Olivier Rafowicz rejoint la liste « Israël Beytenou » d’Avigdor Lieberman

Tribune juive : Pourquoi avoir rejoint Israël Beytenou?

Olivier Rafowicz : Je suis depuis longtemps proche des idées d’Avigdor Lieberman et avec sa ligne d’action. C’était donc tout à fait naturel que je fasse équipe pour ces élections législatives, qui sont historiques pour l’avenir de l’Etat d’Israël.

publicitÉ


Tj : Quel programme avez vous mis en place ?

O.R : La situation en Israël est très grave, les menaces de plus en plus sérieuses.

Notre Priorité est la sécurité, nous souhaitons pratiquer une politique beaucoup plus ferme et dure.

Il est hors de question de discuter ou de faire des compromis avec le Hamas qu’il faut éradiquer en éliminant ses têtes.

Le Hamas est l’excroissance du cancer iranien qui gagne du terrain dans tout le Moyen Orient

Cette métastase du Hamas doit être éliminée pour permettre une nouvelle situation pour les habitants de la bande de gaza.

Au Nord, nous vivons la même situation avec le Hezbollah qui se renforce de plus en plus, et qui est aussi une métastase du cancer iranien et là aussi, il va falloir changer de stratégie pour renforcer notre dissuasion et forces de frappe. C’est pour cela que nous considérons la peine de mort pour les terroristes non pas comme un élément de prévention du terrorisme, mais comme un élément de punition, pour permettre à la société israélienne de savoir qu’il y a une réponse claire à tous ceux qui tuent et qui encouragent le meurtre des juifs.

Il faut combattre d’une main de fer le terrorisme palestinien, pour cela, Il faut des responsables politiques forts, des hommes d’expérience et qui partagent la même vision.

TJ : Il est de notoriété publique qu’Israel Beteinou ne veut pas de partis orthodoxes dans le gouvernement

Comment envisager une coalition ?

OR : Je suis pour la séparation de la religion et de la politique.

Nous voulons créer un gouvernement d’unité nationale, sans les deux partis orthodoxes qui n’ont pas du tout une vision sioniste de l’Etat d’Israël, d’ailleurs ils n’utilisent jamais le terme « État d’Israël ».

Dans tous les cas, nous sommes pour la préservation et le renforcement de l’Etat d’Israël, en tant qu’Etat juif démocratique et moderne.

Les partis orthodoxes sous Netanyahou ont eu des portefeuilles importants à savoir « la santé et l’intérieur «. On a alloué des budgets énormes aux écoles et institutions de la communauté orthodoxe au détriment des autres écoles. Il faut que les budgets de l’éducation aillent à toutes les écoles d’Israël et que les élèves étudient au moins les mêmes matières en plus des matières religieuses.

Le système éducatif orthodoxe forme une population qui ne connaît ni l’anglais, ni les sciences, ni l’informatique et qui se retrouve en fin d’étude incapable d’intégrer le monde du travail les jeunes deviennent des assistés de leur communauté.

De plus, la grande majorité d’entre eux ne sert pas dans Tsahal, ceci génère trop d’inégalités au sein de la jeunesse israélienne qui se divise de plus en plus.

TJ : Et le Shabbat, les transports seront autorisés ?

OR : Nous sommes pour les transports le Shabbat, mais dans les villes à forte majorité religieuse bien évidemment, nous ferons en sorte que les moyens de locomotion et les commerces ne fonctionnent pas

Il n’est pas juste de pénaliser ceux qui souhaitent se déplacer tranquillement le Shabbat et qui ne peuvent bénéficier de transports en commun.

Nous respecterons la liberté de chacun.

TJ : Vous êtes très appréciés des francophones en Israël que souhaitez vous leur dire ?

OR : Effectivement il faut que les francophones qui arrivent en Israël et qui comptent largement dans l’éventail politique, bénéficient d’une plus grande écoute et orientation.

On n’a pas su répondre à leurs attentes et leur apporter toute l’aide souhaitée. Beaucoup d’améliorations sont à prévoir.Pour cela il faut un budget supplémentaire, plus de moyens humains

TJ : bonne chance Olivier et que le meilleur gagne

Propos recueillis par Sylvie Bensaid

Olivier Rafowicz est colonel de réserve de #Tsahal et ancien porte-parole de l’armée israélienne.

Passionnée d'information, Sylvie Bensaid diplômée en marketing et communication, commence sa carrière dans le Groupe Havas. Elle rejoint le magazine Tribune Juive aux côtés de Jacquot Grunewald puis d’Ivan Levai où elle prend la tête de plusieurs rubriques et participe au développement du magazine. Très impliquée dans la vie de la Cite, Sylvie Bensaid participa aux municipales dans le douzième arrondissement avec Jean Marie Cavada et Christine Lagarde. Elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site tribunejuive.info.

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans interview

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Montgeron"