Audrey Azoulay et son job en or…, par Sarah Cattan

L’Unesco. Qui dans le préambule de son Acte constitutif proclame que « c’est dans l’esprit des hommes et des femmes qu’il faut construire la paix » et qui,  ce mardi 10 Octobre, dans le cadre de son programme d’enseignement de l’histoire de l’Holocauste, organisa la projection du film Sauvez Auschwitz? Ce fut là-bas que se jouèrent les élections les plus rocambolesques. Les plus indignes qui fussent.

Elles avaient donc déjà commencé et nous, on se disait qu’une organisation dans laquelle le Qatar arrivait en finale pour la présidence, c’était chelou. Et Causeur parlait « d’ultime injure, de stade suprême dans l’insolence. » Mais depuis que l’Arabie saoudite fut chargée de la commission des droits humains Après l’Arabie saoudite à la tête de la commission des droits des femmes à l’ONU sans qu’on ne soufflât mot, où donc est le curseur du chelou.

In extremis, après 5 jours de vote, Audrey Azoulay sortit vainqueur du chapeau. Vous savez, ce beau brin de fille que Tribune juive vous présenta comme faisant partie de « la jeune garde rapprochée du Président Hollande. »

Oui son père est bien celui qui est au service du roi du Maroc, oui il en est l’obligé, oui il déclara qu’il serait « un être amputé, mutilé, en danger de son judaïsme, tant que le peuple palestinien n’aurait pas retrouvé sa liberté », oui il fit courber l’échine d’un grand nombre de journalistes marocains libertaires, à l’instar d’Abou Bakr Jamai dont le journal fut ruiné, et auquel il fut âprement reproché de ne pas faire suivre le nom du Roi de la formule Dieu le glorifie .

Oui c’est elle. Elle à qui aujourd’hui tous reprochent « le réseau de son père » et le fait qu’elle ne se soit de lui jamais désolidarisée, « ils » lui reprocheraient presque d’être passée par l’ENA, mais quand même, toute commandeur des arts et des lettres qu’elle est et toute ministre qu’elle fut, les esprits chagrins chers à Boileau ne dirent pas qu’elle dut tout cela à Weinstein. Elle était juste, disaient-ils, anti-israélienne et antisémite, et là, moi Sarah je dis ouf : « tant j’avais craint qu’elle fût seulement Juive. » C’est que moi, ravie de la crèche, j’étais soulagée que le Qatar n’eût pas réussi à acheter aussi l’Unesco et qu’il eût perdu, chehhhhh. Même si Liberté-Algérie le présentait comme le plus clean des trois candidats arabes. Celui qui lave plus blanc que blanc que blanc dirait Coluche. Celui qui lave la tache qui est cachée dans le nœud du torchon.

On avait échappé en 2009 à la nomination du candidat égyptien, donné gagnant avant que ne ressortent ses déclarations antisémites faites en 2008, menaçant de « brûler les livres en hébreu » des bibliothèques égyptiennes.

L’Unesco. L’Unesco et ses votes iniques. Ses charrettes qui se multiplient. L’Unesco ruinée. Qui engage toujours les copains et les coquins du moment, mais en contrat précaire et qui loue ses locaux parisiens pour des événements. Au point que, comme Perrette de Jean de la Fontaine, nous déjà on s’y croit : cette bâtisse. Ça pourrait faire demain de beaux logements sociaux. Une école pour enfants en grande difficulté. Un palace parisien. Non me dit celui-là : ce sera le Musée Macron si jamais il nous fait deux quinquennats et ça s’appellerait En même temps. C’est sûr que si ça avait été Hamad du Qatar, celui qui arriva avec son carnet de chèques et n’hésita pas à inviter à Doha tous les membres du Conseil exécutif de l’Unesco, ça aurait changé la donne. Place de Fontenoy, il nous l’aurait refait en or, l’auvent de Pier Luigi Nervi et serti de diamants, l’espace de méditation de Tadao Ando.

Mais c’est Audrey Azoulay. En laquelle beaucoup s’obstinent à voir « une juive avant que de voir une Française. » Et donc ça y va à tour de bras sur twitter et Cie, un qui ne manque pas d’humour ayant même suggéré de faire une impression d’écran de ce mur basé sur la nomination de « cette salope de juive », et de vous envoyer tout ça au BNVCA, qui ne manquerait pas de porter plainte pour antisémitisme caractérisé.

C’est qu’elle serait, celle-là, d’abord trop belle pour être honnête ou peut-être un tout petit peu trop femme. Juive de cour. Vous savez, ces rares juifs sortis du ghetto et amis des princes, qui aussitôt l’oublièrent, ce ghetto,  n’aspirant plus qu’à se servir.

Même qu’elle était déjà otage et caution juive des négationnistes musulmans et de leur maquillage de l’histoire. Alors « ils » s’attendaient tous à ce que promptement elle les dénonce, les récentes décisions de l’UNESCO. Tous ceux-là, vous l’aurez compris, eussent préféré que ce soit Hamad du Qatar qui gagnât.

Le procès qui fut fait à Dame Audrey tendait tristement à signifier que les juifs ne devaient pas avoir de responsabilités publiques et politiques au-delà des intérêts juifs. Un peu comme les islamistes lorsqu’ils traitent « d’arabes de service » les musulmans occidentalisés.

Ils oubliaient juste que les limites du job. Irina Bokova, bien que les désapprouvant haut et fort, n’avait pu empêcher les manigances délégitimant les racines historiques d’Israël.

Audrey dont les mêmes nous dirent que son vote fut orchestré par les pays qui avaient des comptes à régler avec le Qatar et qui, échec et mat, prirent la France en otage. Qu’elle n’était que la représentante française de l’état européen le plus pro-arabe, et que faire exécuter sa politique par une juive était une perversité dont la France a toujours joué à merveille.

Pendant que certains, les accoutumés que l’on sait, s’acharnaient à prouver que la nomination de la candidate française, c’était encore « un coup des Israéliens », comme le Titanic, d’autres, naïfs ceux-là, voyaient en elle la princesse juive chargée de rompre avec l’antisionisme de l’Unesco et l’appelaient déjà la reine Esther.

Esther. Pourim. Haman. Hamad. Déguisements. Mascarade. Elections. Tout est à vendre au royaume de France, voilà la farce.

Princesse devenue reine. Celle qui avait une vraie envie pour un poste portant des valeurs universelles et humanistes vit à l’heure où elle en devint reine que c’était aussi le lieu de la realpolitik. Audrey Azoulay, dont on nous dit qu’elle est porteuse d’un « projet régénérateur pour l’Unesco », saura-t-elle redorer le blason de l’organisme onusien? Saura-t-elle se rappeler avec Rabelais,  celle qui fut Ministre de la Culture, que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » ?

Sarah Cattan

Soutenez Tribunejuive.info

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , , , , , , ,
Publié dans international
9 commentaires pour “Audrey Azoulay et son job en or…, par Sarah Cattan
  1. Jg dit :

    Il n y a rien a attendre d azoulay . Les articles la concernant , lus dans les sites Juifs , demontrent a quel point , ils sont mal informes.De toute facon avec un terroriste arabe a la tete de l unesco ou une Juive de service , c est blanc bonnet et bonnet blanc .
    Il serait bon de bien de renseigner sur azoulay pere et fille , avant de sauter de joie des l annonce de sa nomination .

  2. GUIBORAT dit :

    Je ne voudrais pas la place de Madame Azoulay pour un empire !!!
    Qu’elle bouge un cil, un doigt, qu’elle fasse un sourire ou la moue elle aura tort aux yeux de certains.
    Pour ma part, j’ai remercié D’ de son élection.
    Entre deux maux – et c’est un joli mal : intelligent, cultivé, gracieux, humaniste – choisir le moindre….

  3. lou dit :

    il faut avoir la plume bien accrochée pour qualifier de… « humanistes », ce genre de créatures pour qui les bipèdes ne sont pas plus que des moustiques que l’on écrase…

  4. GUIBORAT dit :

    « humaniste »…
    Je vois que vous auriez préféré le moustachu. Perdu !

  5. Jonas dit :

    Bonjour Sarah,
    Je ne pense pas hélas que le changement intervenu à l’UNESCO, changera quoi ce soit, à la politique entretenue par cette organisation. Pourquoi ? Parce que tout simplement , tant que les pays arabo-musulmans ou musulmans non arabes auront la mainmise sur cet organe de l’ONU, comme d’ailleurs sur l’Assemblée générale du même organisme., il n’y auras de changement.
    L’Organisation de la coopération islamique (OCI) représente presque 30% de l’Assemblée générale composée de 193 pays. Ils utilisent ces forums non pour apporter leur contribution à l’humanité dans le domaine de la science, culture , aide humanitaire , rénovations, découvertes , recherches etc, mais dans un but politique et à faire avancer leurs idées, tout en occultant les conflits les concernant. Rares sont les projets de résolutions posées sur la Somalie, Yémen-Chypre nord-Sahara occidental-Libye-Irak-Bahrein- etc

    Pourtant ces pays arabo-musulmans et musulmans non arabes ont une toute petite part dans le budget de l’ONU, mais occupent par leurs nombreuses résolutions communautaristes, les sessions de l’ONU. ( Quote-part, par pays )
    -Etats-Unis:22%
    -Japon:10,83%
    -Allemagne:7,14%
    -France:5,59%
    -Royaume-Uni:5,17%
    -Chine:5,14%
    -Italie:4,44%
    -Canada:2,98%
    -Espagne :2,97% soit pour 9 pays 66,26% .
    Le plus gros contributeur Arabo-musulman : Arabie saoudite:0,83%
    Le plus gros contributeur musulman non arabe : La Turquie: 1,27%

    Ps. Une suggestion . Pourquoi le Parti socialiste si généreux pour l’accueil des étrangers ne met pas son siège de Solférino en attendant sa vente, à la disposition de la ville de Paris pour loger ses malheureux dispersés ?

  6. André dit :

    Le machin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WPNewsman

SOUTENEZ TRIBUNEJUIVE.INFO