Le SS qui collectionnait les corps de juifs

pr auguste hirst

En novembre 1994, quatre-vingt-six corps mutilés, découpés et conservés dans le formol sont retrouvés dans les sous-sols de l’Institut d’anatomie de Strasbourg. Ce laboratoire de l’horreur  était celui du professeur Auguste Hirt, un anatomiste nazi, proche d’Himmler qui, dans le cadre de la « solution finale », menait une étude anatomique du peuple juif.

L’expérience du professeur Auguste Hirt fait partie de ces crimes macabres méconnus qui témoignent de l’horreur du plan d’extermination des juifs par les nazis. Cette histoire est racontée dans un récent documentaire de 55 minutes intitulé »Au nom de la race et de la science », qui a reçu au mois d’octobre dernier le prix du meilleur documentaire au Festival international du film historique de Waterloo.

Conserver une trace de ce peuple juif voué à disparaître

L’idée de ce terrible plan scientifique est née en 1941, dans les couloirs de la toute récente Reichuniversitat de Strasbourg. Cette toute nouvelle université, installée au cœur de l’Alsace annexée, a essentiellement pour objectif de montrer au monde entier la supériorité de la science allemande. Le professeur Auguste Hirt, commandant de la SS, y mène des études d’anatomie. Il entend participer à la « solution finale » qui vient d’être décidée par Hitler et sa garde rapprochée. Pour cet anatomiste, il est évident qu’il faut conserver une trace de ce peuple juif voué à disparaître dans un futur proche.

C’est au cours de l’inauguration de l’Université, que Hirt fait part de son plan à Himmler. Ce dernier est un passionné de science et il fournit toute l’aide nécessaire pour que le  » savant » dispose du matériel humain nécessaire .

Pr Auguste Hirt, le SS qui collectionnait les corps de juifs conduits dans une chambre à gaz spécialement construite pour l’expérience. Auguste Hirt exige des corps intacts, les « spécimens » sont donc asphyxiés, très lentement, dans une terrible agonie. 86 corps sont envoyés à l’Université de Strasbourg. Le 87ème prisonnier, une femme, s’est rebellé avant d’entrer dans la chambre à gaz, elle a été exécutée.

A Strasbourg pourtant, le projet de l’anatomiste prend fin. Personne ne sait pourquoi Auguste Hirt n’est jamais allé au bout de son plan qui avait été si consciencieusement mis au point. Les corps sont donc restés abandonnés dans les cuves de formol de son laboratoire.

Quand il sent que la victoire des alliés est proche, il prend soin de tenter de maquiller son crime. Avec ses assistants, ils découpent les corps, découpent les numéros tatoués sur les victimes et arrachent leurs têtes. Tous les corps sont ainsi devenus impossibles à identifier.

Soixante ans après les faits, ce crime méconnu reste encore impuni, et tous les commanditaires ont nié leur implication. Il fait partie de l’un des crimes les plus macabres de l’histoire du troisième Reich. Pour l’historien Yves Ternon,  il est « significatif de l’absolu idéologique nazi ». »Le projet, lui-même, ajoute le professeur Johann Chapoutot, est un exemple de cet investissement de la politique par la science, ou de la science par la politique qu’est le nazisme. »

Tagués avec : , , , , , , , ,
Publié dans histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Droits d’auteur des photographies
Nous respectons les droits d’auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d’auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d’utiliser cette photo. Écrivez nous ici
Montgeron
KLARSFELD
Auvergne
Les Lilas
Kavod
Montrouge
Opej
Enghien-les-Bains
MJLF