Diplomatie militaire israélienne : Tsahal et Mossad

L’armée israélienne et le Mossad gèrent de plus en plus leur propre diplomatie en occupant le vide créé par un ministère des Affaires étrangères en perte de vitesse. Les militaires disposent d’une unité de relations internationales, dont les effectifs ont été augmentés par le général Gadi Eisenkot, le chef d’état-major, pour renforcer les liens et les contacts avec des armées étrangères. De même, le Mossad mise sur la division «Tevel», chargée des relations avec les autres services de renseignements.

le général Gadi Eisenkot

Ces deux organismes mènent, par exemple, ces derniers mois, des discussions régulières avec la Jordanie, la Russie, les Etats-Unis, l’Egypte et la Grèce, notamment par le biais du réseau d’attachés militaires. «L’avantage de ce genre de diplomatie menée parfois avec des pays qui n’entretiennent pas de relations officielles avec Israël, c’est qu’elle est par nature discrète et non soumise à des polémiques politiques», explique un responsable de la Défense.

publicitÉ


Des réunions sont organisées avec les Russes, pour renforcer la coopération et éviter des accidents en Syrie entre les deux armées de l’air. Des contacts gérés par les attachés militaires israéliens et russes à Moscou et Tel-Aviv. Avec le Pentagone, des vidéo-conférences cryptées, auxquelles très peu de pays ont accès, sont régulièrement organisées pour discuter de sécurité au Moyen-Orient. «Plus les relations sont “froides” entre Israël et Washington, plus l’administration américaine mise sur les militaires israéliens», constate un diplomate israélien.

Parmi les autres pays où les militaires jouent un rôle primordial figure l’Inde, un marché qui absorbe à lui seul un tiers des exportations d’armes israéliennes, mais aussi l’Egypte, avec laquelle la coopération entre militaires est quotidienne, et qui s’est notamment traduite par le feu vert donné au déploiement de bataillons d’infanterie, de blindés, de forces spéciales, d’hélicoptères Apache et de F-16 dans le Sinaï. Ainsi qu’avec la Jordanie : en septembre, des chasseurs israéliens et jordaniens ont participé, aux côtés des Américains et des Singapouriens, à un exercice commun, les appareils israéliens ravitaillant en vol des avions jordaniens.

Avec la Grèce, un projet de manœuvres terrestres est en discussion et un attaché militaire a été nommé à Athènes l’an dernier. Parallèlement, l’influence des Affaires étrangères ne cesse de s’affaiblir. Le refus de Benjamin Netanyahu de nommer un ministre et de conserver le portefeuille lui a porté un coup très dur.

Source : http://www.ttu.fr/diplomatie-militaire-israelienne/

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans France
2 commentaires pour “Diplomatie militaire israélienne : Tsahal et Mossad
  1. André dit :

    Toujours trop militaires les israéliens et pas assez « public relations »…

    Aujourd’hui c’est aussi dans les médias et donc dans l’opinion publique que les guerres se gagnent et les israéliens l’ont perdu face à la propagande abjecte des arabes relayée avec entrain par les gauchistes qui ont le pouvoir culturel et journalistique en Europe : quand on pense que le grand ponte de l’École Normale Supérieur, soit celle qui forme l’élite de l’élite universitaire et politique de la France, est un vieux trotskiste maoïste et tutti quanti, qui se déclare toujours « ultra gauchiste » et qu’un Plenel, autre vieux trotskiste, a dirigé le plus grand et illustre quotidien français pendant des années, ça laisse songeur…

  2. Sarah dit :

    C’est exact. Et justement voilà le challenge des media philosemites: mettre en exergue, dans toute sa diversité , l’énorme potentiel , en de si nombreux domaines, d’Israel, appuyer sur ses forces, ses actions, la valeur de sa Democratie et de son système judiciaire quand il s’applique à tous quels qu’ils soient , d’où qu’ils viennent,
    Et en même tant: ne pas se limiter à cela car nous attisons l’antisemitisme viscéral et archaïque de certains.
    Donc ouvrir sur le monde, et notamment sur ces voix qui se lèvent de plus en plus, hommes, femmes, artistes écrivains cinéastes qui luttent pour un Islam des Lumières. Nous avons tous à y gagner: s’ils réussissent, c’est une victoire pour eux, pour nous, pour l’humanité .
    Nulle provocation dans mon propos. Nulle naïveté. Nulle utopie. C’est juste une espérance .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Montgeron"