Entrisme à l’IEP Aix : Tribune répond à François Burgat, par Sarah Cattan

Y s’en est passé des choses, en France, le pays où tout va bien, où every thing is under control. T’as juste Filoche vendredi, qu’a dérapé grave. Et tu sais quoi ? Y en a, ils disent : ben merde alors, Burgat aussi.

L’antisémitisme, sorti des poubelles, tient aujourd’hui salon.

Allez, tentons un zeste de subtilité. Après tout moi je prétends bien n’être point islamophobe lorsque je m’en prends aux tenants de l’entrisme. Aux islamistes. Et revenons à nos moutons. A mon nouveau pote. François Burgat. Celui qui dit que La violence dite islamique ne vient pas de l’islam. Est-il antisémite, Burgat, en plus du reste. Vu que souvent, ça va avec, is’nt’it, Georges Bensoussan.

publicitÉ


Il est sympa et juste un peu grande gueule et il n’avait pas vu que tribune juive ça pouvait choquer, en plus vous en profitez pour vous le payer parce que vous n’attendiez que ça, alors qu’il est le seul à défendre les pauvres victimes du procès en antisionisme et antisémitisme, s’étrangle un de ses lieutenants sur les réseaux sociaux. Pas d’bol. Juste avant, y a eu le com de Filoche. Ce n’est pas d’aujourd’hui, certains se sont cachés derrière l’anti sionisme ces dernières années, aujourd’hui ils sortent du bois, ajoute le pessimiste, sans doute un ashké hein, concluant que l’anti sionisme a toujours été un déguisement antisémite. 

Et on te sort l’argument du Juif antisioniste. Et on convoque Plenel, devenu tout bonnement celui qui soutient ceux qui veulent trancher la tête des mécréants. Toi tu te dis Ça vient faire quoi ensemble, en vrai, les Juifs et ton papier sur l’entrisme à l’IEP d’Aix. La thèse de Nabil Ennasri.

Trop tard c’est parti. Ça débat sur le fond. Les terroristes qui mettraient en pratique les dogmes d’un islam vieux de plusieurs siècles. L’islam des califes. L’islam de Muhammad al-Boukhâri. Intrinsèquement politique. Expansionniste. Violent. Et pourquoi ? Ben parce qu’on répond à François Burgat qui nous sert la soupe comme quoi les terroristes agissent en réponse à la Libye. A la Syrie. A l’Irak. Bref la doxa largement et savamment distillée pas la nouvelle sphère frériste. Celle à laquelle il appartient François Burgat ? Je lui pose la question.

La bande à Valls, à Tribune Juive

Mais ça repart sur l’outing de Filoche. Auquel Anna Cabana a rétorqué qu’in fine, il était soit un imbécile, soit un salaud[1].T’as Paul mon pote qui revient sur Mirabeau ou Philippe Seguin qui doivent se retourner dans leur tombe, vu ce qui se passe à Aix. Et comme ça on revient à notre sujet : la colère de François Burgat qui, en sa qualité d’islamologue sans doute, s’en prend en vrac à la fachosphère, la bande à Valls, à Tribune juive.

Hey François tu donnes pas mon 06 hein. Tout ça parce que j’ai osé parler d’entrisme à Aix et émettre des doutes sur ce que tu as fait de ta noble fonction de directeur de thèse.

En vrai, François Burgat je le tutoie pas. Tout ça se passe entre lui et Gilles Clavreul. Et Burgat, il va jusqu’à demander à Gilles Clavreul d’éviter de fumer la moquette.

Burgat, il parle carrément diffamation. Il précise qu’il faisait juste référence à l’article de Sarah Cattan dans Tribune juive. Au cas où on aurait tous pigé autre chose. François Burgat, ça y est, il a appris à tenter de vous tourner la tête : le mec qui te traite de fachosphère, qui poursuit par un glissement pervers et en vient à insulter La bande à Valls, et vas-y que je te glisse encore un zeste et j’arrive à Tribune juive. Tout ça parsemé de l’inévitable et insidieux proche du pouvoir. Mais par un tour de passe-passe, celui qui diffame, c’est pas Burgat, c’est toi. Pourquoi ? Parce que. J’t’en pose des questions, moi ?

Alors t’as les indécrottables qui rajoutent une couche : On aurait pu croire que ce tweet était antisémite, on est bien bête. En tout cas, vous ne pourrez pas nier que votre doctorant Nabil Ennasri est un soutien fervent d’Erdogan et qu’il partage les idées de la Manif pour tous, mais ce n’est sans doute pas le sujet de sa thèse, pardi !

Mais Burgat, il répond qu’on sait pas lire et qu’à force de taper à côté du clou, on va finir par nous taper sur les doigts. Les plus têtus demandent au professeur Burgat des explications sur ce qu’on appelle déjà sa diffamation et lui conseillent au passage de nettoyer la porcherie des commentaires de son mur.

Aïe. Y a Paul Elie qui demande à Burgat si vraiment il veut qu’on exhume toutes ses diatribes judéophobes. Et là, le professeur nous fait une réponse que c’est du lourd : Ouiiiii ! 🙂 « Judéo droitiste » serait donc plus judéophobe qu’islamogauchiste n’est islamophobe ? Expliquez-moi ! 🙂 

L’islamogauchisme

T’as lui qui veut en revenir aux faits et qui demande à Burgat ce qu’il pense de Youssef al-Qaradâwî : Faut t’il comme le suggère ce monsieur tuer les juifs les apostats les croisés les mécréants?

Y a des calmes qui tentent d’expliquer la nuance entre islamophobie et judéophobie. Et François Burgat, il répond en nous mettant des smileys partout et ça ça fait bizarre surtout quand il nous incite à prendre la mesure de la différence entre « soutenir une thèse sur l’influence de Qaradâwî sur la diplomatie du Qatar » et « soutenir Qaradâwî ».

Smiley. Et ouai bande de nazes qu’on n’avait pas pigé la subtilité de la chose. On l’avait pas prise, la mesure. On n’avait pas pigé que soutenir un terroriste égyptien qui avait voué sa vie à la haine de l’état hébreu d’Israël, ben c’était une question de prise de mesure.

Mais là, faut suivre, parce que François Burgat il balance du lourd que si t’es pas Docteur tu piges pas, il dit Oh que j’aime ce genre de propos où est mise à nu la fragilité sectaire de votre positionnement ! Merci ! Mercis, mille mercis ! 🙂

Avec plein, plein de smileys. Qu’est-ce que c’est agaçant ça au passage. Mais bon il met pas de petits <3

Seraient-ce ses smileys ? Ou tout bonnement le fond de sa pensée ? Ça se met à chauffer. Paul Elie veut mettre à nu les obsessions de Burgat : Dans un article consacré à la défense des mœurs et de l’idéologie du Frère Tariq Ramadan, vous n’avez pas tenu trois paragraphes pour vous empêcher de salir Israel. Israël responsable de tous les malheurs du monde. Les violences infinies de l’occupant israélien contre la société toute entière, écrivait notre professeur.

Alors là, Burgat, il change de sujet et te sort l’argument massue : Qui peut aujourd’hui critiquer la valeur scientifique d’une thèse qu’il n’a pas lu. Et toc.

Mais personne ne lâche l’affaire et tous lui redisent, au prof, que l’islamogauchisme est utilisé pour dénoncer une alliance, au moins tactique et électorale, entre des membres de deux mouvements politiques français, des islamiques et des gauchistes, que lui, Burgat, il sait, il participe à des conférences sur le sujet et même, il écrit des livres pour expliquer l’islam politique.

Attention ça repart : Que vient faire Valls dans vos propos sur la Tribune de Sarah Cattan ? C’est quoi « la Bande à Valls » ? Vous êtes fonctionnaire, en plus enseignant et à priori « chercheur ». Vous avez trouvé quoi pendant vos 35 ans de carrière ? Que les djihadistes sont des gentils, c’est cela ? En quoi avez vous fait baisser ou expliquer la radicalité : en rien. Le djihadisme : en rien. L’islam politique : en rien. Au contraire. Vos recherches n’aboutissent qu’à une aggravation de tous les domaines que vous étudiez, et en plus, avec de l’argent public. Il cite le journal et l’article avec des commentaires complotistes et douteux, s’énerve celui-là. 

Moi je me dis que décidément ça craint que nos politiques semblent totalement ignorer la menace que fait peser la sphère frériste sur la République. Et là, vous savez quoi, Burgat, à court d’arguments peut-être, quitte le ring avec une pensée émue pour tous ceux qui sur cette page ont de vraies raisons de se sentir maintenant parfaitement ridicules ! 🙂 Ah oui : il poste un Smiley en guise de révérence. Et moi, je ne peux m’empêcher de penser qu’il a eu tort, François Burgat, de venir répondre à des posts et animer les réseaux sociaux avec des formules fangeuses. Je croyais qu’un prof, ça se tenait. Et j’en sais auxquels il ne viendrait pas à l’esprit de venir sur un réseau social pour polémiquer ou défendre des travaux autrement que sur le terrain qui est le leur. Et du coup je redis que décidément je n’aime pas du tout le googlez du dit prof à propos de Tribune juive. Ça pue un peu, tout ça.

Mais revenons à la mascarade ? Alors voilà : un des nôtres, de la fachosphère-bande à Valls- Tribune juive, a assisté à la soutenance de Nabil Ennasri, ce grand moment de complaisance. Et appelle ça …la soutenance de la honte. Pour info : Il y avait des gorilles devant la grille d’entrée et des gorilles devant la salle de soutenance.

Sarah Cattan

Cadeau : ma source m’autorise à publier le compte rendu suivant : 

Bref Compte Rendu de la soutenance de la thèse à la gloire de l’imam Al Qaradawi, ce jour, IEP Aix-en-Provence.

Discours liminaire de l’impétrant : Le doctorant annonce qu’il a souhaité traiter d’Al Qaradawi comme de n’importe quel leader. Il indique appartenir au milieu associatif musulman et précise se reconnaître dans la pensée de Youssouf al Qaradawi, qu’il a passé son temps à appeler Cheikh al Qaradawi, se reprenant de temps en temps pour donner le prénom Youssouf à la place du titre religieux. Le doctorant prétend que même s’il a son opinion au sujet d’al Qaradawi, cela n’a pas eu d’impact sur son étude, puisqu’il a pris soin de respecter le recul critique nécessaire. Il indique au passage ne pas être d’accord sur tout avec la pensée d’Al Qaradawi, notamment sur la question de l’égalité de traitement entre les gens.

Le doctorant a passé son temps à insister sur le charisme d’Al Qaradawi, qualifié d’entrepreneur religieux et de technicien du culte. C’est un âlim ou plus communément ouléma, un dignitaire religieux : l’un des plus importants de la seconde moitié du XXème siècle, une véritable star. Le fait qu’Al Qaradawi soit président du Conseil européen pour la fatwa est négligemment mentionné au passage.

L’approche proposée par cette thèse consiste donc à voir comment la pétromonarchie qatari s’est taillé une légitimité en matière d’Islam en utilisant ce Frère musulman réfugié au Qatar depuis 1961 car persécuté par l’Egypte de Nasser. Aucune mention des ambitions de Nasser de sécularisation de la société égyptienne, aucune mise en perspective du statut de ce réfugié par ailleurs recherché par Interpol et interdit de séjour en Europe. Le doctorant indique avoir rencontré Al Qaradawi au Qatar en 2013.

Prise de parole de Burgat :

Il signale que c’est un sujet difficile, un véritable défi. Car :

– le Qatar est un pays riche et les gens n’aiment pas. Il parle de syndrome PSG : les gens ne supportent pas que le fleuron du foot français soit possédé par un type habillé en bédouin. Et il a ajouté : c’est vrai que c’est un drôle de retournement de situation pour une ancienne puissance coloniale comme la France. Petite minute postcoloniale.

– le Qatar est un pays engagé (pas précisé comment)

– le Qatar est un pays religieux (là encore accent sur la différence avec la France avec une pointe de critique à l’encontre de la sécularité et sans aucun questionnement sur le problème que pose le fait de mêler le religieux au politique)

– le doctorant est engagé : c’est une figure militante.

Burgat reconnaît néanmoins des limites méthodologiques et théoriques au travail.

Autres membres du jury (ils étaient 7 en tout en comptant le directeur. J’en ai entendu 5). Remarques importantes :

  • on mentionne l’invention par Qaradawi de la ouassatiya : une sorte d’interprétation de la charia qu’il a popularisée au Qatar. Pas l’impression que le fait de promouvoir la charia ait posé de problème au doctorant ni aux membres du jury. NB : La Ouassatiya est aussi promue par Tariq Ramadan.
  • un membre mentionne que le corpus est très riche, composé de 39 des livres d’Al Qaradawi, sans compter les retranscriptions de ses émissions télé (ses prêches sur Al Jazira). La biographie d’Al Qaradawi par le doctorant n’a qu’une source : l’autobiographie de l’imam Al Qaradawi (un membre du jury note qu’il aurait été utile de recouper avec d’autres sources (!)).
  • tous les membres du jury ont repris cette version du statut de l’imam al Qaradawi comme un Frère musulman persécuté ayant dû fuir l’Egypte pour sauver sa peau.
  • une membre du jury a même osé dire : des Frères musulmans égyptiens et syriens ont trouvé refuge dans divers pays pétroliers du Golfe et ont fourni à ces monarchies de quoi développer leur système religieux et éducatif.

– le président du jury a précisé que le jury était très compétent.

Voilà, c’était de haute volée comme vous le constatez.

En PS, la source nous rappelle que les IEP ne sont pas stricto sensu l’Université française et se demande s’il ne faudrait pas d’ailleurs envisager de leur retirer le droit de s’en réclamer.

La source précise : Quant au secteur « études politiques »/ »islamologie »/ »monde arabo-musulman » de l’IEP, j’ai découvert aujourd’hui que c’était une supercherie sans nom. Je me désole qu’on appelle « Professeur des Universités » des imposteurs pareils.

En PS encore, la source précise n’être pas restée jusqu’après la délibération, avoir entendu 5 sur les 7 membres du jury et avoir constaté que le ton ne changeait pas en dépit de très grossières fautes de méthodologie, signalées en passant et qui auraient dû bloquer la soutenance à son humble avis : par exemple, le choix d’un corpus centré autour des seuls écrits de Qaradawi et une seule source pour la biographie du monsieur[2], et la source donc  cherche à obtenir le manuscrit : Mais quelque chose me dit qu’on aura du mal à se procurer la thèse au moins dans sa version originale. Il risque d’y avoir des modifications opportunes pour lui donner un tour moins hagiographique.

Pour info encore, j’ai eu entre les mains un deuxième compte-rendu direct. Emanant lui aussi de quelqu’un de fiable. La faiblesse de niveau du doctorant ainsi que le manque de réel contradicteur semblaient l’avoir marqué aussi. Ainsi, les seules sources étudiées viennent de Al Qaradâwî lui-même. Où est donc la méthodologie scientifique rigoureuse, sans parti pris.

Voilà. Toi tu sais bien qu’un Serge Thion, négationniste, fan de Faurisson, est resté au CNRS pendant plus de 20 ans, et d’autres pareils : J’ai lu une directive du CNRS de l’époque, ajoutes-tu, on demandait seulement à ces chercheurs de ne pas utiliser l’en-tête du CNRS et leur titre dans la signature lorsqu’ils tenaient des propos négationnistes. Tu sais que d’instance disciplinaire, ben y en a pas. Certains naïfs s’interrogent encore : Ces personnes sont vraiment des universitaires ? Beaucoup,  effarés, n’arrivent pas à comprendre qu’on en soit . Et là, t’as l’ami Brice qui te sape le moral en moral en concluant : Comme un feu qui se propage sur un une bruyère sèche…

La soutenance de Ramadan junior permet une réflexion sur l’entrisme dans l’université française. La validation de son doctorat légitime sur la scène internationale cet idéologue : désormais titulaire d’un PHD ou Docteur en Philosophie, le voilà éligible sur n’importe quelle chaire internationale et son accréditation internationale lui permettra encore de faire partie de jurys de thèses en France, voire d’en être le directeur. C’est exactement la même affaire que pour la pseudo thèse de Ramadan, mais en pire : avec la complicité complaisante de l’université française.

[1] I24News. 21 Novembre.
[2] Sa propre autobiographie.

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans Islamisme
Un commentaire pour “Entrisme à l’IEP Aix : Tribune répond à François Burgat, par Sarah Cattan
  1. Jacques Petit-jean dit :

    Que voulez-vous Mme Cattan, il y a dans le monde enseignant et de la culture un noyau dur de staliniens de la pensée et négationnistes: ils sont dépossédés de leur ancien grain à moudre ( prolétariat, vote à gauche des classes populaires, révolution possible, étudiants trotskistes, détestation de l’argent, haine du chef d’entreprise…) mais ils ont gardé intact leur corpus idéologique.
    Alors, réseau dormant, pour exister de leurs cendres, ils n’hésitent pas à s’allier avec le fascisme vert étant en cela plus proches de l’état d’esprit du pacte germano-soviétique que celui des accords d’Oslo.
    La malnutrition intellectuelle fait l’obésité de leur bêtise, intolérance et dangerosité pour la république…d’ailleurs au lieu de dire « en France », n’avez-vous pas remarqué l’expression récurrente dans leur bouche qui en dit long sur leur amour de la république française: »…dans ce pays… »
    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter