Israël : découverte d’une rare mosaïque romaine

Des archéologues israéliens ont présenté jeudi une « rare et belle » mosaïque au sol datant de l’époque romaine, découverte dans le port antique de Césarée, dans le nord d’Israël.

Cette mosaïque, qui date du 2e ou 3e siècle après J.-C., fait trois mètres et demi de large sur huit mètres de long, a précisé l’Autorité israélienne des Antiquités dans un communiqué.

« Nous avons découvert une mosaïque appartenant à un bâtiment romain datant de 18 siècles », a affirmé sur les lieux du site Uzi Ad, un des responsables des fouilles. « C’est une mosaïque de grande qualité et colorée représentant trois personnages », des hommes aisés revêtus de toges dont un est présenté de face et deux autres de profil, a-t-il précisé.

« Des mosaïques du même genre peuvent être trouvées uniquement à Chypre et dans le nord de la Syrie », a ajouté l’archéologue. « Nous n’avions jamais trouvé auparavant ce genre de mosaïque d’une telle qualité en Israël. »

Selon l’Autorité des Antiqués, cette mosaïque se trouvait dans un bâtiment public ou une maison privée : « Si la mosaïque faisait partie d’une propriété privée, les personnages pourraient être les propriétaires. S’il s’agit d’un bâtiment public, il pourrait s’agir des donateurs de la mosaïque ou de membres du conseil de la ville. »

Césarée, ville fondée par Hérode

Césarée, situé à 50 km de Tel-Aviv sur les bords de la Méditerranée, a été fondée il y a 2030 ans par Hérode le Grand, un roi nommé par les Romains qui régnait sur la Judée. Césarée a été une des principales cités romaines de la région jusqu’aux croisades.

Actuellement, les vestiges de la ville accueillent de nombreux visiteurs. Des concerts y sont régulièrement organisés dans un théâtre romain.

Source francetvinfo

publicitÉ

Soutenez Tribunejuive.info

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans israël
10 commentaires pour “Israël : découverte d’une rare mosaïque romaine
  1. Jacques Petit-jean dit :

    C’est très intéressant car cela remet plus de justesse dans la vision de cette contrée vue par les évangiles. Dans la vision chrétienne, on parle peu de la civilisation urbaine romaine et hellénistique car Jésus n’y trouve pas son « public »…Le pays de Canaan est vue par le prisme des écrits comme une cité grecque, une ville Jérusalem et la campagne…ce qui est une déformation par rapport à la réalité….Jésus n’a t-il pas lui même travaillé dans un de ces centres urbains qui lui aurait fait rejeter une certaine déviation pernicieuse du judaïsme sous l’influence du matérialisme et des autres religions….tout ceci est passionnant et les archéologues israéliens sont remarquables car ils n’utilisent pas les découvertes à des fins idéologiques comme dans beaucoup de pays…

  2. Azriel dit :

    A Jacques Petit-jean.
    Jésus (dans l’hypothèse que le personnage exista vraiment) n’avait pas de raison particulière de bien connaitre une « civilisation urbaine romaine et hellénistique » vu que le pays qu’il connaissait était (encore…) bien juif (dans la foulée immédiate d’Hérode). Lorsque, exemple parmi d’autres, il guerroie contre les « marchands du temple » (dans la pure tradition d’ailleurs des prophètes bibliques, voir Jérémie, luttant contre une «déviation pernicieuse du judaïsme », dites-vous), aucun doute duquel temple il s’agit et qui furent ces marchands. Etc…
    L’essor de cette « civilisation urbaine romaine et hellénistique » en ce que vous appelez « pays de Canaan » est ultérieur à sa mort (supposée, en l’an 33) et faisait surtout suite à la déchéance de l’Etat juif autonome (« grâce » surtout aux successeurs d’Hérode) et la destruction du Temple en l’an 70.
    Que la mosaïque en question soit datée « du 2e ou 3e siècle après J.-C. » est donc tout sauf une surprise.
    Cela dit, il existe en Galilée de dalles de synagogues, conservées et visitables, ornées de mosaïques (avec motifs d’inspiration certes gréco-romains) datée du 6eme voire 7eme siècle ; MAIS aucune n’est datée d’après l’arrivée de l’Islam.
    Autrement dit : les deux branches dont émane le christianisme, la gréco-romaine et la juive, coexistaient là-bas pendant plusieurs siècles et étaient interfécondes. Elles le sont toujours.

    • Jacques Petit-jean dit :

      Merci pour cette mise au point, si Jésus a existé , il aurait pu exercer comme travailleur du bâtiment (avant de prêcher) dans une ville hellénistique….ce n’est qu’une hypothèse, en ce qui concerne l’urbanisation hellénistique sauf à vous contrarier, elle est antérieure à Jésus….quant au pays « bien » juif, il n’était ni homogène, ni exempt d’influence de divinités importées….
      bien à vous.

      • Azriel dit :

        Certes, certes. Vous enfoncez de portes ouvertes.
        Hérode (premier) était déjà un « sang mêlé » ; et c’est sa proximité avec Rome et sa culture, imprégnant de ce fait le judaïsme « local », qui lui a valu la couronne.
        Ce qui est au moins partiellement à l’origine de l’hostilité à son égard d’un judaïsme rabbinique se considérant (encore…) comme « pure » et l’unique qui vaille ; oubliant que ce fut le cas d’autres, dont, excusez du peu, le roi David. Et peu leur chaut les immenses travaux d’Hérode à Jérusalem et dans ses parages, étayant aujourd’hui la revendication juive sur la ville.
        L’influence hellénistique remonte déjà à Alexandre « Le Grand ». L’Hébreu (talmudique ET moderne) en porte de traces et de communautés juives hellénophones existaient à l’époque, la plus importante étant celle d’Egypte, notamment d’Alexandrie, à l’origine de la première traduction de la Bible hébraïque (en Grec, évidemment).
        Bref, le mythe de pureté ne vaut pas ici plus qu’ailleurs ; mais que demander à ceux qui bannirent Spinoza ?…
        MAIS expliquer Jésus par ce genre d’influences (« travailleur du bâtiment…dans une ville hellénistique » ; pourquoi pas garçon coiffeur en Edom ?) n’est, sauf erreur, étayé par rien. Il était d’évidence le descendant spirituel des prophètes bibliques, militant pour un renouveau moral moyennant le retour aux sources. La (forte…) trace gréco-romaine que porte le christianisme est en toute probabilité due, non à ses fondateurs premiers, mais à son essor ultérieur à Rome. Rome est devenue chrétienne et le christianisme romain.

        • Jacques Petit-jean dit :

          Merci pour votre mise au point.
          Sans doute Jésus n’était pas charpentier et aurait pu travaillé dans un centre urbain…non comme « coiffeur » (merci pour votre humour) mais comme ouvrier du bâtiment….dans les évangiles, aucune référence à cette Judée hellénisée…Quant à Paul , vous « zappez », c’est le lien entre les juifs hellénisés et le christianisme « romain »…quant à la bible traduite en grec, la langue équivalente de l’anglais aujourd’hui, bien d’accord et source de nombreuses erreurs et donnant aux historiens et théologiens analystes des textes autant d’importance que les spécialistes de l’archéologie….vous semblez irrité…je ne propose qu’un échange sans battre en brèche ce que vous exposez…loin de moi cette posture.
          Bien à vous.

  3. Jacques Petit-jean dit :

    Erratum: « travailler » ligne 1

    • Azriel dit :

      Nullement irrité, bien au contraire.

      Nous sommes donc d’accord : même si une certaine hellénisation de la Judée était indubitable à l’époque en question, rien dans les évangiles ne permet de supposer qu’elle influença Jésus et les siens.
      Auquel cas les fondements initiaux étaient juifs ; leur hellénisation (plutôt « latinisation »…), ultérieure.

      Ultérieure de peu, peut-être, vu que Saint Paul (à ne pas zapper, effectivement) était contemporain de l’époque en question. Originaire de Tarse (en Anatolie) il était imbibé d’hellénisme ; et Juif résolument assumé il était probablement le chainon manquant avec le christianisme, le diffusant d’abord parmi les siens.
      Rien ne permet de supposer qu’il rencontra Jésus sauf si on croit à la résurrection.
      ET il n’était pas l’un des douze « fondateurs ».
      Bref, il est ultérieur.

      Et le raccourci : « judéo-chrétien » n’a pas de sens. Perso je défini le christianisme comme « judéo-païen ». Et c’est TOUT sauf péjoratif.

  4. Jacques Petit-jean dit :

    Je vous remercie, mon postulat de départ était la mise en relation entre le fait religieux et l’opposition entre société urbaine et société rurale…ainsi dans la Judée au temps d’Auguste, ainsi dans la lecture du Coran en Arabie entre sédentaires et nomades, ainsi dans la déchristianisation de la France aujourd’hui qui touche moins la France des « villages »….mon approche était plus sociétale et philosophique qu’historique et théologique….il y a des pistes transversales qui ne sont pas forcément empruntées du fait du cloisonnement des sciences….personnellement, je suis enrichi par vos analyses….le concept écrit sous la forme de « judéo-chrétien » ne convient pas à ma réflexion, pas plus que celui qui dénonce « racisme et antisémitisme » car c’est associer d’une manière intellectualisée et non pas par un processus intellectuel ce que sont deux réalités sans aucune mesure l’une et l’autre….c’est une forme de perversion et confusion qui satisfait le politique et ne résout en rien les problématiques qui n’appartiennent qu’à elles-mêmes, « noyer le poisson dans l’eau » fait injure au fusionnel « eau-poisson »….
    Bien à vous.

    • Azriel dit :

      « …relation entre le fait religieux et l’opposition entre société urbaine et société rurale… »…
      Le rural pencherait donc davantage pour le religieux que l’urbain. Pourquoi pas.

      Les marchands du Temple étaient évidemment dans une ville ; naturellement la principale du pays. Fatalement, puisque le Temple s’y trouait.

      L’opposition serait donc entre société marchande, prompte à la «déviation pernicieuse » du spirituel, et celle qui, dans l’idéal, ignore l’argent.
      Ce qui est un bien mauvais présage pour la religion comme pouvoir : condamnée à élire domicile en ville, pour accéder aux masses, elle l’est aussi à la «déviation pernicieuse ».
      Les exemples abondent.

      • Jacques Petit-jean dit :

        Bonsoir,
        vous avez un penchant pour contrarier chacune des hypothèses formulées, je n’ai jamais postulé ce que vous exposez,puisque c’est la société urbaine gallo-romaine christianisée qui a fait la conquête du paganisme des campagnes…je pense qu’il est mieux d’arrêter de débattre quand l’un ne lit pas, n’entend pas, n’accepte pas…je vous laisse à vos certitudes.
        Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WPNewsman

SOUTENEZ TRIBUNEJUIVE.INFO