Mon rabbin est une femme : trois Françaises entre bonheurs et attentes

Il y a 80 ans était ordonnée la première des femmes rabbins. Aujourd’hui, elles ne sont que trois en France, terre peu acquise au judaïsme libéral. Mais toutes trois parlent avec bonheur de leur mission, sans cacher leurs aspirations à la parité.

delphinehorvilleurphot22.

Delphine Horvilleur photographiée par Philippe Dobrowolska

La Berlinoise Regina Jonas fait figure de pionnière à l’itinéraire tragique: ordonnée en décembre 1935 dans l’Allemagne nazie, elle est morte à Auschwitz en 1944, à 42 ans. Il faudra attendre 1972 pour qu’une femme soit de nouveau ordonnée, aux États-Unis. Formée à Londres puis Jérusalem, Pauline Bebe est devenue en 1990 la première femme rabbin de France.

publicitÉ


Elle accompagne aujourd’hui la Communauté juive libérale (CJL) dans le XIe arrondissement de Paris.

Depuis, deux autres femmes rabbins l’ont rejointe : Delphine Horvilleur en 2008 au centre Beaugrenelle (XVe) du Mouvement juif libéral de France, puis Floriane Chinsky en 2014 dans une autre synagogue du MJLF, dans le XXe arrondissement.

Peu de mouvances progressistes en France

Elle ne sont donc que trois en France – où vit pourtant la première communauté juive d’Europe -, sur plusieurs centaines dans le monde, à assurer les missions de direction spirituelle des communautés, d’enseignement religieux et de conduite des offices qui incombent aux rabbins.

«Dans la diaspora mondiale, les mouvances progressistes sont très présentes. Mais pas en France, notamment pour des raisons historiques liées à l’organisation du culte, autour du Consistoire, qui est aujourd’hui de sensibilité orthodoxe», explique Delphine Horvilleur.

Les orthodoxes et traditionalistes estiment que confier le rabbinat à une femme n’est pas conforme à la loi juive, la halakha. «Si on regarde vraiment les textes, il n’y a pas d’interdiction formelle», réplique Pauline Bebe. «Il y a d’ailleurs eu dans l’histoire juive des femmes, certes minoritaires, ayant tenu des rôles publics; on peut s’appuyer sur ces exceptions pour faire évoluer la halakha», assure-t-elle.

«Une solution pour ouvrir la porte aux femmes aujourd’hui, c’est de replacer les textes dans leur contexte historique. Et il y a dans la Torah des passages où Dieu prend la position des femmes contre la société patriarcale», ajoute Floriane Chinsky, venue en 2013 de Bruxelles où elle dirigeait une synagogue du courant massorti, sensibilité progressiste plus traditionnelle dans son rapport aux sources que la mouvance libérale.

Le rabbinat féminin, qui ne peut pas s’appuyer sur un séminaire en France, a dû y conquérir sa place, encore modeste. «Au début ce n’était pas facile, même en milieu libéral où l’on annonçait l’égalité homme-femme. Il y a eu de fortes résistances ou de forts enthousiasmes, les gens étaient rarement indifférents», témoigne Pauline Bebe, 50 ans.

«Dommage, je suis un garçon»

Durant la décennie suivante, la donne avait changé. Delphine Horvilleur, 41 ans, raconte être rentrée en France «très enceinte», après son ordination à New York: «ce pouvait être encore plus troublant pour certains membres de la communauté» car «tous les marqueurs du féminin et du maternel étaient là».

«Il est peut-être arrivé une ou deux fois que des personnes sous-entendent qu’elles seraient plus à l’aise si le rabbin menant l’office était un homme, pour ne pas gêner les membres les plus traditionalistes de leur famille au moment d’une bar mitzvah (cérémonie célébrant la majorité religieuse des garçons, NDLR) par exemple, mais j’ai eu l’impression d’être assez vite acceptée», dit-elle.

«Il serait normal qu’il y ait une parité» dans le rabbinat, estime pour sa part Floriane Chinsky, 41 ans, pour qui l’absence d’égalité «témoigne d’une pression interne qui pousse les femmes à se désengager». Mais l’enjeu pour elle est d’abord celui de la «collaboration« entre hommes et femmes au sein des communautés.

Delphine Horvilleur y voit un défi majeur, «persuadée que tant que les pensées religieuses n’auront pas avancé sur la question des femmes, elles n’avanceront sur aucune autre question liée à l’accueil de l’autre», comme l’acceptation des mariages mixtes, des conversions, du non croyant.

Mais «les mentalités évoluent vite» et, «pour les jeunes de nos communautés», le leadership religieux au féminin relève «de l’évidence».

http://m.leparisien.fr/laparisienne/societe/mon-rabbin-est-une-femme-trois-francaises-entre-bonheurs-et-attentes-12-12-2015-5364769.php

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans israël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter
Tribune Juive, L’histoire continue…