JM Le Pen à Collard : « Ferme donc ta gueule »

Le député du Gard Gilbert Collard a jugé jeudi « désespérante » la répétition par Jean-Marie Le Pen de ses propos sur les chambres à gaz, « détail » de la Seconde guerre mondiale, le président d’honneur du FN lui demandant immédiatement de « fermer donc (sa) gueule ».

France : Merchants demonstrate in Paris against taxes and RSI

Photo : CITIZENSIDE/ANTHONY DEPERRAZ / citizenside.com

« La Shoah est l’abomination des abominations et Jean-Marie Le Pen un tract ambulatoire pour Manuel Valls, c’est désespérant! », a tweeté l’avocat médiatique jeudi après-midi.

« Ferme donc ta gueule, espèce de collard ! » lui a répondu 25 minutes après M. Le Pen par le même canal.lepen_collard

Marine Le Pen a été contrainte une nouvelle fois jeudi de se désolidariser des propos de son père, qui a répété jeudi matin ses déclarations sur les chambres à gaz nazies, « détail de l’Histoire ».

Prononcés une première fois en 1987 et très largement condamnés, ces propos ont été volontiers répétés par Jean-Marie Le Pen: en 1997, à Munich (Allemagne), en 2008, au magazine Bretons, en 2009 au Parlement européen, etc. Il a été condamné plusieurs fois.

M. Collard a exprimé à plusieurs reprises des désaccords avec Jean-Marie Le Pen.

Lorsque le co-fondateur du FN avait suggéré de faire une « fournée » d’artistes critiques du FN, et notamment Patrick Bruel, qui est juif, M. Collard lui avait suggéré de « prendre sa retraite » et avait assuré qu’il « (compliquait) la tâche » de Marine Le Pen.

A l’époque, il avait toutefois dit ne « pas croire du tout qu’il soit antisémite ».

Jean-Marie Le Pen avait alors suggéré à M. Collard en retour de « changer les consonnes de son nom ».

Avec AFP

Tagués avec : , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter