Graves menaces de l’Iran

Le bras de fer entre l’Iran et les Etats-Unis prend une tournure qui pourrait s’avérer à terme explosive.

Dans un discours à la nation où il montrait son vrai visage, le président iranien Hassan Rohani a averti mardi que si les pays alliés des Etats-Unis au Moyen-Orient augmentent leur production de pétrole pour compenser l’interdiction d’exporter décrétée par Washington à l’encontre de l’Iran, Téhéran fera en sorte que ce pétrole ne puisse être pas être acheminé. En clair, Téhéran menace une nouvelle fois de bloquer le détroit d’Ormuz.

publicitÉ



Cet étroit passage maritime qui sépare l’Iran de la péninsule arabique et des émirats est la principale voie maritime pour le transport du brut à destination du reste du monde et entre autres de l’Europe. Les menaces iraniennes de  bloquer le détroit avaient même réussi à faire réagir fermement les Etats-Unis d’Obama, c’est tout dire.

Mercredi, le général Qassem Suleimani, commandant de la force Al-Quds, bras des Gardiens de la révolution en dehors d’Iran, a félicité le président Rohani pour ces menaces. “J’embrasse vos mains après ces propos aussi sages”, a-t-il écrit dans une lettre publiée par l’agence de presse IRNA, rajoutant que “les Gardiens de la révolution sont prêts et déterminés à appliquer la politique qui sera décidée en cas de besoin pour les intérêts de la République islamique”. “Nous sommes empêcherons par tous les moyens l’exportation de brut de la région”, a conclu le général pour paraphraser le président Rohani.

C’est au mois de novembre que s’achèvera le délai fixé par Washington pour que les importateurs de pétrole iranien cessent de se fournir dans ce pays. Le président Donald Trump a promis des sanctions à l’encontre de pays et entreprises qui transgresseront l’embargo américain.

Les Américains ont également demandé aux autres producteurs de pétrole au Proche-Orient de prévoir une augmentation de leur production afin que la demande internationale ne soit pas lésée et que les prix du  baril de brut soient revus à la baisse. Le président Trump l’a personnellement demandé au prince saoudien Mohamed ben Salman lors de leur rencontre samedi dernier, demande acceptée par le prince.  C’est ce que le régime des mollahs veut empêcher à tout prix, quitte à créer une grave crise militaire dans le Golfe persique.

Parmi les pays alliés des Etats-Unis qui se fournissent en quantité en Iran, on trouve notamment l’Inde, le Japon, la Corée du Nord ou la Turquie. New-Dehli a déjà annoncé qu’elle allait réduire significativement voire cesser totalement son approvisionnement de brut en Iran.

La situation au Moyen-Orient risque d’être particulièrement inflammable à l’automne prochain…

Source : lphinfo.com

Soutenez Tribune Juive

Tribune Juive a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer d’exister. Un don minime, même de 5€, nous montrera votre adhésion et entraînera notre reconnaissance.

Tagués avec : , , , , , , , ,
Publié dans international

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter

SOUTENEZ TRIBUNE JUIVE

FAITES UN DON et DÉDUISEZ 66% DE VOS IMPOTS

Pour 100 Euros versés à Tribune Juive, vous recevrez une attestation CERFA qui vous permettra de déduire 66 Euros du montant de votre impôt. Ainsi votre don ne vous aura coûté que 34 Euros.