Helena Rubinstein, une héroïne moderne.

Pour la première fois en France, le mahJ consacre une exposition à Helena Rubinstein (1872-1965). J’ai eu le privilège de découvrir une exposition dense, très riche, avec plus de trois cents documents, objets, vêtements, photos, gravures, ouvrages, peintures, sculptures, tapisseries – et notamment des œuvres de Marc Chagall, Michel Kikoïne, Sarah Lipska, Louis Marcoussis, Elie Nadelman ou Maurice Utrillo, provenant de sa célèbre collection personnelle – retracent le parcours de celle que Jean Cocteau nommait « l’impératrice de la beauté ».

publicitÉ


Née à Cracovie en 1872 dans une modeste famille juive orthodoxe, aînée de huit filles, Helena Rubinstein, fondatrice d’un empire de cosmétiques, auquel elle a donné son nom, a réinventé la culture de la beauté en l’adaptant à la modernité. Visionnaire, elle met la science au service de la cosmétique dès la création de son premier institut, à Melbourne, en 1902.

Première self-made-woman de l’histoire

En précurseure, elle montre aux femmes comment prendre soin d’elles, attentive à ce que la beauté, « ce nouveau pouvoir », accompagne leur émancipation.

Femme d’avant-garde, Helena Rubinstein collectionne très tôt les arts premiers et la peinture, pose pour Raoul Dufy, Salvador Dali ou Marie Laurencin, s’habille chez les plus grands couturiers de son temps – Poiret, Balenciaga, Chanel, Dior –, vit entre New York, Londres et Paris, qu’elle affectionne particulièrement. C’est là qu’elle va constituer sa grande et éclectique collection d’art, qui va des peintres de l’Ecole de Paris à Pablo Picasso, de Fernand Léger à George Braque. C’est aussi à Paris que naît son amitié pour de nombreux artistes dont elle devient la mécène attentionnée. Passionnée d’architecture et d’arts décoratifs, elle est aussi la commanditaire de salons de beauté et d’immeubles à des architectes du mouvement moderne.

« Helena Rubinstein. L’aventure de la beauté » relate les étapes de la vie de cette femme d’exception dans les villes qui ont compté pour elle : Cracovie, Vienne, Melbourne, Londres, Paris, New York et Tel-Aviv.

Conquise par les israéliens, après une rencontre avec David Ben Gourion et Golda Meir, Elle inaugure le « Helena Rubinstein Pavilion for Contemporary Art » au musée d’art de Tel-Aviv en janvier 1959.

Elle fait don au musée d’un de ses portraits réalisé par le peintre brésilien Candido Portinari et de deux tableaux de Maurice Utrillo.

L’exposition est accompagnée de rencontres à l’auditorium du mahJ, de visites thématiques, d’ateliers pour le jeune public et de promenades dans le Paris d’Helena Rubinstein.

Le catalogue est coédité avec Flammarion.

Michèle Fitoussi, auteure du livre : Helena Rubinstein, la femme qui inventa la beauté ( Grasset ) est la commissaire de l’exposition avec Dorota Sniezek, commissaire adjointe.
Du 20 mars – 25 août 2019
MAHJ
Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple
75003 Paris
Téléphone : 01 53 01 86 60

Sylvie Bensaid

Soutenez Tribune Juive

Tribune Juive a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer d’exister. Un don minime, même de 5€, nous montrera votre adhésion et entraînera notre reconnaissance.

Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans expositions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter

SOUTENEZ TRIBUNE JUIVE

FAITES UN DON et DÉDUISEZ 66% DE VOS IMPOTS

Pour 100 Euros versés à Tribune Juive, vous recevrez une attestation CERFA qui vous permettra de déduire 66 Euros du montant de votre impôt. Ainsi votre don ne vous aura coûté que 34 Euros.