Poème à Marceline, par David Vallat

Pour Marceline
Paix à son âme…

Elle avait d’Épinal, tout le sens des images,
Sur un siècle assassin, et ses drapeaux en berne,
En y perdant les siens, tout au bout de l’aderne,
Dans les marais du mal, tenus par des sauvages

Le crime était banal, ses vingt ans pour bagages,
Quand la mort en chemin, chantait ses balivernes,
Et brisait des destins, en se pensant moderne,
La nuit pour seul fanal, le brouillard pour sillage…

publicitÉ


Avec ses sœurs de camps, elle a tenu la vie,
Sur son cœur résistant, aux kapos sans répit,
Pour vivre encore un jour, pour ne pas mourir seule…

Puis ce fut la parole, et le devoir des mots,
Pour ne pas finir folle, en taisant tous les maux,
De ceux morts dans les fours, en portant leurs linceuls…

David Vallat

Tagués avec : , , , ,
Publié dans Hommage
Un commentaire pour “Poème à Marceline, par David Vallat
  1. David Vallat dit :

    Honoré de voir mon nom associé à celui de Marceline Loridan Ivens. Merci pour votre publication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tribune Juive, L’histoire continue…