Donald Trump président : jusqu’ici, tout va bien

Dans son discours sur l’état de l’Union, le président américain Donald Trump a vanté, mardi 5 février, les mérites de ses deux années de présidence. Au grand dam de ceux qui l’imaginaient plutôt en chevalier de l’Apocalypse…

Après l’entrée de la first lady puis des membres du gouvernement sous les applaudissements, l’aboyeur hurle, sans micro, aux membres des deux chambres du Congrès réunies, aux membres de la Cour suprême (à l’exception notable de Ruth Ginsburg) et aux généraux : « Madam Speaker, the president of the United States ». Donald Trump entre alors sous une longue standing ovation.

De la croissance et des emplois

Et lance la première salve. Il dénonce « la politique de la revanche, de la résistance et de la rétribution » (« revenge, resistance and retribution »). Regards ahuris dans les rangs à gauche. Puis, il embraye sur le boom économique sans précédent que connait le pays depuis deux ans. Il est vrai que le bilan est plutôt exceptionnel : cinq millions d’emplois créés depuis son élection fin 2016, dont 630 000 emplois industriels. « Personne n’y croyait », rappelle Trump.

« Le mois dernier, 304 000 nouveaux emplois ont été créés, le double des prévisions. Les salaires augmentent. La croissance est aujourd’hui le double de ce qu’elle était en 2016. Et le taux de chômage est au plus bas depuis 50 ans ». Tonnerre d’applaudissements à droite. Silence gêné à gauche. Amusant quand on se souvient des prédictions en 2016 des élites de la finance, des économistes en chef, des journalistes experts – tous de Harvard ou de Princeton certainement, ceux-là mêmes qui furent incapables de prédire la crise financière de 2007 – qui annonçaient avec aplomb que l’élection de Donald Trump provoquerait une récession économique aux Etats-Unis, puis mondiale, un crash boursier à New York (la bourse a gagné 35 % depuis l’élection de Trump)…

Et le président de rappeler qu’en deux ans, un demi-million de personnes sont sorties des programmes de coupon de nourriture (« food stamps »), que le taux de chômage des minorités est à un plus bas historique, que 58 % des nouveaux emplois crées en 2018 sont occupés par des femmes, que 157 millions de personnes travaillent sur le marché américain de l’emploi, du jamais vu dans l’histoire des Etats-Unis. Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, assise juste derrière le président, aux côtés du vice-président Mike Pense, ne bronche pas.

Source et article complet : causeur

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans international

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter