viendront se déverser dans le melting-pot de la cuisine israélienne  bouillonnante des jeunes talents qui l’ont captée et qui la renouvellent .

André Mamou

Soutenez Tribunejuive.info

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman

Tagués avec : , ,
Publié dans israël
13 commentaires pour “Tel Aviv : les Tunes sont comme à la maison
  1. Disraeli dit :

    C’est tune, tune et tune mais strictement rien à voir avec une cuisine « française ».
    Donc n’abusez pas des mots et des appellations malheureusement non contrôlées.

    • André Mamou dit :

      Vous avez raison . La cuisine tune n’est pas une cuisine française Mais une cuisine qui est très près de celle des Tunisiens musulmans et l’article le dit. Mais comme les Tunes sont des Juifs français ..ils se définissent comme français !

  2. SpecchiO dit :

    Les spécialités tunes c’est l’héritage de la cuisine sépharade de ce beau pays, la Tunisie, qui sentait le jasmin, au sable chaud et au soleil ardent, nos familles y vécurent heureuses.

    Aujourd’hui, des jeunes tunes parisiens, principalement, reprennent ce flambeau de cet art de vivre, de ce haut de gamme de la convivialité, avec tant de saveurs, pour se délecter avec bonheur de mets si inventifs et si harmonieux tout en gardant un lien avec leur histoire et enrichir leur nouveau pays d’un tel patrimoine.

  3. Jami dit :

    Super ! Mais pourquoi le kg de viande si cher !!! Désolée c’est pas un super plan !
    On a tous envie de garder certaine habitudes et traditions surtout lors des repas de fêtes mais à ce prix là on s’abstient ! C’est quand même dommage car si c’était moins cher il y aurait beaucoup plus de débit !!!

    • André Mamou dit :

      La viande fraîche en Israël, c’est cher partout. Les Israéliens en mangent moins et organisent les repas avec beaucoup de blanc de poulet

      • Jami dit :

        André
        Allez chez Rami Levy et super douch le prix de la viande fraîche est environ à 15e le kilo. Donc effectivement si l’on veux des spécialités on peux aller jusqu’à 20 ou 25e le kilo mais au-delà ce n’est pas justifié. CHABAT Chalom

      • Salome dit :

        Bonsoir, il y a une erreur ce n’est pas 150 shekel le kg de viande à cuire, mais 150 le kg d’entrecote . Chavoua tov

  4. Monsieur Mamou j’ajoute une adresse sympathique tenue par des tunes adorables . La cuisine est française d’où le nom du restaurant « Bistrot français » au 49 rue Nahalat Benyamin à Tel-Aviv. Pas cher et casher
    Bien à vous

  5. YANA Francine dit :

    Les casse croûtes, les beignets au miel et à l’huile ainsi que la kemia sont vraiment le typique des TUNES ancienne génération ! La jeunesse actuelle ne l’ayant pas trop connu se sont
    tournés vers les shushis dont ils raffolent ! Chaque
    génération crée ses préférences ! et adoptent les bonnes
    préparations d’Israël !

  6. GMax dit :

    Vieil article. Vous allez faire de la pub combien de fois pour Marco?

    • André Mamou dit :

      En été ce sont les vacances et les rédacteurs des magazines y ont droit eux aussi. On publie à nouveau quelques uns des articles qui ont le plus intéressé les lecteurs dont celui sur la rue Bograshov à Tel Aviv.

  7. BUGAJSKI Dan dit :

    « L’inégalable est à Natanya, ville arrachée de haute lutte aux ashkénazes »….
    Vous en êtes encore la !
    Et surtout n’hésitez pas à continuer a diffuser ces sentiments anti-ashkenazes…il parait que c’est profitable…

    • André Mamou dit :

      « Ville arrachée de haute lutte » je suis l’auteur de la formule qui ne visait qu’à faire sourire!Jamais eu l’intention d’ouvrir la moindre controverse!
      Juste pour souligner que la ville est la destination la plus prisée des tzarfatits séfarades! On sait bien que les meilleurs amis des juifs sont les séfarades ! ( autre plaisanterie)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WPNewsman

SOUTENEZ TRIBUNEJUIVE.INFO