Il n’y a pas de fiché S chrétien ou juif, par David Duquesne

En ce qui concerne mes articles, on me fait souvent ce reproche: ils sont trop « anti islam », voir très critiques envers l’islam !

Ils sont dérangeants et heureusement qu’ils dérangent sinon ils n’auraient aucun intérêt à exister.

Pourquoi devrais-je produire des « copier coller » de ce qui se dit et s’écrit depuis 30 ans pour arriver aux résultats catastrophiques d’aujourd’hui.

Oui je suis très critique envers l’islam, et je l’assume. Pourquoi être très critique envers le christianisme ne pose aucun problème ?

Les personnes qui m’accusent de cela ont déjà intégré que l’islam avait une supériorité politique et spirituelle sur les autres religions, à tel point qu’elles font les gendarmes de la pensée, une forme de terrorisme intellectuel au service des islamistes.

Elles œuvrent à l’interdiction officieuse du blasphème pour préserver une paix sociale qui n’est qu’illusoire et bien fragile car elles ont déjà perdu contre le totalitarisme islamique.

Elles ont déplacé le combat vers une laïcité neutre de salon qui se sent obligée de sortir 1000 rétrogrades de Civitas et l’immonde De Lesquen de la naphtaline qui ne représentent rien afin de donner des gages de non-racisme!

En réalité elles jettent la lumière sur des individus qu’on ne devrait même pas connaître, elles investissent dans les identités malades et malheureuses afin de se garder une place de solution médiane dans une fausse tenaille identitaire.

Les seuls identitaires que je croise dans le réel portent voiles de toutes sortes, barbes hirsutes, qamis et parfois se cachent derrière un costume chic avec lunettes d’intellos et barbes savamment taillées dans le cadre du Tamkine.

Lorsqu’un prêtre pédophile est arrêté, personne ne se sent obligé d’affirmer derrière « nous rappelons qu’évidemment tous nos concitoyens chrétiens ne sont pas des pédophiles et on sait tous que le christianisme est une religion de paix et d’amour»!

Personne n’a jamais cherché à minorer les crimes et les lâchetés de l’Église ni à nier les guerres de religion en France et en Europe !

Pourquoi nos programmes scolaires nous montrent-ils un islam vidé de toutes ses scories historiques?

Pourquoi avoir durant des années, expliqué les émeutes urbaines par des raisons sociales alors qu’elles étaient motivées par des affirmations identitaires politico-religieuse?

En ce qui concerne le relativisme

Certains sont prisonniers d’un paradigme des années 80 avec la problématique FN et le racisme à dénoncer.

Ils réagissent comme si les français après les attentats allaient se lancer dans des ratonnades, voir des pogroms anti arabes et anti musulmans.

Alors que les armes et les violents sont dans les territoires perdus de la République, il n’y a pas de fichés S chrétiens ou juifs.

C’est un égalitarisme des imbéciles qui n’a pour seul objectif que de masquer politiquement 40 ans de décisions irréfléchies et dangereuses voire complices.

Nos responsables politiques préfèrent la fuite en avant en nous préparant à une société multiculturaliste qui sert malheureusement de cheval de Troie à l’islamisme.

Les partis islamistes pointent le bout de leur nez et vont manger la laine sur le dos des idiots politiques qui ont favorisé le communautarisme musulman, détourné la loi de 1905 pour financer des mosquées islamistes et des associations salafistes et fréristes.

La partition politique suivra la partition culturelle déjà actée. Le multiculturalisme est souvent dénoncé mais la seule réponse de la laïcité, cadre constitutionnel qui garantit la séparation du pouvoir et des cultes, ne dit rien de la culture à opposer à ce multiculturalisme.

Face à un islam identitaire non relativiste, on ne peut pas faire digue avec des consommateurs électeurs incapables de comprendre en quoi le voile islamique est une régression pour les femmes, même si elles le revendiquent au nom de la liberté.

Hugues Lagrange avait fait ce diagnostic du déni des cultures des autorités politiques et intellectuelles face aux violences des jeunes issues de l’immigration non européenne, ce qui fait l’affaire des islamistes comme l’affirmait Boualem Sansal:« L’islam sait s’adapter, il se fiche de la culture du pays, il veut juste la détruire afin d’imposer la sienne».

Nous sommes prévenus, le scénario de Houellebecq dans « Soumission » se réalise et démontre que la classe politique française est dans le même état d’esprit que l’oligarchie anglaise pressant Churchill de signer un accord de paix humiliant avec Hitler afin d’éviter la guerre.

David Duquesne

Soutenez Tribunejuive.info

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans Islamisme
11 commentaires pour “Il n’y a pas de fiché S chrétien ou juif, par David Duquesne
  1. Jean-Victor dit :

    Step by step sur le chemin qui va de Munich à Montoire. Cette fois, au nom de la paix sociale, et au prix de la guerre civile !

  2. Rayet Christian dit :

    l’Islam selon le propos d’André Comte-Sponville (Le monde des religions),
    est attaché à la foi. La foi, dit-il, « pour un grand nombre de musulmans est plus importante que tout autre chose, l’espérance du Judaïsme et l’amour des Chrétiens compris! »
    Nous entendons les médias nous présenter l’arrivée de population qui se sont produits sous nos latitudes, sans gros problèmes, pour nier les lanceurs d’alerte au sujet de la venue massive des immigrés. Une grosse majorité d’entre-eux sont musulmans.
    Nous nous devons, c’est évident, accueillir les migrants. Ces gens souffrent et risquent, et même perdent la vie, pour arriver chez nous! L’accueil est un devoir.
    Mais dans le même temps, l’Islam fait ainsi une irruption massivement dans un espace social et politique bien différent du sien.
    Les musulmans qui se sont intégrés au pays d’accueil sont une richesse pour tous. Ils professent un islam qui se distingue de celui, criminel, des salafistes, les wahhabites et les frères musulmans… Car en démocraties, c’est le Politique qui a la primauté, l’autorité et le pouvoir, et ne prétend pas définir une fois pour toutes le juste et le bien. Notre laïcité ne peut-elle être perçue, par les nouveaux arrivants, comme une idée folle issue d’une religion fausse, puisque le Coran accuse les « gens du Livre » d’avoir falsifié leurs Ecritures. Lorsqu’un Imam entend dire que les lois de nos démocraties sont supérieures et s’imposent à celles de la religion entend-il quelque chose de concevable pour lui? Comprendra-t-il que dans nos sociétés, les valeurs religieuses ne sont pas la clé de voûte et ne structurent pas le vivre ensemble?
    La voie d’entrée dans le djihadisme n’est-il pas le ressentiment envers leur société d’accueil? Ne sommes nous pas haïs pour ce que nous sommes; des êtres libres mus par l’amour de la vie, le respect du droit et l’esprit critique. Notre société laïque, de séparation de la religion, d’égalité et de respect de la femme, avec notre droit de rire, d’écrire, de dessiner, de dire tout ce que l’on pense et tout ce que l’on veut (enfin, presque tout)….
    Les islamistes voient l’abomination et la perversion dans cette vie faite de plaisirs et de joie, et non pas dans le massacre d’innocents qui nous donnent la nausée.
    Les démocraties sont par nature démunies face à la barbarie. Elles pensaient les religions un vestige de l’histoire. Depuis l’époque des Lumières, la foi était perçue comme étant une « superstition » ou obscurantisme archaïque et appelée à s’éteindre du fait des progrès de la science et de la raison…
    La religion islamique redeviendrait le centre de gravité de l’individu et règle une part de plus en plus grande des comportements: rétablir la peine de mort pour le blasphème et l’apostasie, les mutilations comme punitions, les viols, la pratique de l’esclavage, l’élimination des homosexuels, l’interdiction de la musique… réinstaller la suprématie des hommes sur les femmes dans la vie quotidienne, faire régner la terreur au sein des autres systèmes de pensée? Alors, l’innovation, la création, les sciences, les arts, la culture, la littérature, relèveraient de ce qu’il faut combattre par tous les moyens, quitte à assassiner les créateurs et les penseurs… Les islamistes incarnent un projet mortifère.
    L’Islam des salafistes, des wahhabites et des frères musulmans, paraît en marge de bien des valeurs de nos démocratie laïques. Ne cultivent-ils pas l’idée que la démocratie n’est pas leur culture? Il faudrait des chefs religieux ouverts à la réforme, toute une synergie pour en arriver à former ce que l’on pourrait alors appeler un « bloc » des Lumières en face de l’islam radical. Les musulmans peuvent-ils s’interroger, se demander pourquoi le texte coranique peut être si souvent utilisé pour revendiquer des actes aussi violents que les tueries de Paris, Bruxelles ainsi que dans le monde entier? Les prédicateurs musulmans vivant en Europe peuvent-ils se remettre en cause et envisager la possibilité qu’il pourrait y avoir « un problème à la source »? Peuvent-ils remettre en cause les passages belliqueux du Coran?
    Les musulmans doivent, dit encore André Comte-Sponville, « faire eux-mêmes le travail qui leur incombe : travail de modernisation, aussi bien quant aux sciences (concernant par exemple le darwinisme) que quant aux principes et aux moeurs. Cela suppose qu’ils acceptent de contextualiser leur lecture du Coran (donc qu’ils renoncent au fondamentalisme), reconnaissent la primauté juridique et politique des droits humains (y compris sur la charia), se rallient en conséquence à la démocratie, à la laïcité et à l’égalité des femmes et des hommes… »
    Les Médias s’essaient à la confusion en utilisant des termes souhaités équivalents. Le « fondamentalisme », est souvent confondu avec « l’intégrisme ». Le fondamentalisme est purement religieux, et s’attache principalement au respect des traditions de la religion dans le cadre religieux. L’intégrisme veut modeler la société et l’État conformément aux prescriptions religieuses. Il entre donc de plain-pied dans le politique.
    N’est-ce pas Napoléon qui convoqua en 1807 une assemblée de notables juifs et a reconnu que l’attitude du judaïsme révèle quels textes de la religion poussent à la citoyenneté? Le Judaïsme a servi au développement éthique de l’humanité, particulièrement de nos sociétés occidentales. Nous sommes la moisson de ses semailles anciennes et quoiqu’on cherche à lui imputer, que ce soit juste ou injuste, il est le garant de cette moisson. Seuls les juifs et les chrétiens ont accepté la laïcité en 1776. Toujours Daniel Horowitz: « Dans le judaïsme il n’y a pas de dogme au sens chrétien du terme. Il y des présomptions, des intuitions, des raisonnements, voire des visions, mais une chose est sûre et certaine: tout relève de la parole de l’homme, et est donc faillible, perfectible et amendable… Le terme “religion” n’existe pour ainsi dire pas en hébreu (“Dieu” non plus, d’ailleurs, qui n’est qu’une francisation de Zeus)… Le monothéisme tel que le propose le judaïsme ne postule pas à proprement parler l’existence de Dieu. Il dit surtout ce que Dieu n’est pas. Le tétragramme YHWH peut… être compris comme verbe, mais pas comme substantif. Ce vocable n’est donc pas l’invocation d’une substance, mais plutôt de quelque chose d’indescriptible, d’imprononçable et d’indicible, une manière d’exprimer l’unicité du monde et la stupéfaction qu’il y ait quelque chose plutôt que rien… »
    Sans être juif, je me dois de reconnaître que la dignité spirituelle de l’homme est une contribution du judaïsme à la société moderne. Religion de la liberté humaine et du rejet des divinités qui écrasent l’homme, car le « Dieu » d’Israël se veut seul puis se cache; il pousse Israël à la recherche, au questionnement, en écartant les autres divinités. Dieu enlève aux hommes leurs craintes superstitieuses qui hantaient les arbres, les collines ou les plaines… En réalité, tous les dieux ont disparus!
    Le Christianisme, est la « religion de la morale ». La Religion du Dieu qui se fait homme et qui se sacrifie pour sauver l’humanité. Issue du refus de la violence, au profit de l’amour, selon le message de Celui qui est crucifié, notre société a été construite sur cette pensée. Quel est l’impact, dans le milieu chrétien, des propos du juif Jésus lorsqu’il dit: « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat » (Marc 2:27). C’est-à-dire que la religion a été faite pour l’homme, et non pour satisfaire la divinité!
    Les juifs et les chrétiens ont accepté la laïcité en 1776. Il a été possible à ces deux convictions religieuses de reléguer leur foi pour le bien vivre au sein de la société. Ce sont la Torah, et les Evangiles, qui devront s’adapter à l’évolution de la société démocratique.
    L’Islam n’a jamais fait son aggiornamento (c’est-à-dire, sa mise à jour, son adaptation à l’évolution du monde, à la réalité contemporaine).
    Il s’agit ici non des individus, mais de religion et nous devons pouvoir critiquer un système de pensée ou une religion. N’est-ce pas ce qui a été le développé dans nos sociétés depuis plus de deux siècles? La foi, n’a-t-elle pas été reléguée au profit d’autres valeurs? Le nombre croissant d’arrivants fait craindre à nos minorités religieuses, surtout juives, l’importation du vécu dans les pays musulmans. Il en est de même pour les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les transgenres, puis les athées, les convertis…
    On ne fait qu’accentuer le malaise à force de voiler les causes profondes.

  3. Jacques Petit-jean dit :

    Bravo pour vos articles Mr Duquesne…continuez vos démonstrations pertinentes,juifs, non juifs…vous avez de nombreux lecteurs et adeptes…
    Bien à vous!!!! On vous soutient!!!!

    • Lanah dit :

      Complet soutien également de ma part Monsieur Duquesne, car vous êtes bien informé et raisonnez juste. En Islam il n’y a pas de clergé au sens où il y en a un dans le Christianisme. Chacun peut s’improviser directeur du culte . Pas de hiérarchie avec à sa tête un Pape pour édicter le dogme. La structure tribale de la société est reproduite dans le culte avec bisbilles permanentes et pas d’autorité centrale pacificatrice. Je me demande comment les musulmans pourraient faire pour sortir de la violence de leur religion. Et je ne suis pas là seule à me poser cette question. Des auteurs éminents issus du monde musulman tel le poète Adonis sont arrives à la même conclusion. En théorie rien n’est jamais impossible, mais en pratique il est plus que probable que ce n’est qu’après avoir reçu une dérouillée mémorable de la part d’un Occident remobilise pour la défense de ses valeurs que les musulmans en viendront à en rabattre …

  4. Jacques Josaphat dit :

    Mr Duquesne,
    je me permets d’ajouter un deuxième commentaire qui pourra en toute humilité être utile au plus grand nombre…
    J’ai du abandonner les réseaux sociaux notamment Facebook pour protéger ma petite famille suite aux pressions et menaces de mort.
    Après l’agression de mon neveu à Angoulême, agression que je juge antisémite mais qui ne sera pas retenue comme telle, j’ai grâce à Tribune Juive et Charente Libre pu ouvrir une plaie qui touchait mes proches et nous fait souffrir depuis deux ans!
    Je suis en complète union avec vous, ne lâchez rien!!!
    Ps: je m’excuse par là même à tous ceux qui me suivaient mais la France est devenue dangereuse…

  5. GUIBORAT dit :

    @ Rayet Christian – Il y a tant d’incongruités dans votre « tartine »
    qu’il faudrait, minimum, trois pages pour vous éclaircir les idées.

  6. LEJARD dit :

    Petite précision: ce n’est pas Churchill qui a signé avec Hitler à Munich, c’est Chamberlain, accompagné de Daladier (celui qui a paralysé l’Armée française en 1939-40, face à une Wehrmacht qui, d’après Von Runstedt, n’aurait jamais pu résister aux Français)? Churchill avait déclaré au retour de Chamberlain de Munich: « Entre la guerre et le déshonneur vous avez choisi le déshonneur, mais vous aurez quand même la guerre! »…
    Merci quand même pour votre lucidité. Hélàs…

  7. l’islam est la pire religion de la planète: négation de l’égalité homme et femme, rites, obligations purement mécaniques comme autrefois les idolâtres cherchaient continuellement la faveur des dieux par toutes sortes de rites bizarres, insignifiants. Ce n’est pas la Foi c’est l’observance de tous les rites pour plaire à dieu…avoir ses faveurs. Le christianisme est la FOI en quelqu’un….les rites sont la conséquence de la foi en quelqu’un…lisez les évangiles et vous verrez le Dieu de miséricorde…

  8. Les migrants musulmans quittent leur pays….sans doute qu’ils ne se sentaient pas bien…la guerre, la destruction, les conflits. Mais lorsqu’ils arrivent dans un autre pays ils veulent imposer leur religion aux occidentaux corrompus….ils ne s’adaptent pas ne s’intègrent pas et veulent que les mécréants (juifs et chrétiens) se sentent coupables de ne pas les accueillir…Quant à moi l’égalité homme et femme est primordiale Genèse:1-27 Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa: homme et FEMME il les créa. »

  9. Le but de la vie: Aimer…Matt 25. J’avais faim, j’étais nu…j’ai eu soif…j’étais étranger…j’étais malade…j’étais prisonnier…en un mot je m’occupe de mes frères et sœurs…Voilà sur quoi portera le Jugement dernier.
    Contre la pédophilie: Matt 18.5
    « Mais si quelqu’un doit scandaliser l’un de ces petits qui croient en moi, il serait préférable pour lui de se voir suspendre autour du cou une de ces meules que tournent les ânes et d’être engloutis en pleine mer. »

    Quel que soit le poste occupé par le prédateur: prêtre, cardinal évêque, imam….la pédophilie est un crime destructeur….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WPNewsman

SOUTENEZ TRIBUNEJUIVE.INFO