La kamikaze de l’avenue Bourguiba

Alors que l’état d’urgence est toujours en vigueur et que le pays se relève difficilement des attentats précédents, hier, à Tunis, en début d’après-midi, c’est une femme qui s’est fait exploser sur l’avenue Bourguiba, principale artère du centre-ville.

publicitÉ


Au moins vingt personnes, dont quinze policiers et deux adolescents, ont été blessées dans l’attentat perpétré par la kamikaze.

Mouna Guebla, âgée de 30 ans, diplômée en management et en anglais, n’était pas considérée comme extrémiste par les services de sécurité.

Ambulances et renforts de police sont arrivés sur les lieux. Le secteur a été bouclé. Les boutiques de l’avenue commerçante ont baissé leurs rideaux…

Voilà donc le premier attentat qui vient secouer la capitale tunisienne depuis le 24 novembre 2015, date à laquelle une attaque suicide commise là aussi en plein centre-ville contre un bus de la garde présidentielle et revendiquée par le groupe djihadiste État islamique avait tué 12 agents.

Personne n’a oublié encore ce 18 mars de la même année où, toujours à Tunis, deux hommes avaient ouvert le feu à l’arme automatique sur des touristes venus visiter le musée du Bardo, faisant vingt-et-une victimes.

Personne n’a oublié, encore revendiqué par l’EI, l’attentat perpétré par un kamikaze en juin de la même année sur une plage près de Sousse, tuant cette fois 38 touristes.

C’est une tragédie, a déclaré le Président Essebsi depuis Berlin, le terrorisme est toujours présent au cœur de la capitale.

L’attaque n’a, pour l’heure, pas été revendiquée.

Sarah Cattan

 

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans international

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Droits d’auteur des photographies
Nous respectons les droits d’auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d’auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d’utiliser cette photo. Écrivez nous ici
Montgeron
KLARSFELD
Auvergne
Les Lilas
Kavod
Montrouge
Opej
Enghien-les-Bains
MJLF