Strasbourg, symptôme d’un mal français, par Raphaël Nisand

L’attaque terroriste commise le 11 décembre à Strasbourg est un choc pour tous les français surtout pour nous strasbourgeois et alsaciens.

Il faut naturellement avoir une première pensée pour les victimes : Anupong Suebsamarn, Kamal NAGHCHBAND, Pascal VERDENNE, si injustement touchées et bien sûr dans la foulée remercier le courage et la ténacité des forces de l’ordre qui ont réussi rapidement à mettre hors d’état de nuire le terroriste.

publicitÉ


© Christoph DE BARRY / Hans Lucas

Mais au-delà de cela il convient de s’interroger sur les causes profondes de ces attaques contre notre pays et ses habitants , des attaques qui malheureusement proviennent de l’intérieur même du pays . Car le terroriste dont l’état islamique dit soudain qu’il est l’un de ses soldats n’a jamais mis les pieds au Moyen-Orient et est né à Strasbourg.

Plus personne n’utilise le terme de loup solitaire pour qualifier ces islamistes qui veulent nous détruire , chacun comprenant que le phénomène est devenu prégnant et durable.

Le terroriste n’a jamais respecté la France et ses lois.

Il a engrangé plus de 20 condamnations dans sa vie et il a probablement décidé de passer au crime de masse le jour où il y a eu une perquisition chez lui et où il a échappé à une interpellation.

Des profils comme celui-là il y en a des centaines et à cet égard faire la politique de l’autruche ne servira à rien.

L’homme a été endoctriné, on peut voir ses voisins raconter sur les chaines d’information en continu qu’il était gentil, fréquentait la mosquée et se montrait poli et discret.

Dès lors on peut se demander ce qu’il a entendu dans ce lieu de culte qu’il respectait et fréquentait.
C’est quand même le énième terroriste qui présente le même profil piétiste, salafiste, activiste d’un islam politique qui méprise les kouffars, les mécréants.

L’attaque contre le marché de Noël en est une démonstration terrible. C’est le symbole chrétien, celui d’un Occident festif et honni des islamistes qui a été visé.

En attaquant le marché de Noël avec notamment son arme rituelle, le couteau le terroriste était sûr de son affaire.

En effet , un marché de Noël ne peut être fréquenté que par des kouffars même si ce sont des musulmans et l’on voit ainsi cette affreuse coïncidence de ce père de famille afghan réfugié politique en France, un musulman qui a fui son pays dominé par l’islam politique abattu à Strasbourg, sa ville d’adoption où il se pensait en sécurité.

Il faut s’intéresser au double langage d’une partie non négligeable des imams qui prêchent la tolérance en français, participent à des grandes cérémonies républicaines mais changent radicalement de langage pour devenir totalement obscurantistes et intolérants dès qu’il se croient dans l’entre-soi. C’est ainsi que l’imam de Brest, très populaire sur les réseaux sociaux a été pris sur le fait d’enseigner à des enfants qu’écouter de la musique risquait de les transformer en animaux.

C’est ainsi également que cette année , l’imam de la grande mosquée de Toulouse a appelé en arabe à tuer tous les Juifs en citant un hadith controversé du coran et ceci dans les semaines qui ont suivi l’inauguration de la grande mosquée de Toulouse par toutes les autorités de la République.

Dans un premier temps cet imam a eu un soutien général y compris celui de la grande mosquée de Paris jusqu’à ce que le parquet de Toulouse se décide à engager une enquête préliminaire.

Mais comment ne pas se demander s’il n’y a pas un lien direct entre « l’enseignement » de cet imam de Toulouse et le fait qu’il y ait des Mohamed MERAH à Toulouse ?

Pour faire court le « pas d’amalgame » est une contre vérité.

La majorité des musulmans n’a aucune responsabilité dans l’islamisme et le djihadisme. Au contraire elle le subit.
Mais il y a une fraction non négligeable des musulmans qui, y compris en France, sont tombés dans les filets des prêcheurs de haine.

Redisons-le ici : à quand une prière pour la République française dans les mosquées de France comme cela se fait dans les églises et les synagogues.

Raphaël Nisand
Chroniqueur hebdomadaire sur Radio Judaïca Strasbourg

 

Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans France
Un commentaire pour “Strasbourg, symptôme d’un mal français, par Raphaël Nisand
  1. Kakou dit :

    Tant qu on évitera par peur ou par lâcheté de nommer le vivier d’ou proviennent 100pct des terroristes qui ensanglantent la planète depuis des décennies, on ne luttera pas efficacement contre ce mal absolu qu est l Islam dit « integriste »…
    Il n y a pas d Islam intégriste, de salafistes, de chiites etc….
    Il y a des musulmans dont certains se réclament de telle ou telle interprétation du Coran.
    Tous sont musulmans. Il n y a qu un seul Coran !
    C est donc a tous les musulmans qu il faut s adresser pour qu ils fassent le ménage dans leur Coran et leurs rangs s il veulent etre dignes d’appartenir à la communauté Pacifique des etres humains. Ils pourront alors revendiquer le droit de ne pas être « stigmatisés ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter