« L’antijudaisme : la tradition occidentale », de David Niremberg

En bref

  • Le livre : « Anti-Judaism : the Western Tradition » (« l’Antijudaïsme : la tradition occidentale »), Norton, 2013, 610 pages.
  • L’auteur : David Nirenberg est un historien américain, spécialiste du Moyen Âge en Europe et au Proche-Orient. Il s’intéresse en particulier aux relations entre chrétiens, juifs et musulmans. Il est professeur à l’université de Chicago.
  • Le compte-rendu : publié par Michael Walzer dans « The New York Review of Books » le 20 mars 2014, il a été traduit par Arnaud Gancel pour le magazine « BoOks », qui consacre son dossier d’octobre 2015 à « l’Histoire de l’antijudaïsme ».

 

publicitÉ


livre

En 1844 paraissait l’article de Karl Marx intitulé «Sur la question juive». Ce texte ne traitait ni du judaïsme ni de l’histoire de ce peuple, ni même de la sociologie des Juifs allemands. Prenant prétexte du débat alors en cours sur l’émancipation des Juifs, il avait pour véritable objet d’appeler au renversement de l’ordre capitaliste. Le langage dans lequel cet appel était formulé ne surprendra sans doute pas le lecteur d’aujourd’hui, et il était assurément familier à celui du XIXe siècle. Il n’en est pas moins étrange. Le capitalisme est identifié au judaïsme, ce qui amène Marx à écrire que l’abolition du premier consistera à «émanciper l’humanité du judaïsme». L’argument mérite d’être cité, ne serait-ce que brièvement:

« Le Juif s’est émancipé d’une manière juive, non seulement en se rendant maître du marché financier, mais parce que, à travers lui et sans lui, l’argent est devenu une puissance mondiale, et l’esprit pratique juif, l’esprit pratique des peuples chrétiens. Les Juifs se sont émancipés dans la mesure même où les chrétiens sont devenus juifs. »

« À travers lui et sans lui » – en fait, principalement sans lui : comme Marx le savait sans doute, les Juifs ne représentaient qu’une minuscule partie de l’élite fortunée d’Angleterre, le pays capitaliste le plus avancé, et une fraction plus infime encore de la bourgeoisie allemande «montante». Son propre père s’était converti au protestantisme pour faciliter son intégration dans la bonne société, où les Juifs n’étaient pas les bienvenus au début du XIXe siècle.

couv BoOks

Lire la suite en cliquant sur le lien :

http://bibliobs.nouvelobs.com/en-partenariat-avec-books/20150925.OBS6559/juifs-pourquoi-tant-de-haine.html#

Tagués avec : , , , , , , , ,
Publié dans israël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.