Ce que l’on sait du groupuscule Action des forces opérationnelles arrêté

L’«Action des forces opérationnelles» allait tôt ou tard passer à l’action violente. Dix de ses membres ont été placés en garde à vue.
Au terme de deux mois d’une enquête serrée, les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) avaient acquis la conviction que le groupuscule de droite «ultra» baptisé «Action des forces opérationnelles» (AFO) allait tôt ou tard passer à l’action violente. Leurs cibles désignées? Des «musulmans radicalisés, dont des imams», selon une source informée, en représailles aux attaques djihadistes qui ont frappé le pays.
Dans la nuit de samedi à dimanche, neuf hommes et une femme gravitant en son sein ont été interpellés lors d’un coup de filet mené en région parisienne, en Corse, dans la Vienne et en Charente-Maritime. Âgés de 32 à 69 ans, ces «citoyens-soldats français» autoproclamés étaient sous la responsabilité de Guy S., un ancien policier proche du Front national, établi en Charente-Maritime où il animait le réseau. Comptant dans leur rang des retraités pour une partie d’entre eux, des employés ou un ex-militaire, les suspects étaient jusqu’ici inconnus de la justice hormis un ou deux, fichés pour «menaces de mort» ou encore «conduite en état alcoolique». Les perquisitions ont permis de saisir une vingtaine de carabines, de revolvers ainsi que de fusils détenus légalement en leur qualité de chasseurs et de tireurs sportifs titulaires de licence pour s’entraîner en club. Les fouilles ont aussi débouché sur la découverte de plusieurs grenades, au plâtre, mais aussi de confection artisanale.

«Zones de non-France»

Au sein de cette organisation jugée «structurée», les recrues de l’AFO échangeaient via des réseaux pas toujours cryptés. Ou se rencontraient physiquement lors de mystérieuses réunions pour «évoquer des projets d’attentats aux contours encore confus» comme le précise un haut fonctionnaire. Même si les dates, les lieux et les profils n’étaient pas définis, diverses sources ont aussi désigné comme cibles potentielles des «détenus islamistes», voire des «femmes voilées choisies au hasard dans la rue». Un peu comme le pratiquait l’Organisation armée secrète (OAS) responsable d’une campagne sanglante contre l’indépendance de l’Algérie dans les années 1960.
Menées dans le cadre d’une enquête préliminaire à la mi-avril dernier, et donnant lieu, au regard des éléments réunis, à l’ouverture d’une information judiciaire confiée à un juge antiterroriste le 14 juin, les investigations ont permis de mettre au jour un microcosme crépusculaire et paranoïaque où les protagonistes se projettent dans le chaos d’une guerre des civilisations.
«Nous sommes en guerre contre un ennemi, “tenants du système islamique”, qui est implanté sur notre propre territoire et que nous avons laissé naïvement rentrer, et qui s’est ensuite radicalisé, avec une intervention financière et religieuse massive venant de l’extérieur», est-il écrit sur le site de l’AFO qui, sous la plume d’un «capitaine» revendiquant «15 ans de bons et loyaux services» dans l’armée, décrit ce qu’il nomme la «Guerre de France».
Le site, laissant apparaître des images crépusculaires de soldats sous la tour Eiffel, qui ne sont pas sans rappeler celles des journaux de propagande de Daech, dépeint un territoire métropolitain découpé en trois zones. Les «ZNF», c’est-à-dire les «zones de non-France déjà pratiquement constituées» où l’«ennemi» tente d’instaurer la charia, sont ainsi classées en «rouge».
La zone «orange» serait quant à elle «périphérique des quartiers […] où se situent de nombreux points sensibles (préfecture, commissariats, gendarmerie, hôpitaux, pompiers…) qui devront être défendus quoi qu’il arrive (si nous en avons les moyens)». Enfin, la zone «bleue» serait «tenue par les loyalistes, en particulier par la gendarmerie (en charge de la DOT, défense opérationnelle du territoire) et si nécessaire par les “gardes territoriales”».

Survivalisme

Autrement dit, des «groupes de défense» constitués de «citoyens-soldats français préparés au combat» et circulant dans un «minimum de deux véhicules civils à quatre places» pour réagir, «faire face à une insurrection généralisée». En cas de «crise grave», le groupuscule diffuse aussi des «fiches réflexe». Ainsi, au chapitre «défendre/se protéger», le site préconise de prévoir «tout objet pouvant être utile à votre défense (fusil de chasse, couteau de cuisine, manche de pioche, pelle, marteau, matraque, chaussette remplie de cailloux, etc.)». Proches de la nébuleuse survivaliste qui se prépare à une apocalypse à venir, les adhérents auraient aussi été invités à s’entraîner et à créer des caches d’armes et de nourriture pour eux et leur famille.
En octobre 2017, les services antiterroristes avaient démantelé un groupuscule d’ultradroite fédéré autour d’un ex-militant du mouvement royaliste Action française, Logan Nisin. Ce dernier avait reconnu avoir fondé le groupe «OAS», en mémoire de l’ex-organisation éponyme sabordée en 1962, avec ce mot d’ordre: «Enclencher une remigration basée sur la terreur.» Sans jamais parler de «guerre civile», Patrick Calvar, alors patron du renseignement intérieur, avait de son côté redouté dès 2016 une possible «confrontation entre l’ultradroite et le monde musulman, pas les islamistes mais bien le monde musulman».
Ce lundi, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a exprimé sa «profonde préoccupation» pour la sécurité des quelque 2500 lieux de prière et des près de 6 millions de fidèles de la deuxième religion de France. L’instance représentative du culte musulman, qui devait être reçue par le ministre de l’intérieur Gérard Collomb dans l’après-midi, lui demande de «prendre toutes les mesures» de protection «appropriées».
Tagués avec : , , , , , , , , , ,
Publié dans France
Un commentaire pour “Ce que l’on sait du groupuscule Action des forces opérationnelles arrêté
  1. Jacques Petit-jean dit :

    Ca y est, on les tient ces « A brutis F ranchouillars O bsolètes »!!!
    Quel contentement et soulagement pour le gouvernement, les médias aux ordres et la gauche islamophile!!!!

    Enfin, le terrorisme de l’Ultra-Droite est « dévoilé », vous vous rendez compte!!!
    Le fascisme, le Poujadisme, l’OAS, le Pétainisme ressuscité viennent d’être stoppés par un front républicain!!!
    Dix « Dupont La Joie » qui voulaient « ventiler et disperser » vont être exhibés en place de Grève pour réconforter les millions de gentils musulmans en France terrorisés par cet intégrisme gaulois!!!
    Continuons à faire le récit inverse de l’Histoire future et nous passerons tous dans la postérité pour des « Latins Crétins »!!!!
    Bien à vous tous.

Répondre à Jacques Petit-jean Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Droits d’auteur des photographies
Nous respectons les droits d’auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d’auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d’utiliser cette photo. Écrivez nous ici
Montgeron
KLARSFELD
Auvergne
Les Lilas
Kavod
Montrouge
Opej
Enghien-les-Bains
MJLF