La réforme du stationnement à Paris : bugs ou rackett

Les agents des sociétés chargés depuis le 1er janvier du contrôle sont régulièrement accusés de verbaliser à tort et de tomber dans l’excès de zèle.
Depuis le début de l’année, la gestion du stationnement payant en voirie n’est plus du ressort de l’Etat, mais des communes. L’amende de 17 euros a cédé la place à un forfait post-stationnement (FPS), dont le montant est fixé par chaque municipalité. Et la chasse aux fraudeurs peut être confiée à des agents assermentés travaillant pour une société privée.
La mairie de Paris a bondi sur l’occasion  : le précédent système était si peu dissuasif que seuls 10 % des automobilistes étaient en règle. Pour y remédier, le FPS a été porté à 35 et 50 euros selon les arrondissements, et les opérations de contrôle ont été confiées après appels d’offres à Streeteo, une filiale du  gestionnaire de parkings Indigo , et Moovia une société dans l’orbite de la Caisse des dépôts.

Les plaintes bourgeonnent sur les réseaux sociaux

Comme c’était prévisible, cette sévérité accrue a fait bourgeonner sur les réseaux sociaux les plaintes de conducteurs s’estimant « rackettés » par la ville. Ce qui l’était moins, ce sont les bugs rapportés à intervalles réguliers par des automobilistes verbalisés alors même qu’ils sont en règle.

Par ailleurs, Streeteo et Moovia ont indiqué que la rémunération de leurs agents n’était pas indexée au nombre de FPS dressés, mais cela ne les empêche manifestement pas de faire de l’excès de zèle. Des cas d’automobilistes handicapés, garés sur une place en règle et verbalisés malgré tout ont été rapportés.

Les facteurs ne sont pas épargnés

Des agents de Streeteo se sont également aventurés à dresser des FPS à des véhicules de police… qui ont à leur tour déclenché des opérations de contrôle des agents de l’opérateur ! Les forces de l’ordre sont sorties vainqueurs de la confrontation, selon « Le Parisien », selon qui le préfet de police a obtenu d’Anne Hidalgo la fin des FPS pour les voitures sérigraphiés ou banalisés.
Dernières victimes en dates, les facteurs. Il y a 10 jours, le secrétaire général de l’Unsa-Postes a écrit à la maire de Paris pour demander un peu plus de discernement dans la distribution des FPS : « Il ne se passe pas un jour sans que plusieurs agents se retrouvent avec un FPS à régler. […] Lorsqu’un facteur est mal stationné, ce n’est pas pour « embêter » les automobilistes, c’est pour remplir une de ses missions de service public, »

Lionel Steinmann 

Soutenez Tribunejuive.info

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans France
Un commentaire pour “La réforme du stationnement à Paris : bugs ou rackett
  1. Julius dit :

    En tant qu’agents assermentés, les employés qui rédigent de faux PV peuvent être poursuivis pour faux en écritures publiques, crîme passible de la cour d’assises. S’il ne s’agit « que » d’une tentative de racket, ce n’est « qu »‘un délit passible de 5 ans de prison et 500.000 euros d’amende (article 432-10 du code pénal). Qu’on se le dise …!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by WPNewsman

SOUTENEZ TRIBUNEJUIVE.INFO